background preloader

Connectivisme

Connectivisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sugata Mitra a mené une étude durant dix ans et démontre que les enfants sont capables d'apprendre (de coapprendre), seuls, sans professeur, c'est-à-dire par eux-mêmes avec un ordinateur, internet et/ou des supports de cours. Il conclut que l'éducation est un système qui s'auto-organise et où l'apprentissage est le phénomène émergent[2],[3]. Donald G. Perrin, directeur de rédaction à l'International Journal of Instructional Technology and Distance Learning dit de la théorie qu'elle « combine les éléments pertinents de nombreuses théories d'apprentissage, des réseaux sociaux et des technologies afin de créer une théorie solide pour l'apprentissage à l'ère numérique »[1].[pertinence contestée] Principes du connectivisme[modifier | modifier le code] Un aspect du connectivisme est l'utilisation d'un réseau composé de nœuds et de connexions comme métaphore centrale de l'apprentissage[7]. Principes essentiels[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Connectivisme

Related:  Théories de l' apprentissageMéthodoPEDAGO COURANTS CONCEPTSPEDAGOGIE - PSYCHOLOGIEcourants pédagogiques

Théories de l'apprentissage - Idées ASH Apprendre, c'est comprendre. C'est construire un savoir que l'on va pouvoir réinvestir. Pour que l'élève apprenne, il est essentiel: Qu'il soit conscient de ce que l'on essaie de lui faire comprendre et pourquoi.Qu'il soit conscient de " comment " il apprend.Qu'il ait envie d'apprendre. Ce soir y’a conseil de classe ! Ce qui est bien avec les conseils de classe, c’est qu’on n’est jamais surpris : on connaît le déroulé et le contenu à l’avance. Un rite tout aussi immuable qu’inutile. Ça commence forcément par un "ils ne travaillent pas assez, surtout à la maison !"

Pour une nouvelle classe inversée "Comment rendre la rencontre entre l'élève et l'enseignant possible, sans rien abandonner sur le niveau ou sur les objectifs ? Comment changer ce qui ne fonctionne plus ?" Alain Taurisson n'est certainement pas le seul professeur à se poser cette question. Il propose, dans un petit livre accompagné de fiches pratiques et d'exemples, écrit avec une enseignante de lettres, Claire Herviou, d'inverser l'école, c'est à dire de mettre vraiment les activités des élèves au centre de la classe à la place du monologue du maitre en direct ou en différé à la maison. Car pour Alain Taurisson la "classe inversée" qui connait une certaine mode actuellement ne peut pas convenir à la plupart des élèves.

Comment les jeunes vivent-ils et apprennent-ils avec les nouveaux médias D'où que l'on regarde, quand on parle du rapport des jeunes à l'Internet et aux réseaux sociaux, tout le monde évoque d'abord les risques, les dangers, les menaces qui pèsent sur eux. Des dangers qui justifient bien souvent toutes les dérives sécuritaires... Pourtant, les chercheurs dénoncent largement ce retournement, cette tentation anxiogène de l'hypercontrôle qui définitivement n'aidera ni les parents ni les jeunes à aborder et comprendre les formes des nouvelles sociabilités qui se développent en ligne.Après avoir observé un problème concret et récent, retour sur une étude de fond sur les rapports des jeunes à l'Internet. En 2008, la Fondation Mac Arthur a livré les résultats d'une imposante étude qualitative sur la pratique des nouveaux médias par les jeunes.

Les intentions de la pédagogie Freinet Enfin une excellente émission sur Freinet, ce matin, sur France Culture ! Pourquoi excellente ? D’abord parce qu’elle offrait l’occasion d’entendre la bonne grosse voix de Célestin Freinet et son merveilleux accent provençal. Ensuite et surtout parce que, pour une fois, on ne s’étendait pas sur les pratiques, qui commencent à être bien connues, en particulier parce qu’elles sont beaucoup passées dans la pédagogie traditionnelle (sans qu’on se souvienne que Freinet les a inventées et souvent sans que l’on retienne l’esprit qui doit les accompagner). Au contraire, toute l’émission a tourné autour des intentions. A quoi doit servir l’école, selon Freinet ?

Expérithèque - Expérithèque : bibliothèque nationale des innovations Une base de connaissances en ligne Une entrée par académie est proposée. Il est également possible d'effectuer une recherche par un ou plusieurs mots-clés, classés selon les 5 facteurs contribuant à "l'effet établissement" : recentrage sur les apprentissages fondamentaux, modalités d'évaluation des élèves, qualité du climat scolaire, ambition scolaire et pilotage pédagogique et éducatif. Cette bibliothèque est enrichie au fil de l'eau de nouvelles actions menées dans les écoles et établissements. L’école à l’épreuve de la culture numérique des élèves 1Quel rapport y-a-t-il entre une photo du groupe de rock Tokio Hotel sur le blog d’une collégienne et une feuille de calcul d’un tableur-grapheur comme Excel ? Quel point commun entre le fait de discuter avec dix amis simultanément via le logiciel de messagerie instantanée MSN, et celui de simuler par ordinateur la chute d’un corps en cours de science physique ? 2La nécessité pour le système éducatif de se poser la question des compétences techniques nécessaires aux usages de futurs citoyens s’inscrit dans le contexte de la transformation du rôle culturel de l’école avec la massification scolaire : l’école a perdu une partie de son rôle d’instance de légitimation culturelle, au profit des médias et de la société des pairs (Coulangeon, 2007 ; Pasquier, 2005). 3Les TIC sont présentes dans l’univers scolaire, en tant qu’objet d’apprentissage ou qu’outil dans certaines disciplines. Quel rôle joue l’école dans la formation de la culture numérique des élèves ? Des usages scolaires rares

Apprendre à apprendre : la compétence qui manque Les nouveaux rapports aux savoirs, l’impact du numérique qui nous les rendent tous (ou presque) accessibles, les nécessités nouvelles de savoir trier, sélectionner, trouver les sources, faire preuve d’esprit critique… renforcent la nécessité pour l’Éducation de développer les compétences des apprenants. L’inscription, plus que jamais indispensable, d’une éducation tout au long de la vie fait porter de nouvelles exigences sur « le temps premier de l’Éducation », celui de la scolarité obligatoire et du socle commun. En effet, il ne s’agit plus uniquement aujourd’hui pour les professeurs, d’enseigner des connaissances et pour les élèves de les apprendre. Le temps est venu pour tous d’apprendre à apprendre. L’ « apprendre à apprendre » doit s’inscrire dans les missions éducatives prioritaires. Cela demande que les enseignants et les professionnels de l’Education soient accompagnés, outillés et formés dans ce domaine.

John Dewey : philosophe américain de l’éducation John Dewey Spécialisé en psychologie appliquée et en pédagogie, ce philosophe est principalement connu pour sa célèbre école-laboratoire, appelée communément « l’école Dewey ». Il est un des principaux pédagogues du mouvement d'éducation nouvelle.Il importe de le distinguer de son homonyme déjà rencontré dans le Personnage du mois et plus connu des documentalistes : Melvil Dewey Vie d’un grand pédagogue : Apprendre ? Certainement, mais vivre d'abord, et apprendre par la vie, dans la vie.

Related:  apprendre à apprendreUsages du numérique en éducationlesdefricheursRessources et tutoriels 4ENT