background preloader

Le site officiel de Miss.Tic

Related:  Objets et enjeux de l’histoire des arts : femmes, féminité, féminisme

Picasso et les femmes : l'ombre au tableau À l'occasion de l'exposition Les Femmes qui pleurent sont en colère de l'artiste contemporaine ORLAN au Musée national Picasso-Paris, sa présidente Cécile Debray analyse le défi donné aux musées aujourd'hui : comment proposer un espace de discussion autour des œuvres d'artistes aujourd'hui contestés ? Comment relire de manière contemporaine ces créations ? Cécile Debray, présidente du Musée national Picasso-Paris questionne depuis sa prise de fonction en novembre 2021 cette relecture de Picasso dans un 21e siècle en pleine mutation, marqué par le mouvement MeToo. Questionner les œuvres de Pablo Picasso Accusé de misogynie et même de violence envers ses compagnes, Pablo Picasso voit aujourd'hui son image écornée. Comment un musée qui porte le nom de Pablo Picasso peut-il s'emparer du sujet ? "Pour moi, avant tout, Picasso, c'est une des plus grandes figures de l'art moderne, une des œuvres les plus riches, les plus étonnantes, les plus inventives.

Droits des femmes : cinq questions sur la journée du 8 mars Les Nations Unies ont officialisé la journée du 8 mars en 1977. Toutefois, cette journée puise ses origines dans l'histoire des luttes ouvrières et des manifestations de femmes au tournant du XXe siècle en Amérique du Nord et en Europe. À partir de 1909, les États-Unis, sous l'impulsion de femmes socialistes américaines, décident d’organiser chaque année, le dernier dimanche de février, une "Journée nationale des femmes" (National Woman's Day) pour célébrer l’égalité des droits civiques. C’est lors de la deuxième conférence internationale des femmes socialistes, en 1910 à Copenhague, que Clara Zetkin, journaliste et militante allemande, appelle les "femmes socialistes de tous les pays" à organiser chaque année une Journée internationale des femmes. Elle est célébrée dès le 19 mars 1911 en Autriche, Allemagne, Danemark et en Suisse. En Russie, une "Journée internationale des ouvrières" est célébrée le 3 mars 1913 puis le 8 mars 1914.

LEVALET - M.CHAT CONTACT SITE La Nuit rêvée de… Miss. Tic Elle est une des plus importantes artistes du Street Art d’aujourd’hui, un art qui a mis plus de temps en France qu’ailleurs à s’imposer, car c’est un art populaire. MISS. TIC souffle délicatement sur des braises d’enfance et de jeunesse, dans ce PARIS où elle a dessiné ses propres « paroles » mots et images sur les murs. Elle évoque ce livre , «* Paroles* » de Prévert avec la couverture de Brassai , - un graffiti d’enfant à la craie - comme un souvenir d’enfance où s’origine sa « passion » d’artiste . La femme – poète est au fond ce à quoi elle convoque les imaginaires, ce qui manque à notre Désir . Chemin faisant elle situe les rencontres et les œuvres qui ont jalonné sa marche : Topor, Ernest Pignon-Ernest, Ben Vautier, la comédienne Bernadette Lafont, l’écrivain Lydie Salvayre, la metteure en scène Sophie Pérez, le poète Olivier Larronde . Son commentaire du mythe antique d’Egérie ( « Egérie et j’ai pleuré » ) fera date … Entretien avec Miss. Par Geneviève Huttin Par Albert Riera 20 min

Élisabeth Louise Vigée Le Brun | Château de Versailles Fille de Louis Vigée, pastelliste, membre de l’Académie de Saint-Luc, et de Jeanne Maissin, d’origine paysanne, Élisabeth Louise Vigée entre, à l’âge de six ans, comme pensionnaire à l’école du couvent de la Trinité, dans le faubourg Saint-Antoine. Dès son plus jeune âge, elle dessine partout, sur ses cahiers, sur les murs de son école. De manière prophétique, son père, à qui elle était très attachée, lui dit : « Tu seras peintre, mon enfant, ou jamais il n’en sera ». La consécration Après quelques années de formation dans les ateliers de Blaise Bocquet, Pierre Davesne et Gabriel Briard, Élisabeth Louise Vigée Le Brun acquit ainsi peu à peu une technique très sophistiquée et personnelle qui lui permet de se mesurer aux portraitistes les plus habiles de son temps. Après avoir livré en 1778, à la satisfaction générale, le premier grand portrait officiel de Marie-Antoinette, Madame Vigée Le Brun est régulièrement sollicitée par la reine. L’émigration (1789-1802)

Meena, la révolutionnaire féministe afghane Publié le : 08/03/2017 - 04:51 Trente ans après son assassinat, des milliers d'Afghanes continuent de porter le flambeau du combat de Meena Keshwar Kamal pour les droits des femmes et pour le respect des droits fondamentaux de tous les citoyens en Afghanistan. Tout au long de sa vie, la militante transmettra ses messages nombreux en faveur de l'éducation des femmes, comme voie unique de revendications de leurs droits fondamentaux. De notre correspondante à Kaboul Le regard franc, les cheveux sombres coupés au carré, un nez aquilin, souriante. La jeune militante féministe, habituée aux menaces de mort, avait trouvé refuge au Pakistan, de façon intermittente, dès 1979. Se servir « des traditions comme des outils de libération de la femme » Meena fonde Rawa en 1977, le Jamiat-e-Inqalabi Zanan-e Afghanistan, L'Association révolutionnaire des femmes en Afghanistan. Rawa se fixe comme objectif d'œuvrer pour la démocratie et le droit de vote pour les femmes et les hommes.

Dans les pas de Miss Tic, artiste rebelle Pochoirs de grandes silhouettes brunes, slogans poétiques et percutants… Depuis les années 80, les œuvres de Radhia Novat, dit Miss.Tic, s'observent au détour d'une rue ou d'un mur de la capitale. Un style inimitable, qui témoigne de la présence parisienne de l'artiste, disparue en mai dernier. Miss Tic est née dans les rues de Paris, sur les hauteurs de la Butte Montmartre (18e). Le 20 février 1956, la petite fille aux origines tunisiennes et normandes est prénommée Radhia Novat. Son enfance est marquée par deux événements tragiques : un accident de voiture, qui tue sa mère, son frère et sa grand-mère en 1966 alors qu’elle n'a que 10 ans, et la mort de son père, décédé d’une crise cardiaque, qui laissent l'artiste orpheline à l'âge de 16 ans. La naissance d'une artiste de rue Des années plus tard, la jeune artiste ne cesse de mêler ces deux disciplines, inscrivant sur la pierre l'art et la poésie. Tatouer la ville Paris, plus belle galerie du monde Une artiste connue de la justice

Miss.Tic Miss.Tic à la galerie Lelia Mordoch, à Paris en juillet 2012 Miss.Tic, pseudonyme de Radhia Novat[1], née le 20 février 1956 à Paris et morte le 22 mai 2022 dans la même ville[2], est une artiste de street art connue pour ses œuvres au pochoir, essentiellement sur les murs de la capitale française. Plasticienne et poétesse d'art urbain, ses œuvres apparaissent dans le paysage pictural et urbain à partir de 1985. Son style est caractérisé par la représentation sensuelle de femmes aux cheveux sombres, accompagnées d'aphorismes exprimés sous forme de jeux de mots qui prônent la liberté[3]. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Née à Paris d’un père immigré tunisien, tantôt ouvrier, tantôt fort des Halles, et d’une mère normande et « paysanne éclairée »[4], Miss.Tic grandit à Montmartre avant que sa famille ne s’installe, en 1964, à la cité des Aviateurs, à Orly. Formation[modifier | modifier le code] Carrière[modifier | modifier le code] Miss.

Olga Picasso - exposition du Musée Picasso Née en 1891 à Nijyn, une ville ukrainienne de ce qui est alors l’Empire russe, Olga Khokhlova est fille de colonel. Elle entre dans la prestigieuse et innovante troupe des Ballets Russes dirigée par Serge Diaghilev en 1912. C’est à Rome au printemps 1917 qu’elle fait la connaissance de Pablo Picasso, alors que l’artiste réalise, à l’invitation de Jean Cocteau, les décors et les costumes du ballet Parade (musique d’Erik Satie, argument de Jean Cocteau, chorégraphie de Léonide Massine). Ils se marient le 12 juillet 1918 à l’église orthodoxe de la rue Daru, avec pour témoins Jean Cocteau, Max Jacob, et Guillaume Apollinaire.

Related: