background preloader

Culture numérique des enseignants, des cadres de l’éducation et des élèves

Culture numérique des enseignants, des cadres de l’éducation et des élèves
Une vidéo sur le site de l’ESEN présente un interview de Jean-François Cerisier, directeur du département IME (Ingénierie des Médias pour l’Éducation) de l’Université de Poitiers. L’enseignant-chercheur répond à six questions. Pour chacune des questions, je vous propose un citation extraite de sa réponse. A propos de la culture numérique des jeunes et des enseignants :L’expression « culture numérique » est ambigüe : la « culture numérique » n’existe pas, il faut parler de culture au sens général, qui est « affectée, modifiée, impactée » par le numérique. Related:  Cultures numériques

Qu’est-ce que l’identité numérique ? Etude avec explicitation en images Geoffrey Dorne, graphiste designer, propose les résultats d’un travail de recherche mené en 2009 et 2012 dans le cadre de l’EnsadLab, laboratoire de l’École Nationale des Arts Décoratifs, sur la thématique de l’identité numérique. Ce dossier de 37 pages présente une vision de l’identité numérique qui capitalise des articles de blogs, des écrits de chercheurs et paroles d’experts. La qualité de cette étude est de proposer une mise en forme visuelle des données et des concepts ce qui facilite l’appropriation de l’expression polysémique « identité numérique ». Expliquer l’identité numérique en images Les implications socio-économiques de la notion d’identité numérique font l’objet d’un chapitre où il est aussi question d’un regard citoyen sur cette thématique. Sommaire de l’étude sur l’identité numérique 1. 2. 3. Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : France Tags: étude, identite numerique

Humanités numériques et patrimoine En com­pa­gnie d’Aurélien Berra et Bjorn-​Olav Dozo, je suis en train de rédi­ger un petit ouvrage de vul­ga­ri­sa­tion « Qu’est-ce que les Digi­tal Huma­ni­ties ? » pour Ope­nE­di­tion Press. Je publie­rai ici les pre­mières ver­sions des textes for­mant ma contri­bu­tion à cet ouvrage. N’hésitez pas à com­men­ter et cor­ri­ger, j’intégrerai les sug­ges­tions à la ver­sion défi­ni­tive du texte. Celui qui suit consti­tue un bout de cha­pitre consa­cré aux rela­tions entre les huma­ni­tés numé­riques et la société. Il traite de l’aspect patri­mo­nial. “Qu’apportent les digi­tal huma­ni­ties ?” pré­oc­cu­pa­tions très internes au monde aca­dé­mique. illus­trés. Le dia­logue que le public peut établir avec son propre patri­moine cultu­rel à tra­vers les pro­jets d’humanités numé­riques est dans cer­tains cas plus intense, plus riche et sur­tout plus inter­ac­tif que les exemples qui viennent d’être don­nés. on, mais sur­tout les motifs qui y sont bro­dés. ShareThis

Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde" Michel Serres est une vigie plantée en haut du mât de notre époque. Du haut de son gréement, de ses 82 ans, de sa culture encyclopédique, de son temps partagé entre les cultures française et américaine qu'il enseigne, ce philosophe académicien nous décrit les changements qu'il observe sur l'équipage humanité que nous sommes. En curieux de tout qu'il est, il guette avec impatience et gourmandise les évolutions qui nous arrivent, comme un des matelots de Colomb aurait scruté l'horizon dans l'espoir de nouvelles terres. La crise est-elle bientôt finie? Par exemple… Nous étions 50% d'agriculteurs à la fin de la guerre et ils ne sont plus que 1%. Pourquoi? «Il y a eu trois secousses dans les années 1960 qui ont précédé le tremblement de terre des années 1980.» Quand situez-vous cette bascule? Celle que vous appelez "Petite Poucette", parce qu'elle a toujours en main le clavier de son téléphone, est née à ce moment-là… Comment la définissez-vous? C'est-à-dire "dans" l'ordinateur? Lire aussi :

La révolution cognitive Je vous recommande vivement cette conférence de Michel Serres, intitulée « Les nouvelles technologies, révolution culturelle et cognitive » (je suis tombé dessus grâce à un tweet de Jérôme Colombain). Outre la vigueur et la clarté de Michel Serres (qui sont impressionnantes), le propos est lui-même passionnant. Il y aborde la manière dont les ordinateurs et internet (ce qu’on appelle souvent les nouvelles technologies) sont en train de modifier radicalement, le temps, l’espace et notre cognition. Concernant l’espace, Michel Serres se livre à une réflexion sur le mot « adresse », pour montrer en quoi « Internet » n’a pas raccourci les distances, mais nous a fait changer d’espace (d’un espace physique vers un espace topologique). Il finit en envisageant les modifications cognitives pour les êtres humains que nous sommes, en faisant un focus sur la mémoire (une des facultés de l’esprit humain), mais il explique que l’on pourrait mener le même raisonnement avec l’imagination ou la raison.

Les blogueurs sont des experts. | Just Call Me TT J’ai commencé à bloguer en 2002-2003 je me souviens plus quand exactement, mon tout premier blog racontait l’histoire d’un jeunz débarqué au Japon qui raconte ses péripéties, en fait comme tout le monde je pensais faire ça pour ma famille, mais je crois qu’aucun membre de ma famille n’a jamais lu mon blog! Finalement ça marchait tellement bien que mes petits adsenses me rapportait presque 500€ par mois, c’était fun. Et plus j’avais du monde et plus j’avais envie de bloguer de partager des choses, des photos et de faire encore plus de contenus. j’ai vu un truc qui m’a juste rappelé à quel point Le Web est un endroit fertile et vierge où il suffit de s’auto proclamer “quelque chose” pour le devenir. Je suis un amoureux de la cuisine, je suis ni cuistot, ni chef, plutôt un bricoleur de la “bouffe”. Avec ces dernières années, j’ai eu le plaisir de rencontrer et de côtoyer des blogueuses culinaires (peu d’hommes hélas!) On l’a deviné : ces gens ne sont pas sérieux. #JeSuisUnBlogueur share

Comment les algorithmes ont changé le monde Voici une infographie passionnante sur les algorithmes qui ont changé le monde. Le terme est très généraliste, mais cette illustration retrace tout d'abord l'histoire des premiers algos comme celui d'Euclide qui a permis de déterminer le plus grand commun diviseur de deux entiers, puis classe les algorithmes en 4 familles d'applications : Les systèmes d'exploitation, les systèmes de communications et internet, la recherche et la géolocalisation, et les applications militaires de ces algos. Comme je le disais, ça reste très généraliste, mais ça donne un bon aperçu du chemin parcouru par le développement informatique, et de la place actuelle du code dans les inventions humaines. Source Rejoignez les 60820 korbenautes et réveillez le bidouilleur qui est en vous Suivez KorbenUn jour ça vous sauvera la vie..

Il faut lire Alain Desrosières Alain Desrosières est mort. Je n'ai eu ni l'honneur, ni l'avantage de le connaître personnellement. Mais à la lecture de ses travaux, c'est pour moi un des plus fins analystes et un esprit parmi les plus subtils et érudits de son siècle. Son œuvre maîtresse et magistrale est : DESROSIERES, A., 2010, La politique des grands nombres. En ligne, on pourra lire, par exemple : Aujourd'hui, alors que partout on ne parle que d'humanités numériques, de web des données, de données ouvertes, de big data, de datajournalism, où l'on s'interroge sur la pertinence et l'effet des algorithmes (ici et là) et même maintenant de philosophie des données, il faut relire A. Pour comprendre l'importance du chemin qu'il nous montre, je ne prendrai qu'un court extrait du livre cité plus haut (p.398) : Dans son architecture actuelle, la statistique se présente comme la combinaison de deux types d’outillages distincts (…).

le bonheur, c'est les autres ! Le bien-être est à la mode. Les « coachs » font florès en la matière nous promettant des merveilles en matière d’épanouissement personnel, au sein de la famille comme dans l’environnement professionnel. C’est devenu nécessaire. Tout, autour de nous, semble nous tirer dans le lit de la morosité ambiante duquel il est souvent bien difficile de s’échapper. Les entreprises, au premier chef, malgré la crise, ont pris conscience de l’importance du bien-être pour tous au travail, dans le but de prévenir ainsi les absences éventuelles, les frais de santé, les réorganisations fonctionnelles possibles. « Dans ces projets d’investissement‚ le numérique joue un rôle de premier plan. C’est avec ces mots qu’on annonce sur le site « Petit traité du bonheur 2.0 » une conférence sur le sujet, très bientôt. Et à l’école, comment ça se passe ? C’est vrai que cette notion de plaisir est indissociable du fameux « bordel ambiant » cher à Moreno et préliminaire de l’investissement dans le numérique.

Mobile Gossip | Sociologie des réseaux sociaux Les souvenirs numériques ne sont pas comme les souvenirs analogiques La lecture de la semaine est un article du quotidien britannique The Guardian, qui a réalisé ces derniers jours une série de papiers autour du droit à l’oubli. Celui-ci a été écrit par Kate Connolly, et il rend compte des arguments de Viktor Mayer-Schönberger, un des plus fervents partisans de ce droit à l’oubli. Viktor Mayer-Schönberger enseigne la gouvernance d’Internet à l’Oxford Internet Institute et pour lui, le droit à l’oubli n’est seulement une question légale, morale et technique, mais il touche à l’essence même de l’être humain. « Pendant ces 20 dernières années, explique Mayer-Schönberger, plus j’ai travaillé sur la protection des données, plus j’ai compris qu’en son cœur, ce qui importe autant que les questions de vie privée, c’est la manière dont l’être humain prend des décisions. Image : Viktor Mayer-Schönberger photographié par Joi Ito. « Nos cerveaux reconstruisent le passé sur la base de nos valeurs présentes. Xavier de la Porte

Related: