background preloader

Sénat Junior - L'esclavage

Sénat Junior - L'esclavage
Un esclave est une personne qui n’est pas libre car elle appartient, comme un objet, à une autre personne. Elle doit lui obéir en toutes circonstances et travailler pour elle sans être payée. Apparu dans l’antiquité, l’esclavage est largement répandu dans la Grèce antique ou au sein de l’Empire Romain. On estime par exemple qu’au IVeme siècle avant Jésus-Christ à Athènes, le nombre d'esclaves s'élevait à 250 000, soit près d’un habitant sur deux. L’esclavage a aussi été largement présent dans le monde arabe ou encore en Chine. À partir du XVIe siècle, avec le développement des colonies, les Européens mettent en place un véritable système organisé de réduction en esclavage de population entière. Un certain nombre de pays européens, parmi lesquels la France, échangeaient des produits manufacturés (toiles, armes...) contre des hommes et des femmes en Afrique, pour aller les revendre comme esclaves aux Antilles et aux Amériques.

http://junior.senat.fr/les-dossiers/lesclavage.html

Related:  Thème 3 - LES TRAITES NÉGRIÈRES ET L’ESCLAVAGEHistoire générale de l'esclavageHISTOIRE DE L'ESCLAVAGELiens pour les jeunesEsclavage

Bordeaux, la difficile mémoire de l'esclavage Un mascaron représentant le visage d’une africaine sur une façade à Bordeaux (Wikipedia) Samedi 10 mai, une cérémonie commémorative de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, se tient à Bordeaux, conformément à la loi Taubira. Deuxième port négrier de France, la ville a mis du temps à s’interroger sur ses responsabilités. Son passé ne passe pas tout à fait, et soulève encore des polémiques politiques et universitaires. La commémoration de l’abolition de l’esclave a un goût spécial à Bordeaux. Tout d’abord parce que la capitale girondine et l’esclavage ont un indéniable passé commun. L'Histoire de l'esclavage décryptée en images La fuite hors des espaces contrôlés par les maîtres, appelée marronnage, est une forme universelle de résistance à l’esclavage. En Guyane française comme hollandaise, elle est facilitée par la géographie qui fait voisiner les habitations, vastes exploitations agricoles où se concentre la main d’œuvre servile, avec l’univers, alors infini, de la forêt amazonienne. Les fugues brèves sont tolérées par les maîtres mais lorsque les esclaves se constituent en bande pour fuir les plantations, créer de petites sociétés indépendantes et lutter contre la répression qui s’abat sur eux, les colons, organisés en milice, prennent les armes. Car le « grand marronnage » en s’opposant au système esclavagiste menace l’existence même de la colonie.

Traite des noirs et esclavage Fonds d'archives de la traite négrière et de l'esclavage.Seule une partie du fonds a été mis en ligne. Des documents numérisés complémentaires sont consultables en salle de lecture. Les documents mis en ligne concernent essentiellement des journaux de navigation ou de traite: cliquez sur les liens ci-dessous pour télécharger les documents en rapport. Traites négrières Une colonne d'esclaves en Afrique Elles ont existé à plusieurs époques et dans divers lieux. L'une des plus importantes a eu lieu du XVIe siècle au début du XIXe siècle. Les femmes dans la Grande Guerre L’exposition est composée de 18 panneaux qui abordent la question du rôle et de la place des femmes tout au long du premier conflit mondial. Remplaçantes aux champs et dans les usines, anges blancs dans les hôpitaux du front ou militantes pacifistes, elles embrassent une variété de destins et s’engagent, certaines par l’action physique, d’autre par le militantisme et la solidarité, dans un effort parallèle à celui des hommes. Chaque panneau explore une thématique, infirmières, réfugiées, philanthropes ou combattantes et présente un portrait de femme, certaines connues, d’autres moins, qui agissent, résistent, défendent leurs droits et se mobilisent tout au long du conflit.

La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle Plus nombreux sur un navire négrier que sur les navires marchands, l’équipage dont les marins sont plus là par défaut que par choix, n’est pas toujours de qualité. Dans son journal, Claude-Vincent Polony avoue à son capitaine qu’à bord de La Reine de Podor, certains marins lui causent bien du souci : « soyez sans inquiétude à l’égard de nos captifs. Je le regrette, nos Blancs me donnent plus de peine à contenir ». La promiscuité - les plus gros négriers comptaient plus de 100 marins -, les risques, la durée du voyage, le climat, l’eau croupie et la mauvaise nourriture sont le lot quotidien d’un équipage qui n’hésite pas à déserter aux rares escales ou à l’arrivée aux Antilles. Les armateurs rochelais ont été accusés de retenir la solde des déserteurs, ou celle des marins qui ont fait naufrage, au détriment des familles, ce contre quoi le député rochelais à l’Assemblée nationale, Samuel de Missy s’est battu.

Traites négrières : la vérité sur l’esclavage des Noirs L’esclavage des Noirs fut essentiellement l’oeuvre de l’Empire arabe puis de l’Empire ottoman, formations politiques qui dominaient militairement, culturellement et économiquement la région du monde par lesquelles s’effectuaient la traite négrière (traversée du Sahara, de la Méditerranée, de la mer Noire, de la mer Rouge) et les principaux marchés aux esclaves (grandes villes d’Afrique du nord et de la péninsule arabique, puis de Turquie) . Elle a été la plus longue et la plus régulière des trois traites, ce qui explique qu’elle ait globalement été la plus importante en termes de nombre d’individus asservis : 17 millions de Noirs réduits en esclavage par les musulmans sur une période allant du VIIe siècle à 1920. Marché aux esclaves musulman – miniature d’al-Wâsiti sur le manuscrit des Maqâmât Les mahométans castraient la plupart des jeunes mâles noirs, destinés à la garde de leurs harems, ce qui ne fut pas le cas de la traite atlantique , la seule actuellement médiatisée.

Colonisation européenne « Colonisation européenne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior La colonisation est un mot qui désigne l'occupation par une nation européenne d'un territoire outre-mer, c'est-à-dire situé sur un autre continent que la métropole. Historiquement, la colonisation a concerné l'Afrique, l'Amérique du Nord, et une grande partie de l'Asie du Sud-Est, ainsi que l'Océanie. Les pays colonisés étaient soumis par la force le plus souvent, car les États européens avaient des technologies supérieures, surtout en ce qui concerne les armes.

Les religions : une carte mondiale Résumé Ce premier volet sur les religions dans le monde, propose une approche thématique de l'évolution géographique des religions. A l'aide de cartes successives, Jean-Christophe Victor analyse, à partir de leur foyer d'origine, le déplacement de certaines grandes religions dans le monde. Si vous rencontrez des problèmes pour visionner la vidéo, cliquez ici Cursus - 3e / Histoire - 1re générale / Histoire - Tle générale / Géographie

La traite négrière résumée en une infographie de deux minutes D'habitude, quand nous évoquons «l'esclavage américain» ou «la traite américaine des esclaves», nous faisons référence aux colonies américaines ou, plus tard, aux Etats-Unis. Mais quand on s'intéresse à la traite négrière dans son ensemble, l'Amérique du nord ne joue qu'un rôle secondaire. Depuis le début de la traite, au XVIe siècle, jusqu'à sa fin, au XIXe siècle, les marchands d'esclaves ont transporté la plupart des Africains asservis à deux endroits: dans les Caraïbes et au Brésil. L'esclavage par l'image Représenter la traite négrière et l’esclavage Entraves, fers, chaînes, fouets et cravaches, éléments de la vie quotidienne sous le système esclavagiste, ont rapidement disparu, dès l’abolition de 1848, des quais des ports négriers et des plantations des Caraïbes-Amériques ou des colonies de l’océan Indien où ils avaient été si nombreux pendant près de quatre siècles. Les navires négriers furent reconvertis, les témoignages de ce qui permit une exploitation exceptionnellement intensive de la terre et de la main-d’œuvre servile aux Caraïbes-Amériques ou à La Réunion disparurent peu à peu. Mais à partir de la fin du XVIIIe siècle, certains de ceux qu’on appela les « abolitionnistes » voulurent montrer à leurs contemporains les réalités du travail, de la discipline et des châtiments sur les plantations des denrées coloniales qui affluaient dans les grands ports européens.

Ségrégation raciale Panneau indiquant que des locaux sont réservés aux Blancs. Afrique du Sud avant 1990. La ségrégation raciale est une séparation organisée, de droit ou de fait, entre des groupes différenciés par la couleur de la peau (notamment entre les Noirs et les Blancs), à l'intérieur d'un même pays. Archives nat - Archim : Des guerres de religion à l'Edit de tolérance < Portail internet des Archives nationales < Accueil Archim Des guerres de religion à l'Édit de tolérance vers 1540 - vers 1788

Related:  Histoire