background preloader

Le peuple qui manque - a people is missing

Le peuple qui manque - a people is missing
Gloria Anzaldúa / Pauline Boudry & Renate Lorenz / Giuseppe Campuzano / Theresa Hak Kyung Cha / Carola Dertnig / Cheryl Dunye / Renée Green / Marge Monko / Roee Rosen / Monique Wittig ... An exhibition curated by Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros 23 January – 13 April 2013 Opening: Tuesday 22 January 2013, 6pm - 9pm In 1970, in the feminist text anthology Sisterhood is powerful , poet Robin Morgan proposed the neologism herstory to describe a historiographic programme reconstructing - or even literally inventing- a "History of women". Much more than a simple celebration of such or other female figure forgotten by History, herstory more ambitiously proposed to provide the premises for a feminist and queer rewriting of History, as opposed to positivist History, which not only proved to be unable to reveal the presence of minorities as political subjects in the course of History, but also contributed to the production of the conditions making them subalterns (Guha 1988 ; Preciado 2005).

http://www.lepeuplequimanque.org/

Related:  TOOJ - La marche - La carteCinémaTOOJ - CO - llaboratif - participatif

DES CARTES (3/5) : Géolocalisation, combien se vendent nos trajets ? Chaque mercredi, Les Nouvelles Vagues étirent le thème hebdomadaire aux cultures numériques et aux écrans dans nos vies. Aujourd'hui, avec Vincent Roca, chargé de Recherche à l’INRIA (Institut National de Recherche dédié aux sciences du numérique), la carte est ainsi l'occasion de questionner la géolocalisation induite par de plus en plus d’applications technologiques, et la commercialisation des cartes de nos déplacements personnels. Troisième temps d'une semaine consacrée aux nouveaux territoires de la carte. Aujourd’hui, les cartes numériques sont celles de nos déplacements, puisque nous évoquons les enjeux de la géolocalisation. Au moment d'installer une application sur votre téléphone portable, on vous demande si vous autorisez la géolocalisation, ce que vous pouvez parfois refuser.

Cinoque Donovan's Reef, La taverne de l'Irlandais (1963), qui ressort ces jours ci à Paris dans une copie neuve, est l'un des trois derniers films de John Ford, l'antépénultième, suivi seulement par Les Cheyennes et Frontière chinoise.. Dans deux de ces films, dont Donovan's Reef, "Ford abandonna son pays pour le Pacifique, la Chine …", écrivit Robin Wood, critique américain émérite. Et Joseph McBride, le biographe de Ford (1), ajoute :

“Djump” : une startup belge invente le taxi social La startup belge Djengo lance aujourd’hui sa seconde plateforme de covoiturage. “Djump” permet aux automobilistes qui le souhaitent d’arrondir leurs fins de mois en proposant leurs services à la communauté. Retour aux sources Il y a un peu plus de deux ans maintenant, une poignée de jeunes entrepreneurs lançaient “Djengo”, une startup belge spécialisée dans le covoiturage, qui proposait à ses utilisateurs de partager les sièges de leur voiture avec de parfaits inconnus. Malheureusement, le taux de pénétration trop faible des smartphones en Belgique poussa les créateurs de Djengo à revoir le concept de leur service et opter pour un projet de covoiturage professionnel, destiné aux employés de petites, moyennes ou grosses entreprises.

Aude de Kerros Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aude de Kerros Aude de Kerros en 2008. Tableau géophotographique du Brozoufland Quelques mots sur l’approche géophotographique Jusque dans les années 1950, la géographie (classique) traitait surtout de ce qui se voit. Elle accordait une grande place aux lieux, aux paysages, et au monde matériel. Un bon géographe était quelqu’un qui savait regarder, savait dessiner ou prendre des clichés – le croquis ou la photographie permettant à l’auteur de faire partager ce qu’il avait vu et compris. Il est donc aussi assez banal qu’un livre présentant un pays comporte comme celui-ci de nombreuses photographies, qui montrent ce qu’il faut voir pour en comprendre la géographie.

Trois films qui regardent droit dans les yeux ce monde qui va mal - Le nouvel Observateur Les fêtes de Noël approchent dangereusement et le cinéma dit de divertissement impose ses lois dans les multiplexes à grand renfort de films d’animation familiaux et de comédies consensuelles. Période creuse pour le cinéma exigeant qui refuse les lois du prêt-à-regarder ? Pas vraiment. En attendant, dans les semaines à venir, les films stimulants de la Française Katell Quillevéré (« Suzanne ») et du vétéran Martin Scorsese (« Le Loup de Wall Street »), voici trois excellentes fictions qui regardent droit dans les yeux le monde comme il va mal.

Uber, Amazon, Airbnb: le numérique nous rend-il socialement irresponsables Nous poursuivons la réflexion autour des mutations provoquées par la transition numérique. Il a déjà été question lors des précédentes tables rondes, de la loi Pour une République numérique, nous avons parlé de la façon dont Internet peut aider à la lutte contre le réchauffement climatique. A présent, nous allons voir quel est l’impact de nos pratiques en ligne sur le monde du travail. C'est un sujet qui a été inspiré par expérience personnelle; comme beaucoup, je suis déjà allé dans une grande surface pour bénéficier des conseils avisés des vendeurs, puis acheter un ordinateur ou un lave linge au meilleur prix sur Internet.

Ils ont fait le Libé des géographes (1er octobre 2015) Le making off du Libération des géographes du 1er octobre 2015. Photos prises dans le célèbre hublot de Libé, non loin d’une splendide terrasse. Etaient absents à la réunion mais ont signé le journal Michel Foucher, Jean-Louis Tissier, Béatrice Collignon, Anne-Laure, Amilhat-Szary, Nacima Baron, Francine Barthe-Deloizy et Jérôme Tadié, Martine Tabeaud, Jean-François Staszak, Philippe Pelletier, Samuel Ruffat, Pierre Raffard, Nathalie Bernardie-Tahir. Suivre aussi le blog Géographies en mouvement et le blog de Philippe Pelletier ici Louis Marrou, professeur à l’université de La Rochelle, avec Yohan Lafragette, tout jeune agrégé 2015

Cinemacity : l’appli qui fait son cinéma « Arrête ton cinéma ». Depuis juillet, cette phrase revêt un autre sens dans les rues de Paris. Habitants et touristes peuvent se promener avec l'application pour smartphones Cinemacity en main, pour donner au réel un goût de cinéma. Une innovation récompensée le 2 décembre du trophée « révélation » de la sixième édition de l'Assemblée des médias. Lino Ventura sur l'avenue de l'Opéra © DR

La vague d’ « uberisation » aux portes de la rénovation énergétique - Entreprises de BTP Dans une note publiée en novembre intitulée « Organiser le marché des rénovations énergétiques lourdes pour anticiper l’uberisation de la filière », le think tank La Fabrique Ecologique s’interroge sur la façon la plus efficace de massifier la rénovation énergétique. Et surtout, avant que les « nouveaux barbares », ces géants californiens du numérique, n’envahissent le marché. Organiser le marché des rénovations énergétiques lourdes pour anticiper l’uberisation de la filière, ce titre du décryptage publié par La Fabrique Ecologique pourrait revenir à se poser la question : comment éviter dès à présent l’uberisation du secteur de la rénovation énergétique ? Drôle de question tout de même.

Related: