background preloader

Expérience de Milgram

Expérience de Milgram
Graphique montrant que 65% des sujets de l'expérience infligent des souffrances maximales si on le leur ordonne Reconstitution de l'expérience de Milgram (extrait)[1]. L’expérimentateur (E) amène le sujet (S) à infliger des chocs électriques à un autre participant, l’apprenant (A), qui est en fait un acteur. La majorité des participants continuent à infliger les prétendus chocs jusqu'au maximum prévu (450 V) en dépit des plaintes de l'acteur. L’expérience de Milgram est une expérience de psychologie publiée en 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram[2]. Cette expérience évalue le degré d'obéissance d'un individu devant une autorité qu'il juge légitime et permet d'analyser le processus de soumission à l'autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet. Déroulement de l'expérience[modifier | modifier le code] Fac-similé de l'annonce publiée en 1961 par l'équipe de S. L'expérimentateur et l'élève sont en réalité deux comédiens Divers

https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram

Related:  Psychologie Sociale ExpérimentalemanipulationrecrutementIrrationnelLe masque de papier

Expérience de Asch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'expérience de Asch, publiée en 1956, est une expérience du psychologue Solomon Asch qui démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d'un individu au sein d'un groupe[1]. Description de l'expérience[modifier | modifier le code] 9 conseils pour se libérer de la dépendance affective. Voici quelques conseils pour se dégager peu à peu de la dépendance.Ces conseils sont "généraux", ils ne répondront pas à toutes vos questions d'autant que la dépendance affective se décline en fonction de chaque personnalité. Ces conseils sont à mettre en application, ce qui n'est pas toujours facile pour certaines personnes.Attention : cet article est informatif, il ouvre des pistes (à mettre en pratique) en aucun cas il ne peut se substituer à un travail avec un professionnelConsulter un spécialiste, psy comportementaliste, vous aidera à sortir de cette addiction et de votre anxiété !.La dépendance ou addiction à l'autre est un symptôme anxieux, dénote donc une personnalité anxieuse, stressée La dépendance affective se symbolise par: "l'attente"

Hannah Arendt Hannah Arendt en 1975 signature Hannah Arendt, née Johanna Arendt[1] à Hanovre le 14 octobre 1906 et morte le 4 décembre 1975 à New York, est une politologue, philosophe et journaliste allemande naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme, la modernité et la philosophie de l'histoire. Elle soulignait toutefois que sa vocation n'était pas la philosophie mais la théorie politique (« Mein Beruf ist politische Theorie »)[2]. C'est pourquoi elle se disait « politologue » (« political scientist »)[3] plutôt que philosophe.

Anagrammes de Métro Iván Skvarca m'a signalé un site Web proposant des cartes de métro dans lesquelles les noms de stations ont été remplacés par des anagrammes. S'étonnant que cela n'ait pas encore été effectué pour le métro parisien, il m'a suggéré de m'y lancer. En fait, Michel Clavel avait déjà anagrammatisé plusieurs portes de Paris dans son livre Paris en jeux paru fin 2005, et il m'a aussi informé que l'oulipienne Michelle Grangaud a publié en 1990 un recueil de poèmes anagrammatiques sur les stations du métro parisien.

Coronavirus : et si les masques faisaient plus de mal que de bien ? Le masque est devenu dans le débat public l'élément central du déconfinement. Plusieurs études attestent de son efficacité contre la transmission du SARS-Cov-2. Pourtant, d'autres scientifiques dénoncent des conclusions biaisées et mettent en gardent contre la fausse sécurité conférée par le port du masque. Cela vous intéressera aussi [EN VIDÉO] Coronavirus : demain, tous masqués ? La folie collective du Département d'État des Etats-Unis Traduction : VD © InconnuVictoria Nuland, Secrétaire d’État adjoint aux Affaires européennes Plus de 50 « diplomates » du Département d'État des États-Unis [Ministère des Affaires Étrangères - NdT] ont envoyé un rapport « dissident » exhortant le président Obama à lancer des frappes militaires contre l'armée syrienne, un signe de plus que ce Ministère a disjoncté de façon collective. Au cours des dernières décennies, le département d'État des États-Unis qui était jadis une maison raisonnablement professionnelle et réaliste en matière de diplomatie est devenu un repaire de bureaucrates guerriers possédés par des obsessions impériales, un phénomène dangereux souligné par la récente « dissidence » de masse en faveur de nouvelles tueries en Syrie. Même certains fonctionnaires du Département d'État, que je connais personnellement et qui ne sont pas vraiment néoconservateurs ou libéraux-faucons, agissent comme s'ils avaient avalé la pilule et toute la boîte avec. Risquer une victoire Djihadiste

Stratégies de Manipulation Elément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l'économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l'attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » (extrait de "Armes silencieuses pour guerres tranquilles") 3 La stratégie du dégradé

La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. Expérience de Stanford L’expérience de Stanford (parfois surnommée effet Lucifer) est une étude de psychologie sociale menée par Philip Zimbardo en 1971 sur les effets de la situation carcérale, ayant eu un très grand écho social et médiatique. Elle fut réalisée avec des étudiants qui jouaient des rôles de gardiens et de prisonniers. Elle visait à étudier le comportement de personnes ordinaires dans un tel contexte et eut pour effet de montrer que c'était la situation plutôt que la personnalité autoritaire des participants qui était à l'origine de comportements parfois à l'opposé des valeurs professées par les participants avant le début de l'étude. Les 18 sujets avaient été sélectionnés pour leur stabilité et leur maturité, et leurs rôles respectifs de gardiens ou de prisonniers leur avaient été assignés ostensiblement aléatoirement. Les problèmes éthiques soulevés par cette expérience la rapprochent de l'expérience de Milgram, menée en 1963 à l'Université Yale par Stanley Milgram.

Trailer : la terrible expérience de la prison de Stanford adaptée en film Un film présenté à Sundance retrace l’histoire d’une expérience de psychologie sociale aussi célèbre que controversée, dans laquelle des étudiants de Stanford sont volontairement placés dans des conditions carcérales. Le matin du 17 août 1971, vingt-quatre jeunes hommes vivant dans la région de Palo Alto sont arrêtés à leur domicile, sous les yeux de leurs voisins. Coupables de cambriolage et de vol à main armée, ils sont menottés, emmenés au commissariat local, puis placés dans une cellule mobile et aveuglés. Lorsqu’on leur enlève enfin le bandeau et les menottes, ils n’ont aucune idée de l’endroit où ils se trouvent, mais sont certains d’une chose : leur liberté de mouvement leur a été supprimée.

Related: