background preloader

L’identité numérique, entre droit à l’anonymat et nouvelles identités en ligne

L’identité numérique, entre droit à l’anonymat et nouvelles identités en ligne
Décryptage du web L'identité numérique en question. 10 scénarios pour la maîtrise juridique de son identité sur Internet Éditeur : Eyrolles 166 pages Le sujet est nouveau, et promet de devenir capital ces prochaines années, à l’heure où nous laissons nos traces un peu partout sur la Toile, au gré de nos discussions sur des forums, de nos commentaires laissés sur des blogs, de notre présence sur divers réseaux sociaux... Le livre d’Olivier Iteanu, avocat spécialisé en nouvelles technologies, très présent sur la Toile, et chargé d’enseignement à l’université Paris-IX, qui nous promet "10 scénarios pour la maîtrise juridique de son identité sur Internet ", arrive donc à point nommé. En fait, "la question de l’identité a été délaissée par les pionniers de l’Internet", ce qui a ouvert des brèches, avec les effets que l’on constate actuellement, dénonce Olivier Iteanu dès la première page de son introduction. Autre question, est-il possible d’être anonyme en ligne ? Related:  gregoryp

Vocabulaire de la documentation Le vocabulaire de la documentation auquel vous avez accès ici correspond à l'édition papier, coordonnée par Arlette Boulogne et publiée par l'ADBS en 2004. Il propose un vocabulaire technique du domaine de l'information-documentation. A ce jour, il ne couvre pas tous les besoins de l'exercice professionnel, en particulier on n'y trouvera pas tous les les termes liés à l'usage des technologies de l'information et d'Internet. Il est accessible par domaines ou par l'intermédiaire d'un formulaire de recherche. Proposer une nouvelle entrée Après identification, vous pouvez poster des commentaires afin de permettre l'évolution de ce vocabulaire. Nouvelle entrée mise à jour le 10 octobre 2012 L'ADBS sur les réseaux sociaux ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes

Votre nom ne vous appartient pas Vie professionnelle, vie relationnelle et vie personnelle devraient-elles faire partie de tout réseau social en ligne? Ce qui était posé comme une affirmation sur Twitter ce matin, je le tourne en question ici. C'est qu'il me semble qu'il y a matière à se poser une préquestion : veut-on mélanger vie professionnelle, vie relationnelle et vie personnelle dans les réseaux sociaux? Si on sépare vie en secteur professionnel, relationnel et personnel, c'est qu'ils sont déjà des zones étanches avec leur propre logique interne. Le choix de les mélanger demande de savoir à qui ces secteurs appartiennent avant. Vie personnelle: le propriétaire de cet espace, s'il est mature, doit être capable de décider lui-même des traces qu'ils laissent sur le réseau. Si on accepte que la vie relationnelle doive être corégie et qu'il faille alors la cultiver dans des réseaux sociaux protégés (à la Facebook), que penser des deux autres? La vie personnelle et la vie professionnelle s'opposent.

Identité numérique : Particuliers La démocratisation des services dit Web 2.0, chaque internaute est producteur de contenu : il n’est plus spectateur du Web mais directement acteur de son évolution. L’exemple le plus caractéristique concerne les encyclopédies : alors qu’il y a peu de temps Encarta dominait le marché avec un contenu produit par des experts, Wikipédia a complètement renversé la donne et a fait place au savoir collectif et collaboratif. Réseaux sociaux, blogs, wikis, plateformes d’échanges, jeux en ligne prolifèrent sur le Web. Il a tenté de regrouper les services (en bleu) à des fonctions ou compétences (en vert). Ces différents services nous conduisent régulièrement à laisser des traces de notre activité sur Internet. Qu’est ce que l’identité numérique ? => Concept naissant avec l’apparition de l’Internet, l’identité numérique est aujourd’hui un sujet phare de l’Internet, notamment avec l’avènement du Web 2.0 et de cette masse de contenus générés par les utilisateurs. - Elle peut vous faciliter la vie.

Des nouvelles du projet d'identifiant numérique universel Le ministre de l'Industrie et de l'économie numérique Eric Besson a lancé mardi les bases du projet "Idénum", qui permettra aux Français d'avoir un même identifiant sur plusieurs sites internet, et dont une première version pourrait voir le jour d'ici la fin de l'année. Quatre premiers partenaires - La Poste, France Télécom-Orange, SFR et la Fédération française bancaire - sont "prêts à avancer concrètement" sur ce projet et à "proposer avec l'aide de l'Etat des offres commerciales dans les prochains mois", a indiqué le ministre lors d'une conférence de presse. Un internaute français dispose en moyenne de douze comptes numériques distincts sur internet, dont deux adresses de messagerie électronique, deux comptes de réseaux sociaux et quatre comptes sur des sites d'e-commerce, a souligné Eric Besson. Plaidant pour un "espace numérique de confiance", il indique "vouloir poser les bases d'un consortium d'acteurs capables de mettre en oeuvre le projet Idénum avant la fin de l'année". M.

#lift12 : Peut-on tuer son identité numérique sur les sites sociaux Par Hubert Guillaud le 29/02/12 | 4 commentaires | 3,658 lectures | Impression A l’heure où la technologie façonne notre identité projetée, quelle maîtrise en avons-nous vraiment ? C’est la question que nous adressait brillamment Gordan Savicic sur la scène de la 7e édition de Lift 2012. “Facebook est une manifestation physique et moderne de l’architecture centralisée du Panopticon“, estime l’artiste numérique Gordan Savicic (@frescogamba). Image : Gordan Savicic sur la scène de Lift, photographié par Ivo Näpflin pour LiftConference. Que se passe-t-il pourtant quand on essaye de supprimer cette identité ? Tuer son identité numérique pour en reprendre possession Cela a donné l’idée à Gordan Savicic de créer une machine pour se suicider plus facilement : la web 2.0 suicide machine (vidéo), un service qui vous efface de nombreux réseaux sociaux à votre place en répondant au processus à votre place. web 2.0 suicide machine promotion from moddr_ on Vimeo. Hubert Guillaud

Bertrand Calenge : carnet de notes | promenades dans les bibliothèques au XXIe siècle La vie privée, un problème de vieux cons ? | InternetActu.net MaJ : au vu de son succès, cet article est devenu un livre, au titre éponyme, La vie privée, un problème de « vieux cons » ?, qui peut être commandé sur Amazon, la Fnac, l’AppStore (pour iPhone & iPad), et dans toutes les bonnes librairies… Sommes-nous aussi coincés et procéduriers au regard de notre vie privée que la société de nos grands-parents l’était en matière de sexualité ? C’est la thèse esquissée dans un très intéressant article consacré aux bénéfices sociaux, personnels et professionnels du partage des données par les utilisateurs de réseaux communautaires et sociaux type « web 2.0« . Pour le professeur Ravi Sandhu, responsable de l’Institut de la cyber sécurité à l’université du Texas à San Antonio, l’absence de pudeur des « natifs du numérique » (traduction de digitals natives, le surnom donné à ceux qui ont grandi environné de technologies de l’information) serait comparable à l’attitude désinhibée avec laquelle les jeunes des années 60-70 abordaient la sexualité :

Protéger sa vie privée dans Internet et les réseaux sociaux Photo: iStock Seulement Facebook ? On ne peut plus parler de vie privée dans Internet sans évoquer constamment Facebook. Ce n’est évidemment pas le seul site à surveiller, mais c’est celui où les internautes s’épanchent le plus, où ils font part de leur vie privée le plus naïvement. Les conseils suivant reflètent cette situation, mais ils peuvent être appliqués à toutes les sphères de votre vie numérique. 1- Il n’y a pas de renseignements banals Le nom de votre mère, votre date d’anniversaire, votre lieu de naissance… Ces renseignements que vous publiez ou que vous ajoutez à votre profil d’utilisateur semblent bien innocentes, mais en les croisant, on peut faire beaucoup. Pour vous permettre de récupérer un mot de passe perdu, par exemple, plusieurs sites utilisent une question personnelle comme « Quel est le nom de votre mère ? 2- Ne vous surestimez pas. Après tout, ces réglages changent souvent et sont parfois difficiles à trouver et à déchiffrer. 4- Faites des listes. Vous en doutez ?

Google, ne t'arrête pas de collecter mes données! Fin mars, la Federal Trade Commission (la principale agence américaine de défense des droits des consommateurs, qui sanctionne aussi les pratiques commerciales anticoncurrentielles) et Google ont signé un grand accord sur la confidentialité et la protection de la vie privée au titre duquel le géant de la recherche sur Internet devra se soumettre à des «audits de confidentialité» tous les deux ans. Cet accord vient régler un conflit qui avait éclaté l’an dernier après le lancement de Google Buzz, le malheureux système de messagerie sociale intégré à Gmail. publicité Selon la FTC, Buzz était bourré de caractéristiques contraires aux règles de confidentialité de base. Même si vous y étiez totalement favorable, il n’était pas clairement expliqué comment protéger certaines de vos informations privées (la toute première version de Buzz rendait publique une liste des personnes à qui vous écrivez fréquemment des e-mails). Google soumis à des audits de confidentialité Bien d'autres avantages

Diaporama « Citoyen de l'Internet » Que font les "jeunes" sur Internet : Partage, communication, publication, etc. Ce diaporama, réalisé sous licence "creative commons" vous propose d’explorer ces différents usages et propose des pistes de réflexion pour mieux les cadrer. La version flash ne permet pas d’utiliser les liens hypertextes intégrés à la présentation. Ce diaporama a pour objectif d’appuyer un argumentaire oral. On peut décomposer cette présentation en 4 temps. 1er temps Présenter les usages des adolescents en utilisant une iconographie des principaux services utilisés. 2eme temps Donner quelques chiffres pour assoir votre discours. 3eme temps Enrichir votre présentation en utilisant des ressources sur internet. Sitographie Les ressources Internet utilisées dans le diaporama Dernier temps Proposer une synthèse pour chaque thématique développée dans le diaporama. Vous trouverez en pièces jointes, le diaporama sous différents formats (pdf, ppt, odp). Diaporama version OpenOffice version PDF version PowerPoint

Related: