background preloader

3 mythes sur le cerveau qui influencent possiblement votre façon d’enseigner

3 mythes sur le cerveau qui influencent possiblement votre façon d’enseigner
Le fait de mieux comprendre le cerveau aide-t-il à mieux éduquer? C’est la question à laquelle tentent de répondre certains chercheurs, dont Steve Masson, professeur en neuroéducation à l’Université du Québec à Montréal. La neuroéducation est une nouvelle science qui se veut une approche complémentaire aux recherches déjà existantes en éducation. Ce qui distingue les travaux de M. Masson est qu’il utilise l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour étudier les différentes parties du cerveau de l’apprenant. Les recherches sur le cerveau permettent de mieux comprendre le lien entre celui-ci et l’apprentissage. – Premièrement, apprendre modifie les connexions dans le cerveau. – Deuxièmement, la structure et la configuration du cerveau influencent notre façon d’apprendre. – Troisièmement, la façon d’enseigner influence les changements cérébraux qui découlent de l’apprentissage. 1) On n’exploite que 10 % de notre cerveau. 3) Tout se joue avant 3 ans. Pour suivre l’auteur :

http://www.infobourg.com/2014/01/10/3-mythes-sur-le-cerveau-qui-influencent-possiblement-votre-facon-denseigner/#.UtEZfiH3cuI.twitter

Related:  Théories de l'apprentissagecerveau, mémoire, ...psychoEcole BienveillanteEncourager et accompagner élèves à apprendre

Théories de l'apprentissage et activités FLE - Blog de Marc Oddou Auteur : Marc Oddou Introduction Les théories de l’apprentissage décrivent d’une certaine manière la position de l’enseignant et de l’élève face au savoir ainsi que la posture de l’enseignant face à la mise en place des activités. Pour cette raison, nous verrons comment les 3 courants principaux de l’apprentissage (le béhaviorisme, le cognitivisme et le constructivisme) peuvent nous aider à élaborer des activités pour la classe. Béhaviorisme, cognitivisme, constructivisme.Le béhaviorisme(de l’anglais « behavior », comportement) s’intéresse aux comportements observables de l’apprentissage. John B.Watson a été historiquement le premier à utiliser le terme behaviorisme dans un cours article publié en 1913 :« Psychology as the behaviorist views it » (La Psychologie telle qu’un béhavioriste la voit).

Apprendre à retenir, à mieux mémoriser Repères pour aider les élèves à retenir A. Pour bien retenir une leçon, s’assurer de ce qu’on comprend. 1. Repérer pour quoi on apprend : Pour exprimer des informations sur des notions : leur définition, leur réseau de signification, des exemples, des notations, … Pour exprimer des informations sur les situations et évènements : faits, contexte, chronologie, causes et conséquences.

Les émotions favorisent l’apprentissage Texte adapté de Même les émotions négatives aident à l’apprentissage publié sur le site de l’Université de Montréal le 17 janvier 2011Le chercheur Claude Frasson de l’Université de Montréal s’intéresse aux effets des émotions sur la mémoire. Par ses travaux, il cherche à concevoir des systèmes tutoriels intelligents qui intègrent la dimension émotionnelle de l’apprentissage. « Pour le chercheur, si les émotions sont la clé qui donne accès à la mémoire, c’est aussi dire qu’elles sont essentielles à l’apprentissage. L'art de donner l'envie d'apprendre Socle de Pédagogie, donner l'envie d'apprendre est vraisemblablement un des objectifs les plus difficiles à atteindre en formation. Envie d'apprendre et étymologie du mot "Savoir"... Un peu d'étymologie ne fait jamais mal ... et mon ancienne professeure de latin-grec serait ravie de cette référence de ma part, elle qui m'en a tant voulu d'avoir abandonné les langues mortes en terminale !

CRDP de l'académie de Besançon : Cartes heuristiques Ces dossiers thématiques sont archivés, nous attirons votre attention sur leur date de mise à jour. Qu'est-ce-que c'est ? Selon Wikipédia, une carte heuristique (du grec ancien εὑρίσκω, eurisko, "je trouve"), appelée aussi carte des idées, schéma de pensée, carte mentale, arbre à idées ou topogramme (mind map en anglais), est un diagramme qui représente les connexions sémantiques entre différentes idées, les liens hiérarchiques entre différents concepts intellectuels. C'est le plus souvent une représentation arborescente des données. bdp.ge.ch/webphys/enseigner/3modeles.html Source: Arsac, G., Germain, G. & Mante, M. (1988). Problème ouvert et situation-problème. Lyon: IREM n° 64 (Institut de Recherche pour l'Enseignement des Mathématiques), Université Claude Bernard. Les trois modèles très succinctement décrits ci-dessous sont autant de manières d’envisager les processus d’apprentissage.

Trois petites activités sur la mémoire « Ils n'apprennent pas! » Dans le palmarès des phrases les plus prononcées autour des machines à café des salles des professeurs, celle-ci figure clairement en bonne place. Repartons déjà du bon pieds sur le verbe « apprendre ». Il est bien large et n'exprime en général pas bien la pensée de son auteur dans cette situation. Métacognition et réussite des élèves Suffit-il de mettre les élèves en activités en classe pour qu’ils s’approprient les savoirs, savoirs faire sur lesquels est construite la séance qui leur est proposée ? L’analyse ergonomique des situations d’apprentissage scolaire amène à être très réservé dans la réponse. En effet, quels que soient les modalités pédagogiques, les supports didactiques prévus, un constat s’impose : les enseignants n’arrivent pas toujours à atteindre les objectifs visés.Eviter qu’il y ait autant d’élèves en difficultés d’apprentissage, d’élèves en décrochage scolaire voire en refus scolaire, d’élèves en souffrance, d’élèves en danger, c’est bien l’ambition de tous ceux qui oeuvrent dans ce monde complexe de l’Éducation.Que faire devant cette réalité ? Les enseignants tentent de les aider à retrouver le chemin des apprentissages scolaires afin qu’il apprennent les savoirs scolaires que l’Ecole s’engage à leur donner et définissent sur cette base la plupart des activités qu’ils leur proposent.

5 qualités qui assurent la réussite dans la vie Faysal Hafidi, coach en communication, relations et réussite professionnelle et directeur fondateur de l’académie de l’intelligence, nous livre dans cette vidéo sa vision de la réussite dans la vie. Il constate qu’il n’existe pas de relation directe entre la réussite scolaire et la réussite dans la vie. Il va même plus loin en affirmant que ce sont les grosses entreprises qui emploient les premiers de la classe mais qu’il arrive bien souvent que ces mêmes premiers de la classe finissent par travailler pour des entrepreneurs qui ont fait moins d’études ou qui ont eu leur diplôme avec de moins bonnes notes. Il en déduit qu’il existe des qualités partagées par les personnes les plus brillantes (comme Einstein, Bill Gates, Mère Teresa ou encore Steve Jobs) mais qui ne sont pas valorisées dans le système scolaire. M.

Comment fonctionne le cerveau quand on apprend ? Le comportement du cerveau pendant l’apprentissage demeure aujourd’hui un grand mystère pour nombre d’éducateurs. Cependant, si l’émergence de la neuro-pédagogie a déjà permis de lever le voile sur certains des aspects du fonctionnement du système nerveux et cérébral de l’être humain pendant le processus d’apprentissage, plusieurs zones d’ombre demeurent encore. Comment fonctionne véritablement le cerveau pendant le processus d’apprentissage ? De quelle manière l’environnement et les différents milieux de vie de l’apprenant influencent-ils son processus d’apprentissage ?

Béhaviorisme Cartes + vidéographie: Chargement... Avancement lecture Intérêt Difficulté du texte Quel type d'intelligence avez-vous ? Test des intelligences multiples Un test qui illustre très bien notre article sur les différents types d'intelligence et a été mis au point par notre partenaire Central Test. Un test pour qui ? Tous ceux qui veulent mieux se connaître, de l'adolescence à l'âge adulte. Nous sommes tous intelligents, mais à notre manière : encore faut-il connaître ses points forts. Pour quoi faire ? L'effet pygmalion « Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. » Dans notre métier de professeur, nous sommes obnubilés par une question : comment transmettre un savoir qui nous semble à nous essentiel, vital et passionnant, à des élèves qui trouvent cette « matière » ennuyeuse, inutile ? Que faire face à des élèves qui partent avec un a priori négatif sur ce qui dépasse infiniment pour nous le terme de « matière » : oui la langue française, la littérature, sa richesse, sa beauté ce n’est pas que la conjugaison du passé-simple et réciter le corbeau et le renard !

Related: