background preloader

Double contrainte

Double contrainte
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La double contrainte exprime deux contraintes qui s'opposent : l'obligation de chacune contenant une interdiction de l'autre, ce qui rend la situation a priori insoluble. Ce terme est une traduction propre au français de double bind (« double lien »), mais dans un premier temps il était question d'injonctions paradoxales. Cette notion est proposée en 1956 dans le contexte de la présentation d'une théorie des causes de la schizophrénie sous l'impulsion de Gregory Bateson. L'élaboration de ce principe coïncide avec la création de l'école de Palo Alto et elle est intimement liée à l'étude scientifique des mécanismes de la communication dans les systèmes. Exemples classiques (voir aussi la partie Exemples) : La théorie[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Le principe de double contrainte trouve son inspiration dans l'étude des mécanismes des systèmes. Définition générale[modifier | modifier le code] Related:  À classerInjonction paradoxalesystemique

Je suis victime, l'incroyable exploitation du trauma En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies afin d'assurer le bon déroulement de votre visite et de réaliser des statistiques d'audience. Je suis victime, l'incroyable exploitation du trauma Un crash, une bombe, un incendie : les professionnels sont sur place… mais ce ne sont pas les seuls : politiques, media et volontaires bénévoles en tout genre envahissent le lieu. Spécifications Pour aller plus loin ... <strong>JavaScript is currently disabled. Gregory Bateson Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Bateson. Gregory Bateson (né le à Grantchester, Royaume-Uni – mort le à San Francisco) est un anthropologue, psychologue, épistémologue américain. Influencé par la cybernétique, la théorie des groupes et celle des types logiques, il s'est beaucoup intéressé à la communication (humaine et animale), mais aussi aux fondements de la connaissance des phénomènes humains. Biographie[modifier | modifier le code] En 1924, suite à un voyage aux Galápagos, Bateson, initialement voué à la zoologie, décide de devenir anthropologue. En 1938, il revient chez les Iatmul. En 1948, le psychiatre Jurgen Ruesch lui procure un emploi dans son équipe de recherche clinique à San Francisco et, en 1951, ils publient ensemble Communication et société. En 1952, commence le célèbre « Projet Bateson » sur l'étude du paradoxe de l'abstraction dans la communication, financé par la fondation Rockefeller. Œuvres[modifier | modifier le code]

Les injonctions paradoxales en entreprise Les injonctions paradoxales sont fréquentes en entreprise et mettent sous tension ceux qui les reçoivent. Comment réussir à faire une chose et son contraire ? Comme par exemple innover sans sortir des règles établies ? La fréquence de ces messages contradictoires interroge. “Ne lisez pas cette phrase.” Ça y est, vous voilà pris dans une injonction paradoxale ! Ce serait un jeu amusant si cela ne donnait pas, en entreprise, des situations de stress et de souffrance. Le problème ? Injonction paradoxale ou contradiction ? Quelle différence entre injonctions contradictoires et paradoxe ? Un exemple de simple contradiction : Mon N+1 me demande de durcir encore le ton avec un collaborateur qui sort du cadre. En version paradoxale : En revanche, si dans la même situation il est pour moi aussi crucial d’obéir à mon N+1 qu’à mon N+2, je ne peux résoudre la contradiction et suis pris.e dans une contrainte forte, voire un dilemme. Le paradoxe du barbier Absurde ? L’injonction paradoxale en 2 temps

Constellation familiale | Psychologies.com Secrets de famille, exclusions, deuils non faits… nous payons parfois les dettes de nos aïeux sans le savoir. Notre journaliste a fait un stage de deux jours avec Mabel Meschiany, psychanalyste spécialiste de psychogénéalogie, et Josette Halégoi, psychosociologue. Elle en est sortie bouleversée. Marcelle Chemin Sommaire «Chacun de nous est en tension entre deux forces : être soi-même, trouver son propre chemin de vie, et être, au sein de sa propre famille, le maillon d’une chaîne millénaire qui nous unit les uns aux autres. » Assis en rond, le groupe écoute, attentif. Mes camarades paraissent ravis et impatients. Marie joue le rôle de mon ex Nous nous mettons par deux. Je dessine mon arbre généalogique Mabel nous propose ensuite de nous représenter au sein de notre famille : à même le sol, penché sur une grande feuille de papier blanc, des feutres à la main, chacun se concentre sur son oeuvre.

Schismogenèse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Créé par l'anthropologue, psychologue et épistémologue anglais Grégory Bateson, le concept de la schismogenèse (littéralement schisme : « division, séparation », et genèse : « création ») fut conçu lors de son étude du peuple des Iatmul. La schismogenèse est une esquisse du concept de double-bind (double contrainte) que Bateson proposera en 1956 pour tenter d'expliquer certaines causes de la schizophrénie. Il est pratiquement inutilisé dans les études plus récentes hormis quelques exceptions[1]. En anthropologie[modifier | modifier le code] Le concept de schismogenèse a été développé par Bateson dans les années 1930, pour tenir compte de certaines formes de comportement social entre les groupes Ce concept se rapproche de la double contrainte (double bind, en anglais). Schisme comportemental visible et schisme causal interne[modifier | modifier le code] Ainsi selon Bateson, le schisme visible est celui des deux comportements de la mère.

L’épigénétique a-t-elle son mot à dire dans les débats philosophiques sur l’identité personnelle Gaëlle Pontarotti, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne/IHPST. Introduction Marqué par une forte polysémie, le terme identité peut désigner une relation entre deux objets, faire référence aux propriétés distinctives d’un individu ou indiquer la propriété particulière qui permet à ce dernier de rester le même en dépit des changements qui l’affectent. © Tous droits réservés Cet essai propose une analyse critique d’un mélange des genres contestable hier comme aujourd’hui. La question sera alors de savoir si l’épigénétique, comme la génétique en son temps, n’est pas susceptible d’entrer par effraction dans des débats philosophiques où elle n’a pas de place légitime. La génétique moléculaire, ou l’absorption de l’identité personnelle par l’identité biologique Comme indiqué en introduction, identité biologique et identité personnelle sont de prime abord deux notions distinctes, deux notions ayant des significations différentes. Du livre de la vie aux livres des vies individuelles Conclusion

Thérapie brève Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il y a plusieurs sortes de psychothérapie brèves qui se référent à plusieurs modèles théoriques (psychanalytique : Balint[1] ; Malan ; Sifneos, Gilliéron, etc. ; systémique ; behavioriste, etc). Le modèle psychanalytique a encore développé des traitements brefs pour des enfants (Winnicott, Filippo Muratori & Francisco Palacio Espasa, etc.). Une de ses formes est née aux États-Unis dans la mouvance systémique après la Seconde Guerre mondiale, inspirée principalement par les travaux du psychiatre et psychothérapeute Milton Erickson, il s'agit de l'hypnose Ericksonienne. La thérapie brève systémique et stratégique a développé une autre forme de thérapie systémique brève, la programmation neuro-linguistique est elle d'inspiration behavioriste et la Thérapie brève centrée sur la solution (Carl Rogers) et l'EMDR sont inspirées par la mouvance "humaniste". Les psychothérapies brèves psychanalytiques[modifier | modifier le code]

Les doubles-contraintes, source de souffrance en entreprises Dans les années cinquante, le Groupe de Palo Alto a mis en lumière l’impact de certains types d’interactions humaines sur l’équilibre et la santé mentale des individus et des groupes d’individus. Parmi les interactions étudiées, une catégorie qu’ils ont nommés double-contrainte est particulièrement nocive sur l’écologie individuelle et collective. Elle l’est d’autant plus qu’il est fort difficile de s’en dégager. Le présent article se propose, à partir de trois études de cas issues de notre programme de recherche, de mettre en lumière la manière dont une double contrainte se construit dans la relation et son impact sur l’équilibre des acteurs et des organisations et, par conséquent, sur le rendement et la production. Notre objectif est de porter le focus sur ces interactions dysfonctionnelles afin de sensibiliser et d’ouvrir de possibles moyens d’éviter ces pièges relationnelles. Les doubles-contraintes entre dans la catégorie des communications paradoxales.

Constellation familiale Une séance de «constellation familiale» La constellation familiale et systémique est une méthode de thérapie familiale transgénérationnelle développée dans les années 1990 par Bert Hellinger, ancien prêtre allemand, basée sur la mise au jour de l'inconscient familial par le biais de jeux de rôles et de psychodrames qui auraient le pouvoir de résoudre les conflits. Bert Hellinger a découvert cette méthode auprès de Théa Schönfelder, il s'est aussi inspiré des travaux d'Eric Berne sur l'analyse transactionnelle et les scénarios de vie. La méthode connut un succès grandissant et Bert Hellinger fit évoluer son approche systémique en approche « médiumnique » devenant ainsi l’objet de critiques virulentes de la part de professionnels de la psy[1]. Origines[modifier | modifier le code] L'expression « constellation familiale » existait avant cet usage particulier par Bert Hellinger, pour désigner, chez certains auteurs, la structure familiale[3],[4]. Variantes[modifier | modifier le code]

Ray Birdwhistell Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ray L. Birdwhistell, né en 1918 à Cincinnati et mort le , est un anthropologue américain particulièrement versé dans l'étude de la kinésique, il n'a pas étudié les processus interculturels, contrairement à ce qui est parfois dit. Biographie[modifier | modifier le code] Travaux[modifier | modifier le code] Pour une analyse kinésique[modifier | modifier le code] Birdwhistell a tenté de construire scientifiquement l'analyse “kinésique”, celle du langage corporel, en proposant des "kinèmes" sur le modèle des "phonèmes" pour la parole. Reprenant la méthode initiée par Birdwhistell, l'anthropologue Gregory Bateson décrypta un film retraçant l’interaction entre une mère balinaise et son enfant. Contre le réductionnisme de la communication[modifier | modifier le code] De même, il replaçait la communication dans un "tout" social et anthropologique: « Un individu ne communique pas ; il prend part à une communication ou il en devient un élément.

communication non violente : peut-on tout résoudre par le dialogue ? « Le vrai démocrate est celui qui, par des moyens non violents, défend sa liberté, par conséquent celle de son pays, et finalement celle de l’humanité tout entière », Gandhi. Si l’homme politique et philosophe pacifiste est cité en introduction de l’article du jour, c’est en réalité pour une raison bien précise. C’est en effet à partir de la théorisation de la non-violence de ce dernier et des travaux du docteur Carl Rogers (psychologue humaniste américain décédé en 1987) que le docteur Marshall Rosenberg (lui aussi psychologue américain et élève de Rogers) a pu mettre en évidence un processus d’échanges qu’il appelle la communication non violente. Son idée ? Plusieurs piliers sous-tendent la formulation concrète de la communication non violente. Selon Marshall, l’individu pourrait alors renforcer ses capacités relationnelles et faire de la joie de vivre et du bonheur des valeurs transmissibles, tout en répondant à trois de ses besoins prépondérants : Mais qu’en est-il à notre échelle ? 1.

John Weakland Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Weakland. John H. Biographie[modifier | modifier le code] En 1947, il commence à suivre les cours d'anthropologie de Gregory Bateson à la New School for Social Research de New York. En 1952, il rejoint le « Projet Bateson » sur l'étude du paradoxe de l'abstraction dans la communication au Veterans Administration Hospital de Palo Alto. En 1956, les membres du « Projet Bateson » publient leur article fondateur, Vers une théorie de la schizophrénie, dans lequel ils introduisent le concept de double contrainte. Il devient l'ami de Steve de Shazer, qui vient pour la première fois au MRI en 1976 à l'occasion de la seconde conférence en mémoire de Donald deAvila Jackson. Publications[modifier | modifier le code] avec Gregory Bateson, Jay Haley et Donald deAvila Jackson, Vers une théorie de la schizophrénie, 1956avec Paul Watzlawick et Richard Fisch, Changements: Paradoxes & psychothérapie, 1974, trad.

Related:  La double contrainte