background preloader

Pervers narcissiques : enquête sur ces manipulateurs de l'amour- 15 mars 2012

Pervers narcissiques : enquête sur ces manipulateurs de l'amour- 15 mars 2012
Melody. Belle comme Audrey Hepburn. Gaie, attentive aux autres. Elle s'est pendue à 28 ans. On l'a trouvée dans la cuisine de l'appartement où elle vivait avec un homme rencontré un an plus tôt. Toute relation toxique, bien sûr, ne conduit pas au suicide, mais le risque est là. Vampires affectifs Taper "perversion narcissique" sur Google, c'est pénétrer un monde parallèle et funèbre. Le mal n'est pas nouveau mais en recrudescence express, selon Dominique Barbier, criminologue et expert psychiatre avignonnais, ami de Boris Cyrulnik, qui écrit un livre (à paraître cette année chez Odile Jacob) pour expliquer en quoi notre époque est une véritable "fabrique de pervers". Relations toxiques La perversion narcissique consiste à employer des moyens retors - en l'occurrence vampiriser et anémier son partenaire - pour combler une faille infiniment béante et un vide intérieur. Des débuts grandioses. Serial killer psychologique La révélation peut survenir après dix ou vingt ans de vie commune.

Réforme des collèges : le savoir, fin de transmission Une gauche qui ne croit plus à l’élitisme pour tous Alors que le collège unique est de plus en plus critiqué, on aurait pu voir d’un bon œil l’idée d’une réforme. Le problème est que cette réforme ne consiste pas à faire le bilan de cette création giscardienne des années 1970, mais à aller toujours plus loin. Ainsi, il s’agit principalement d’en finir avec les enseignements jugés trop élitistes et de revoir, une fois de plus, les contenus à la baisse. « L’émancipation par le savoir, ce n’est pas l’alignement sur le commun dénominateur, l’asymptote vers zéro. À ces deux-là, on conseillera le livre d’Augustin d’Humières, Homère et Shakespeare en banlieue, pour leur faire comprendre que les élèves des milieux populaires ne sont pas plus bêtes que la moyenne et peuvent parfaitement accéder à la culture classique. L’interdisciplinarité, nouveau dogme des pédagogies modernes Tract du Snes contre l’actuelle réforme du collège. à la fois du français et des mathématiques. À y regarder de J'aime :

Pervers narcissiques : "Les personnes les plus intelligentes sont les plus exposées" - 30 mars 2012 - L'Obs Dans votre manuscrit, vous analysez longuement la relation d’emprise, véritable "main basse sur l’esprit" selon le psychanalyste Saverio Tomasella, qui permet de pendre le pouvoir sur quelqu’un. En quoi consiste-t-elle ? Nous pourrions le définir en un seul mot : "décervelage". Le processus en œuvre dans le décervelage consiste en une perte progressive des capacités psychiques d’une personne soumise à des manipulations quotidiennes qui agissent comme des micros agressions. Le poison est instillé à dose homéopathique. Le manipulé devient peu à peu inapte à opérer la distinction entre ce qui est bon ou mauvais pour lui et n’a pas conscience de ce "décervelage". Comme le fait de penser que les personnes manipulées sont "faibles" ? Tout à fait. Comme souvent, la pluridisciplinarité favoriserait une meilleure compréhension des choses... Oui. Vous écrivez que "la manipulation altère profondément la personnalité du manipulé".

Le menteur Jean Cocteau En tant que conteuse, amoureuse des mots et de la fable, et sachant que le conte est « parole de vérité »,vous comprendrez pourquoi j’adore ce texte. Je voudrais dire la vérité, j’aime la vérité, mais la vérité ne m’aime pas, voilà la vérité vraie, la vérité ne m’aime pas. Dès que je la dis, elle change de figure, se retourne contre moi et j’ai l’air de mentir et tout le monde me regarde de travers. C’est si facile de dire la vérité, c’est un luxe pour les paresseux. Je mens pour les petites choses et je mens pour les grandes, et s’il m’arrive une fois, par hasard, de dire la vérité ; eh bien, par surprise elle se recroqueville, elle se ratatine, elle grimace et devient mensonge. Remarquez, je changerai, j’ai déjà changé ; je ne mentirai plus, du mois presque plus ; je trouverais bien un moyen pour ne plus mentir, sortir de ce désordre épouvantable, le désordre épouvantable du mensonge. Madame, oui, oui, oui, oui, vous madame !

Ernst Jünger : vivre par les armes et les mots La guerre est synonyme de souffrance et de désolation et les hommes de 14 sont les victimes de la barbarie moderne. Cent ans ont passé depuis le début de la Grande Guerre et cette opinion est aujourd’hui largement partagée ; elle anime l’esprit des discours et les cérémonies de commémoration. En Allemagne comme en France, Ernst Jünger incarne tout ce que notre Europe moderne et pacifiée ne souhaite plus voir et rejette, tout ce qu’elle a en horreur : un soldat, incarnation de cette culture martiale européenne aujourd’hui disparue, un guerrier devenu écrivain dont une grande partie de l’œuvre puise son inspiration dans les quatre années passées dans la boue et la fureur des tranchées du nord de la France. Jünger au retour du front L’œuvre de Jünger est vaste ; elle parcourt le XXème siècle, ses tourments et ses drames. Soldats allemands dans les tranchées D’une guerre à l’autre Jünger entre les deux guerres La guerre n’en a cependant pas fini avec lui. La guerre comme élément naturel Comments

La perversion à travers les âges Les pervers font le mal pour le mal, jouissent de l’angoisse qu’ils suscitent chez autrui et défient les normes morales d’une société par leurs conduites « déviantes ». Mais est-on pervers de la même façon au Moyen Âge qu’au XXIe siècle ? Violeur d’enfants, mari manipulateur, homme politique aux mœurs légères… Désormais, pas une semaine sans que le mot « pervers » soit utilisé à tort et à travers dans les médias pour désigner à la vindicte publique des individus dont le comportement déviant scandaleux, grotesque ou abject nous donne à voir dans un miroir grimaçant ce que nous nous évertuons à cacher sans cesse : la part obscure de nous-mêmes (1). L’existence du mot « pervers » est attestée en 1190 et dérive de « pervertere » : retourner, renverser, inverser, commettre des extravagances. >> L’existence du mal chez un individu relève-t-elle de l’ordre divin ? L’homme médiéval appartient corps et âme à Dieu. >> Le libertin est-il un pervers ? >> La médecine, nouvelle référence ? Sarah Chiche

Le corps utopique / Michel Foucault / Pas de deux / Norman McLaren Ce lieu que Proust, doucement, anxieusement, vient occuper de nouveau à chacun de ses réveils, à ce lieu-là, dès que j’ai les yeux ouverts, je ne peux plus échapper. Non pas que je sois par lui cloué sur place – puisque après tout je peux non seulement bouger et remuer, mais je peux le « bouger », le remuer, le changer de place -, seulement voilà : je ne peux pas me déplacer sans lui ; je ne peux pas le laisser là où il est pour m’en aller, moi, ailleurs. Je peux bien aller au bout du monde, je peux bien me tapir, le matin, sous mes couvertures, me faire aussi petit que je pourrais, je peux bien me laisser fondre au soleil sur la plage, il sera toujours là où je suis. il est ici irréparablement, jamais ailleurs. Norman McLaren / Pas de deux / 1968

Pour contribuer à la réflexion après les attentats du 13 novembre 2015 Suite à la vague d'attentats du 13 novembre dans le Xe et XIe arrondissement de Paris et à Saint-Denis, comme après ceux des 7 et 8 janvier 2015 contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo et contre un magasin casher à Paris, nous proposons une sélection de ressources universitaires publiées par des spécialistes de géographie et de géopolitique pour contribuer à l'analyse. Nous avons privilégié les ressources en ligne, en accès libre ou via le portail cairn.info. Les ressources les plus récentes sont mises en avant. Sur le 13 novembre, Jacques Lévy, professeur de géographie et d’aménagement de l’espace à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, "Paris (Monde) : géographies du 13 novembre 2015 1. Patrick Poncet, « Le terrorisme », Le Temps de la géographie, France Culture, 10 août 2015. Débat : En complément, sur le site expert SES ENS/DGESCO, lire le dossier Le regard des économistes sur le terrorisme, 23 novembre 2015. 2. Des termes à définir Généralités 3. 4. 5. 6.

Test : Reconnaître un pervers narcissique | Le pervers narcissique ​Reconnaître, détectez un pervers narcissique grâce au test suivant. Si vous trouvez de 10 à 15 points de comparaison, vous avez affaire à un simple manipulateur. Au-delà de quinze similitudes, vous devez immédiatement agir pour sauver votre existence. FUYEZ ! Le pervers narcissique éprouve de la joie au spéctacle de votre déchéance associé au sentiment de domination morbide. L’erreur des victimes d’un manipulateur pervers narcissique est de rechercher l’existence d’un sentiment là où il n’en demeure malheureusement aucun. Testez et comparez les 30 points ci-dessous avec les traits de caractère de la personne que vous soupçonnez d’être un manipulateur pervers narcissique. Culpabilise sa victime en inversant les rôles Susciter un sentiment de culpabilité chez sa victime est une manœuvre dans laquelle le pervers narcissique prend un véritable plaisir. Ne communique pas clairement, nie les évidences • « T’as mal compris, j’ai pas dit les choses dans ce sens-là… » Vous devez être parfait

Related: