background preloader

CELEBRITES REMISES EN CAUSE

Facebook Twitter

Décryptage d’une journaliste – RussEurope. Le Président de la République a prétendu que la « campagne sent(ait) mauvais »[1].

Décryptage d’une journaliste – RussEurope

Peut-être, mais pas pour les raisons qu’il a avancées. Non, si la campagne « sent mauvais » c’est parce qu’elle révèle des attitudes et des comportements qui sont inadmissibles et qui témoignent d’une évolution grave pour la démocratie. Le dénigrement systématique, le mensonge et l’amalgame sont aujourd’hui devenus monnaie courante. Ces méthodes odieuses et scandaleuses sont aussi reprises par une partie de la presse, et ici nous pouvons dire que la démocratie est réellement en danger. Ce danger ne vient pas du « populisme » de certains, qui ne fait qu’exprimer l’immense colère populaire qui monte depuis des années et qui s’exprime à l’occasion de ces élections présidentielles. J’ai ainsi été, il y a quelques jours, la victime d’un article scandaleux, et largement diffamatoire, commis à mon égard par Mme Raphaëlle Bacqué dans le journal Le Monde[2].

Courrier que m’a adressé l’académicien V.V. . [1] [2] [3] [5] Le Medef et Yann Arthus-Bertrand réinventent le greenwashing. Maud Fontenoy : Faux record, ambition qui dérange, portrait à contre-courant... Icône de la navigation, Maud Fontenoy (37 ans) est actuellement au coeur de nombreuses critiques.

Maud Fontenoy : Faux record, ambition qui dérange, portrait à contre-courant...

Entourée le 4 juin dernier de stars et de Nicolas Sarkozy - qui a fait d'elle la déléguée à l'environnement de son parti les Républicains - lors du gala de la Fondation Maud-Fontenoy, la trentenaire voit le vent tourner. Dans un papier à charge contre elle, L'Obs n'y va pas de main morte concernant les zones d'ombre et les contradictions de celle qui a traversé seule et à la rame le Pacifique et l'Atlantique.

Yann Arthus-Bertrand inflige au monde sa vision esthétique de l'écologie financée par un mécène, le groupe Pinault qui annonce 2000 licenciements. Bonjour à tous, Je ne suis pas d’accord avec toi, Valery.

Yann Arthus-Bertrand inflige au monde sa vision esthétique de l'écologie financée par un mécène, le groupe Pinault qui annonce 2000 licenciements

Si je regrette que Claude-Marie s’obstine à vouloir jeter le bébé avec l’eau du bain, je ne suis pas dupe pour autant. Ces multinationales qui, d’une part s’affolent de voir le désastre écologique frapper aux portes même de leurs paradis estivaux fréquentés par leur dirigeants, d’autre part nous culpabilisent dans nos gestes quotidiens gaspilleurs d’énergie et donc pollueurs, sont les mêmes sociétés qui pillent, détruisent, appauvrissent, asservissent.

Alors, certes, les messages dont ils sont les promoteurs ne sont pas toujours que du lobbying et ils sont parfois porteurs d’une réelle volonté de changer les comportements, mais avec des vérités escamotées, chacun défendant sa paroisse. Et ces riches sociétés ne peuvent pas se dédouaner de leurs comportements monstrueux en donnant une bonne parole. Qui a oublié le scandale du travail forcé dont Total a été accusé par l’Organisation Internationale du Travail ? Cher Yann, il y a quand même une contradiction… 30 septembre 2015 Article en PDF : Photo de "Human" de Yann Arthus-Bertrand.

Cher Yann, il y a quand même une contradiction…

Puis-je apporter ma petite pierre à votre débat ? Votre film est financé par la Fondation Bettencourt de L’Oréal et aidé par Google. Vous avez aussi travaillé avec Total. Le crime de Total ? On n’est pas responsable de son père, direz-vous. La pauvreté ne tombe pas du ciel, cher Yann, mais de l’exploitation. 1) Le Soir (Belgique), 26 septembre 2015, P 36. 2) Ahmed Bensaada, Arabesque$ - Enquête sur le rôle des Etats-Unis dans les révoltes arabes, Investig’Action, 2015, Bruxelles. 3) www.gauchemip.org/spip.php ?

Yann Arthus-Bertrand : « C’est ridicule ce que vous dites » A bientôt 70 ans, l’infatigable écolo en hélico ne désarme pas.

Yann Arthus-Bertrand : « C’est ridicule ce que vous dites »

En 2009, son film Home nous alertait sur l’état de la planète, nous incitant à la protéger. Il aurait été vu par 600 millions de personnes. Avec Human, Yann Arthus-Bertrand se demande pourquoi « on n’arrive toujours pas à vivre ensemble ». Le résultat est une sélection de témoignages, tous sur le même fond sombre, qui nous parlent de l’amour, de la guerre, de la pauvreté, du bonheur, le tout entrecoupé d’images vues du ciel. Les quarante mêmes questions ont été posées à plus de deux mille personnes dans soixante pays. La sortie est prévue pour le 12 septembre, avec ensuite une projection devant l’assemblée des Nations Unies, une autre à la Mostra de Venise, une sortie dans les cinémas, et même sur Google.

A Reporterre, on s’est dit que ce nouveau film événement était l’occasion de rencontrer Yann Arthus-Bertrand, et de tenter de comprendre pourquoi ce personnage consensuel hérisse les poils de beaucoup d’écolos convaincus.