background preloader

Culture d’entreprise : décodez tous les usages et les non-dits

Culture d’entreprise : décodez tous les usages et les non-dits
Pour survivre en entreprise, il est souvent crucial de suivre des règles tacites et de décrypter certains codes secrets. Attention : en la matière, le diable se loge dans les détails. Dans le film Quai d’Orsay, quand le jeune Arthur Vlaminck, future «plu-me» du ministre inspiré par Dominique de Villepin, débar­que au ministère des Af­faires étrangères en chaussures à bout carré, il focalise tousles regards. «Au ministère, c’est bout pointu», lui glisse-­t-on avec condescendance. L’exem­ple est certes anecdotique mais révélateur du monde du travail – en politi­que comme en entreprise –, où certaines règles sont écrites et d’autres, plus secrètes. Le problème est qu’il faut toutes les respecter, même celles qui ne figurent ni dans le contrat de travail ni dans le règlement intérieur. L’habit : n’hésitez pas à endosser celui du moine La règle vaut aussi en politique.

http://www.capital.fr/carriere-management/dossiers/culture-d-entreprise-decodez-tous-les-usages-et-les-non-dits-908876#xtor=EPR-226

Related:  andfpwLa culture d'entrepriseméthodesvkoce

Neuf astuces pour détendre l'atmosphère dans une équipe Dans un contexte tendu, le manager doit avant tout rester cool pour ne pas paniquer ses collaborateurs. Pas facile, mais nécessaire. Sans être le GO (gentil organisateur) du service, il a intérêt à mettre de l'eau dans le vin de ses exigences - de façon ponctuelle - afin de créer des liens et de faciliter le partage au sein de l'équipe.

Nouvelle tendance dans le recrutement : l'adéquation culturelle - Parlons RH Une nouvelle approche innovante dans le domaine du recrutement mise en infographie par Vadequa : l’adéquation culturelle. Les chiffres réunis à travers différentes études soulignent l’importance de la prise en compte de valeurs partagées entre le candidat-future salarié et l’employeur dans la réussite d’un recrutement. Quelques chiffres-clés : 47 % des recruteurs accordent moins d’1 minute à la lecture d’un CV,46 % des salariés embauchés quittent l’entreprise avant 18 mois,35 000 € est le coût d’un mauvais recrutement.

Pourquoi est-il important de décoder le langage non verbal ? L’expression « non verbal » demande à être définie précisément.Dire qu’est non verbal ce que ne sont pas les mots revient à fabriquer une définition si floue qu’elle ne peut pas être opérationnelle. Le non verbal peut, sans difficultés, être regroupé en cinq grandes catégories de base : le périverbal,le para verbal,l’infraverbal,le supra verbal,le préverbal (1) L'identification de ces catégories permet de comprendre en outre, pourquoi plutôt que penser une science du non-verbal unique, il semble plus efficace scientifiquement de penser la réalité non verbale au croisement de disciplines diverses. Infographie : la culture d'entreprise, nouvelle tendance RH Puisque comme on le dit souvent, une image vaut mieux que mille mots, nous avons réalisé une infographie sur l’utilité de prendre en compte la culture d’enreprise pour gérer ses recrutements mais aussi dans une optique plus stratégique et managériale. Vous pouvez télécharger le version PDF : infographie sur la culture d’entreprise.

La gestion du changement dans l’entreprise Introduction C’est parce que, en 1998, les directions de Daimler-Benz et de Chrysler n’ont pas su anticiper puis conduire les changements, notamment humains et culturels découlant nécessairement de leur fusion, que celle-ci s’est soldée par un relatif échec. C’est parce qu’elle n’a pas su prendre suffisamment tôt le virage de la photo numérique que Kodak a été confrontée, dans les années 90, à d’importantes difficultés l’obligeant, dès 2003, à fermer de nombreuses usines et laboratoires puis, la contraignant, en 2012, à déposer le bilan faute d’avoir su redresser sa situation. En 2011, la fusion entre Veolia Transport, filiale de Veolia Environnement et de Transdev, filiale de la Caisse des dépôts qui semblait pourtant se présenter sous les meilleurs auspices s’est traduite, deux ans plus tard, par un retour en arrière, confirmant l’échec de la stratégie mise en place.

Une forte culture d'entreprise Elles sont inscrites sur tous les badges d'accès aux bureaux parisien de la société. Et pour cause, les valeurs de Yahoo constituent le fondement de l'entreprise. "Il s'agit surtout de principes articulés autour de la notion de respect", explique la directrice des ressources humaines de Yahoo pour l'Europe du Sud, Blandine Kouyaté.

La culture d’entreprise : facteur de compétitivité ? Ce rôle dépasse le simple objectif de création de richesses. Parallèlement, jusqu’à l’émergence des grands groupes industriels au milieu du XXe siècle, et dans la continuité d’une époque dominée par la bourgeoisie commerçante, l’entreprise était animée par un "esprit maison". Celui-ci se résumait en quelques principes simples : le "client roi", l’honnêteté, la ponctualité, le goût de l’effort. Les temps ont changé, l’esprit maison a aujourd’hui évolué en culture d’entreprise, les principes en valeurs.

La culture d'entreprise La culture d'entreprise est la manifestation visible de l'identité de l'organisation. 4 thèmes constituent la culture d'entreprise. 1. Les croyances, valeurs et normes : la vision du monde de l'entreprise. 2. Les mythes et héros : les figures de l'histoire et la légende de l'entreprise. 3. Les rites et les codes : les pratiques qui fédèrent et rassemblent les collaborateurs. 4. Portail du Gouvernement La complexité du système fiscal français le rend difficilement lisible voire injuste aux yeux des citoyens. En proposant de le remettre à plat, le Gouvernement s’engage à le rendre plus lisible, plus stable, plus efficace et plus juste. Cette réforme, transparente et pragmatique, s’inscrit dans une stratégie en faveur de la croissance, de l’emploi et de la justice. Sont concernés par la remise à plat : la fiscalité des ménages, celle des entreprises et le financement de la protection sociale. Cette réforme est indissociable des efforts d’économies : après 25 milliards d’euros en 2013 et 2014, au moins 50 milliards d'euros d’économies sont prévus d’ici la fin du quinquennat.

La culture d’entreprise : à quoi ça sert ? Si Carrefour peut être comparé à Auchan, H&M à Zara, ou encore la Macif à la Matmut, ces entreprises sont pourtant différentes et uniques par leur culture, et ce principe s’applique à toutes les organisations quel que soit leur secteur d’activité ou leur taille. Qu’appelle-t-on culture d’entreprise ? En quoi est-elle si importante ? Eléments de réponse. Zoom sur les composantes de la culture d’entreprise La culture de l’entreprise, aussi appelée culture organisationnelle, se résume en un ensemble d’éléments qui définissent son fonctionnement, son identité, son esprit unique par rapport à ses concurrents. Site Web pour cette image Si vous n'êtes toujours pas certain de votre personnalité, faite le test ! unmondepourlesintrovertis.fr La culture d’entreprise bien plus qu’un enjeu d’attractivité Elle est citée pour expliquer la marque employeur et l’attraction des talents, elle est nommée quand on parle d’engagement des salariés, et elle est mise en avant quand on parle du succès de certaines organisations. Les dirigeants hésitent à investir Mais si le sujet de la culture dans l’entreprise attire de plus en plus l’attention des professionnels des RH, il n’en va pas de même des dirigeants d’entreprises qui restent à convaincre. En effet, le concept de culture d’entreprise apparaît souvent trop flou pour pouvoir en tirer des résultats tangibles. Est-il nécessaire d’investir dans la culture d’entreprise ?

Management: les cinq tendances de 2014 Connaissant mieux le fonctionnement de son cerveau, soucieux de développer le travail collaboratif, inventif pour venir à bout des problèmes et bienveillant, le management ne devra toutefois pas perdre de vue le sens de sa mission en 2014 : fixer des objectifs à atteindre sans brûler les étapes. 1. Le neuro-management La question de l'apport des neurosciences au management commence à se frayer un chemin dans l'Hexagone. Développée aux Etats-Unis sous l'impulsion entre autres d'Antonio Domasio, professeur de neurobiologie à l'université de Caroline du Sud ou de Baba Shiv, professeur de marketing à Stanford Graduate School of Business, elle permet notamment d'étudier la place des intuitions dans le management. " Nous conduisons de plus en plus de travaux associant neurologues, biologistes et chercheurs en sciences sociales ", souligne Christophe Haag, enseignant-chercheur à l'EM Lyon, qui travaille notamment sur les émotions.

Related: