background preloader

Qui est le « je » qui pense ?

Qui est le « je » qui pense ?

La postmodernité - Jean-François Lyotard, Luc Ferry - Meschonnic, Maffesoli, Lipovetsky, etc. Spiritualisme français Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ravaisson range lui-même sa philosophie sous l'étiquette « spiritualisme »[1]. Chacun des représentants de ce courant a eu à cœur de discuter avec les sciences de son temps. Le Roy était mathématicien de formation, Bergson dialogua avec Einstein[2], Ravaisson se tenait au courant des dernières avancées en biologie expérimentale... Ils ne sont pas irrationalistes au sens où ils récuseraient toute approche scientifique du monde ; ils souhaitent simplement délimiter, compléter et refonder sur des bases métaphysiques (intuitives, instinctives, voire fidéistes) la connaissance scientifique. En cela, les spiritualistes français sont les héritiers de Pascal[3]. Bibliographie[modifier | modifier le code] Jean Beaufret, Notes sur la philosophie en France au XIXe siècle, Pocket (Agora), 2011 (1984).Henri Bergson, La pensée et le mouvant, P.U.F. Notes et références[modifier | modifier le code]

Corps et esprit : l’identité humaine selon Spinoza 1.1 Coup d’œil sur la substance 1Les difficultés de la théorie cartésienne de la substance tiennent à ce qu’il existe non pas un, mais plusieurs concepts cartésiens de la substance. Ce concept varie selon le genre d’être auquel il s’applique, être infini ou fini, être fini étendu (corps) ou être fini pensant (âme). 2Chez Spinoza, il semble qu’au moins une partie de ces difficultés doit disparaître. 3Si l’on récapitule, selon qu’on accorde ou non le statut de véritables substances d’une part aux corps particuliers chez Descartes, d’autre part aux attributs chez Spinoza, l’écart entre leurs théories respectives de la substance semble plus ou moins grand. 1.2 L’escamotage de la question de l’homme 4L’homme peut être défini comme l’union d’une âme et d’un corps. 5Dans l’Éthique, le thème de l’homme apparaît pour la première fois dans les deux premiers axiomes de la deuxième partie. 6On peut dire que la question de l’homme est abordée ici sans transition. 2.1 Idée et idée de l’idée

Crise de la philosophie ou philosophie de la crise ? Sérendipité. Place à l'instinct ! "... l’art de trouver ce que l’on ne cherche pas en cherchant ce que l’on ne trouve pas..." Voici maintenant de nombreuses années que celui que je considère comme mon premier maître évoqua ce mot étrange; tout me plaisait à priori dans ce mot, la consonance pleine et ronde, agréable à l'oreille, l'équilibre des syllabes, et quand son sens me fut révélé, il lui conféra presque un caractère magique... Le sens général La sérendipité est la découverte totalement fortuite d'une trouvaille qu'on ne cherchait pas . Il y a plusieurs sens induits qui constituent finalement, autant de degrés à considérer de la sérendipité. On découvre par hasard ce que l'on ne cherchait pas. Bien entendu, les exemples sont innombrables dans l'histoire de l'humanité, de la pénicilline à la tarte Tatin en passant par l'ADN, le lecteur pourra s'amuser à les recenser à sa guise... Et l'homme face à la sérendipité ? Ceux qui savent toujours où ils vont ne risquent jamais de se trouver ailleurs. Utile la sérendipité ?

Spinoza et Nous - Forum • Afficher le sujet - Béatitude et détachement de soi Nous pouvons maintenant tenter d’éclairer la vie dans l’acquiescentia (ou béatitude) par le « détachement » eckhartien. L’extrait, cité dans le premier post, de l’ouvrage sur Maître Eckhart se terminait en disant que le détachement, selon Eckhart, était posé « comme la condition d’un accomplissement intérieur/extérieur pensé tout entier sous la figure positive de « présence à soi-même/être soi-même ». » On ne voit pas de différence entre un tel « détachement » et l’acquiescentia au sens de Spinoza mais poursuivons la lecture : « Il serait donc erroné de mettre l’accent sur une attitude ascétique ou volontariste qui impliquerait une séparation plus ou moins violente à l’égard du monde naturel et humain ; c’est pourquoi le terme de « détachement » doit être lavé, en l’occurrence, de certaine tendance doloriste dont il s’est chargé principalement au siècle dernier, et ne peut convenir que si on le tient libre de cette tradition. L’auteur poursuit :

Simone Weil, Le ravissement de la raison par Stéphane Barsacq Hannah Arendt, la question du mal et les activités de l’esprit U n beau film, ou plutôt un film touchant et intéressant vient de sortir sur l’épisode décisif dans la vie de Hannah Arendt que fut le procès Eichmann. Un film pour propre à nous encourager à avoir un point de vue personnel, prophétique, un point de vue nuancé et prenant du recul, et non un point de vue trop marqué par l’idéologie. Je vous propose cet extrait des premières pages du livre de philosophie qu’elle a tiré de cette expérience : « La vie de l’esprit » Et si vous voulez voir un petit peu à quoi ressemble le film, vous trouverez la bande annonce sous titrée en français en dessous du texte. C oncrètement, c’est pour deux raisons assez différentes que je m’intéresse aux activités de l’esprit.

Le site philosophique de l'académie de Reims - L'identité personnelle "Cela posé, pour trouver en quoi consiste l'identité personnelle, il faut voir ce qu'emporte le mot de personne. C'est, à ce que je crois, un Être pensant et intelligent, capable de raison et de réflexion, et qui se peut consulter soi-même comme le même, comme une même chose qui pense en différents temps et en différents lieux ; ce qu'il fait uniquement par le sentiment qu'il a de ses propres actions, lequel est inséparable de la pensée, et lui est, ce me semble, entièrement essentiel, étant impossible à quelque Être que ce soit d'apercevoir sans apercevoir qu'il aperçoit. Lorsque nous voyons, que nous entendons, que nous flairons, que nous goûtons, que nous sentons, que nous méditons, ou que nous voulons quelque chose, nous le connaissons à mesure que nous le faisons. Cette connaissance accompagne toujours nos sensations et nos perceptions présentes : et c'est par là que chacun est à lui-même ce qu'il appelle soi-même. [...] Bergson, L'évolution créatrice, 1907, P.U.F., 1998, pp. 4-6.

Apostrophes : Le cerveau et l'âme John Cowper Powys «Dans sa réflexion sur les causes de la perte d'authenticité, et du malheur qui en résulte, John Cowper Powys dénonce le moi grégaire , le moi sensible aux opinions et aux images de la multitude. Il le tient responsable de la rupture de nos liens avec les éléments sub-humains comme avec les éléments super-humains de notre être. Au moi grégaire, il oppose «l e moi-ichtyosaure afin de mettre en lumière le lointain arrière-plan, végétal-reptile-saurien, de l'âme humaine.» "Si nous semblons de nos jours lamentablement malheureux, tous tant que nous sommes, c'est que les éléments humains grégaires de notre " Je suis moi" ont chassé de celui-ci les éléments sub-humains comme les éléments super-humains. N'accusons pas trop vite Powys d'en être resté à la pensée naïve. «It is often very late in a person's life when he makes the exciting and illuminating discovery that we all have a right to sink down into the depths of our individual being and judge everything from that standpoint.

Ajoutée le 5 nov. 2012


La conscience humaine n'est-elle qu'un produit du cerveau ? Et le cerveau lui-même n'est-il qu'un extraordinaire assemblage de neurones, ou l'outil qui permet à l'homme d'exprimer son humanité profonde ? L'homme est-il libre de penser ? Aujourd'hui les neurosciences permettent des découvertes étonnantes sur les fonctions du cerveau. Et lorsque l'on comprend cette extraordinaire complexité de fonctionnement, on ne peut que se poser la question fondamentale : comment le seul hasard - ou une multiplicité de hasards successifs - ont-ils pu permettre cela ? Est-ce qu'il y a quelqu'un qui pense ? Accompagnés de chercheurs en théologie, neuroscience, philosophie et éthique des neurosciences, les auteurs nous emmènent dans un voyage passionnant au coeur des mystères de la pensée humaine. Un film réalisé par Caroline Puig-Grenetier. Une coproduction Les Films de la Découverte et KTO - 2012.
Émission du 05/11/2012. by lavieapreslavie Oct 1

Related: