background preloader

Burrhus Frederic Skinner

Burrhus Frederic Skinner
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Skinner. Dans les années 1950 Burrhus Frederic Skinner est un psychologue et un penseur américain. Biographie[modifier | modifier le code] Skinner est né en 1904 en Pennsylvanie aux États-Unis. Travaux et apports de Skinner[modifier | modifier le code] Présentation[modifier | modifier le code] Sa contribution théorique majeure en psychologie est le concept de conditionnement opérant, qu'il distingue du conditionnement classique pavlovien ou conditionnement répondant. Il est l'inventeur d'un dispositif de conditionnement opérant communément appelé boîte de Skinner. En 1957, Skinner a étendu l'application des mêmes principes de conditionnement opérant à la communication, dans son ouvrage intitulé Verbal Behavior. Critiques[modifier | modifier le code] Skinner a voulu étendre cette théorie du comportement à l'espèce humaine (les stimuli ne sont que plus complexes, et forment alors une « situation »). ↑ Steven J. Related:  Cogniticiens, informaticiens, anthropologues (L-Z)

Maurice Nivat Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Nivat. Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment(21 septembre 2017). Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent. Maurice Paul Nivat, né le à Clermont-Ferrand et mort le [1], est un informaticien français. Professeur à l'université Paris Diderot et membre du Laboratoire d'informatique algorithmique : fondements et applications (CNRS UMR 7089), il prend sa retraite en 2001 sans arrêter la recherche[2]. Ses travaux portent sur les différents domaines de l'informatique théorique : la théorie des langages formels, la sémantique des langages de programmation et la géométrie discrète. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunes années et formation[modifier | modifier le code]

Ontologies informatiques Dans un système d'information, un petit peu de sémantique peut vous emmener très loin... Nous vous invitons à la découverte de la notion d'ontologie et de ses applications. 1. De l'Ontologie à l'ontologie Le terme « ontologie », construit à partir des racines grecques ontos (ce que existe, l'existant) et logos (le discours, l'étude), est un mot que l'informatique a emprunté à la philosophie au début des années 1990. En philosophie, l'Ontologie est une branche fondamentale de la Métaphysique, qui s'intéresse à la notion d'existence, aux catégories fondamentales de l'existant et étudie les propriétés les plus générales de l'être. Pourtant, à y regarder de plus près, nous pourrions, à l'extrême inverse, penser que beaucoup d'ingénieurs en informatique sont des « messieurs Jourdain » de l'ontologie. L'histoire d'une notion à la recherche d'un nom Aux grands mots les grands remèdes Pour faire simple, considérons l'exemple de la figure ci-dessus. 2. Avec les meilleures intensions... 3. 4. Gestion

Jean Piaget Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(avril 2015). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Jean Piaget en 1967-1968. Jean William Fritz Piaget, né le 9 août 1896 à Neuchâtel en Suisse et mort le 16 septembre 1980 à Genève, est un biologiste, psychologue, logicien et épistémologue suisse connu pour ses travaux en psychologie du développement et en épistémologie à travers ce qu'il a appelé l'épistémologie génétique (ou structuralisme génétique). L'éclairage qu'il apporte sur l'« intelligence », comprise comme une forme spécifique de l'adaptation du vivant à son milieu, sur les stades d'évolution de celle-ci chez l'enfant et sa théorie de l'apprentissage exerceront une influence notable sur la pédagogie et les méthodes éducatives[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Estimations :

Ivan Pavlov Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Pavlov. Portrait d'Ivan Pavlov Ivan Petrovitch Pavlov (en russe : Иван Петрович Павлов), né le à Riazan, dans l'Empire russe, et mort le à Léningrad, en URSS, est un médecin et un physiologiste russe, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1904[1] et de la médaille Copley en 1915. Vie et œuvre[modifier | modifier le code] Carrière résumée[modifier | modifier le code] La maison natale d'Ivan Pavlov à Riazan Né dans une famille russe où l'on est pope de père en fils, il est d'abord, dès 11 ans, élève au séminaire de Riazan. Pavlov est un expérimentateur habile et méthodique jusque dans ses heures de travail et ses habitudes. Travaux[modifier | modifier le code] En 1904, il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine « en reconnaissance de son travail sur la physiologie de la digestion, ce qui a permis de transformer et d'élargir le savoir sur les aspects essentiels du sujet[1] ».

Le slow blog de Serge: Adieu Maurice J’étais doctorant aux Etats-Unis quand j’ai rencontré Maurice Nivat pour la première fois. C’était à Santa Barbara, en 1979 je crois, pour un séminaire sur la théorie des langages, alors la branche peut-être la plus active de l’informatique théorique. Il y avait quelque chose de surréaliste à croiser dans les couloirs des Euler, des Newton, des Poincaré des temps présents : Jeff Ullman, Sheila Greibach et… Maurice Nivat, les pionniers de la théorie des langages et des automates. Assis au fond de la salle, ses questions pointues pouvaient terroriser certains conférenciers. Maurice a participé à la construction de la communauté de recherche européenne en informatique. J’ai plus tard côtoyé le Maurice « militant de l’enseignement de l’informatique ». Plus récemment, j’ai la chance de pouvoir dire qu’il était devenu un ami. Ce que je retiens surtout de Maurice : l’intensité dans la recherche, dans la vie, dans son humanisme intransigeant, en tout. Adieu Maurice.

Travail collaboratif Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La notion de travail collaboratif désigne aujourd'hui un travail qui n'est plus fondé sur l'organisation hiérarchisée traditionnelle, et plus spécifiquement un nouveau mode de travail (éventuellement intégré dans un modèle économique de production) où collaborent de nombreuses personnes grâce aux technologies de l'information et de la communication. Les outils nouveaux permettent de maximiser la créativité et l'efficience d'un groupe associé à des projets d’envergure même si elles sont très dispersées dans l'espace et le temps. Le projet d'encyclopédie en ligne, libre et multilingue, Wikipédia est un exemple de résultat d'un travail collaboratif « en réseaux coopératifs »[1] Il ne faut pas confondre « travail collaboratif » et « travail coopératif » : Le travail collaboratif, comme le travail collectif (dont il est une des variantes) n'est pas nécessairement synonyme d'efficacité, d'efficience, ni de rapidité. De nombreux exemples montrent :

Émile Durkheim Pour les articles homonymes, voir Durkheim. David Émile Durkheim, né le à Épinal et mort le à Paris[1], est un sociologue français considéré comme l'un des fondateurs de la sociologie moderne. En effet, si celle-ci doit son nom à Emmanuel-Joseph Sieyès et a été popularisée par Auguste Comte à partir de 1848, c'est grâce à Durkheim et à l'École qu'il formera autour de la revue L'Année sociologique[2] (1898) que la sociologie française a connu une forte impulsion à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Formé à l'école du positivisme, Durkheim définit le « fait social » comme une entité sui generis, c'est-à-dire en tant que totalité non réductible à la somme de ses parties. L'apport de Durkheim à la sociologie est fondamental, puisque sa méthode, ses principes et ses études exemplaires, comme celle sur le suicide ou la religion, constituent toujours les bases de la sociologie moderne. Biographie[modifier | modifier le code] Années de formation[modifier | modifier le code]

Le courant béhavioriste Stéphane Mallat Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mallat. Stéphane Mallat Stéphane G. Mallat, né à Paris en 1962, est un chercheur en mathématiques appliquées spécialiste du traitement du signal. Carrière[modifier | modifier le code] Après avoir obtenu son doctorat en 1988 à l’Université de Pennsylvanie, Stéphane Mallat fonde et développe la « théorie des ondelettes » dès 1989, révolutionnant l’analyse harmonique et le traitement du signal. En parallèle, il crée la start-up LetItWave en 2001 qu’il dirige jusqu’à son rachat en 2008 par ZORAN Coporation. Travaux scientifiques[modifier | modifier le code] Stéphane Mallat a contribué d'une manière fondamentale au développement de la théorie des ondelettes avec des applications comme l'imagerie médicale, la détection des ondes gravitationnelles[4], le cinéma numérique[5], le codage numérique[6]. Stéphane Mallat a travaillé aussi dans les domaines de la musique synthétique et la segmentation d'image.

01 - Présentation de la série Histoire de vie 01 - Présentation de la série Histoire de vie L'histoire de vie avant d'être une pratique «savante» est tout d'abord une pratique courante qui d'une certaine manière entre en contrebande dans les sciences humaines. Il s'agit également d'une pratique professionnelle notamment lors de l'élaboration du C.V... Quels sont les différentes approches utilisées dans ce champ, la sociologie, exception faite de la formation permanente qui sera le thème des modules suivants. Voir le programme associé : 'Qu'est ce que les histoires de vie' Générique Accompagner la démarche portfolio Le courant constructiviste

Related: