background preloader

Greenwashing : La mascarade écologique

Greenwashing : La mascarade écologique
Le GreenWashing, ou “Ecoblanchiment“, est une technique marketing utilisée pour donner une dimension écologique à une entreprise. Le GreenWashing concerne généralement des enseignes de grande distribution ou des marques mondiales critiquées pour leur impact néfaste sur la planète qui essaient par tout les moyens de se construire une image écologique. Nous analyserons dans cet article plusieurs campagnes publicitaires de GreenWashing ayant été mise en place par des grands groupes avec plus ou moins de succès. Dans le précédent article nous avions conclu que le «street marketing», en plus de tous les points positifs qu’on lui connaît, a le mérite d’être un média écologique. Dans cet article nous allons nous éloigner un peu du «street» afin d’élargir notre champ de vision et ainsi avoir une vue d’ensemble sur l’impact qu’à l’écologie sur l’industrie publicitaire. Des entreprises qui surfent sur le Greenwashing Le secteur automobile Voici quelques exemples : Jeep Grand Cherokee Peugeot 206 Volvo Related:  communication visuelleLa mise en oeuvre de la mercatique durable

Vidéo : Les 10 pubs reines du Greenwashing… Rédigé par Consoglobe, le 24 Feb 2010, à 15 h 03 min Crée il y a un peu plus d’un an, l’Observatoire Indépendant de la Publicité a rendu publique son "Top 10" des publicités qui ont utilisé de façon abusive l’argument écologique en 2009. Un greenwashing qui, selon ce classement, concerne particulièrement les marques de voiture et de lessive pas aussi "vertes" qu’on pourrait le croire. consoGlobe a passé en revue ce nouveau palmarès. Selon le bilan 2009 de l’ARPP*, le nombre de messages publicitaires à caractère environnemental a plus que quintuplé en 3 ans, concernant près de 6 % des visuels pubs diffusés. *Bilan 2009 – Publicité et Environnement – réalisé par l’ADEME et par l’ARPP (septembre 2009). consoGlobe vous recommande aussi...

Une campagne écologiste divise jusque dans les rangs du gouvernement A trois jours du Salon de l'agriculture, la campagne d'affichage choc de France Nature Environnement (FNE) fait réagir jusque dans les rangs du gouvernement, avec un ministre de l'agriculture qui dénonce un "scandale" pendant que son homologue de l'écologie défend le "droit d'expression" des ONG. Cette campagne publicitaire, lancée par FNE, qui regroupe près de 3 000 associations de protection de l’environnement, entend sensibiliser la population sur les excès présumés de l'agriculture intensive et cible notamment l'usage des OGM et la pollution aux algues vertes toxiques. "La campagne de FNE, je pèse mes termes, est un scandale et une provocation", a dit mercredi le ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, à l'Assemblée nationale. "Quand est-ce que nous cesserons dans notre pays d'accabler les agriculteurs de tous les maux de notre société ?" Le principal syndicat agricole français, la FNSEA, a également condamné une campagne qui "atteint le monde agricole".

Campagne multimarque pour les grandes marques Les MDD (qui totalisent néanmoins plus de 20% en moyenne des PGC) sont dans le rouge depuis déjà plusieurs mois (cf Baromètre IRI/Marketing Magazine N° 169). De quoi réjouir donc les marques nationales qui se trouvent en meilleure posture. Des marques nationales, dites grandes marques, qui, pour la huitième fois, lancent, sous l'égide de Prodimarques leur campagne de communication. Du 15 juillet au 4 août 2013, 15 grandes marques (*) (dont 13 dans les formats vidéo) veulent affirmer leurs engagements sur des problématiques sociales, environnementales, ainsi que leurs valeurs communes. Cette toute nouvelle communication, signée M&C Saatchi Gad, Demner, Merlicek & Bergmann et Zenith Optimedia, constitue une évolution stratégique dans les campagnes annuelles de Prodimarques, qui signe désormais le message commun "Les Grandes Marques s'engagent aujourd'hui pour demain". Fait inédit, ce dispositif puissant comprend 5 films multimarques et un site dédié lesgrandesmarquessengagent.com.

Écoblanchiment Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’écoblanchiment, ou verdissage[1], est un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation (entreprise, administration publique, etc.) dans le but de se donner une image écologique responsable. La plupart du temps, l'argent est davantage investi en publicité que pour de réelles actions en faveur de l'environnement. Le terme vient de l'anglais greenwashing. Terminologie[modifier | modifier le code] Le terme vient de l'anglais greenwashing, contraction des mots green (qui signifie vert) et whitewash (blanchir à la chaux, dissimuler) ou brainwashing[2] (« lavage de cerveau »). Définitions[modifier | modifier le code] L'organisation CorpWatch[7] définit l'écoblanchiment comme : L'écoblanchiment n'est pas toujours facile à identifier. Écoblanchiment et publicités mensongères[modifier | modifier le code] Dans le domaine économique[modifier | modifier le code] Dans le domaine politique[modifier | modifier le code]

Green washing par l'exemple voiture verte informatique verte énergies propres Le développement durable Ce n'est pas la consécration de l'éthique qui caractérise notre époque, c'est son instrumentalisation utilitariste dans le monde des affaires (G. Crédit photo : Emballage BBA En pratiquant le greenwashing, les entreprises dépensent beaucoup plus dans leur communication, jusqu’au changement de leur identité visuelle (logo et couleurs) et le soin de leur image, que dans la réparation réelle des dégâts écologiques inhérents à leurs activités. On voit ainsi les logos de Ajax, MacDonald's ou Bonux devenir "verts", sans pour autant que les produits soient devenus davantage écologiques ou respecteux de l'environnement. Parmi les autres exemples régulièrement employés dans le green washing figurent les slogans « la voiture verte » ou « informatique verte », qui sont employés à tort et à travers, que ça soit pour des véhicules 4*4 ou d'énormes datacenters fonctionnant jour et nuit.

Définition Ecoblanchiment [ILLUSTRATION] : Comprendre le réchauffement climatique avec Pénélope Bagieu Des centaines de milliers de citoyens du monde entier ont battu le pavé lors de la marche mondiale sur le climat le 21 septembre. Deux jours plus tard, Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des nations Unies recevait quelque 120 chefs d’État pour un Sommet sur le climat visant à définir l’engagement des différents acteurs politiques, financiers et industriels dans la lutte contre le changement climatique. En 2015, Paris accueillera la 21ème conférence climat pour la signature d’un accord global des 195 pays de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique. Le climat, et plus précisément la lutte contre le réchauffement climatique est une problématique politique et citoyenne centrale. Pour mieux comprendre les causes, les effets et les enjeux du réchauffement climatique, la dessinatrice Pénélope Bagieu, qui s’était déjà engagée pour la sauvegarde des océans en novembre 2013, offre un bref récapitulatif illustré.

Analyse de la nouvelle publicité pour la Golf Blue Motion Trois ans après la fameuse publicité pour la Passat mettant en scène un groupe de déconsommateurs (voir l’article à ce sujet), Volkswagen récidive dans l’humour et la dérision en ce début d’année 2011 avec cette publicité pour la nouvelle Golf Blue Motion TDI. Le spot commence de manière très conventionnelle : un homme marche pieds nus sur une plage ensoleillée, tenue décontractée, cheveux au vent, l’air penseur et heureux. Une musique légère et enjouée ainsi qu’une douce voix-off complètent le cliché de la publicité pour une assurance vie ou un nouveau forfait de portable permettant de rester en contact illimité avec ceux qu’on aime. De manière aussi soudaine inattendue, une mouette passe et lui dépose une fiente sur le menton, interrompant la musique et la voix-off qui s’apprêtait à dire que les efforts que fait Étienne pour la planète finiront par payer.

Greenwashing « Communication Corporate & Développement Durable Le « Greenwashing » est un terme anglophone qui peut être traduit par « verdissement d’image ». Il fait référence à l’éco-blanchiment auquel se livrent les entreprises, en communiquant, de façon mensongère, sur la performance environnementale de leur marque ou de leurs produits. "Le terme Greenwashing est utilisé par les groupes de pression environnementaux pour désigner les efforts de communication des entreprises sur leurs avancées en termes de développement durable, avancées qui ne s’accompagnent pas de véritables actions pour l’environnement. Source : Publicitaires Eco-Socio-Innovants Le greenwashing est la dernière tendance des entreprises qui surfent sur la vague écolo. Le greenwashing est donc le phénomène qui profite des aspirations écologiques des consommateurs pour en faire, avec un certain cynisme un pur levier de marketing, bien loin d’une politique sincère de développement durable. Pour plus d’informations :

Informatique : avalanche de greenwashing ou volonté réelle ? greenwashing, ou comment se donner une conscience écologique par quelques coups de projecteur ! Peut être sommes nous quelque peu sévères avec une industrie largement consommatrice de resources en matières premières et énergies, où l’évolution est indéniable en la matière. Le label greenIT vient de publier son baromètre Green IT 2008, le premier outil d’analyse d’Europe dans ce domaine : : 46% des grands comptes français interrogés sont sensibilisés aux enjeux énergétiques et environnementaux du système d’information.Le respect de la réglementation et la réduction les coûts informatiques, principaux leviers des initiatives Green IT Le baromètre IDC du Green IT, réalisé à l’initiative de DellTM , met en lumière 2 facteurs principaux, internes et externes aux entreprises françaises, qui incitent celles-ci à investir dans des initiatives Green. Les principaux facteurs de déploiement d’une stratégie Green IT en France Méthodologie

RPF L’habitation organique enterrée : une architecture intégrée à son environnement | Terra-Sophia Les habitations organiques sont enterrées ou semi enterrées et ne laissent apparaître que le minimum de leur architecture, leur toit étant recouvert d’herbe pour s’harmoniser avec le paysage. Ces architectures souvent évolutives, respectant avant tout l’environnement en s’intégrant au paysage qui l’entoure, ont une orientation précise suivant le terrain sous lequel on la bâtit. Elles sont construites avec des matériaux différents comme le bois, l’argile ou le béton. Avec la terre qui lui sert d’isolant, contre le froid, le vent et la pluie, elles sont très peu consommatrices en chauffage car la température reste stable à l’intérieur tout au long de l’année. Ce concept existe depuis la nuit des temps mais redevient à la mode suite à l’adaptation du seigneur des anneaux de Tolkien dans laquelle on peut admirer le smials (la maison) de Bilbo le Hobbit dans La Comté. Maison de Hobbit, Le Seigneur des Anneaux Je vous présente ici, certaines architectures organiques qui m’ont interpelées.

Related: