background preloader

Folksonomies

Folksonomies
Le terme de folksonomie est apparu récemment sur le web pour désigner le phénomène d’indexation des documents numériques par l’usager. On rencontre également fréquemment le mot tag qui désigne en quelque sorte un mot-clé. Le terme de folknologie est aussi employé, mais plus rarement. L’usage du mot folksonomie semble donc plus opportun. L’architecte de l’information Thomas Vander Wal a forgé ce terme en combinant la taxinomie (règles de classification, taxonomy en anglais) et les usagers (folk). Ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur avec l’avènement des nouvelles technologies du web, dites « web 2.0 », qui donnent plus de possibilités d’expression à l’internaute. Le phénomène est-il durable ou n’est-ce qu’un effet de mode ? Caractéristiques Les folksonomies constituent la possibilité pour l’usager d’indexer des documents afin qu’il puisse plus aisément les retrouver grâce à un système de mots-clés. L’ouverture d’esprit caractérise la folksonomie, comme le web 2.0. Conclusion

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-04-0066-002

Related:  sodocveillemarveille8Fiches de lecturektiouchkFOLKSONOMIE

Paul Otlet Paul OTLET L'homme qui voulait classer le monde Paul Otlet a beaucoup écrit (en particulier à chaque moment décisif de sa vie, la mort de son père, de son fils, victime de la guerre…), beaucoup créé et beaucoup agi, poussé toujours par le même élan d’humanisme et de partage.Sa vie entière est menée par une espérance : permettre aux hommes de mieux se connaître, de ne plus avoir peur les uns des autres et donc de vivre en paix. Geneviève Jacquinot-Delaunay n'est plus L'annonce du décès de Geneviève Jacquinot-Delaunay, en ce début de semaine, nous laisse en quelque sorte orphelins. Tous ceux qu'elle a accompagnés dans leurs études ou reprises d'études, en particulier ses 22 thésards, nous lui devons, en premier, ces quelques mots, tant elle a su nous guider et nous accompagner dans nos apprentissages, nos cheminements. Tous ceux qui l'ont cotoyée dans la vie professionnelle lui sont reconnaissants de son amitié, de sa rigueur, mais aussi de son exigence. Tous ceux qui ont eu la chance de la cotoyer plus personnellement resteront admiratifs de l'énergie qu'elle savait mettre dans toutes ses activités, mais aussi face à la maladie qui depuis plusieurs années, de manière répétée, menait l'assaut contre sa force de vie. L'importance prise par le numérique en éducation aujourd'hui nous invite à relire ses écrits et ses trop rares livres.

L'écriture - Du papyrus à la tablette tactile Les premiers hommes se servirent des parois des grottes pour communiquer : un support défiant les siècles mais pas facilement transportable. Il fallut trouver mieux... Les supports de l'écriture ont déterminé au fil de l'Histoire nos façons de lire, écrire et communiquer. Partons à leur découverte dans un voyage plein de surprises, de la pierre et de l'argile des origines aux tablettes numériques d'aujourd'hui. Isabelle Grégor De la pierre au calame “taguer” le cours Je suggère souvent aux élèves d’indexer leurs documents tout au long de l’année (élaborer une liste de mots-clés renvoyant aux numéros des pages manuscrites et des photocopies ; les élèves prenant des notes numériques via un blog peuvent associer des “tags/étiquettes/libellés” à leurs billets). Cette pratique présente plusieurs avantages (la liste suivante restant ouverte). L’indexation permet de rassembler et de rapprocher des éléments apparemment éloignés du cours : les notions de philosophie s’entremêlant intimement (traiter de la liberté, par exemple, c’est aussi traiter de la morale, du droit, de la politique, du sujet et de la conscience…), une même notion et un même auteur peuvent être examinés à plusieurs endroits du programme. Il m’est d’ailleurs apparu très efficace d’exercer les élèves à cette indexation durant le cours-même : après ou durant une séquence, je réfléchis avec la classe aux mots-clés correspondants à notre propos. Activités en projet dès septembre 2012

Des outils gratuits pour créer des nuages de mots illustrés d'exemples d’utilisations Les générateurs de mots clefs sont utilisés tant en marketing, qu’en éducation (notamment apprentissage des langues), ou encore en aide à la navigation. Certains nécessitent une inscription, d’autres non. Les nuages de mots sont des outils populaires permettant une représentation visuelle de mots issus d’un texte.

Et je tournais ma peine dans mes livres (Lamartine) Toute bibliothèque 1, répond à un double besoin, qui est souvent aussi une double manie : celle de conserver certaines choses (des livres) et celle de les ranger selon certaines manières. Un de mes amis conçut un jour le projet d'arrêter sa bibliothèque à 361 ouvrages. L'idée était la suivante : ayant, à partir d'un nombre n d'ouvrages, atteint, par addition ou soustraction, le nombre K = 361, réputé correspondre à une bibliothèque, sinon idéale, du moins suffisante, s'imposer de n'acquérir de façon durable un ouvrage nouveau X qu'après avoir éliminé (par don, jet, vente ou tout autre moyen adéquat) un ouvrage ancien Z, de façon à ce que le nombre total K d'ouvrages reste constant et égal à 361 K + X > 361 > K-Z. Ainsi donc, l'un des principaux problèmes que rencontre l'homme qui garde les livres qu'il a lus ou qu’il se promet de lire un jour est celui de l'accroissement de sa bibliothèque.

Gilles Deleuze Biographie : Gilles Deleuze est un philosophe français. Dès son jeune âge, Gilles Deleuze souffre de troubles respiratoires. Il conserve toute sa vie une respiration difficile. En 1941, il fait ses études secondaires au Lycée Carnot en compagnie de Michel Tournier. En 1943, élève de terminale, il rencontre par l'entremise de Tournier, Maurice de Gandillac et Marie-Madeleine Davy qui lui présente Georges Bataille, Pierre Klossowski, Michel Butor, Roger Caillois, Jean-Paul Sartre, ... lors de réunions privées le dernier samedi de chaque mois.

Les 10 textes essentiels de l’histoire de la communication et de l’information Réfléchir à notre monde de communication, ce n’est pas picorer en permanence sur la Toile, écouter les analyses d’experts en communication ( qui se trompent souvent ), ou suivre les liens qu’on vous transmet ( par tweeter, facebook, ..). Généralement, nous restons frustrés. Par le buzz, qui s’éteindra aussi vite. Par la pauvreté de l’information. Par les intérêts économiques de l’article.

Related: