background preloader

PARIS 1914

PARIS 1914
Bien sûr, nous connaissons tous plus ou moins Paris. Si l’on n’a jamais eu l’occasion de s’y rendre concrètement plus de quelques jours, il n’empêche que notre capitale est un endroit plein de recoins et de mystères. Visiter Paris demande du temps, mais aussi quelques connaissances, afin de voir les plus grands monuments, mais aussi tous les petits endroits que seuls les parisiens connaissent. Mais rassurez-vous, notre guide consacré à Paris est justement là pour vous donner un coup de pouce, et vous permettre de réaliser ce beau voyage en bonne et due forme. Vous ne raterez rien de celle que l’on appelle la plus belle ville du monde, qui est aussi la plus visitée. Et vous n’aurez qu’une envie : y retourner pour continuer de vous l’approprier.

http://www.cityguideparis.fr/

Related:  Ressources Histoire

Grande Guerre Actualités de L'Histoire Ce blog est géré par Michel Deverge pour la revue L'Histoire et rend compte de l'actualité en histoire sur la toile dans les domaines de la recherche, de l'enseignement et de la vulgarisation. Retrouver le site de la revue L' Archives du blog jeudi 4 juillet 2013 Grande Guerre Photographier la Grande Guerre Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s'approcher de la réalité. On parle d'objectivité irréfutable et, à ce titre, on estime que l'image instantanée est parfaitement adaptée pour rendre compte du nouveau conflit moderne. Ainsi, pendant toute sa durée, un nombre incalculable de clichés sont pris, à l'aide d'appareils de formats divers, par des photographes professionnels ou de simples amateurs, en l'occurrence des soldats partis avec leur propre matériel. Toutefois, parmi les différents sujets traités, les photographies représentant des scènes de bataille sont extrêmement rares et souvent incomplètes ou imparfaites. La charge d’une section de Zouaves sur le plateau de Touvent. La première vague a été publiée le 19 juin 1915, dans la revue l’Illustration.

Accueil de la base de données d'images Ls Archives nationales d’outre-mer mettent à votre disposition la base Ulysse qui permet d’avoir accès aux images numérisées des documents appartenant à l’iconothèque et à la cartothèque du Centre. Commencée en 2002, cette base a pour objectif de rendre progressivement accessibles les photographies isolées ou en albums, les cartes postales, les affiches, les dessins et gravures, les cartes et plans. Cet ensemble, d’une richesse exceptionnelle pour l’histoire des premier et deuxième empires coloniaux français, provient d’archives publiques (secrétariats d’Etat et ministères qui ont géré les colonies du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, gouvernements généraux, etc.) et d’archives privées, entrées par voie de don, acquisition, legs ou dation. Une notice descriptive simplifiée et une notice détaillée donnent les éléments d’information nécessaires à la compréhension des documents. Les titres ou légendes des documents proviennent de leurs auteurs ou de l’administration coloniale.

Eric Cahan - "Sky Series" Point-Dume Malibu, CA, Sunrise, 5:46am A première vue on pourrait penser qu’il s’agit de tableaux aux couleurs abstraites, mais ces visuels sont des photographies de ciel prisent au lever et au coucher du soleil. Bridgehampton, NY, Sunset, 7:48pm Basé à New York, le photographe Eric Cahan capture ces magnifiques horizons multicolores dans une série de photographies intitulée “Sky Séries”. I- LES DEUX FRERES LE GOFF DU 116ème RI de Vannes - mes ancêtres en guerre 1-PRESENTATION : De Quillianet en Peumerit à la première bataille de la Marne Au moment ou la première guerre mondiale est déclarée, Jean Marie LE GOFF dit "Guillaume" (sur la photo à gauche), né à PEUMERIT(Finistère) le 18 mai 1891, effectue son service militaire au 116ème Régiment d'infanterie de Vannes depuis le 9 octobre 1912.Noël Alain LE GOFF dit "Alain", son frère, (sur la photo à droite), né en la même commune le 15 mars 1893 l'a rejoint depuis son incorporation au service le 27 novembre 1913. Ci-dessus, la comparaison de trois portraits provenant des photos précédentes, où on peut voir Jean-Marie (Guillaume) Le Goff.

« L’histoire de France » fétiche de la nation. Par Suzanne Citron. La litanie des grands personnages Déjà dans les années 1979-80, Alain Decaux s’y exclamait : « On n’enseigne plus l’histoire à nos enfants ! » Aujourd’hui, les enquêteurs qui se penchent sur cet « assassinat » dénoncent, avec le procureur Dimitri Casali, la disparition dans les classes de 6e et de 5e de Clovis, Charles Martel, Hugues Capet, Louis IX dit Saint Louis, François Ier, Louis XIII, la relégation de Louis XIV en fin de programme, la réduction du premier empire en question optionnelle. Et de fourbir l’argumentaire : ces suppressions relèveraient de la règle du « politiquement correct », d’une manipulation moralisatrice de l’histoire, alors que « faire étudier aux élèves Clovis, François Ier ou Napoléon Ier n’a pourtant rien de réactionnaire ».

Photographier la Grande Guerre Contexte historique Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s'approcher de la réalité. On parle d'objectivité irréfutable et, à ce titre, on estime que l'image instantanée est parfaitement adaptée pour rendre compte du nouveau conflit moderne. Pourquoi il faut enseigner l’histoire ancienne de l’Afrique subsaharienne. Rédacteur : Catherine Coquery-Vidrovitch On ne peut comprendre la situation actuelle du continent africain sans l’analyser à la lumière des héritages complexes du continent. Celui-ci n’est « né » ni avec les indépendances il y a une cinquantaine d’années, ni avec la colonisation près d’un siècle auparavant, ni avec la « découverte » par les Portugais à la fin du XVè siècle : les Européens n’ont découvert et construit que « leur » Afrique, alors qu’ils étaient, sans le savoir, les derniers arrivés dans une histoire longue de mondialisation. Car les Africains n’ont jamais vécu dans l’isolement, ne serait-ce que parce que l’humanité y est née. Une construction négative du continent a été conçue au moment où se développait du côté européen la traite atlantique des esclaves noirs. Certes, celle-ci s’ajouta à des traites antérieures plus anciennes, aussi bien vers le monde méditerranéen que vers l’Océan Indien, animées par les Arabo-musulmans depuis le IXe siècle de notre ère.

Lisette Model Pour Lisette Model (1901-1983), photographe américaine d’origine autrichienne, la photographie permet de traquer les aspects d’une réalité en perpétuel changement. Photographiant de manière instinctive, audacieuse et directe, elle produit des images sans concession mais chargées d’humanité qui lui confèrent une place à part dans le courant de la Street Photography qui se développe à New York pendant les années quarante. "Photographier avec vos tripes", avait-elle coutume de dire à ses élèves – parmi lesquels figure Diane Arbus. L’exposition présente, à travers une sélection de 120 tirages vintage, les travaux les plus représentatifs de Lisette Model, depuis ses premières photographies réalisées à Paris (1933) et sur la Promenade des Anglais à Nice (1934), jusqu’aux images plus tardives réalisées aux États-Unis entre 1939 et 1956, à New York (Lower East Side, Coney Island, les bars populaires, les passants), ou à l’Opéra de San Francisco.

La guerre 1914-1918 en affiches - Archives13.fr Sommaire Bibliographie AUDOUIN-ROUZEAU (Stéphane), La Guerre des enfants, 1914-1918 : essai d’histoire culturelle. Paris : Armand Colin, 1993. AUDOUIN-ROUZEAU (Stéphane), L’Enfant de l’ennemi. Paris : Aubier, 1995. La Carte générale de la France de Cassini Une nouvelle numérisation en haute définition de la Carte générale de la France par Cassini est disponible sur Gallica depuis quelques semaines. Vous avez été nombreux à y chercher votre village, sur Facebook ou sur Twitter. Voici comment retrouver votre « bled dans Cassini ».

Related: