background preloader

Jean-Martin Charcot

Jean-Martin Charcot
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Charcot. Jean-Martin Charcot Signature Il est le père du médecin et explorateur Jean-Baptiste Charcot. Biographie[modifier | modifier le code] L'ascension sociale par la science[modifier | modifier le code] Jeunesse (1825-1848)[modifier | modifier le code] Jean-Martin Charcot n'a pas laissé d'écrits biographiques, et ce que l'on connaît de son histoire personnelle repose essentiellement sur ses travaux et le témoignage de ses collègues. Il les poursuit par une année consacrée à obtenir le baccalauréat ès sciences, une année préparatoire et une année d'externat, en 1846-1847, à la faculté de médecine, cursus qui inclut des stages à l'hôpital Necker et à celui de la Charité, puis, en 1848, à l'hôpital Saint Louis, auprès du professeur Lugol[4]. Internat (1849-1853)[modifier | modifier le code] Carrière ascendante à l'ombre de Rayer (1854-1861)[modifier | modifier le code] Related:  Psycho/Socio

Psychologie positive Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La psychologie positive est l’étude scientifique des forces, du fonctionnement optimal et des déterminants du bien-être. Ce champ de la psychologie vise à mieux cerner ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. Voici quelques thèmes de recherche fréquents dans la documentation scientifique de ce courant[1],[2],[3] : - Forces de caractère (sagesse, humour, curiosité, persévérance, créativité, intelligence émotionnelle, etc - Émotions positives et gratitude; - Sens à la vie et engagement vers un but; - Relations saines, empathie et compassion; - Motivation, passion et expérience optimale (flow); - Espoir et optimisme; - Présence attentive et savourer pleinement les expériences positives. - Bonheur, bien-être, satisfaction, résilience (leurs déterminants); - Auto-détermination, auto-efficacité; Confusion avec « pensée positive »[modifier | modifier le code] Ressemblances et distinctions avec « psychologie humaniste »[modifier | modifier le code]

Daniel STERN - psychologue Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Daniel Stern, né en 1934 et mort le 12 novembre 2012, est un pédo-psychiatre, professeur émerite de psychologie à l'Université de Genève, et psychanalyste américain, praticien à l'Hôpital de New-York et membre de la faculté du Centre de Psychanalyse à Columbia University, New York. En 1977 il publie Mère-enfant, les premières relations (titre original : The First Relationship: Infant and Mother). Il y propose une théorisation du développement relationnel du nourrisson qui s'oppose au principe jusque là non remis en question d'un ressenti originel de fusion avec la mère, que l'on retrouve notamment dans les théories développées par Donald Winnicott. Après deux autres ouvrages, il publie en 1997 La Naissance d’une mère, écrit en collaboration avec son épouse, Nadia Bruschweiler-Stern, qui propose une représentation du psychisme de la femme enceinte, et de l'image qu'une mère se donne de son futur enfant. D. Portail de la psychologie

Méthode anatomo-clinique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Laennec (1781-1826) définit la méthode anatomo-clinique(ou anatomo-pathologique) comme une « méthode d'étude des états pathologiques basée sur l'analyse de l'observation des symptômes ou des altérations de fonctions qui coïncident avec chaque espèce d'altérations d'organes ». Pour Jean-Martin Charcot, le principe anatomo-clinique consistait en « l'étude soigneuse des symptômes associée à la constatation du siège anatomique des lésions après la mort ». Grandes lignes[modifier | modifier le code] Création de la méthode anatomo-clinique: Giovanni B. Morgagni au XVIIIe siècle.Développement de la méthode anatomo-clinique: Xavier Bichat 1771-1802, puis R. Histoire[modifier | modifier le code] Giovanni Battista Morgagni (1682-1771), professeur de médecine à Padoue et anatomiste, peut être considéré comme le premier anatomo-pathologiste moderne. La méthode anatomo-clinique connut sa principale expansion à Paris au début du XIXe siècle.

MELANIE KLEIN (1882-1960) Son oeuvre est centrée sur le monde fantasmatique de l'enfant (son imaginaire), sur la valeur structurante de l'image maternelle, et enfin sur la pathologie précoce de l'enfant. Elle utilise comme méthode la psychanalyse de l'enfant avec une technique inédite, le jeu. Par ce moyen, KLEIN reconstitue le passé de l'enfant. Née à Vienne en 1882, elle est morte à Londres en 1960. Elle aura trois enfants: Mélita, Hans, et Eric. Sources Elle partira de l'apport Freudien avec la théorie duelle des pulsions qu'elle remaniera complètement et qu'elle finira par re-élaborer. Elle notera 2 phases: 1.la position schizo-paranoïde, 2.et la position dépressive. Méthode Elle pratique les cures psychanalytiques d'enfants (à partir de 3 ans) et d'adultes. Concepts 1.Les fantasmes : c'est l'expression mentale des pulsions sous forme d'images ou de sensations. Développement Postulat : pulsion de vie et pulsion de mort existent dès la naissance et sont préalables à toute expérience vécue. Le soin

Sigmund Freud Médecin autrichien, fondateur de la psychanalyse (Freiberg, aujourd'hui Příbor, Moravie, 1856-Londres 1939). Introduction Freud : fondateur de la psychanalyse, titulaire d'une paternité déjà légendaire ; l'homme n'est plus séparable de la science à laquelle il a consacré sa vie entière. La formation de Freud Freud est né le 6 mai 1856 en Moravie, province de l'empire d'Autriche-Hongrie, au cœur d'une famille juive nombreuse ; le père de Freud, négociant en laines, n'était pas un homme riche. Le rêve et l'hystérie : langages de l'inconscient À partir d'un corpus de rêves, dont beaucoup sont les siens, Freud dégage dans la Science des rêves les lois générales de décryptage des symptômes dont la cause est l'inconscient. L'appareil psychique, construit sur le modèle d'un appareil optique selon le schéma de l'arc réflexe, présente l'idée, permanente dans la pensée de Freud, d'un lieu psychique : « la psyché est étendue ». L'univers analytique L'anthropologie freudienne

Aliénation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La notion d'aliénation (du latin : alienus, qui signifie « autre », « étranger ») est généralement comprise, en philosophie, comme la dépossession de l'individu, c'est-à-dire sa perte de maîtrise, de ses forces propres au profit d'un autre (individu, groupe ou société en général). Il renvoie ainsi fréquemment à l'idée d'une inauthenticité de l'existence vécue par l'individu aliéné. Ce terme est à l'origine un terme juridique, se rapportant à un transfert de propriété. Présentation générale[modifier | modifier le code] Le terme d'aliénation est particulièrement polysémique, tant et si bien qu'il est régulièrement considéré comme un concept vague car trop englobant. Au-delà de l'usage juridique ou psychiatrique du terme, la notion d'aliénation se rattache aussi à d'autres concepts, comme la réification ou l'hétéronomie – termes qui visent généralement à donner un sens plus précis à cette notion d'aliénation. Médecine[modifier | modifier le code]

René SPITZ - psychanalyste Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Spitz. Plaque commémorative à la Taubertstraße à Berlin. Biographie[modifier | modifier le code] Les travaux et l'apport de René Spitz[modifier | modifier le code] Il s’intéresse à la relation mère/nourrisson[2],[3]. Spitz note trois marqueurs du développement psychique de l'enfant qu'il nomme organisateurs, notion qu'il emprunte à l'embryologie, et qui ont les caractéristiques suivantes[4] : Ce sont des lieux de convergence, ici entre des niveaux de maturation physique et psychique.Ils ont une influence sur la suite de la maturation, ici la psyché se réorganise à un niveau plus complexe.Ils apparaissent à un moment donné, ici on parle de phase, de crise ou de tournant du développement. Les organisateurs présentés par Spitz sont : le sourire, l'angoisse, et le non. Le sourire[modifier | modifier le code] L'angoisse[modifier | modifier le code] Le « non »[modifier | modifier le code] Le Non et le Oui, Ed.

Histoire de la neurologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L' histoire de la neurologie est une branche de l'histoire de la médecine et des neurosciences qui étudie le développement des connaissances dans le domaine des maladies du système nerveux. Celles-ci remontent aux temps préhistoriques, mais la neurologie en tant que spécialité médicale académique ne s'individualise que progressivement à partir du XVIe siècle. Purement observationnelle à ses débuts, la neurologie progressa parallèlement à l'approche systématique du système nerveux permise par la neuroanatomie et la neurophysiologie. Les connaissances de l'Antiquité[modifier | modifier le code] Un traité égyptien de chirurgie traumatique, le papyrus Edwin Smith, décrit diverses lésions dont certaines concernent le système nerveux et propose des traitements de ces blessures. On trouve d'autres exemples très anciens d'observations de phénomènes neurologiques. Galien faisant une démonstration publique sur le nerf laryngé récurrent.

Related:  2 - Hypnologie