background preloader

CONCENTRATION - FINANCEMENT & INDEPENDANCE DES MEDIAS

Facebook Twitter

Concentration medias france europe - rapport de stage, dissertation, étude de cas. Quel est l’impact déontologique des nouveaux modèles économiques des médias ? On parle (ici et ailleurs) des nouveaux modèles économiques des médias, de la recherche du business model idéal qui permettra de financer la production et la diffusion d’une information de qualité dans un univers numérique en réseau.

Quel est l’impact déontologique des nouveaux modèles économiques des médias ?

Les expérimentations sont multiples, à travers le monde, de médias gratuits, payants, avec ou sans pub, appuyés sur des microfinancements (crowdfunded), des activités annexes, des subventions, des mécènes, de l’argent public ou privé, etc. Ces nouveaux modèles économiques doivent-ils nous conduire à réexaminer les questions de déontologie ? Peuvent-ils générer de nouvelles formes de conflits d’intérêt ? Comment garantir le respect d’une déontologie exigeante (en faisant appliquer des codes et des chartes ou en misant sur la transparence) ? Un rapport en préparation Ces questions vont être au centre d’un rapport que je vais réaliser avec un jeune journaliste, Nicolas Kayser-Bril, et la collaboration de Marion Senant, autre jeune journaliste installée à Londres.

Le financement de France Télévisions / Économie de l'audiovisuel / Connaître. En tant que société nationale de programmes, le groupe France Télévisions est en partie financé par la redevance ("contribution à l'audiovisuel public").

Le financement de France Télévisions / Économie de l'audiovisuel / Connaître

Mais ce n'est pas sa seule source de financement. En 2011, le chiffre d’affaires de France Télévisions se décompose ainsi : - ressources publiques : 2 465 millions d’euros (79 %), - publicité et parrainage : 469 millions d’euros (15 %), - autres activités commerciales (dont la distribution) : 193 millions d’euros (6 %). Répartition du chiffres d'affaires de France Télévisions en 2012 Les ressources publiques Les ressources publiques se composent essentiellement de la contribution à l’audiovisuel public (anciennement appelée redevance), ainsi que de la dotation compensatoire. Contrairement à certains groupes audiovisuels publics étrangers, France Télévisions bénéficie d’un mode de financement mixte composé pour deux tiers de recettes publiques.

Le financement de l'audiovisuel, Redevance et financement de l'audiovisuel public Aides et subventions à l'audiovisuel privé La réglementation de la publicité et du parrainage.  La politique de l'audiovisuel. Politiques publiques - repères - vie-publique. L’Etat intervient largement dans le financement de l’audiovisuel.

Le financement de l'audiovisuel, Redevance et financement de l'audiovisuel public Aides et subventions à l'audiovisuel privé La réglementation de la publicité et du parrainage.  La politique de l'audiovisuel. Politiques publiques - repères - vie-publique.

En premier lieu, en tant qu’actionnaire du secteur publicSecteur publicSecteur regroupant toutes les activités économiques et sociales prises en charge par les administrations, les entreprises publiques et les organismes publics de Sécurité sociale. de l’audiovisuel, il attribue un budget à chaque organisme du secteur public. Le financement des médias. « La faiblesse financière des entreprises médiatiques contribue au niveau de connaissance insuffisant des journalistes».

Le financement des médias

Dans son œuvre intitulée médias et démocratie, la dérive, Roland Cayrol critique certains éléments médiatiques. Né à Rabat (Maroc) en 1941, ce directeur associé de l’Institut de Sondage CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) TMO évoque entre autres la faiblesse financière des entreprises médiatiques. La question est alors de savoir quelles sont les sources de financement des médias et si R. Cayrol raison ou tort de déplorer leur insuffisance.

En effet, la question peut se poser dans la mesure où l’Etat est omniprésent dans ce financement et où ce fait peut engendrer une influence de l’Etat sur les médias. . [ . . . ] [ . . . ] [...] La concentration des médias en France et en Europe. Tout irait-il donc pour le mieux dans le meilleur des mondes des médias français ?

La concentration des médias en France et en Europe

C’est ce que l’on pourrait être tenté de conclure à la lecture du très remarqué rapport de la commission Lancelot. Ce rapport, commandé en janvier 2005 par le Premier Ministre de l’époque Jean-Pierre Raffarin et rédigé par des personnalités reconnues du monde des médias affirme en effet que « dans son état actuel, le paysage médiatique français n’a pas atteint un degré de concentration alarmant ». Menaces sur l'indépendance des médias. Contre la concentration des médias et pour un nouveau modèle économique. Le grand nombre de titres de presse écrite, de chaînes de télévision, d’éditeurs de livres masque l’ampleur de la concentration dans les médias.

Contre la concentration des médias et pour un nouveau modèle économique

Les médias sont en majorité intégrés à des groupes industriels (Lagardère, Bouygues, Dassault, ...) qui dépendent économiquement par leurs marchés de l’Etat, donc du pouvoir politique. Ces groupes sont eux-mêmes liés entre eux : certains administrateurs du groupe Lagardère sont administrateurs du groupe Bouygues. Arnaud Lagardère lui-même est administrateur de LVMH qui appartient au groupe Arnault, lequel est actionnaire de Bouygues ! Lagardère détient une participation de 10 % dans la société européenne EADS dont il a été un des co-fondateurs. EADS dépend de commandes de l'Etat liées à l'armement et à l'aéronautique. Ces deux facteurs, concentration et dépendance du pouvoir politique, représentent une réelle menace pour notre démocratie. a) En France Références disponibles en fin d'article[3]. b) En Europe Suivie en 2004 de recommandations :[5] [1] La concentration des médias : atout ou menace pour la démocratie ?

Débat avec : Philippe Frémeaux, Laurent Martin, Olivier Saint-Cricq, Nathalie Sonnac.

La concentration des médias : atout ou menace pour la démocratie ?

Samedi 20 octobre, de 17h30 à 19h - Château de Blois Intervenants : Philippe Frémeaux, directeur de la rédaction d’Alternatives économiques, Laurent Martin, chargé de recherche au Centre d’histoire de Sciences Po, membre du comité de rédaction du Temps des médias, Olivier Saint-Cricq, président du directoire de La Nouvelle République, Nathalie Sonnac, maître de conférences à l’Institut français de presse, université de Paris II-Panthéon Assas A tort ou à raison et quelle que soit son échelle - régionale, nationale ou internationale - la concentration des médias apparaît à beaucoup comme une menace pour la diversité culturelle et le pluralisme politique. Peut-elle être, sous d’autres aspects, une chance pour la démocratie ? Télécharger cette conférence. La carte du parti de la presse et de l'argent - Pense bête. Faisons le point sur la concentration de la presse et des médias ! Nous assistons ces dernières années à une concentration croissante des entreprises de presse, nuisant au pluralisme de l’information.

Faisons le point sur la concentration de la presse et des médias !

De surcroît, ces médias sont détenus en majorité par des groupes industriels et financiers qui dépendent économiquement par leurs marchés de l’Etat, donc du pouvoir politique. Ces deux facteurs représentent une réelle menace pour notre démocratie.