background preloader

Faut-il "flipper" ?

Faut-il "flipper" ?
Flipping Classroom On parle de tectonique des plaques, de tremblement de territoires, de changement de paradigme, de grand switch dans l'organisation de nos sociétés et voici que l'univers bien clos de la classe (n'évoquait-on pas en France il n'y a pas si longtemps une école sanctuaire construite sur des fondamentaux ?) se renverse avec ce « nouveau » concept de « Flipping class ». Vraiment si renversant ? Pour de nombreux enseignants la notion n'a rien de bien nouveau : afin d'échapper à la « leçon » magistrale, ou ce qu'on appelle la lecture en université, il y a mille façons de mettre en activité un groupe d'élèves ou d'étudiants : recherches en bibliothèque ou sur internet, projets, discussions, travail en ateliers à partir de documents de tous types qui peuvent avoir été consultés préalablement à la séance. Le travail en amont, avant d'arriver en cours, s'il n'est pas très familier en France est plus courant dans les pays anglo-saxons. De quoi parle-t-on au juste ? Related:  nouvelle ecole

Perrenoud : « Comprendre, c’est contester l’ordre des choses… » Par Marcel Brun Un nouvel ouvrage de Philippe Perrenoud est forcément un objet attendu, tant les travaux de l’universitaire genevois ont irrigué les milieux de la formation des enseignants, IUFM compris. Le titre est tout un programme, comme une preuve que le propos est pesé : « Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?» Il faut dire que ces derniers temps, les pédagos qui parlent des compétences ne sont pas sur une ligne unique. Il suffirait de comparer l’évolution du positionnement d’un autre Philippe célèbre, Meirieu, dont le dernier entretien croisé avec Marcel Gauchet, publié dans Le Monde (1), a donné un coup de pied dans la fourmilière. Où en est Perrenoud avec les compétences ? Du coup, pas étonnant que la construction de « référentiels » nécessaires en éducation tourne rapidement au dialogue de sourds : - « travailler par situations-problèmes » ne suffit pas pour développer automatiquement des compétences Notes : Liens :

La classe renversée Archive de la discussion "Difficultés et défis rencontrés lors de l’implantation d’une dynamique de classe inversée" | 24 octobre 2012 Pour cette première de la classe-ClavEd, Christian Drouin (@christiandrouin) a partagé son expériences et ses astuces avec les édutwitteurs désireux d’en savoir plus sur sa classe de science inversée. Voici le compte rendu de cette discussion riche et près de la pratique. [Lire la discussion "Difficultés et défis rencontrés lors de l’implantation d’une dynamique de […] Difficultés et défis rencontrés lors de l’implantation d’une dynamique de classe inversée | Discussion du 24 octobre Pour bien des professeurs, moi inclus, changer notre façon d’enseigner, ça fait peur. «Tu m’fais flipper!» Le mercredi 16 mai 2012, à 12h00 (EST), 13h00 (ATL), 17h00 (Europe), une discussion #ClavEd portera sur le phénomène grandissant en éducation, celui de la pédagogie inversée (aussi connue sous les termes classe renversée ou flipped classroom).

Cas d’une flipped classroom au Canada Afin d’aider les élèves qui trouvent le plus de difficulté en classe, Annick Arsenault, une institutrice Canadienne, a décidé de dispenser ses cours via le site Youtube, et de consacrer les heures de classe aux devoirs. La méthode de la flipped classroom est destinée donc à assister les élèves en classe, après qu’ils aient entendu et compris, chez eux, la leçon au lieu de les inciter à réciter plusieurs fois la leçon. Les deux principaux avantages de cette nouvelle technique pédagogique, qui sont d’une part, un meilleur emploi des heures de cours pour l’enseignant, et la possibilité de réécouter à volonté la vidéo de la leçon, pour les écoliers les moins rapides, d’autre part. Cette méthode concerne aussi les élèves rapides puisqu’ils ne trouvent plus le temps de s’ennuyer à l’école et trouvent le moyen de progresser à leur rythme. L’organisation de la flipped classroom se fait à travers 3 ou 4 groupes, répartis selon la vitesse d’assimilation des écoliers.

Apprentissage inversé : mode d’emploi Après une phase d’indifférence et de curiosité prudente, l’apprentissage inversé (Flipped learning) entre maintenant dans la phase des critiques : la majorité des enseignants n’a encore aucune expérience de la méthode et présente toutes les bonnes raisons de ne pas l'essayer. Un récent article de Alan November et Brian Mull (Flipped learning: A response to five common criticisms), détaille les principes de la méthode et quelques réponses aux critiques. Apprentissage inversé : méthode résumée Les étudiants se préparent pour la classe en regardant des vidéos, écoutant des balados, lisant des articles ou méditant des questions faisant appel à leurs connaissances déjà acquises. Après avoir consulté ces contenus, les étudiants rapportent ce qu’ils ont compris et organisent des questions ou précisent les zones de confusion. Comme on le voit, il n’y a rien de bien révolutionnaire, sinon que le recours aux technologies. Réponses aux critiques - Le rôle du professeur est modifié. Ressources

Pédagogie inversée ou semi-inversée ? La pédagogie inversée fait en ce moment le buzz. J’ai trouvé de nombreuses explications, définitions, très diverses mais surtout une excellente synthèse réalisée par Annick Arsenault Carter. Schématisons très rapidement la démarche : A savoir, présenter un certain nombre de documents, de ressources avant le cours et baser ce dernier sur des activités, des questionnements, issus ou générés par les ressources. Cette façon de fonctionner m’intéresse beaucoup mais pose un certain nombre de questions. Si je vois bien son utilisation dans le cadre d’un cours plutôt technique avec des étudiants, j’ai encore du mal à l’appréhender pour un cours concernant des généralités sur un sujet. La solution réside peut-être dans le fait d’intégrer le travail d’examen, le plus souvent un dossier ou un exposé, dans le cadre du cours. Posons cependant quelques règles. Limiter le temps de consultation demande aussi un travail de l’enseignant et l’apprentissage de certaines techniques. J'aime :

Professeur, comment faire ? – Conseils pour mieux vivre son métier Un livre de « recettes » souvent judicieuses pour enseigner de manière efficace, loin de la simple (ou simpliste) « tenue de classe », par une enseignante expérimentée. Un ouvrage surtout pratique, destiné aux débutants dans le secondaire, écrit par une enseignante expérimentée qui a exercé près de vingt ans en ZEP. L’auteure a choisi de partir de ces nombreuses questions qui se posent tous les jours au professeur : comment retenir l’attention, comment gérer l’hétérogénéité, quels devoirs donner, etc. ? Jean-Michel Zakhartchouk Etapes pour bien démarrer : guide | Classe Inversée Faire évoluer sa pédagogie pour passer à un modèle de classe inversée peut être intimidant, mais il s’agit simplement, au départ, de vous munir de vidéos ou d’autres ressources pertinentes pour vos élèves et de leur donner comme instructions de les avoir vues avant de venir en classe. C’est le cap le plus important à franchir, et il est relativement simple quand on sait comment s’y prendre. Heureusement, ce site est là pour vous aider. Sachez que vous pouvez démarrer progressivement, par exemple en testant ce modèle avec une classe seulement, ou sur une seule leçon. Mais avant tout, assurez-vous que la direction de votre école approuve vos projets. Une fois le feu vert obtenu, voici les étapes à suivre : 1. 1. La classe inversée ouvre de nombreuses possibilités quant à la pédagogie à instaurer auprès de ses élèves. Pour voir quelques exemples de concepts pédagogiques intéressants pour votre classe, visitez la section concepts pédagogiques. 2. Salman Khan 3. 4. 5. 6.

La Classe Inversée | MrProfdechimie Pour lire mon rapport sur mes classes inversées, cliquez ICI (pdf, 3 Mo) Pour consulter une liste collaborative qui regroupe des enseignant(e)s qui utilisent l’approche ou la dynamique de classe inversée dans leurs cours, cliquez ICI La classe inversée, c’est quoi ? C’est une façon différente d’enseigner et d’apprendre. Cette façon de faire est utilisée aux États-Unis au niveau primaire, secondaire, collégial et universitaire depuis 2007. Les étudiants devaient s’approprier les contenus à la maison au moyen de vidéos sur YouTube et ils devaient utiliser le blogue du cours pour communiquer … C’était beaucoup de travail, mais cela en valait la peine! En vidéo Et voici certains trucs pour inverser sa classe avec succès Comment ? Créer des tableaux individuels effaçables pour les vidéos ou pour le travail collaboratif étudiant. Liens utiles Voici certains articles en français mentionnant le modèle de la classe inversée et son utilisation par des pédagogues engagés: Témoignages en français: Like this:

Pédagogie inversée : des résultats scolaires nettement supérieurs Au Calhoun Community College, en Alabama, les étudiants sont responsables de connaître la matière avant d’arriver en classe. Sur place, ils travaillent ensemble sur des projets leur permettant de progresser dans leurs apprentissages, tout en menant des discussions significatives avec l’enseignant. Bienvenue à l’ère de la classe inversée! Le concept de classe inversée est très populaire ces temps-ci. Dans les dernières années, le Calhoun Community College a vu sa clientèle augmenter de 25 % en raison de l’explosion démographique. La dynamique de classe inversée s’y est imposée naturellement. « C’est une philosophie et non une méthodologie, note Bobbi Jo Carter, coordonnatrice de l’apprentissage numérique au collège. On a remarqué que les enseignants avaient tendance à devenir des spécialistes de matière et non de pédagogie. « Dans la classe inversée, le rôle de l’enseignant devient central, explique Alice Yeager, enseignante en développement de l’enfant. À lire aussi :

Related:  pédagogieScénarisationExperimentsFlipped classroom