background preloader

Pédagogie inversée : des résultats scolaires nettement supérieurs

Pédagogie inversée : des résultats scolaires nettement supérieurs
Au Calhoun Community College, en Alabama, les étudiants sont responsables de connaître la matière avant d’arriver en classe. Sur place, ils travaillent ensemble sur des projets leur permettant de progresser dans leurs apprentissages, tout en menant des discussions significatives avec l’enseignant. Bienvenue à l’ère de la classe inversée! Le concept de classe inversée est très populaire ces temps-ci. L’idée a notamment fait du chemin avec la popularité grandissante de la Khan Academy, un espace Web qui fait la promotion de l’apprentissage libre et gratuit pour tous. Au Calhoun Community College, c’est la réalité de plusieurs groupes. Dans les dernières années, le Calhoun Community College a vu sa clientèle augmenter de 25 % en raison de l’explosion démographique. La dynamique de classe inversée s’y est imposée naturellement. « C’est une philosophie et non une méthodologie, note Bobbi Jo Carter, coordonnatrice de l’apprentissage numérique au collège. À lire aussi : Pour suivre l'auteur :

http://www.infobourg.com/2012/03/22/pedagogie-inversee-2/#.T7vsdpR_Iul.twitter

Écrire ensemble par-delà l'océan A l’occasion de la journée internationale de la francophonie, des élèves québecois et du Mantois (du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie) ont rédigé des textes communs. Tout a commencé avec Twitter : sur ce réseau social, j’ai tissé des liens professionnels avec nombre de professeurs de lettres (une soixantaine) dont des professeurs enseignant le français à l’étranger, notamment au Québec, pays francophone. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de deux enseignants de Québec : Annie Côté, professeure de français en 5ème secondaire à l’école Saint-Pierre et des Sentiers, et Sylvain Bérubé, enseignant de français en 1ère et 3ème secondaire (élèves de 12-13 et 14-15 ans) à l’école secondaire De Rochebelle. Il s’agissait de faire écrire ensemble des élèves de Lycée en France (TL en Littérature et Tle en Latin ; anciens élèves) et des élèves de Secondaire au Québec pour célébrer la francophonie et la rendre vivante pendant la semaine de la francophonie. Histoire 1

Apprentissage par enquête et Pédagogie inversée «C’est le rôle de la prospective que de ne pas minimiser les tensions et les dangers futursau nom d’un optimisme de convention. Mais l’anticipation se veut aussi une incitation à l’action. En cela, elle ne saurait non plus céder au pessimisme.»Vers les sociétés du savoir, Rapport mondial de l’UNESCO, 2005 La solitude du professeur d’histoire-géographie Le 5 juillet, Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, donnait le coup d’envoi de « la concertation sur la refondation de l’école ». Devant 200 personnes rassemblées dans le grand amphi de la Sorbonne, il expliqua qu’il s’agissait de « refonder la République par l’école ». La refondation républicaine, c’est son grand truc, à Peillon : le 26 juin dernier, il en avait effleuré l’idée dans une lettre qu’il avait adressée à « tous les personnels de l’Éducation nationale », tel un Pape qui délivre à ses évêques une exhortation apostolique. C’est comme si les résultats des élèves importaient peu à l’Éducation nationale : serait-ce pour cela qu’un ministère à la Réussite éducative a été créé?

L’école selon la gauche L’école, peut-être plus que tout autre secteur, a subi les ravages du sarkozysme. Suppression de milliers de postes d’enseignants, mise en cause des parents en cas d’absentéisme des enfants, promotion d’une excellence en trompe-l’œil, ghettoïsation des élèves en difficulté par l’assouplissement de la carte scolaire : au total, ce sont bien les fondements de l’école républicaine qui ont été minés. Autant dire que, pour Vincent Peillon, la tâche est immense. Au sein d’un gouvernement qui fait, c’est le moins que l’on puisse dire, une rentrée difficile, multipliant les pas de clerc par rapport au discours du candidat Hollande, le nouveau ministre de l’Éducation nationale s’en sort plutôt bien.

pédagogie inversée La pédagogie inversée est une stratégie d’enseignement où la partie magistrale du cours est donnée à faire en devoir, à la maison, alors que les traditionnels devoirs, donc les travaux, problèmes et autres activités, sont réalisés en classe. L’auteure Shelley Wright voit dans cette approche une révolution de notre application de la traditionnelle taxonomie de Bloom. Selon l’enseignante, cette taxonomie qui présente les fonctions cognitives dans une progression des plus simples aux plus complexes amènent les enseignants à baser leur enseignement sur les fonctions simples comme la mémorisation avec pour objectif trop souvent jamais atteint de construire jusqu’aux fonctions complexes. L’approche de Wright retourne l’approche classe en plaçant au premier niveau de la pyramide les fonctions cognitives complexes, comme l’évaluation et la création. Des TIC sont utilisées pour générer un environnement et des ressources d’apprentissage efficaces pour l’étudiant.

Lettre à mes élèves : « Pourquoi j’arrête l’enseignement ? » {*style:<b> Carte blanche de Justine Lalot, ex-enseignante (six ans de carrière), écrivain et aujourd’hui chercheuse d’emploi. </b>*} « Je voudrais vous remercier » Classe Inversée Ce site a pour but d’expliquer le concept de classe inversée à tous les professeurs qui souhaitent avoir un réel impact auprès de leurs élèves et qui veulent connaitre les meilleures méthodes pour développer une ambiance de classe motivante et décontractée. Exemple de classe inversée Ce concept connait un succès grandissant : de plus en plus de professeurs à travers le monde modifient leur façon de “faire la classe” pour passer à un modèle plus pratique et plus humain. Ce modèle part d’une idée très simple : le précieux temps de classe serait mieux utilisé si on s’en servait pour interagir et travailler ensemble plutôt que de laisser une seule personne parler.

Guide pratique de "pairagogie" Le néologisme anglais "peeragogy" peut être traduit par son équivalent français "pairagogie". En d'autres termes, il s'agit d'un savoir-faire éducatif appliqué à l'apprentissage par les pairs, comme la pédagogie est la science de l'enseignement aux enfants, et l'andragogie la science de l'enseignement aux adultes. Dans l'apprentissage par les pairs, la distinction stricte entre enseignant et apprenant disparaît. Ou plutôt, chacun peut être tour à tour enseignant et apprenant. Ce qui ne signifie absolument pas que l'apprentissage par les pairs puisse se passer de tout savoir-faire. D'où la nécessité ressentie par Howard Rheingold, enseignant-chercheur américain spécialiste des interactions sociales médiées par les TIC, de créer le guide pratique de la pairagogie, "a peer-learning handbook" dans son sous-titre original.

À la découverte de la pédagogie inversée: le pourquoi « Annick Arsenault Carter Comment se fait-il que certaines régions du Monde parlent de classe inversée depuis déjà deux ans et que j’en ai seulement fait connaissance il y a quelques mois? Vous la connaissez? Si vous lisez ce billet, il y a de fortes chances que vous êtes familiers ou familières avec celle-ci et/ou que vous cherchez, tout comme moi, à la comprendre davantage.

Related: