background preloader

La culture de l’information en 7 leçons. E02. La culture de l’information représente une culture globale et commune mais avec des spécificités.:

La culture de l’information en 7 leçons. E02. La culture de l’information représente une culture globale et commune mais avec des spécificités.:
Suite de la série de l’année 2012, bon ce ne sera pas aussi fun que Californication, mais voici le second épisode. Pour rappel le premier est ici. Il est tentant de considérer la culture de l’information comme une forme de culture générale. La culture de l’information se distingue des discours globalisants de la société de l’information qui procède surtout par uniformité des moyens techniques employés et des usages requis. Les discours de la société de l’information, qui considèrent l’individu d’abord comme un consommateur ou un usager, privilégient une uniformité voire un mimétisme dans les dispositifs. La culture de l’information procède de manière inverse avec des éléments communs, en ce qui concerne la formation plus particulièrement, de afin que les individus puissent se constituer de manière non-conforme. La culture de l’information repose ainsi sur le partage de valeurs communes. 1.

http://www.guidedesegares.info/2012/01/09/la-culture-de-linformation-en-7-lecons-e02-la-culture-de-linformation-represente-une-culture-globale-et-commune-mais-avec-des-specificites/

Related:  cultures de l'information

Une certaine vision de la culture informationnelle Ce texte reprend et développe une intervention faite lors du séminaire « Enseignement et médias », organisé le 16 mai 2009 à Paris par Ars Industrialis, le CIEM et la revue Skhole.fr. Avant de présenter ma propre approche de la culture informationnelle, il convient peut-être de donner quelques repères sur cette expression ambiguë, qui connaît une certaine vogue actuellement et fait l’objet de débats et de recherches de plus en plus nombreuses. Pendant plusieurs années, « culture informationnelle » pouvait être considérée comme l’une des traductions possibles en français de l’expression anglo-saxonne, presque intraduisible, d’information literacy. Certes, en France « maîtrise de l’information » a été longtemps préférée et reste la traduction la plus répandue, mais au Canada francophone, les Québécois utilisent « culture de l’information» comme équivalent de l’information literacy. Penser le numérique, ensuite. R.

Bibliothèques entre 2005 et 2010 : tendances et perspectives Intéressante présentation en français de l’étude sur la Perception des bibliothèques (pdf) entre 2005 et 2010. L’étude porte sur un échantillon de plus de 2000 personnes, 60% aux Etats-Unis, 22% au Royaume-Uni et 18% au Canada. J’ai quelques doutes sur la pertinence d’un tel échantillon rapporté à la population de ces trois pays, mais prenons la pour ce qu’elle est : un élément du contexte dans lequel les bibliothèque exercent. En réalité ce qui suscite l’intérêt est l’intervalle qui sépare deux versions de cette étude et son objet : les bibliothèques! Entre 2005 et 2010, on a connu le phénomène du web 2.0 qui a profondément fait évoluer les pratiques numériques (imaginez en 2005 Facebook avait un an!). Signalons que le compte rendu de l’étude en anglais(pdf) est bien plus détaillé et précis que la version francophone, plus synthétique. 

Culture de l’information et politique documentaire : au milieu du gué ? Les activités principales recensées dans la fiche «enseignant» du Répertoire des métiers de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur[1] comptent deux activités corrélées à la fonction de professeur documentaliste. Elles sont ainsi libellées : ◗ « Contribuer à faire acquérir la maîtrise et la culture de l’information (professeur documentaliste) ◗ Mettre en œuvre la politique documentaire de l’établissement (professeur documentaliste) » On observera qu’en novembre 2011 le professeur documentaliste (re)trouve dans le REME sa fonction de professeur, fonction qui n’apparaît pas dans l’arrêté du 12 mai 2010 définissant « les compétences à acquérir par les professeurs, documentalistes et conseillers principaux d’éducation pour l’exercice de leur métier ».

L’Inspection générale des bibliothèques innove en diffusant les « bonnes pratiques » A Rennes (Ille-et-Vilaine), la bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR) s’est dotée d’un « conseil scientifique et culturel », qui réunit deux fois par an la direction de l’équipement ainsi que les représentants de diverses institutions culturelles, éducatives et socio-économiques. « C’est là une très heureuse initiative qui autorise, en particulier, la mise en œuvre concertée des orientations, des activités et des projets. En l’occurrence, il s’agit à la fois d’un outil de communication et de pilotage. Cet exemple mériterait d’être suivi par bien d’autres bibliothèques de lecture publique », commente le rapport 2011 de l’IGB. Donner une vision de l’évaluation plus positive - Un ton nouveau pour « donner une vision de l’évaluation plus positive, selon Dominique Arot, doyen de l’IGB.

De l’objet culturel à l’objet informationnel [Communication présentée au colloque Si la photo est bonne - INHA, 20 et 21 octobre 2011. Le diaporama est disponible sur slideshare.] Nous allons commencer par une petite “devinette culturelle”. De qui est le poème suivant ? « Ja, Jung’, ich bin der liebe Gott, Und ich regier’ die Erde! Faut-il des jeux vidéo en bibliothèques ? Nicolas Barret, responsable des animations à la bibliothèque départementale de prêt du Val-d’Oise Il y a déjà bien longtemps que les bibliothèques ne proposent pas que des livres, mais aussi d’autres supports (CD, DVD…). Le jeu vidéo a toute sa place dans ces structures car le divertissement figure parmi leurs missions, telles que les définit l’Unesco. Tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir ce loisir.

De la culture de l’information aux cultures de l’information Par Dino Herde et Justine Margherin Le site de l’INA a sorti au mois de janvier dernier un « e-dossier de l’audiovisuel » consacré à l’éducation aux cultures de l’information. Il agrège des articles de onze chercheurs sous la direction conjointe de Divina Frau-Meigs, (Sorbonne Nouvelle), Eric Bruillard (ENS Cachan) et Eric Delamotte (Université de Rouen).

Suivez en direct le 58ème Congrès de l'ABF à Montreuil sur le thème &quot;La Bibliothèque une affair <p style="margin-left:2px;"/>Découvrir, emprunter, acheter, prêter ou échanger des livres près de chez vous. </p><img src=" alt="Libfly, la bibliothèque communautaire" /> Je me connecte Mot de passe oublié Je m'inscris gratuitement affordance.info Fake News, Post-Truth, Filter Bubble, toute puissance des algorithmes, voilà, parmi d'autres, quelques-unes des expressions qui semblent aujourd'hui caractériser le plus notre rapport au numérique. Après le lancement de l'initiative assez étonnamment controversée du Décodex du site Le Monde, sonne aujourd'hui l'heure de la mobilisation face aux Fake News en France, avec comme contexte l'élection présidentielle à venir, et en mobilisant les grandes plateformes (Facebook et Google) avec l'aide de journalistes et de sites de presse, comme l'expliquent Le Monde et Les Echos : Comme "média", "le" numérique tel qu'en tous cas il prend forme au sein des gigantesques écosystèmes de services ou plateformes que sont Google, Facebook et quelques autres, ce numérique là dispose d'un certain nombre d'invariants qui sont autant de fonctions et de caractérisations précises de ses modes d'agir et qui façonnent en retour la manière dont nous interagissons avec lui. 4 invariants fondamentaux.

La bibliothèque, "plus que jamais une affaire publique" « La bibliothèque est bien une affaire publique et il importe que l'État comme les collectivités territoriales, pleinement conscients des enjeux culturels, éducatifs et sociaux que représentent les bibliothèques, continuent à mettre en oeuvre des politiques de développement concertées et adaptées », avait assuré le ministère de la Culture. Et dans un communiqué, l'ABF rappelle que c'est sur ce thème, « La bibliothèque est une affaire publique », que s'est appuyé le 58e congrès annuel qui a réuni plus de 650 personnes, avec de nombreux représentants et élus. Lors de son Assemblée générale, l'ABF, forte de son manifeste La bibliothèque est une affaire publique publié à l'occasion des élections présidentielles et législatives, s'est déclarée prête à participer, avec l'Interassociation Archives Bibliothèques Documentation (IABD...) dont elle est membre, à deux concertations ouvertes par le gouvernement : l'acte II de l'exception culturelle et la nouvelle étape de la décentralisation.

Mon bingo de l’infocom – Le guide des égarés. Frédéric Clavert a demandé de façon pernicieuse il y a une quinzaine de jours sur twitter, s’il existait un bingo de l’infocom, c’est-à-dire une sorte de jeu qui listerait l’ensemble des mots-clés, des auteurs, et des expressions un peu tarte à la crème de la discipline. Je me prête donc au jeu en livrant le mien, qui est évidemment également une autocritique personnelle. En effet, il n’est pas inopportun d’interroger ses dadas référentiels et ses logiques de pensée et d’écriture. Je vous fais grâce de ne pas mentionner les concepts information et communication, qui sont de toute façon polysémiques, car évoqués de manière polysémique. C’est d’ailleurs un tel enjeu que plusieurs travaux sont consacrés à cette recherche conceptuelle et définitionnelle.

Notorious BiB : la (parfois) hilarante image des bibliothèques au cinéma Tout le monde, depuis Voltaire, est informé des horribles dangers de la lecture. Mais personne n'avait encore pris le temps d'informer des horribles retombées que la lecture pouvait avoir sur l'esprit, associée à une consommation régulière de films. Le projet Notorious BiB a été monté voilà six mois, et mérite un petit coup d'éclairage.

Related: