background preloader

2012 sera l’année du « big data »

2012 sera l’année du « big data »

http://www.lamelee.com/midenews

Big Data : Making sense at scale D'un récent voyage dans la Silicon Valley (merci aux amis du Orange Institute), je rentre avec une conviction : tout ce que nous connaissions du web va changer à nouveau avec le phénomène des big data. Il pose à nouveau, sur des bases différentes, presque toutes les questions liées à la transformation numérique. En 2008, l’humanité a déversé 480 milliards de Gigabytes sur Internet.

Reverse Graffiti : le tag nettoyant Vous souvenez-vous, en mai dernier, de l’étonnante campagne publicitaire de Mappy ? À l’occasion de la sortie de son application mobile des transports en commun, la marque a balisé l’ensemble de la capitale de son logo. 225 marquages au sol, à la sortie des stations de métros les plus fréquentées. Un instrument de marketing Cette prise d’assaut urbaine entre dans le domaine de la guérilla marketing. Un terme un brin barbare qui définit des techniques de marketing non conventionnelles et surtout, à petit prix. But ultime ?

Comment le numérique peut-il « augmenter » réellement les potentialités d’un magasin ? En confrontant l’expérience client vécue en magasin aux objectifs visés par l’enseigne, le digital peut ainsi venir « augmenter » les possibilités du magasin de répondre auxdits objectifs. Le digital en points de vente est le nouvel espace à conquérir, pour des stratégies d'enseignes cross-canal performantes.Le succès réside dans l'alignement de l'exécution et du business, au-delà des effets d'annonce qui ne dépassent pas le magasin pilote. Car le digital peut également "diminuer" le magasin, si l'expérience client finale s'en trouve appauvrie: c'est un investissement exigeant où l'homme et la technologie doivent se compléter et non s'opposer pour un ROI positif. Après avoir opposé web et e-commerce aux magasins physiques, les distributeurs et enseignes à réseau investissent aujourd’hui le digital dans les points de vente, tel un dernier espace « vierge » à conquérir. Quels enjeux se jouent en magasin ?

expert Magazine Les SSII face au principe de réalité Les SSII changent de dénomination pour devenir des Entreprises de Services Numériques (ESN). Cette ambition et cette projection positive vers les nouveaux modèles de services en lien avec la numérisation de notre économie, devront également intégrer les enjeux liés à la transformation de modèles économiques hérités du passé. Les prévisions de croissance pour l’année 2013 à peine au-dessus de 0% ainsi que les résultats des SSII en 2012 (-1,7%, une baisse de volume de 450M€…soit l’équivalent de la taille d’une SSII top 20) ne devraient pas inciter leurs dirigeants à l’optimisme …A moins d’avoir de bonnes raisons de le faire. En effet lorsque les conditions de marché sont durablement difficiles comme c’est le cas depuis quelques années les écarts de performance se creusent entre les acteurs. Dans un marché en tension comme celui des services informatiques en 2012, les entreprises qui ont réalisé de la croissance organique, l’on fait en prenant des parts de marché à leurs concurrents.

#praTIC : typologie des visualisations du web J’ai eu le plaisir de participer aujourd’hui à la journée PraTIC sur le thème Spatialité et Temporalité du Web, organisée par l’Atelier de Vidéomatique du Laboratoire Paragraphe (UP8), en partenariat avec l’école des Gobelins. Map Marquer - Noun Project Le thème de mon intervention était : Visualisation interactive de données, nouveaux outils et nouvelles mécaniques cognitives pour comprendre le web. Ma présentation interroge les différentes façons de visualiser le web en tant que paysage informationnel.

Consommation Collaborative Cet article est le premier d’une série d’articles qui seront publiés sur shareable.net en français. Vous pouvez retrouver cet article sur Shareable. “Les consciences changent quand se produisent, conjointement, une révolution de la production d’énergie et une révolution des communications. Quand les deux se combinent, c’est bien tout notre rapport à l’espace et au temps qui change, notre modèle de civilisation. Et notre empathie qui s’élargit.”

Convergence des données et nouveaux modèles économiques du commerce connecté La SKEMA business school et Brigitt Albrecht sa directrice Marketing ont invité Damien Selosse, innovation manager de Pictime Lab et Jean Marc Megnin directeur général de Shopper Mind groupe Altavia à participer à la conférence sur le thème des nouveaux modèles du commerce connecté. L’exploitation des canaux et la manière de travailler la relation avec leur clients ont toujours été des Thème récurrent des entreprises rencontrées par Skema business School. Incarner économie de la connaissance pour mieux préparer les managers de demain est la mission de SKEMA Business School. Voici un résumé des échanges et des réflexions menés lors de cette conférence plénière : Jean Marc Megnin détaille le shopper au travers de son étude de la Valeur Shopper :

Inter-Contrat dans les SSII — Riana Andrieux - PMP « Il faut travailler, sinon par goût, au moins par désespoir, puisque, tout bien vérifié, travailler est moins bien ennuyeux que s’amuser » C. Baudelaire On a vu comment s’articule le métier du consultant : il est envoyé en mission chez un client pour une durée déterminée. Lorsque sa période de prestation est terminée, et que s’il n’enchaîne pas directement sur une autre mission, le consultant se trouve donc en période d’inter-contrat (IC). Il s’agit d’une situation propre aux SSTIC.

Avons-nous besoin d’Info Labs Grâce aux outils de prototypage rapide à commande numérique, à du matériel et du logiciel désormais facilement bricolables, demain, un grand nombre de personnes seront en mesure de concevoir et fabriquer des objets de leur choix, passant rapidement de l’idée au modèle numérique, du modèle au prototype, voire du prototype à l’objet tangible. C’est l’essence même du projet des Fab Labs (Wikipédia), ces espaces de travail, ces ateliers de fabrication ouverts et accessibles à tous. Mais pourquoi s’en tenir aux objets physiques et à la matière programmable ? La complexité de la matière numérique montre qu’on gagnerait certainement à étendre le concept aux données, aux statistiques, aux algorithmes… Et faire de la matière numérique un objet d’appropriation commun, comme les Fab Labs le proposent pour le monde physique. Le Lab « ouvert » comme modèle

Related:  TIC