background preloader

Cultures

Facebook Twitter

What a book about British wizards taught me about American blackness. As a child I liked stories about magic.

What a book about British wizards taught me about American blackness

I liked stories where commoners became kings, where the impossible was suddenly at your fingertips. As a child, I liked Susanna Clarke’s Jonathan Strange and Mister Norrell because it gave me a world I could disappear into, one without the political struggles that were in my own, or at least different ones. As an adult, watching the BBC adaptation of the series, all I can think about is my father.

A rose at his mouth The first time I learned about how my father lived as a young man, I was in our laundry room reading a plaque he’d received before I was born, after leaving his job as a probation officer for juvenile delinquents in California. I had known that he’d grown up in Selma, of course. It’s impossible for me to think about my blackness without thinking about my father. The deal means that half her life, when she sleeps, is spent in the land of Faerie at an unending ball, dancing without rest, until she dies.

L'histoire des Afro-Américains qui ont émigré en Union Soviétique pour fuir le racisme. Dans les années 1930, alors que les Etats-Unis étaient en pleine dépression économique, des officiels soviétiques recrutaient activement des travailleurs américains qualifiés qui voulaient partir pour l'URSS.

L'histoire des Afro-Américains qui ont émigré en Union Soviétique pour fuir le racisme

Parmi les 18.000 qui ont fait le voyage, plusieurs centaines étaient des noirs américains. Certains étaient séduits par l'idéologie communiste, d'autres voulaient tout simplememt fuir le chômage, le racisme et les discriminations. Une journaliste du Los Angeles Times est allée à la rencontre des enfants et petits enfants de ces pionniers. Selon les estimations des historiens, entre 100 et 200 descendants de ces immigrés vivent actuellement en Russie et dans les pays de l'ex-Union Soviétique. En Corée du Sud, le bac, c'est vraiment sacré. Suneung.

En Corée du Sud, le bac, c'est vraiment sacré

Ce nom ne vous évoquera peut-être rien, mais pour des milliers d'étudiants sud-coréens, c'est une obsession: c'est le test d'entrée à l'université, l'équivalent de notre baccalauréat. Pourquoi certaines minorités réussissent mieux : polémique aux USA. Amy Chua à Séoul, le 13 octobre 2011 (LEE SEUNG-HWAN/AFP) Le livre est un brûlot.

Pourquoi certaines minorités réussissent mieux : polémique aux USA

Raciste ou visionnaire ? «Combien de temps passez-vous à vous maquiller?», et autres questions indiscrètes pour décrocher un job en Corée du Sud. L’épreuve de l’entretien d’embauche consiste souvent à répondre à des questions plus ou moins convenues: «Pourquoi voulez-vous travailler pour nous?»

«Combien de temps passez-vous à vous maquiller?», et autres questions indiscrètes pour décrocher un job en Corée du Sud

, «Où vous voyez-vous dans cinq ans?» , etc. Si l’on postule en Corée du Sud, l’exercice est moins consensuel, mais surtout beaucoup plus inquisiteur, selon le site Quartz, qui vient de relayer une liste de questions susceptibles d’être posées par les employeurs. Compilées par le blog sud-coréen Tistory, celles-ci montrent que les entreprises s’intéressent de très près aux aux habitudes de vie de leurs futurs employés. Ce que «Le Magicien d'Oz» nous dit de la politique étrangère américaine. Comment le conte de fées préféré des Américains, qui vient de fêter son 75e anniversaire, influence leur vision du monde Mais comme de nombreux contes de fées, Le Magicien d’Oz nous en dit aussi beaucoup sur les problèmes que rencontraient les adultes à l’époque qui l’a vu naître –et d’une manière qui résonne étrangement avec la situation actuelle.

Ce que «Le Magicien d'Oz» nous dit de la politique étrangère américaine

De nombreux fans actuels ignorent que Frank Baum, auteur du roman dont s’est inspiré le film, y a incorporé de nombreux éléments de politique contemporaine. Il a en effet écrit son livre au tournant des XIXe et XXe siècle, à une époque ou la politique monétaire faisait partie des principales questions d’actualité. Roumanie-Hongrie, chronique d’une rivalité sans fin. Penser la relation culturelle, un regard français. Les Relations Culturelles Internationales au Xx'e Siecle: De la diplomatie culturelle à l’'acculturation de Anne Dulphy et al.

Penser la relation culturelle, un regard français

À l'heure où la France réfléchit à son influence culturelle, délaissant la notion de soft power pour celle de puissance d'influence proposée par Laurent Fabius[1],actuel Ministre des Affaires étrangères, cet ouvrage permet de retracer les spécificités de l'approche française en termes de relations culturelles internationales au XXe siècle; particularités qui impactent aujourd'hui directement non seulement l’action culturelle extérieure de la France, mais aussi sa stratégie globale sur la scène internationale. publicité.

Classements et déclassements du modèle français. Ah, quelle honte au village!

Classements et déclassements du modèle français

La France n'occupe que la 25e place dans le classement Pisa des niveaux scolaires parmi les pays développés. MOI NON PLUS – La déclaration d’amour du « New York Times » au « malaise » français. Une photo de Brigitte Bardot lors de l'exposition Brune/Blonde à la cinémathèque de Paris.

MOI NON PLUS – La déclaration d’amour du « New York Times » au « malaise » français

Bulgarie : Malheureux et pour cause. Comment le ketchup est devenu le nuoc mam des Américains. Enquête. Le vrai coût de la violence par armes à feu aux Etats-Unis. Vu du Royaume-Uni. Les Français pensent-ils trop. Vu du Royaume-Uni. La politique étrangère, ingrat fardeau du président Hollande. Anticiper n’est pas français.