background preloader

Croissance Verte ?

Facebook Twitter

Terres rares. Un article de Encyclo-ecolo.com.

Terres rares

Les terres rares, ressources critiques en voie d'épuisement Les terres rares sont un groupe moyennement abondante de 15 éléments métalliques connus comme la série des lanthanides (numéros atomiques 57 à travers de 71) ainsi que l'Yttrium (39). Bien que Scandium (numéro atomique 21) n'est pas un élément de terre rare, il est généralement inclus avec les lanthanides en raison de ses propriétés similaires. Les 15 lanthanides sont représentés par le carré unique de lanthane dans la partie principale de la classification périodique des éléments et répertoriés dans un groupe séparé sous-dessous les principaux groupes. Elles sont en abondance plus ou moins grande dans la croûte terrestre : du cérium, le plus abondant, a vec moins 60 parties par million, ce qui est, en fait, plus abondant que le nickel ou le cuivre, jusqu'au thulium et au lutécium, les moins terres rares les moins abondants avec environ 0,5 partie par million.

"Flexible Love" Folding Chair. Sans Lendemain. «Le scénario de l’effondrement l’emporte» En 1972, quatre jeunes scientifiques du Massachusetts Institute of Technologie (MIT) rédigent à la demande du Club de Rome un rapport intitulé The Limits to Growth (les Limites à la croissance).

«Le scénario de l’effondrement l’emporte»

Celui-ci va choquer le monde. Leur analyse établit clairement les conséquences dramatiques d’une croissance économique et démographique exponentielle dans un monde fini. En simulant les interactions entre population, croissance industrielle, production alimentaire et limites des écosystèmes terrestres, ces chercheurs élaborent treize scénarios, treize trajectoires possibles pour notre civilisation. Nous sommes avant la première crise pétrolière de 1973, et pour tout le monde, la croissance économique ne se discute pas. Aujourd’hui encore, elle reste l’alpha et l’oméga des politiques publiques. Le sommet de la Terre démarre mercredi à Rio. Vous n’y croyez plus ? L’un des thèmes centraux de la conférence concerne l’économie verte. Avons-nous un moyen de maintenir le mode de vie des pays riches ? 10 pénuries inquiétantes que vous ne soupçonnez pas : 10 pénuries inquiètantes que vous ne soupçonnez pas.

Effet papillon : ou comment Copenhague a tué Rio + 20. 20 juin 2012 « Rio + 20 » commence.

Effet papillon : ou comment Copenhague a tué Rio + 20

Mais coucou, c’est déjà fini : rien à voir, ni à entendre ! Il ne sortira aucune décision majeure de cette assemblée. Au mieux, des promesses brumeuses. On diagnostique un syndrome de grosse fatigue dans l’opinion publique mondiale. La Fondation Cousteau (dont j’étais un « pilier », alias « le bras droit du commandant Cousteau ») était invitée à Rio de Janeiro, en 1992, pour ce qu’on pourrait appeler « Rio Zéro ». Je me souviens de Rio 1992 – « Rio Zéro ». En 2009, le sommet de Copenhague fut consacré au réchauffement climatique. Rio : le sommet enterre l’intérêt général. Depuis deux jours, le Rio Centro, où s’est achevée vendredi la Conférence des Nations unies sur le développement durable, baignait dans une atmosphère surréaliste.

Rio : le sommet enterre l’intérêt général

Tandis que chefs d’Etats et de gouvernement se succédaient à la tribune de l’assemblée plénière pour une brève allocution, beaucoup de leurs homologues avaient déjà quitté les lieux. Et les autorités brésiliennes avaient résolument choisi d’éloigner à 50 km du lieu de la Conférence officielle le sommet alternatif des peuples, où les ONG ont réuni quelque 20 000 personnes durant dix jours. «Rio + Vain». Vingt ans après le Sommet de la Terre de 1992, qui a donné naissance aux conventions sur le climat, la biodiversité ou la désertification, l’édition 2012 a déçu.

Rebaptisée «Rio + Vain» ou «Rio - 20», elle souffre d’une cruelle absence d’ambition. Les principales ONG ont exprimé leur colère face à ce qu’elles qualifient d’échec. L’économie verte, qui avait été présentée comme le fer de lance de Rio + 20, a, elle, fait un bide. La croissance verte : oxymore ou voie royale vers l’avenir radieux de l’humanité ?

Voici le temps des anniversaires : 40 ans pour le rapport Meadows au club de Rome sur les limites à la croissance[1], 35 ans pour le rapport Bruntland (notre avenir à tous) qui lançait le concept de développement durable, 20 ans pour le sommet de Rio.

La croissance verte : oxymore ou voie royale vers l’avenir radieux de l’humanité ?

C’est le moment de faire un point sur les avancées dans le domaine de l’économie verte. Au plan théorique, les débats entre experts, économistes, journalistes et blogueurs font rage. A la recherche de la croissance perdue. On peut se féliciter que François Hollande ait osé se démarquer des remèdes de nos bons Diafoirus et Purgon, qui administrent lavements et saignées aux économies européennes et l’affaiblissent pour la guérir.

A la recherche de la croissance perdue

Pour autant il faut bien ouvrir les yeux aux réalités que montre ce beau graphique : la tendance historique de la croissance du PIB français par habitant est à …la décroissance. « Couvrez ce sein que je ne saurais voir » aurait dit Tartuffe ; il y a quelque chose de dérangeant dans cette réalité toute nue. Et pour continuer les références littéraires, il y a donc du Pangloss dans l’invocation de la croissance… Comment se sortir de cette contradiction ? Globalement, les choses me semblent pourtant simples : notre modèle économique qui repose sur la croissance indéfinie de la consommation de ressources matérielles se heurte à la finitude de la planète. 1-0 en faveur de Diafoirus et Purgon, contre Pangloss.

Quand l'expansion expire. La supercherie du “Pacte pour la croissance” Quand Michel Rocard perd foi en la croissance, Analyses.