background preloader

Henri Poincaré

Related:  mathematiciensMathématiciens (H)Henri Poincare

Josef Hoëné-Wronski Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Josef Hoëné-Wroński, né à Wolsztyn (province de Poznań) le 23 août 1776 et mort à Neuilly-sur-Seine le 9 août 1853, est un philosophe, mathématicien et scientifique polonais de langue polonaise et française. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Œuvre intellectuelle[modifier | modifier le code] Son but était une « Réforme du savoir humain » comprenant aussi bien la théorie du mouvement spontané que l'art de gouverner. « L'objet de cet ouvrage est de fonder péremptoirement la vérité sur la terre, de réaliser ainsi la philosophie absolue, d'accomplir la religion, de réformer les sciences, d'expliquer l'histoire, de découvrir le but suprême des États, de fixer les fins absolues de l'homme, de dévoiler les destinées des Nations . » Œuvre industrielle[modifier | modifier le code] Il a dessiné, entre autres, des véhicules tout terrain pour concurrencer les chemins de fer mais ceux-ci n'ont jamais été fabriqués.

Henri Poincaré Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Poincaré. Henri Poincaré Signature Henri Poincaré est un mathématicien, physicien, philosophe et ingénieur français né le à Nancy et mort le à Paris. Biographie[modifier | modifier le code] Jules Henri Poincaré est le fils d'Émile Léon Poincaré[2], doyen de la faculté de médecine de Nancy et de son épouse Eugénie Launois[3]. Il retourne à Paris en 1881 comme maître de conférences d'analyse à la faculté des sciences de Paris. Il est, en 1901, le premier lauréat de la Médaille Sylvester de la Royal Society. Le , Henri Poincaré est nommé professeur d'astronomie générale sans traitement à l'École polytechnique, ceci afin d'éviter la suppression de cette chaire. De 1900 à 1908, il applique ses travaux à la télégraphie sans fil qui permet d'établir l'existence de régimes d'ondes entretenues[12]. Accumulant les honneurs, il participe à de nombreux congrès et conférences jusqu'à la fin de sa vie.

Poincaré et l'intuitionnisme Un article de Caverne des 1001 nuits. Poincaré, philosophe et mathématicien français, participa au début du XXème siècle au grand débat sur l'intuitionnisme issu du débat sur les fondations des mathématiques. Depuis la fin du XIXème, Russel, mathématicien anglais, et Hilbert, mathématicien allemand, viennent de publier deux traités, respectivement Les principes des mathématiques (1903) et Les fondements de la géométrie (1899). Poincaré est un fervent défenseur de l'intuitionnisme, notamment au travers du principe d'induction, que l'on nomme de nos jours « récurrence ». [modifier] Le problème de la définition Poincaré pose comme première question le problème de la définition versus l'axiome. Pour lui, l'axiome est une hypothèse non démontrable, admise comme étant vraie, le plus souvent en liaison avec une intuition que nous avons des choses du monde. En ce sens, le point de vue de Poincaré est éminemment kantien. [modifier] Kant vu par Poincaré [modifier] Poincaré et le principe d'induction

Henri Poincaré, La logique de l'infini Étienne Ghys Directeur de recherche CNRS, École Normale Supérieure de Lyon (page web) Nous commémorons en cette année les 100 ans de la mort d’Henri Poincaré. Cet anniversaire est un prétexte idéal pour présenter son œuvre dense qui a influencé la science moderne. Poincaré a publié quatre livres philosophiques : La Science et l’Hypothèse (1902), La Valeur de la Science (1905),Science et Méthode (1908) etDernières Pensées (posthume) (1913). La plupart des chapitres de ces livres reprennent des conférences de Poincaré et sont donc relativement indépendants les uns des autres. Nous vous proposons de retrouver toutes les semaines l’enregistrement d’un chapitre d’un de ces livres. Henri Poincaré, Dernières pensées, Chapitre 4, La logique de l’infini. « Les règles ordinaires de la logique peuvent-elles être appliquées sans changement, dès que l’on considère des collections comprenant un nombre infini d’objets ? Écouter le podcast : Téléchargement au format MP3 Voir (et écouter) tous les podcasts.

Benoît Mandelbrot L'anneau fractal de l'art à l'art à travers la géométrie, la finance et les sciences Un bipède sans plumes ne devient homme qu'après avoir conquis le feu et les condiments et avoir décoré son corps, sa demeure et son temple. Au cours des millénaires, ses motifs décoratifs s'affinent. Certains aident la naissance de la géométrie. D'autres attendent que, vers 1900, des mathématiciens qui se proclament de "" race divine "" les distillent sous la forme de "" monstres "" ayant pour rôle unique de libérer le pur et l'abstrait du géométrique, du réel et du visuel, tous perçus comme des oppressions contraignantes. Vers 1960, l'auteur s'appuie sur quelques présumés monstres pour extraire un certain ordre du chaos des marchés financiers. Elle se manifeste dans des domaines aussi nombreux que divers - allant jusqu'à la musique.

Des démonstrations mathématiques en accès libre Vous avez probablement déjà entendu parler de la Khan Academy, cette plateforme virtuelle sur laquelle sont régulièrement mises en ligne des vidéos de cours de soutien dans différentes matières (les mathématiques et les sciences physiques principalement). Des contenus exclusivement en anglais jusqu’ici mais qui, grâce à l’ONG Bibliothèques Sans Frontière (BSF), sont désormais disponibles en français (pour les mathématiques uniquement). Qu’il s’agisse de l’arithmétique ou de la géométrie, le site propose des vidéos pour apprendre ou réviser les mathématiques. Expliquer les nombres négatifs et les valeurs absolus, les aires, les périmètres, le principe du Plus Petit Commun Multiple (PPCM) et j’en passe, ne sera plus qu’un jeu d’enfant pour vous. Des tutoriels complétés par des exercices bien évidemment. Prenons le cas des Aires et périmètres par exemple. Seul hic, la visualisation de ces vidéos qui peut nécessiter un assez bon débit de connexion. Niveau : Populaire

Gaspard Monge Ainsi s’exprimait Charles Dupin en hommage à son maître Gaspard Monge qui venait de mourir, en 1818 [1]. Nous sommes à cette période de l’histoire où les savants vont cesser d’être des individus. Monge sera l’un des premiers qui prendront conscience de la nécessité de créer des lieux de transmissions, des Écoles, presque des laboratoires de recherche. Je voudrais évoquer ce personnage extraordinaire, un passionné aux multiples visages [2]. Dans un article compagnon, qui demande un peu plus de connaissances mathématiques, je me propose de décrire l’un de ses mémoires les plus célèbres, « sur les déblais et les remblais » [3] (présenté en 1776, publié en 1781) que l’on peut considérer comme le point de départ de la théorie du transport optimal, aussi bien que comme un texte fondateur en géométrie différentielle. NB : Toutes les figures peuvent être agrandies par un clic. Gaspard Monge Monge était avant tout un géomètre. Quelques repères [9] Monge est né en 1746 et mort en 1818. Défilement

Mikhaïl Gromov Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Gromov. Mikhaïl Gromov Mikhaïl Gromov en 2009 Mikhaïl Leonidovitch Gromov (23 décembre 1943, en russe : Михаил Леонидович Громов), également appelé Mikhail Gromov, Michael Gromov ou Micha Gromov est un mathématicien franco-russe connu pour ses importantes contributions dans différents domaines de la géométrie, spécialement la géométrie métrique, la géométrie symplectique et la théorie géométrique des groupes. Gromov est lauréat du prix Balzan en 1999, du prix de Kyōto en 2002 et du prix Abel en 2009[2]. Biographie[modifier | modifier le code] Il a obtenu le prix Wolf en 1993, le prix Leroy P. Bibliographie[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Article connexe[modifier | modifier le code] Convergence de Gromov-Hausdorff (en) Liens externes[modifier | modifier le code]

Archives de France | Nancy, 29 avril 1854 ? Paris, 17 juillet 1912 Henri Poincaré devant la cheminée de son cabinet de travail, 1908 Archives Henri Poincaré © 2004 Archives Henri Poincaré (CNRS/Nancy-Université, UMR 7117) Gaub meurt en 1855. En réalité, il n’est pas seulement un grand mathématicien mais l’un des derniers savants universels. Fils d’un professeur d’hygiène à la faculté de médecine de Nancy (1872), Henri est dès son entrée au lycée de garçons premier de sa classe. Henri entre en 1873 à l’École Polytechnique et, en 1875, à l’École des Mines de Paris. Il est nommé en 1881 maître de conférences d’analyse à la faculté des sciences de Paris et succède en 1886 à G. En 1889, le roi de Suède et de Norvège décerne à Poincaré le premier prix pour sa contribution à la question posée par Weierstrass et se rapportant au problème de la stabilité du problème des trois corps. En physique mathématique, Poincaré donne une formulation exacte de l’invariance – décrite par les transformations de H.

Giuseppe Peano Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Giuseppe Peano Portrait de Giuseppe Peano Giuseppe Peano /dʒuˈzɛppe peˈaːno/ (Spinetta di Cuneo (Coni), - Cavoretto, près de Turin, ) est un mathématicien et linguiste italien de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Biographie[modifier | modifier le code] Giuseppe Peano et sa femme Carola Crosio en 1887. Giuseppe Peano étudie au lycée classique Cavour de Turin, devient assistant d’Angelo Genocchi à l’Université de Turin, puis professeur de calcul infinitésimal de ce même établissement à partir de 1890. Peano meurt d'un infarctus dans sa maison de campagne de Cavoretto, près de Turin. Sa petite-fille, l’écrivain et poétesse Lalla Romano, a rapporté de multiples anecdotes (pas uniquement familiales) sur la vie de ce grand mathématicien dans son roman biographique Una giovinezza inventata (1979). Travaux[modifier | modifier le code] Les premiers travaux de Peano, qu'il commence à publier en 1881, portent sur l'analyse infinitésimale.

Jacques Tits Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jacques Tits Jacques Tits (2008) Biographie[modifier | modifier le code] Tits a découvert les mathématiques grâce à son père, lui-même mathématicien, en consultant les ouvrages de sa bibliothèque. Il a introduit la théorie des immeubles et des BN-paires, utile dans la théorie des groupes algébriques (y compris certains groupes finis) surtout pour les groupes définis sur les nombres p-adiques. Jacques Tits est promu officier de la Légion d'honneur en décembre 2008. Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Tits a obtenu la nationalité française en 1974. Voir aussi[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Portail des mathématiques

Hommage à Henri Poincaré (29 avril 1854 – 17 juillet 1912) Illustration de Henri Poincaré, biographie bibliographie analytique des écrits par Ernest Lebon Source: gallica.bnf.fr « Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir » (La science et l’hypothèse.) Il y a cent ans, le 17 juillet 1912, s’éteignait à Paris, à l’âge de cinquante-huit ans, Henri Poincaré, considéré comme le plus grand mathématicien de son temps. Ses recherches couvrent l’ensemble des mathématiques mais aussi ses applications en astronomie, en physique ou en philosophie. Après de brillantes études à l’Ecole Polytechnique et à l’Ecole des Mines, il soutient en 1879, à la Faculté des Sciences de Paris, une thèse intitulée Sur les propriétés des fonctions définies par les équations aux différences partielles (source UPMC). Il débute d’abord comme professeur à la Faculté des Sciences de Caen, puis à Paris à partir de 1881, comme responsable des cours de mathématiques, de physique et d’astronomie.

Carl Friedrich Gauss Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Carl Friedrich Gauss Portrait de Johann Carl Friedrich Gauss (1777-1855), réalisé par Christian Albrecht Jensen Signature Johann Carl Friedrich Gauß (prononcé en allemand [gaʊs] La qualité extraordinaire de ses travaux scientifiques était déjà reconnue par ses contemporains. Gauss dirigea l'Observatoire de Göttingen et ne travailla pas comme professeur de mathématiques – d'ailleurs il n'aimait guère enseigner – mais il encouragea plusieurs de ses étudiants, qui devinrent d'importants mathématiciens, notamment Gotthold Eisenstein et Bernhard Riemann. Biographie[modifier | modifier le code] En 1792, le duc de Brunswick remarque ses aptitudes et lui accorde une bourse afin de lui permettre de poursuivre son instruction. Tombe de Gauss au Albanifriedhof de Göttingen. Il est élu le 12 avril 1804 membre de la Royal Society. La fille de Gauss, Therese (1816—1864). En 1810, il se remarie avec « Minna » Waldeck (4 août 1810).

Related: