background preloader

Rapide histoire de la caricature - BNF

Rapide histoire de la caricature - BNF
La Révolution de 1789 va multiplier ces images (mille cinq cents gravures satiriques entre 1789 et 1792) et la demande suscitée par l'actualité va être à l'origine d'un appareil de production organisé. Des journaux hebdomadaires comme Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins ou les Révolutions de Paris de l'éditeur Prudhomme font une large place au dessin, satirique pour l'un, d'inspiration plus "reportage" pour l'autre. La presse royaliste publie de son côté des caricatures anti-révolutionnaires tandis qu'en 1793 le Comité de Salut Public demande au député David de "multiplier les gravures et les caricatures qui peuvent réveiller l'esprit public et faire sentir combien sont atroces et ridicules les ennemis de la liberté et de la république".Cité dans "La caricature, deux siècles de dérision salutaire", Historia, n° 651, mars 2000, p.52.

http://expositions.bnf.fr/daumier/pedago/02_1.htm

Related:  Ressources Dessin de presseLa caricature, un genre subversifCaricatures et dessins de presseLa caricature, le dessin de presse et la liberté d'expressionLa caricature, une rhétorique visuelle à exploiter en classe

La caricature ou le pouvoir de la dérision - BNF Le traitement déformé de la physionomie s'inscrit dans la tradition de la satire et on peut faire remonter le procédé à certains portraits de l’Égypte antique, à certaines représentations sur des vases grecs, aux graffitis couvrant les murs des maisons pompéiennes. Entre l'homme et l'animal des rapprochements sont en effet possibles. Le Brun a ainsi imaginé une typologie des tempéraments humains fondés sur les ressemblances. Si une telle démarche est fort discutable du point de vue scientifique, elle inspira toutefois les caricaturistes. Charles Le Brun (1619-1690), XVIIe siècle. BnF, Estampes et photographie, DA-38-FOL

Comment dessiner après l’attentat contre “Charlie Hebdo” ? Propos recueillis par Julie Rasplus Mis à jour le , publié le Deux semaines que les survivants de l'attaque contre Charlie Hebdo ont déposé les crayons, le temps de souffler, après avoir réalisé le numéro 1 178. Le prochain est prévu pour février. Car il faut désormais trouver les ressorts psychologiques pour continuer l'aventure Charlie, sans Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et les autres.

Un exemple de séance pédagogique sur les caricatures Dans le cadre de la classe média, on ne pouvait pas passer à côté des événements tragiques de mercredi dernier. D’autant plus que dans le collège, nous avons eu certaines réactions très particulières, de type « bien fait pour eux » (pour rester soft). Toutes les classes ont bien entendu eu un moment d’explication et de recueillement jeudi, mais des incompréhensions demeures. Parler de la liberté de la presse à partir des Unes sur l'attentat à Charlie Hebdo La liberté d’expression été attaquée. Les journaux français et étrangers ont répondu par des Unes explicites, des hommages poignants et la réaffirmation de leur conviction dans la défense des principes de la démocratie. Ces documents constituent un excellent support pour aborder le drame du 7 janvier, aborder la liberté d’expression et au-delà engager une action d’éducation aux médias, à travers des comparaisons, des discussions, une réflexion.

Techniques et procédés de la caricature Il ne faut pas réduire la caricature au portrait charge, qui utilise la déformation physique comme métaphore d’une idée. Sous cette forme politique, elle joue un rôle analogue à celui du pamphlet. En exagérant les particularités physionomiques des personnages, les caricaturistes les ridiculisent, mais ils révèlent du même coup leur personnalité profonde, et dénoncent ainsi la corruption du système qu’ils incarnent. Les éléments du visage : front, œil, nez, bouche, dents deviennent alors des signes symboliques ou métaphoriques. Mais la simplification du graphisme peut parfois aller de pair avec la démagogie, quand les caricaturistes sacrifient l’effet à la vérité ou flattent les préjugés.

Pour les Américains, Charlie Hebdo n’est pas raciste, mais n'est pas irréprochable non plus Alors qu’en France on s’arrache le dernier numéro du journal satirique au nom de la liberté d’expression, les Etats-Unis tentent de savoir si le journal est si intouchable que ça. Partout à travers le monde, des gens qui n’avaient jamais lu Charlie Hebdo sont sortis dans la rue pour montrer leur soutien à ses dessinateurs et journalistes et aux valeurs défendues par la France. Mais au milieu de la masse d’unanimité, certaines voix se sont élevées pour accuser le journal d’être allé trop loin. C’est le cas aux Etats-Unis, où les unes de Charlie Hebdo ont par exemple été floutées dans les médias américains, et d’autres sont allés plus loin en accusant le journal de racisme. La question est plus complexe, selon le site Vox.com qui, pour étayer son propos, a décidé de comparer une une de Charlie Hebdo et une autre du New Yorker.

Fini de rire "Si vous voulez un baromètre de la liberté d’expression et comprendre les tabous dans un pays, il faut aller voir les dessinateurs de presse." Ce conseil de Plantu, Olivier Malvoisin l'a suivi à la lettre : Fini de rire revient sur les événements qui ont jalonné le début de ce XXIe siècle à travers les dessins et les témoignages de dessinateurs de presse des quatre coins du monde : de Plantu à Avi Katz (Israël), en passant par Danziger (États-Unis), Kroll (Belgique), Rainer Hachfeld (Allemagne), Khalil (Palestine)... Au fil du récit, le film trace les contours des tabous contemporains et pose la question suivante : où en est la liberté d’expression aujourd’hui ? L’affaire des caricatures de Mahomet en 2006 a soulevé bruyamment la question de la représentation religieuse.

L’humour, valeur nationale : mallette théorique pour interventions pédagogiques « Projet de costume pour MM. les journalistes », par André Gill, « L’Éclipse, 23 janvier 1870 Quelles valeurs enseigner dans l’école de la République ? S’en tient-on à la devise républicaine ? Dessins de presse : des infos et des pistes pour les utiliser « Dessin pour la paix » ou Cartooning for peace est une manifestation internationale (expositions et rencontres) mise en place en 2006 par Plantu et Kofi Annan. Après New York (au siège des Nations Unies) en juin de la même année, elle a commencé un tour du monde : Paris, Genève, Bruxelles, Atlanta et, en juin 2008, Ramallah et Jérusalem-est. L’exposition actuelle « Permis de croquer » est un tour du monde du dessin de presse. Elle est actuellement à Nîmes. (2)

Textes Liberté de la presse - Jets d'encre Une sélection de documents à télécharger autour de la presse et de la presse jeune. Consultez aussi notre liste de nos publications. Vous pouvez aussi télécharger notre kit « Créer son journal » à la rubrique correspondante. Cette liberté de caricaturer qu'exècre l'islam radical Si l'islam s'est progressivement affranchi de l'interdit de représentation, la liberté de dérision reste une barrière inexpugnable entre Occident et islam radical. La caricature, le dessin, l’humour, la dérision sont tout ce qu’exècre le militant radical islamiste. Pour lui, les coups de crayon de Charlie Hebdo sont devenus le symbole même de l’attentat contre la religion et un insupportable blasphème.

Related: