background preloader

Le site des cultures africaines

Le site des cultures africaines

http://www.africultures.com/php/

Les littératures francophones d’Afrique noire à la conquête de l’édition française (1914-1974) 1Depuis 1808 et l’appel de l’abbé Grégoire à reconnaître l’intelligence africaine à l’égal de l’européenne (Abbé Grégoire 1991 : 185-186), l’intérêt de l’Occident et de ses métropoles colonisatrices pour l’Afrique et pour les productions des peuples dits « primitifs », déjà présent durant les Lumières, a été croissant, sans qu’il s’agisse pour autant d’un processus linéaire, homogène et global. Au xixe et au xxe siècle, l’Afrique fut une des terres d’élection privilégiées du roman d’aventures français, de Jules Verne à Henry de Monfreid en passant par Pierre Loti (Astier-Loufti 1971 ; Fanouh-Siefer 1980). La Première Guerre mondiale a représenté une césure déterminante dans l’évolution du regard français sur l’Afrique et dans l’émergence de nouvelles expressions littéraires consacrées au continent (Riesz et Schulz 1989).

la créolité Ce mouvement littéraire est apparu à la fin des années 80. Son fondement conceptuel repose sur un manifeste : "l'éloge de la Créolité" écrit par J. BARNABE, Patrick CHAMOISEAU et Raphaël CONFIANT. Il s'agit de poursuivre par le biais de l'écriture et du langage, la recherche identitaire entamée par la Négritude et l'Antillanité. La démarche intègre l'histoire des Antilles et l'imbrication des différents peuples qui sont arrivés, volontairement ou pas. La Créolité rejette l'unicité, l'universel, la pureté et la transparence.

Connaissance et Memoires - Livres d'exception, somptueuses réeditions dans les Règles de l'Art ou curiosité à  petit prix, nous pensons l'édition autrement. Qui sommes-nous? Les Editions Connaissance et Mémoires sont un cas exceptionnel dans le monde éditorial, persistant dans une volonté d'exigence de qualité pour les publications et les rééditions réalisées dans les Règles de l’Art. Ce parti pris, à contre-courant de la tendance de l'édition française, assure son succès et sa notoriété. Le catalogue a d’abord été essentiellement consacré à la réédition, dans les règles de l'art, d'ouvrages de référence sur l'agronomie, l'horticulture, les plantes dans tous domaines et, liée à l'agronomie : la pêche suivie par la marine . En 2002, création d'une collection consacrée à l'art du jardin : Mémoire des Jardins qui compte aujourd'hui 23 titres.

La littérature négro-africaine face à l'histoire de l'Afrique La colonisation fonde sa légitimité sur une absence de culture et d’histoire des colonisés. La politique d’assimilation prétend y remédier en inculquant à ces populations « notre culture » et « notre histoire ». Ce que réalise l’école coloniale qui enseigne dans toute l’Afrique la seule histoire de l’Europe, celle de « nos ancêtres les Gaulois ». On a peine à imaginer aujourd’hui le surprenant spectacle d’Africains déclarant descendre des Gaulois… Mais le ridicule ne tue pas l’école coloniale, et il faut attendre les indépendances pour changer les programmes. Rien n’est prévu : pas de manuels, pas d’ouvrages de références ; seuls quelques mémoires de gouverneurs et d’administrateurs coloniaux : Maurice Delafosse, Charles Monteil, Henri Gaden, Gilbert Vieillard, et aussi Leo Frobenius, l’ethnologue allemand dont l’ouvrage Histoire de la civilisation africaine (1903) n’est traduit et publié qu’en 1936, et inspire, dès ces années d’avant guerre, la génération de la Négritude.

Traditions, société, culture libanaises La scène libanaise met en scène le dysfonctionnement perpétuel du système politique. Rivalités entre instances dirigeantes, personnalisation du pouvoir, décrochement des militants des partis locaux, vide idéologique, sur fond de fanatisme et de recrudescence du discours confessionnel... : tel est le climat aujourd'hui de la vie publique. S'ensuit un dénigrement total de l'identité. Qui suis-je ? est une question que l'on pose de moins en moins ou seulement pour nier l'Autre. Les libanais auraient une seule identité : celle du désespoir. Rue des Ecoles, temple de la littérature africaine Située dans le 5ème arrondissement de Paris, cette rue est une référence pour la littérature africaine. Vous y croiserez écrivains, artistes, chercheurs, historiens, lecteurs, étudiants à la recherche d’un ouvrage bien particulier (des connaisseurs). Deux grandes maisons d’éditions d’auteurs africains se partagent le planché de cette rue (enfin…): Présence Africaine et l’Harmattan. Ce dernier édite également des ouvrages des quatre coins du monde et ne possède pas loin de 4 librairies dans la même rue. C’est vous dire si le vert qui est la couleur de la maison est immanquable !

Pascal Quignard sur remue.net CHAPITRE XI Nous sommes à la merci d'images qui n'ont aucune source visuelle en nous. Nous avons vécu avant de naître. Nous avons rêvé avant de voir. Nous avons entendu avant d'être sujets à l'air. La littérature africaine vue du Web Romans africains Ken Bugulwww.arts.uwa.edu .au/AFLIT/KenBugul.html Le site Lire les femmes écrivaines et les littératures africaines, réalisé par le département français d'une université australienne, présente la Sénégalaise Ken Bugul, qui déclare écrire «contre les clichés et les idées reçues que l'on a de la femme africaine». Une bibliographie fournie présente chaque ouvrage, accompagné d'un résumé et de son incipit. Ecrire aujourd'hui : questions, enjeux, défis, est une réflexion sur l'écriture, accessible depuis cette page.

Related: