background preloader

Accueil - La serre du futurLa serre du futur

Accueil - La serre du futurLa serre du futur

http://greenhouseofthefuture.com/?lang=fr

Related:  potager agroecologie3D & DIYNaturemaison shoppingjardin

"Jardinothérapie" : la terre à la portée de tous Terraform une structure qui permet de jardiner assis Un jardin accessible en fauteuil roulant, ou il est inutile de se baisser pour jardiner de manière autonome.Des plasticiens du collectif la valise ont imaginé une structure modulable en polyéthylène 100% recyclé et recyclable qui permet de jardiner assis face à un bac rempli de terre aussi large que l'amplitude des bras. Jardiner pour guérir

Paré pour construire votre Serre du Futur ? Vous aimeriez avoir une certaine autonomie et autosuffisance alimentaire, tout en bénéficiant d’un outil durable et écologique ? C’est ce que propose un groupe de jeunes canadiens. Leur projet : La Serre du Futur.

Curcuma : planter et cultiver les curcumas Les curcumas comprennent environ 40 espèces de vivaces à tubercules ou à rhizomes qui vivent dans les régions comportant une saison des pluies et une saison sèche. Ils sont originaires d’Asie tropicale ou du nord de l’Australie et font partie de la famille des Zingibéracées tout comme le gingembre (Zingiber officinale) ou la cardamome (Eletaria cardamomum). Le safran des Indes (Curcuma longa), connu sous la forme d’une poudre orange vif à saveur poivrée très aromatique, entre dans de nombreuses préparations comme celle du curry, du colombo ou du ras-el-hanout et sert aussi à teindre les tissus. Cette épice est obtenue à partir de la tige souterraine emplie de réserves que l’on nomme rhizome .

Imprimable en huit heures, cette maison passive ne coûte que 30 000€ Il n’y a encore pas si longtemps, les maisons passives (autonomes en énergie) étaient réservées aux plus gros budgets. Mais, bonne nouvelle, la donne est en train de changer, et à tout vitesse. Démonstration avec les PassivDom, des maisons accessibles à partir de 30 00€ seulement… et capables de sortir de terre en quelques heures à peine ! PassivDom est une entreprise ukrainienne.

Voici la "serre du futur" : une maison autosuffisante à construire soi-même Le mariage de la technologie et de l’écologie promet de formidables bouleversements. Notamment sur le plan de l’habitat. En créant une forme de symbiose entre la nature et les bâtiments, ont peut enfin réunir les conditions d’une maison passive, autosuffisante, confortable et économique ! Exemple avec « la serre du futur ». Imaginée par The Green house of the future, cette serre luxuriante est à la fois un lieu de vie, de détente et de production agricole. Son secret ?

Le potager en novembre Voici venu le mois de novembre. Les feuilles tombent inlassablement et couvrent le sol de doux tapis jaunes, marron et orange. Les températures commencent peu à peu à baisser, et le vent deviendra bientôt glacial. Pietro Belluschi Small house -  Small Spaces Addiction © Pietro Belluschi et son fils Anthony gagnent une nouvelle reconnaissance avec cette maison minuscule maison zen de seulement 22 m². Plant de gingembre japonais mioga (zingiber mioga) Zingiber mioga Disponible. Pot de 1 litre : 15 Euros + frais de port selon le nombre Le mioga est très proche du gingembre mais on peut le cultiver en pot très facilement pour consommer - ou simplement admirer - ses curieuses fleurs jaunes au ras du sol.

Confier son potager à un poisson rouge Si vous croyez encore que l'aquaponie, c'est ça, alors il est grand temps pour vous de lire cet article. L'entreprise tarnaise CitizenFarm vous invite à faire pousser un tout petit potager dans votre salon, à partir d'un simple aquarium : Ozarium. Le secret : une symbiose entre le monde végétal et le monde animal, qu'on appelle l'aquaponie. En gros, c'est un mini écosystème portatif qui fonctionne comme dans la nature : vous nourrissez les poissons, ils s'en donnent à coeur joie, ils produisent des déchets riches en ammoniaque, des bactéries transforment l'ammoniaque en nitrates, l'eau riche en nitrates est pompée vers les plantes qui s'en abreuvent, purifiant l'eau au passage et l'enrichissant en oxygène, nécessaire aux poissons et aux bactéries.

La bio peut-elle vraiment nourrir le monde ? - Changeons d'agriculture Il est temps de développer ici un thème qui est au cœur de mes deux derniers ouvrages : l'agriculture biologique est-elle vraiment une solution à grande échelle, capable de répondre autant aux enjeux alimentaires qu'environnementaux ? Les bénéfices environnementaux de l'agriculture biologique ne font pas de doute. Mais ils sont souvent opposés à ses supposés moindres rendements.

La lettre au père Noël de Makery Les kits de prototypage se multiplient, qui proposent aux makers des cartes pour aller plus vite dans la conception de leurs projets. A travers leurs campagnes de financement participatif, ils attirent la convoitise et le soutien des internautes. Chez Makery, on a décidé d’en faire une lettre au père Noël… Cultiver le galanga sur son balcon - koi forest Read me in: Anglais Une de mes activités favorites quand je fais les courses dans un supermarché bio est de chercher des trucs que je pourrais mettre en terre et faire pousser. C’est une façon de m’imaginer à la place des premiers hommes et femmes courageux et curieux, qui ont commencé à gouter, récolter, bouillir, cuisiner les plantes autour d’eux. Lorsque je me trouve nez à nez avec une carotte, je me demande souvent qui a été le premier à se dire « tiens, je vais gouter à cette racine voir si elle est comestible » ; ou bien « bon, aujourd’hui, je vais essayer de replanter ces rhizomes voir s’ils repoussent ». Ne trouvez-vous pas que cet esprit de découverte chez les êtres vivants est merveilleux? Faire pousser des choses, c’est aussi un peu comme le cours de sciences à l’école et nos fameux travaux pratiques.

Citizen Farm : 800kg de légumes et 400 poissons par an... sur 15m2 ! Il existe mille alternatives à l’agriculture conventionnelle. Et toutes sont plus créatives les unes que les autres. Un exemple : l’aquaponie. Fiche technique - Récolter ses graines Il peut être intéressant de faire ses semences pour diverses raisons : elles sont assez chères dans le commerce et cela représente une économie dans le budget jardinage, il est aussi satisfaisant de « faire soi-même » et rassurant d'être un peu plus indépendant... Cela nécessite un peu plus de travail et d'attention et quelques habitudes nouvelles, car il faut aussi prévoir pas mal de place en plus en raison de certaines plates-bandes ou parties de plates-bandes qui restent occupées pratiquement toute l'année et même, pour les bisannuelles, une année et demie... Il faut essayer de choisir et laisser pousser des porte-graines vigoureux, veiller à ce que leur santé ou leur croissance ne soit pas trop entravée par d'autres plantes, trop de mauvaises herbes, les travaux de proximité, et cela tout au long de leur croissance jusqu'à leur maturité. Il faudra souvent en tuteurer certains. Ces plantes gagnent à être multipliées par éclats, marcottage, mais aussi semis. Aneth : graines en été.

Related:  Earthship