background preloader

Reconnaissance

Reconnaissance
Exigences économiques renforcées, pilotage par les objectifs et les résultats, impératif d'innovation, évolutions organisationnelles permanentes, tel est le quotidien de la majorité des entreprises et de leurs collaborateurs. Dans cet environnement, les managers ont besoin d’un engagement supplémentaire de leurs équipes, se traduisant par une recherche accrue d’autonomie, de responsabilité et d’initiative de la part des salariés. Or la reconnaissance est un levier fort de l’engagement au travail. A contrario, la faible reconnaissance des efforts, le déni des difficultés, sont autant de causes de démobilisation, de mal-être, et de contre-performance productive. Des atteintes à la santé sont même possibles. Tout le monde a donc intérêt à s’emparer de la question de la reconnaissance. Pourtant, la reconnaissance au travail ne se limite pas aux seuls aspects monétaires. Traiter de la reconnaissance en lien avec la performance Malgré cette complexité, on peut agir.

http://www.anact.fr/web/dossiers/travail-developpement-des-personnes/reconnaissance

Related:  Evaluation et performanceMotivationINFORMATIONNELLEDiriger une école de demainAmel

Qu’est ce que la performance de l’entreprise ? .. Tout sur l La performance de l’entreprise est fondée sur le couple valeur-coût. Les deux termes sont indissociables car il ne s’agit, ni de minimiser les coûts, ni de maximiser la valeur produite (réponse aux besoins d’un client ou d’un groupe social), mais d’optimiser le rapport entre les deux. On peut définir la performance dans l’entreprise comme étant tout ce qui, et seulement ce qui, contribue à améliorer le couple valeur-coût, c'est-à-dire à améliorer la création nette de valeur. Par contre, l’action qui contribue à diminuer le coût ou à augmenter la valeur, isolement, n’est pas forcement une performance sauf si cela améliore le ratio valeur/coût ou le solde valeur -coût. Cependant, le couple valeur-coût n’apparaît que lorsque des produits et des services sont mis en vente. Il apparaît donc trop tard pour aider à piloter les activités de l’entreprise.

Comment «rebooster» la motivation des salariés  Selon une étude de Kelly Services, la participation aux bénéfices est un bon outil. Deux ans près le démarrage de la crise, où en est l'engagement des salariés envers leur entreprise ? Cette question taraude les DRH, qui cherchent les bonnes pratiques susceptibles de redynamiser leur motivation. Selon une étude exclusive de Kelly Services qui sera rendue publique aujourd'hui, plus de la moitié des salariés français estiment qu'ils seraient plus productifs et motivés s'ils bénéficiaient d'une participation aux bénéfices ou s'ils détenaient des actions de leur entreprise.

Equilibre vie familiale, vie pro : la situation se tend Publié le 30/04/2013 Attention, cet article a été publié le 30/04/2013. Ce dispositif d'archives vous donne accès à l'ensemble des publications du site FocusRH. Assurez-vous de lire les dernières dépèches et dossiers publiés en utilisant notre moteur de recherche

2015-055 - Participation, intéressement et épargne salariale en 2013. Un salarié sur cinq a désormais accès à un Perco En 2013, 56,1 % des salariés du secteur marchand non agricole, soit 8,7 millions de salariés, ont eu accès à au moins un dispositif de participation, d’intéressement ou d’épargne salariale. Au sein de ces dispositifs, le plan d’épargne entreprise (PEE), qui couvre 45,5 % des salariés, demeure le plus répandu. Près de 6,9 millions de salariés ont effectivement reçu une prime au titre de la participation ou de l’intéressement ou bénéficié d’un abondement de l’employeur sur les sommes qu’ils ont versées sur un PEE ou sur un plan d’épargne retraite collectif (Perco). Pour ces quatre dispositifs, plus de 15,7 milliards d’euros ont été distribués en 2013 par les entreprises, dont 15,1 pour les seules entreprises de 10 salariés ou plus, soit une baisse de 2,6 % par rapport à l’année précédente.

Comment les ressources humaines influencent les performances financières Les entreprises où il fait bon travailler réaliseraient de meilleures performances. C'est la conclusion d'un rapport du cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG) intitulé "Creating people advantage" mené dans 101 pays auprès de 3.507 responsables des ressources humaines et managers et publié ce lundi 1er décembre. Le BCG note ainsi une "performance boursière deux fois supérieure aux autres" pour les entreprises dont l'environnement de travail a été récompensé par un classement, comme ceux du magazine Fortune ou du cabinet d'études internationales Universum.

Performance sociale - comprendre, évaluer, agir Les études sur les entreprise montrent bien souvent que les entreprises gèrent bien leurs relations avec leurs principales parties prenantes et n’intègrent pas dans leur démarche les questions sociales plus globales. Partie intégrante d’un projet RSE, la question de la performance sociale et de son évaluation ne doit pas être minorée. Très (trop ?) souvent, l’évaluation de cette performance sociale se limite à la satisfaction des principales parties prenantes (salariés, actionnaires). Mais la notion de satisfaction peut-elle à elle seule permettre d’évaluer la performance sociale ? Définition de la performance sociale

La gamification au service de la motivation des collaborateurs et de la solidarité : Giving Corner Nous l’avons déjà vu, la gamification est un excellent moyen de motiver les utilisateurs à réaliser certaines actions sur le site. Mais la gamification ne doit pas s’arrêter au e-commerce, elle peut également être un excellent moteur pour motiver les collaborateurs d’une entreprise. Et si en plus, la solidarité rentrait en jeu ? C’est le pari que s’est lancé Giving Corner une solution de motivation et d’implication des collaborateurs valorisant les actions du quotidien de l’entreprise par la réalisation de projets solidaires. Un véritable modèle gagnant-gagnant, découvrez le test de cette solution…

Motiver ses collaborateurs : le point sur leurs attentes La pyramide des besoins (la pyramide de MASLOW) Voici la liste des besoins propres aux salariés, établie par MASLOW et considérée aujourd'hui comme à la base de toute démarche de management. Le niveau 1 est le besoin le plus primaire et d'après cette approche, notre évolution professionnelle nous conduit à vouloir satisfaire des besoins de niveau supérieur : Conseils en management Pour enrichir ce qui a été dit précédemment, le manager a tout intérêt à entrecroiser une animation individuelle et une animation collective. L'animation individuelle est celle qui consiste à rencontrer régulièrement ses collaborateurs dans des entretiens individuels.

La rémunération peut-elle encore être un outil de motivation du salarié ? Pour adapter les rémunérations des salariés à leur activité, l'employeur doit s'appuyer sur des critères de différenciation objectifs. De récentes décisions de justice le rappellent. Dans quelle mesure l'employeur a-t-il la possibilité d'adapter les rémunérations à l'activité des salariés, à la qualité de leur travail et encourager ainsi la motivation qu'ils déploient lors de la réalisation de leur prestation ? Les entreprises où les stagiaires sont heureux Quelles sont les entreprises préférées des stagiaires et alternants ? Pour son édition 2014, le classement Happy Trainees de Meilleures-entreprises.com s'appuie sur les réponses de 12 000 stagiaires et alternants en fin de mission. Ils ont évalué plus de 800 sociétés petites et grandes selon six critères.

Mesurer le talent pour accroître la performance de l'entreprise ? Talent Analytics a développé un système de codification des talents et des traits de caractère. Même si on peut douter que les chiffres puissent quantifier les êtres humains, ces systèmes de mesure apportent une aide efficace au management pour mettre la bonne personne à la bonne place. Les entreprises sont habituées à utiliser les chiffres pour évaluer la performance, mais nombreux sont ceux qui doutent de leur pertinence pour optimiser des décisions basées sur les traits de caractère et compétences des employés. Pourtant, Talent Analytics, basée à Cambridge, Massachusetts, est convaincue que le fait de mettre des chiffres sur les personnes n'est pas réducteur mais, au contraire, permet aux entreprises de mieux connaître leur personnel. Selon son CEO, Greta Roberts, l'ajout de données de compétence aux systèmes d'évaluation de la performance des entreprises rend possible le difficile traitement automatique de la mise en corrélation des employés et de la performance de l'entreprise.

Les salariés français sont les plus démotivés d'Europe INFOGRAPHIE - Près de 40% des Français ont vu leur motivation au travail chuter en 2013, selon le baromètre Edenred-Ipsos. Ils sont plus déprimés que les Italiens ou les Espagnols, pourtant plus touchés par le chômage. En cause, un manque de reconnaissance et une frustration salariale. Les Français vont au bureau à reculons. La Nouvelle-Zélande révolutionne son système d’éducation Sébastien Wart, publié le 26 novembre 2013 On entend souvent parler de la Finlande quand il est question de nouvelle pédagogie, mais saviez-vous que la Nouvelle-Zélande a aussi complètement transformé son système éducatif? Portrait de cette île sur l’échiquier éducatif mondial. (Première de 3 parties) Un enseignant du nom de Richard Wells est venu présenter le système éducatif de son pays au iPad Summit de Boston, qui se déroulait du 13 au 15 novembre derniers.

Combien coûte à l'entreprise une prime ou une rémunération nette de 1000 euros ? Le montant des charges salariales est égal à 22% du salaire brut (ou 28% du salaire net) Le montant moyen des charges salariales est de 22% du salaire brut.Donc pour une prime nette de 1000 euros, le montant des charges salariales s’élève à 1000/(1-0,22) x 0,22 = 282 euros (28% du net)Le salaire brut nécessaire au versement d’une prime de 1000 euros est donc de 1282 euros. Le montant des charges sociales patronales est égal à 42% du salaire brut (ou 54% du salaire net) Pour un brut de 1282 euros, le montant des charges sociales patronales est égal à 42% soit 538 euros.Par rapport au salaire net (1000 euros), le montant des charges patronales est donc égal à (538/1000 = 54%) Le total des charges sociales salariales et patronales est donc égal à 64% du salaire brut (ou 82% du salaire net) Les charges sociales patronales pour une prime nette de 1000 euros s'élèvent à 538 euros.

Related:  Thème 1 - Mobilisation / Motivation