background preloader

Info

Info

http://info.arte.tv/fr

Related:  WebjournalismePendant ce temps, ...catmer

Ecrire pour la presse web : les portes d’entrée de votre article Les articles sont lus – on peut l’espérer – sur une grande diversité de supports. Et le lecteur y entre par de multiples portes. Quelles en sont les conséquences pour le journaliste ? Voici une première série de réponses. Qu’est-ce qui fait la différence entre écrire pour la presse web ou la presse papier ? L’actualité est la même et le lecteur reste la même personne.

Cancer et herbicides : Monsanto préfère s’en prendre aux scientifiques Un agriculteur pulvérise du glyphosate sur son champ de maïs dans l’Illinois, aux Etats-Unis, le 1er juin 2010 (Seth Perlman/AP/SIPA) Vous ne connaissez pas le glyphosate ? En fait, si. C’est Monsanto qui a vendu le premier ce produit chimique, en 1974, via son célèbre Roundup. Depuis, le glyphosate est devenu l’herbicide le plus vendu au monde.

Semaine de la langue française Aujourd'hui La dictée des mots d'or francophones pour tous - Île-de-France du 16/03/2016 18:00 au 16/03/2016 20:00 Les 16 et 19 mars, participez à la 12ème dictée des mots d'or francophone, qui sera accompagnée d'un conte terminologique et de l'illustration d'un des dix mots. Ces photos trompeuses qui circulent après les attentats du 13 novembre à Paris Certains internautes profitent de l’émotion collective pour manipuler des images sur les réseaux sociaux. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Entretenir la psychose, faire le buzz, diffuser de fausses informations pour attiser la haine… Les photos détournées qui ont commencé à circuler après les attentats de Paris montrent une nouvelle fois combien certains internautes profitent de l’émotion collective pour manipuler les images à des fins peu avouables, sans que ceux qui les partagent ne s’aperçoivent de la tromperie.

Interface ville / port : l'exemple du HAVRE Ce dossier a été réalisé par Edgar Brault, Florence Chilaud, Mathilde Beaufils, Sonia Dinh et Célia Innocenti Introduction Le roi François 1er, à l’origine de la construction du port du Havre en 1517, a établi pour les habitants de la ville des privilèges, cherchant à attirer une population dans une zone marécageuse peu propice à l’installation. Dès lors, la ville et son port sont intimement liés : quand le port est florissant la ville l’est aussi, à la diversification des fonctions portuaires répond l’embellissement de la ville. La ville et le port partagent également le même sort durant Les années noires : les bombardements de 1944 rasent 150 hectares de la ville et détruisent le port du Havre où gisent 350 épaves. Cependant, la nécessité de s’adapter aux innovations techniques et à la course au gigantisme des navires a été une contrainte forte pour le port du Havre qui s’est éloigné de la ville : les bassins dédiés au commerce ne jouxtent plus le Havre même.

Oui, le web est (aussi) bon pour le journalisme Question de contrôle qualité. Il y a quelques jours, David Leonhardt, directeur du bureau de Washington du New York Times, a participé à une session “Ask Me Anything” (demandez-moi tout ce que vous voulez) avec les utilisateurs de Reddit, un site communautaire de partage de liens Internet. David Leonhardt – (CC) The Aspen Institute Comme le relate GIGAom, il lui fut notamment demandé s’il considérait que le développement d’Internet – et des réseaux sociaux en particulier – et la transition de la presse du papier au numérique constituaient une bonne nouvelle pour le journalisme. Sa réponse fut éclairante : “Je pense que le web a créé une presse plus responsable avec des standards plus élevés. Imaginez combien il est aujourd’hui plus facile pour les lecteurs de pointer les erreurs (ou les erreurs perçues) dans un article.

Libérez Koltchenko ! « Notre plus grande erreur, c’est l’oubli de l’internationalisme. » « L’antifascisme n’est pas un crime, libérez l’antifasciste de Crimée, Aleksandr Koltchenko. » Ce sont là des slogans de l’importante manifestation tenue à Moscou contre l’intervention russe en Ukraine le 21 septembre dernier. LA COMPAGNIE DES POETES, émission du vendredi 06 septembre 2019 Avec Martin Rueff, poète, critique, philosophe et traducteur, professeur de littérature française du dix-huitième siècle et d'histoire des idées à l'université de Genève, à l'occasion de la parution de La jonction (Nous éditeur, 2019), recueil de deux poèmes très différents par leur registre et leurs objets : L'amer fait peau neuve et L'enrouement d'Actéon. Le premier est une rêverie concertée sur le bleu et les bleus tandis que le second reprend le mythe d'Actéon, réinventant également la tradition par ses interprétations ; Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l'art, qui enseigne à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris) pour Ninfa dolorosa : essai sur la mémoire d'un geste (Gallimard, 2019), quatrième volume d'une série-enquête sur les gestes de lamentation, lorsqu'un défunt se voit pleuré par une mère (Mater dolorosa), une épouse ou une jeune soeur (Ninfa dolorosa).

Géographie des mers et des océans : les grands axes thématiques-Geoconfluences Ces dernières années, les enseignants en poste et les futurs enseignants sont confrontés à nouveau à la thématique maritime. En effet, premièrement, la rénovation des programmes scolaires permet de traiter en classe un certain nombre d’enjeux majeurs (« nourrir les hommes », « les enjeux énergétiques », les « littoraux comme espaces convoités » ou « acteurs, flux et réseaux de la mondialisation », « les mondes arctiques : une nouvelle frontière sur la planète », « espaces maritimes aujourd’hui : approche géostratégique »…). Deuxièmement, le renouvellement des questions aux concours du CAPES et des agrégations de Géographie et d’Histoire – à travers par exemple la « Géographie des conflits » ou la question « Canada-Etats-Unis-Mexique » ont aussi permis de placer l’étude des espaces maritimes dans les questions aux programmes. Enfin, ce champ nouveau - à l’articulation entre milieux, géoéconomie, géopolitique et géostratégie – rencontre un réel intérêt.

Les mystères du profil génétique des Sud-Américains, Sciences & Prospectives Une étude de l’Université d’Oxford sur la population d’Amérique du Sud démontre une forte présence de gènes basques et d’Afrique de l’Ouest. Une étude publiée mardi révèle la forte présence de gènes de certains peuples africains et européens, comme les Yorubas du Nigeria et les Basques, dans le génome de l’actuelle population d’Amérique du Sud. Cristian Capelli, de l’Université d’Oxford, et ses collègues ont utilisé les données génétiques de plus de 4.000 Américains, Européens et Africains pour déterminer la contribution de ces différentes populations ancestrales à la population nord et sud-américaine d’aujourd’hui. Pour les neuf pays hispanisants d’Amérique du Sud, la plus grande contribution européenne vient d’Espagne, selon l’étude. Mais les chercheurs assurent avoir découvert « pour la première fois » la signature génétique d’ancêtres basques chez cinq Sud-Américains sur six. La Sicile, l’Afrique du Sud...

Related:  Attentats de Paris - Des ressources pour expliquerscottie74Mers & Océans