background preloader

Le plastique: Menace sur les océans

Le plastique: Menace sur les océans

Krach - Les dessous de la "crise" économique Dailymotion Sign in Krach Playlist created by Samtex | 12 videos Krach_ les dessous de la crise économique_ 1/4 1_3 Create a Videozap Create a Videowall Create a Jukebox Grid List now playing Krach_ les dessous de la crise économique_ 1/4 1_3 By tchels0o Krach_ les dessous de la crise économique_ 1/4EP 2/3 Krach_ les dessous de la crise économique_ 1/4ep 3/3 Krach_ les dessous de la crise économique_ 2/4EP 1_3 Krach_ les dessous de la crise économique_ 2/4EP 2_3 Krach_ les dessous de la crise économique_ 2/4EP 3_3 krach_ les dessous de la crise économique_ 3/4_EP 1_3 KRACH - LES DESSOUS DE LA CRISE ÉCONOMIQUE_ 3/4_ep_2/3 Krach_ les dessous de la crise économique_ 4/4 EP 1_3 Krach_ les dessous de la crise économique_ 4/4 EP 2_3 Krach_ les dessous de la crise économique_ 4/4 EP 3_3 Added by tchels0o 3 years ago 6,910 views 3,734 views 2,782 views 2,227 views 1,557 views 1,588 views 2,170 views 1,573 views 2,774 views 2,006 views 2,628 views 1,812 views Suggested videos 2,170 views. 2,006 views. 3,734 views. Follow us

L'océan s'épuise... mais à quelle vitesse? N’y aura-t-il plus de poissons dans nos assiettes en 2048? Tous les stocks de poissons se seront-ils effondrés dans seulement 36 ans, au point de laisser les filets des pêches désespérément vides? Si cette échéance, calculée par des chercheurs canadiens, ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique, un constat simple est partagé par tous les acteurs interrogés par le réalisateur Ruppert Murray : l’océan s’épuise et il faut agir avant d’atteindre le point de non-retour. De moins en moins de poissons dans les filets S’appuyant sur l’ouvrage du journaliste britannique Charles Clover, The end of the line, Ruppert Murray pose toutes les données de l’un des plus gros problèmes environnementaux actuels : la surexploitation des océans, milieu naturel en voie d’épuisement. Bande-annonce du film, dont la version française est désormais disponible (en savoir plus) Un appel à l'action À l’heure où l’Union européenne renégocie sa politique de pêche, la lutte contre la surpêche s’intensifie.

Les déchets plastiques déséquilibrent l’écosystème du Pacifique Une étude révèle que la concentration de déchets plastiques qui flottent sur l’océan Pacifique années risque de déséquilibrer l'ensemble de l'écosystème. En effet, ce milieu est propice à la prolifération de certaines espèces qui ne devraient pas y avoir leur place. Selon des chercheurs de l'Université de San Diego, en Californie les microparticules de plastique de moins de 5 millimètres se sont, depuis 40 ans, concentrés dans le "gyre subtropical" du Pacifique nord. Dans cette zone, les déchets s'amalgament au point de rencontre de courants océaniques et s'enroulent sous l'effet de la rotation de la Terre. Elle constitue de ce fait un milieu propice à la reproduction d'une espèce d'araignée d'eau : l'Halobates sericeus. Si l’Halobates constitue un met de choix pour les crabes, les poissons et les oiseaux, il s’agit aussi d’un prédateur qui se nourrit de zooplancton et d’œufs de poisson, rappellent les scientifiques. Vous nous aimez déjà ?

Un nouveau « continent » de déchets a été découvert dans l'océan Atlantique Nord ! On la croyait spécifique au nord-est de l'océan Pacifique, la célèbre « grande plaque de déchets du Pacifique » a également son équivalent dans l'Atlantique Nord : un nouveau continent de déchets déjà plus grand que la France a été découvert ! En 1997, le capitaine Charles Moore, fondateur de l'Algalita Marine Research Foundation, découvrit la « grande plaque de déchets du Pacifique » (Great Pacific Garbage Patch), une zone océanique dans l'océan Pacifique qui, avec les courants marins, concentre les déchets que nous rejettons directement en mer mais surtout ceux issus de nos activités terrestres. En 2007, de nouvelles observations avaient montré que cette zone s'accroissait constamment et atteignait déjà 3,43 millions de km², soit une surface plus importante qu'un géant comme l'Inde ! Or, des scientifiques viennent de révéler que cette « plaque » a son équivalent dans l'océan Atlantique ! Un nouveau « continent » de déchets Ces morceaux de plastique souillent durablement l'océan. Note

Pollution: Le 7e continent continue de s'étendre Le 7e continent est un gigantesque amas de déchets qui flotte entre la Californie et Hawaï, dans le nord-est de l’océan Pacifique. Issus des activités humaines et véhiculés par les courants maritimes, ces déchets, essentiellement plastiques, couvrent une surface de près de 3,5 million de km2. Les observations réalisées depuis plus de dix ans par l’Algalita Marine Research Foundation révèlent que l’ensemble des déchets humains provenant des littoraux et des navires se rejoignent et s’accumulent dans deux zones baptisées "Plaque de déchets du Pacifique est" (Eastern Pacific Garbage Patches) et "Plaque de déchets du Pacifique ouest" (Western Pacific Garbage Patches). Ces régions, réunies en une zone géographique appellée le 7ème continent, totalisent un poids de 3,5 millions de tonnes et contiennent jusqu'à 750.000 débris par km², le tout sur une surface de 3,43 millions de km², rapporte notre-planete.info. 46.000 morceaux de plastique par 2,5 km² d'océan

Les pesticides dans les eaux [L'essentiel sur…, Environnement] : Observation et statistiques Le terme pesticide désigne les substances ou produits « destinés à lutter contre les organismes jugés nuisibles » (source qu'il s'agisse de plantes, d'animaux, de champignons ou de bactéries. Ils peuvent être classés par type d’usage (herbicides, insecticides, fongicides, nématicides, rotondicides, etc.), par famille chimique ou encore par mode d’action. Le mot pesticide concerne :- l’ensemble des produits phytopharmaceutiques ou phytosanitaires, dont l’objectif est de protéger les végétaux cultivés des agresseurs (insectes, champignons, limaces etc.) et de lutter contre les plantes indésirables. La plupart des pesticides sont constitués de molécules organiques de synthèse. Compte tenu des risques que représentent les pesticides, leur présence dans les cours d’eau et dans les eaux souterraines fait l’objet de suivis réguliers qui n’ont cessé de se renforcer depuis le début des années 2000. Site "Observation et statistiques"

Peut-on nettoyer les océans des déchets plastiques L’info a submergé le Web : Boyan Slat, un jeune néerlandais de 19 ans, aurait conçu une plateforme capable de nettoyer les milliards de déchets qui encombrent les océans. Au-delà de la faisabilité technique de ce projet, c’est la capacité même de supprimer ce que l’on surnomme le « 7e continent de déchets » qui est posée. A l’étude depuis deux ans, l’initiative The Ocean Cleanup Array vise à retirer des eaux 7,25 millions de tonnes de plastique – soit 30 % de la pollution totale des océans selon les concepteurs – réparties sous forme de « plaques » dans cinq bassins océaniques, à savoir le Pacifique Nord et Sud, l’Atlantique Nord et Sud et l’océan Indien. >> Lire : Le 7e continent de plastique : ces tourbillons de déchets dans les océans Comment procéder ? Car ce projet n’est pas le premier à imaginer pouvoir nettoyer les océans. D’autres organismes travaillent sur la question depuis plusieurs années sans avoir de résultats concluants à avancer. Audrey Garric

Koala Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il est devenu, avec le kangourou, l'un des principaux symboles de l'Australie. Après avoir été chassé massivement pour sa fourrure, il est aujourd'hui principalement menacé par la fragilité et le recul de son biotope. Taxonomie et nomenclature[modifier | modifier le code] Taxonomie et phylogénie[modifier | modifier le code] Diprodontés[modifier | modifier le code] Les koalas appartiennent à l'ordre des mammifères marsupiaux des diprotodontés, c'est-à-dire qu'ils ont deux incisives inférieures pointant vers l'avant. Famille[modifier | modifier le code] Les koalas sont les uniques représentants restant de la famille des phascolarctidés. Les premiers fossiles connus de la famille des koalas ont été découverts en Australie septentrionale et ont été datés de l'Oligocène, de 20 à 25 Ma c'est-à-dire plus précisément durant le chattien[2]. Une explication de la rareté inhabituelle de ces fossiles serait que les premiers koalas étaient eux-mêmes rares.

Related: