background preloader

Autorité

Facebook Twitter

Documents - sitEColes. Des comportements perturbateurs aux troubles du comportement, certains élèves ne rentrent pas facilement dans les apprentissages.

Documents - sitEColes

Comment mieux les comprendre et adapter nos réponses ? Les enfants posent souvent question par leur comportement dérangeant à l'école. Des comportements perturbateurs aux troubles du comportement, ces élèves ne rentrent pas facilement dans les apprentissages, mettent à l'épreuve au quotidien le fonctionnement de la classe, la patience de leurs enseignants et la cohérence de l'équipe.

Comment mieux comprendre et adapter nos réponses ? A) Comportements difficiles ou troubles du comportement ? B) Différentes approches explicatives d'une situation que certains décrivent comme : " aujourd'hui, les enfants ne sont plus les mêmes… " - Prendre en compte les aspects historiques et sociologiques - Prendre en compte les apports de la psychanalyse - Prendre en compte les apports de la médecine - Différentes approches explicatives et curatives.

198 Gerer des conflits en maternelle. Violence de l'école maternelle. Par Christine Colomer 11 heures : c'est le moment de ranger.

Violence de l'école maternelle

Antoine et Kévin empoignent la grosse caisse de Duplos. Celle qui donne des allures de déménageurs quand on la porte. Chacun tire de son coté, bien décidé à réaliser seul son projet personnel. Cris. Il est courant qu'un enfant de cycle I utilise la violence pour résoudre un conflit qui le met en danger. Des familles leur donnent parfois raison. Les crèches, jardins d'enfants, et centre de loisirs s'adaptent à ces réalités humaines et sociales, avec des conditions d'encadrement et de proximité respectueuses des particularités des petits. Le taux d'encadrement en centre de loisirs est de 1 animateur pour 8 enfants de moins de 7 ans.(3) L'école maternelle française ose rassembler jusqu'à 30 petits dans une même classe. Enfant violent à l'école, quoi faire? - À 10 jours d'une plus grande harmonie familiale!

Violence à l'école – enfant en crise – élève perturbateur – trouble du comportement et de la conduite… - Circonscription de Joigny Centre Yonne. Menu de navigation CONSULTEZ LA RUBRIQUE La circonscriptionFERMER CONSULTEZ LA RUBRIQUE Espace administratifFERMER CONSULTEZ LA RUBRIQUE Espace pédagogiqueFERMER CONSULTEZ LA RUBRIQUE Prêt de ressources matériellesFERMER CONSULTEZ LA RUBRIQUE Liens et infos diversesFERMER CONSULTEZ LA RUBRIQUE Actualités diversesFERMER Accueil > Violence à l’école – enfant en crise – élève perturbateur – trouble du comportement et de la conduite… Violence à l’école – enfant en crise – élève perturbateur – trouble du comportement et de la conduite… Le 8 juillet 2009 Comment accompagner au mieux les enseignants dans la gestion d’élèves en situation de crise ou d’élèves à trouble du comportement grave et persistant ?

Violence à l'école – enfant en crise – élève perturbateur – trouble du comportement et de la conduite… - Circonscription de Joigny Centre Yonne

Violence à l’école, gestion de crise Fiche pratique à destination des écoles Crise : tableau synoptique. Pouvoir (sociologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pouvoir (sociologie)

Pour les articles homonymes, voir Pouvoir. Cet article concerne le pouvoir tel que perçu dans la relation entre les individus. Le pouvoir est souvent considéré comme une relation entre des acteurs sociaux (des individus, des groupes sociaux ou classes sociales). Comme le disait Max Weber[1] à la fin, la relation de pouvoir s'observe quand un individu accomplit (ou s'abstient d'accomplir) conformément à la volonté d'un autre individu, une action qu'il n'aurait pas accomplie (ou aurait accomplie) spontanément. Il définit en effet le pouvoir comme « toute chance de faire triompher, au sein d'une relation sociale, sa propre volonté, même contre des résistances ; peu importe sur quoi repose cette chance ».

C'est pourquoi l'on distingue deux sortes de pouvoir : Le pouvoir d'injonction reposant sur la coercition, c'est-à-dire la contrainte. Deux sources du pouvoir sont envisageables : Sur les autres projets Wikimedia : Pouvoir, sur Wikiquote. Pouvoir, autorité, légitimité. 1Dans un essai récent, La fin de l’autorité (2004), Alain Renaut poursuit une réflexion amorcée de longue date sur les choix de valeurs qui s’imposent aux sociétés démocratiques.

Pouvoir, autorité, légitimité

Il reprend l’examen critique des problèmes que rencontrent l’action éducative et la relation adultes-enfants, déjà étudiés en détail dans La libération des enfants (2002). Ici, Renaut élargit considérablement le débat en situant ces problèmes dans un contexte de fragilisation généralisée de toutes les formes de pouvoir plus ou moins institutionnalisées. Partout où s’exerce un pouvoir, celui-ci est ébranlé par une crise de l’autorité qui est en fait une crise de légitimité. On doit savoir gré à l’auteur d’avoir montré l’ampleur d’un phénomène beaucoup plus important et plus complexe que ne le suggère telle ou telle de ses manifestations sectorielles. On appréciera également la référence dépourvue d’ambiguïté à la modernité. 1 Mais pas seulement par les sociologues. Les trois conceptions actuelles de l’autorité.

Depuis maintenant cinq années [1], le propos sur le concept d’autorité envahit tous les secteurs de la vie sociale.

Les trois conceptions actuelles de l’autorité

Il produit d’une part des discours politiques et médiatiques présentés comme des relais de l’opinion publique ; d’autre part des discours et des débats contradictoires entre les différentes disciplines des sciences humaines. Ainsi, certains philosophes, sociologues, psychologues, psychanalystes ou encore chercheurs en sciences de l’Education ébauchent une pensée alternative encore peu diffusée. À l’examen de ces différents discours, trois conceptions de l’autorité se dégagent que nous nommons « autorité autoritariste », « autorité évacuée » et « autorité éducative ».

Bien que l’on puisse dater approximativement chacune d’elle, ces trois manières de penser l’autorité coexistent actuellement, s’imbriquent même très souvent dans les propos de tel responsable ou acteur social.