background preloader

Contributions des inventeurs d'incroyances appliquées à un changement de perspective, utilisant des pratiques révolutionnaires, anarchistes, marxiennes, dialectiques, situationnistes, écologiques, psychanalytiques, constructivistes radicales, sceptiques,

Contributions des inventeurs d'incroyances appliquées à un changement de perspective, utilisant des pratiques révolutionnaires, anarchistes, marxiennes, dialectiques, situationnistes, écologiques, psychanalytiques, constructivistes radicales, sceptiques,
Related:  Coté AnarchieSociété

Stewart Home Panoptique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Schéma représentant le principe du panoptique. « La morale réformée, la santé préservée, l'industrie revigorée, l'instruction diffusée, les charges publiques allégées, l'économie fortifiée — le nœud gordien des lois sur les pauvres non pas tranché, mais dénoué — tout cela par une simple idée architecturale. » — Jeremy Bentham, Le Panoptique, 1780. (L'ouvrage, de 56 pages, est traduit de l'anglais et imprimé par ordre de l'Assemblée législative en 1791[1].) Le panoptique selon Bentham[modifier | modifier le code] L'idée de Bentham est inspirée par des plans d'usine mis au point pour une surveillance et une coordination efficace des ouvriers. Bentham lui-même souhaitait une mise en abyme de la surveillance, les surveillants eux-mêmes devant être surveillés par des surveillants venus de l'extérieur, afin de limiter la maltraitance des détenus et les abus de pouvoir : Histoire[modifier | modifier le code] Selon Neil Davie,

Attack the System Conspiracy Watch met en ligne une vidéo pour combattre le préjugé sur "les juifs et l'argent" La vidéo, qui dure environ quatre minutes, a été mise en ligne vendredi. Il s'agit de répondre à la recrudescence des actes antisémites. "C'est un Juif, il doit être riche". Puis plus loin : "On sait que les Juifs ont de l'argent". La vidéo, qui dure un peu moins de quatre minutes, montre que le préjugé semble résister au temps.

Senza madri di FRANCO BERARDI BIFO Un commento di Bifo al volume Senza padri (Paolo Godani, DeriveApprodi 2014), in occasione della presentazione del libro, il 27 novembre a Bologna. Mi scuso della mia assenza, sono in viaggio. Spero di poter contribuire alla discussione con queste note, forse un po’ troppo rapide. Ma è di rapidità che siamo costretti a parlare. L’accelerazione del flusso semiotico produce un’intensificazione della stimolazione nervosa e un ispessimento della crosta Infosferica: il presente, investito dagli stimoli nervosi che la mente riceve dall’infosfera diviene a tal punto denso da occupare ogni spazio dell’attenzione cosciente, cancellando, o riducendo decisamente lo spazio necessario per l’immaginazione del futuro e la memoria del passato. I movimenti degli anni ’60 e ’70 attaccarono con le loro lotte la dipendenza della vita dalla condizione salariata, e in modo talvolta esplicito e consapevole rivendicarono la liberazione del tempo dal lavoro.

La réforme Macron de l’université Au moment où commencent les choses sérieuses, à savoir la mise en place concrète de la loi ORE (Orientation et Réussite des Étudiants) qui, à travers la production par chaque formation universitaire de prérequis (appelés « attendus »), remet en cause le principe sacré de la liberté d’accès à l’université de tous les bacheliers de France et de Navarre [1], ce texte souhaite revenir sur certains enjeux de cette réforme qui semblent insuffisamment évoqués dans les débats en cours. Celle-ci est en effet historique dans la mesure où, depuis l’échec du projet Devaquet de 1986, toute idée de sélection à l’université a été exclue par les gouvernements de notre pays. Or cette loi, malgré ses précautions sémantiques, vise à faire sauter ce verrou et entrer l’université française dans une nouvelle ère. L’occultation des ressorts sociaux du processus de « démocratisation » universitaire Tableau 1 - Évolution des taux d’inscription dans l’enseignement supérieur : bacheliers professionnels

Franco “Bifo” Berardi | Adbusters The Spanish colonization of Mesoamerica was essentially a process of symbolic and cultural submission. The “superiority” of the colonizers lay on the operational effectiveness of their technical production. The colonization destroyed the cultural environment in which indigenous communities had been living for centuries: the alphabetic technology, the power of the written word overwhelmed, jeopardized and finally superseded the indigenous cultures. The conquistadors re-coded the cultural universe of nowadays Mexico and Central America. Before the arrival of the Spanish invaders Malinche (Malinalli in Nahuatl language, Marina for the Spaniards), the daughter of a noble Aztec family, was given away as a slave to passing traders after her father died and her mother remarried. She became the lover of Cortés and accompanied him as interpreter. Malinche is the ultimate symbol of the end of a world, and also the symbol of the formation of a new semiotic and symbolic space.

Histoire de l'éducation populaire C’est au XVIIIème siècle, à l’époque des Lumières que l’on fait communément remonter l’origine de l’idée d’une « éducation populaire ». Dans un contexte de lutte contre l’obscurantisme et l’emprise de l’Église catholique en France, se diffuse l’idée de la nécessité d’une éducation de toutes et tous, et, en l’occurrence, du peuple, par le peuple, pour le peuple. Ce sont les prémices de l’idée d’éducation d’action directe. En 1792, en pleine révolution, Condorcet remet à l’Assemblée législative un Rapport sur l’instruction publique dans lequel on peut lire : « Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, qui recevront leurs opinions d’une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auraient été brisées, en vain des opinions de commandes seraient d’utiles vérités. Le genre humain n’en resterait pas moins partagé entre deux classes : celle des hommes qui raisonnent, et celle des hommes qui croient. Contre l’obscurantisme : Le courant laïc républicain À lire aussi :

Has a libertarian society ever existed? - The Libertarian Republic by Ian Huyett It’s sometimes suggested that libertarian ideas are hazardous because they lack precedent. Functioning decentralized societies, it’s implied, are absent from humanity’s past. Yet throughout recorded history, nations have survived and thrived without the overarching authority that President Obama assures us is necessary for prosperity. My observation is nothing new. Each of the systems I’ll name here has been the subject of at least one lengthy examination by a libertarian scholar. Icelandic Godord Perhaps the most familiar example of a historic libertarian order, the godord system of old Iceland has been cited by economist David Friedman and other libertarian thinkers as an example of a decentralized legal system. It’s not a coincidence that many advocates of liberty see a paradise amidst the pages of Iceland’s sagas. The creation of Iceland was, first and foremost, a flight from overarching government. Each chieftaincy collected voluntary taxes in the form of temple dues.

François Taddei, héraut (plus) très discret de la « société apprenante » – Zilsel On peut définir la novlangue comme un outil de domination et d’aliénation : il s’agit de vider les mots de tout sens pour voiler la réalité des politiques mises en œuvre et, dans le même temps, désarmer toute critique. L’envahissement de la sphère publique par la novlangue n’est pas une chose nouvelle, mais le champ politique et les médias (réseaux sociaux compris), à toutes les échelles, semblent aujourd’hui submergés par une expression aussi creuse intellectuellement que formatée. Dans le domaine de l’éducation, plus particulièrement de « l’innovation pédagogique » (jamais clairement définie), un expert en novlangue a su trouver l’oreille de l’institution, à savoir les Ministères de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche : François Taddei[1]. Une sortie d’une rare franchise, mais atterrante. « [La société apprenante] est au service du développement du capital humain. « La société apprenante n’a pas que des alliés. [11] Ibid., p. 38. [12] Ibid., p. 63

A Guide to Skinner's Genealogy of Liberty This was originally published on Philosophical Disquisitions. What does it mean to be free? Liberty is the most important concept in modern political theory. That’s an overstatement, of course. There are other important concepts — equality? well-being? The traditional philosophical approach to this is to provide a conceptual analysis of what it means to be at liberty. This method has a long and venerable history, admirable and frustrating in equal measure. As I say, I think Skinner’s take on this is excellent, the product of his long years of historical and philosophical scholarship. 1. We’ll start with the big picture. Don’t worry if this looks confusing. Freedom: consists in (a) the power of an individual act and (b) the ability of the individual to exercise that power in a particular way. This two-condition analysis provides the root from which the rest of the genealogy grows. One other general point about the genealogy. 2. But the story does not end there. 2. 3. 4.

Portraits de femmes [article libre d’accès] | La mare aux mots Pour cette dernière chronique de l’année, j’avais envie de parler de livres qui mettent en lumière des femmes, un sujet qui, vous le savez, nous tient à cœur. Cette chronique est en accès libre, n’hésitez pas à la partager ! Comme chaque année, La mare aux mots fait sa seule coupure annuelle en hiver, on vous souhaite donc de bonnes fêtes de fin d’année et l’on vous retrouve le 7 janvier ! Rosa a grandi dans le sud des États-Unis, un état du nom d’Alabama. Marie était née en Pologne, très vite elle sut qu’elle voulait être scientifique, pour ça elle dut quitter son pays, où les femmes ne pouvaient pas aller à l’université. Dian était passionnée par les animaux depuis toujours. Anne avait 4 ans quand Hitler arriva au pouvoir. Gabrielle grandit dans un orphelinat, la couture la passionnait. Élisabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach est née en 1837 à Munich. Marie, dite Marion, était née dans la pauvreté. Mama Miti ça veut dire la mère des arbres, et c’était le surnom de Wangari Muta.

Related: