background preloader

Le jardin en Lasagnes : simple, rapide à mettre en place et productif ! - NatureLN

Le jardin en Lasagnes : simple, rapide à mettre en place et productif ! - NatureLN
Créer son jardin sans bêcher ni labourer, faire du sol quand il n’y en a plus ou quand il est très enherbé ! Voila le principe des "Lasagnes" ou "jardin instantané". Plus besoin de prendre la bêche, ni la ceinture pour soutenir le dos ! Des cartons, de la tonte de gazon, des feuilles, des déchets de cuisine, du terreau, une brouette et une pelle et... le tour est joué ! Aussitôt fini et arrosé, votre nouveau parterre peut recevoir vos plantations ! Vous emménagez dans votre maison et vous voulez profiter rapidement d’un jardin pour vous nourrir et profiter des fleurs ? Lasagnes où poussent les pommes de terre Depuis que Patricia Lanza (dans les années 1990), s’inspirant des conseils de jardinage de sa grand-mère et du sol de la forêt, a inventé la culture en Lasagnes, nous n’avons plus à torturer notre dos à retourner la terre pour préparer une nouvelle plate-bande ! Parterre buissonnant sur lasagnes Lasagne "Fousitout" Saponaire dans une Lasagne bordée de branches de noisetier

Comment construire son Lombricomposteur "fait maison" ? - Le WorgaBlog Pourquoi composter ses déchets ? Pour réduire la quantité de déchets ménagers et fabriquer de l'engrais. Comment faire ? En construisant un composteur ou un lombricomposteur chez vous. Et quand on peut éviter de dépenser des fortunes, c'est encore mieux ! Première chose à faire : répertorier le matériel dont vous aurez besoin pour monter votre lombricomposteur : des boîtes de polystyrène empilables. (couvercle, bac avec trous, bac sans trous pour le fond du composteur) des vers de terre bien entendu. Quelles sont les étapes de montage ? 1- Bien rincer et laver les boîtes de polystyrène, surtout si elles viennent de chez le poissonnier ! 2- Préparer les boîtes de polystyrène : il est possible qu'elles aient des trous à la base. Pour assurer une étanchéité parfaite, vous devrez probablement accrocher un sac plastique tout autour pour couvrir par dessous ce bac (photos à venir). 3- Faites des trous de 3 à 8 mm de diamètre (avec une perceuse, c'est plus rapide !) Et voilà, le tour est joué !

Le blog de Sibex Un potager en lasagnes ? Quelle idée ! Pour un potager luxuriant et sans trop d'efforts, il existe la technique du jardin en lasagnes. Quelques cartons, des couches successives de déchets de tonte, compost et autres disposés en andain suffisent à créer un lit de nutriments ultras concentrés pour des végétaux en pleine santé. Histoire et principe Car au jardin rien ne se jette, une jardinière américaine a eu l'idée de réutiliser ses déchets verts, de cuisine, un peu de compost et quelques cartons et journaux qui trainaient pour créer un petit potager. Au final, plus de déchets s'amoncelant inutilement, mais des andains de matières organiques n'attendant plus que quelques plantules à faire fructifier... Et ça marche ! Concrètement, cette technique agit véritablement comme un coup de fouet sur les plantes qui s'y trouvent. Mise en place Finis les coups de bêche printaniers dans la terre encore gelée. A la fin de cette opération, la "lasagne" atteint environ 30 cm de haut. C'est prêt ! >> Lire aussi :

La culture en pneus Lorsque l’espace se fait restreint, ou que l’on désire cultiver dans un endroit n’ayant pas de terre arable (ex. un coin de stationnement, sur un toit...), on peu utiliser des pneus. Inspirée de la permaculture, cette technique consiste à empiler des pneus et à les remplir de terre pour y implanter des cultures. Culture de pomme de terreCette approche est particulièrement adaptée à la culture de pomme de terre. Comme dans la photo ci-dessous. Ici, on commence avec un seul pneu rempli de terre riche en nutriment (mélange terre et compost) dans lequel on met une pomme de terre. Lorsque le plant est sortie de terre et qu’il possède plusieurs feuilles, on rajoute un autre pneu et de la terre par dessus. Le plant de pomme de terre fera des tubercules un peu partout sur la hauteur du plan enfouie dans la terre.

LA LOGIQUE CACHÉE DES MURS EN PIERRES SÈCHES J'ai commencé à construire des murs en pierres sèches, il y a une trentaine d'années. Au début, je m'appliquais et faisais attention au choix des pierres : je prenais uniquement les plus plates, les plus larges, les plus « belles ». Ensuite, je passais de longues minutes à ajuster chacune sur la précédente. Le plus souvent, aucune de ces pierres n'allait et je devais en chercher une autre. Péniblement, centimètre par centimètre, le mur prenait forme. Les mois et les années passaient, et rien n'y faisait. Un jour j'ai eu la curiosité de prendre le temps d'observer un mur existant. J'ai cherché à mettre en œuvre cette technique et, très vite, j'ai constaté que je montais beaucoup plus vite les murs et qu'ils étaient beaucoup plus solides : je n'avais plus à chercher des pierres « idéales », les petites pierres s'imbriquaient « naturellement » les unes dans les autres, mes murs commençaient à s'intégrer dans le paysage existant.

Les légumes perpétuels Voici une curieuse façon de cultiver un potager mais que les futés du jardinage adopteront volontiers. Parmi les légumes, un certain nombre peuvent survivre plusieurs années et continuer à produire pendant de longs mois. Plus besoin de labourer, semer et conserver la récolte ! Rustiques, ils peuvent pousser partout en France, parmi les fleurs ou le potager pourvu que l’endroit soit ensoleillé. 1 - L’oignon rocambole (Allium cepa var proliferum) On le dit perpétuel car vous n’avez pas besoin d’arracher la plante pour consommer les bulbes et il reste en place de nombreuses années. Les tiges vertes de 50 cm à 1 m de haut, remplacent agréablement le poireau ou la ciboule. v Au printemps ou à l’automne, plantez ses bulbilles ou semez les graines, dans une terre plutôt sableuse et humide, à exposition ensoleillée, ou bien en pot pour orner terrasses et balcons. C’est un poireau aromatique au goût légèrement sucré qu convient aux soupes, omelettes et quiches. Photo : Chenopodium bonus-henricus

Désherber de façon écologique ! Adieu les mauvaises herbes Pour de nombreuses personnes, le jardinage est une passion, un moment de détente et de contact avec la nature. Cependant, dans cette activité, le désherbage peut vite devenir une tâche fastidieuse et difficile. Saviez-vous que chaque année nous utilisons pas moins de 5 000 tonnes de produits (pesticides notamment) pour venir à bout de nos mauvaises herbes ! Arrachez les mauvaises herbes à la main ! La manière la plus simple mais répétitive et fastidieuse reste bien évidemment de désherber à la main vos mauvaises herbes en les arrachant avec leurs racines. Utilisez de l’eau bouillante ! L’utilisation de l’eau bouillante est particulièrement efficace pour les petites zones à désherber, comme sur une terrasse ou une allée par exemple. Conseil : Pensez à utiliser l’eau de vos cuissons plutôt que de jeter l’eau dans votre évier ! Associez de l’eau avec du gros sel ! Cette technique fonctionne parfaitement sur des petites surfaces. Paillage - Des billes d’argiles

Rhubarbe : plantation, culture et récolte de la rhubarbe La rhubarbe est une plante facile à cultiver et dont la récolte est souvent généreuse. En résumé, ce qu’il faut savoir : Nom : Rheum rhaponticumFamille : PolygonacéesType : Vivace Hauteur : 0,5 à 1mExposition : Ensoleillée, ombre légèreSol : Plutôt riche et acide Plantation : Automne, printemps – Récolte : Avril à septembre Santé : bienfaits et vertus de la rhubarbe sur la santé De la plantation ou du semis à la récolte des pétioles, l’entretien régulier devra vous permettre d’améliorer la croissance. Culture, entretien et recettes…voici tous nos conseils. Plantation de la rhubarbe On plante la rhubarbe plutôt à l’automne sous la forme de rhizomes mais elle peut aussi bien être plantée au printemps. Étant donnée la place qu’elle prend, réservez lui une place en dehors de votre potager car elle risque sinon d’occuper rapidement toute l’espace ! La rhubarbe a besoin d’un sol riche pour « prospérer » et mérite donc qu’on lui apporte régulièrement de l’engrais organique. Semis de rhubarbe :

Réseaux citoyens Un projet de monnaie locale stéphanoise... Soirée-débat autour de la présentation de l’expérience de monnaie locale toulousaine, avec Frédéric Bosqué, vendredi 16 mars à 19h à l’Université. mardi 6 mars 2012, par Philippe Pupier L’association “COOP en LIENS” invite à une soirée-débat autour de la présentation de l’expérience de monnaie locale de Toulouse, le “SOL Violette”, par Frédéric Bosqué, coordinateur monnaie locale Sol-Violette, vendredi 16 mars à 19h, amphi EO1 de l’Université Jean Monnet (site Tréfilerie - entrée Rue Richard) Participation libre. Un projet de monnaie locale stéphanoise est lancé. Les collectifs de citoyens et associations engagés dans le projet : Coop en Liens, Coop les Artisons, Secours Catholique, Villes en transition, SEL de l’Ondaine, Colibris, Oxygène pour l’Ondaine, ATTAC, SEL des 7 Collines, Réseaux citoyens de Saint Etienne, Artisans du monde, etc... Une Monnaie Locale Complémentaire (MLC), pour quoi faire ? Pour le groupe, Philippe Pupier

Related: