background preloader

Caricature

Facebook Twitter

Exposition BNF sur Daumier: Qu'est-ce qu'une caricature? 1 jour 1 actu: vidéo: C'est quoi, une caricature? Liberté d’expression : la caricature est aussi une exception au droit d’auteur. Samedi et dimanche derniers, les manifestants se sont levés en masse pour défendre la liberté d’expression, gravement remise en question par les attentats contre Charlie Hebdo.

Liberté d’expression : la caricature est aussi une exception au droit d’auteur

Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que la caricature, la parodie et le pastiche, qui constituaient les moyens d’expression privilégiés des dessinateurs assassinés sont protégés par une exception au droit d’auteur, instaurée au titre de l’intérêt général par le législateur pour permettre le débat d’idées, la libre critique et la création artistique. Alors qu’un nouveau numéro de Charlie Hebdo paraît aujourd’hui, avec une caricature de Mahomet signée Luz, on peut se souvenir que certaines des parodies qui ont illustré les unes du journal, détournant des personnages célèbres, s’appuyaient sur cette exception au droit d’auteur.

C’est le cas de cette une de Charb ou de la suivante par Luz, détournant Astérix et Obélix. Pourtant les pratiques, elles, débordent déjà de toutes part ! Exception de caricature dans la presse. Un article de JurisPedia, le droit partagé.

Exception de caricature dans la presse

L’humour représente une grande force. La caricature est l'expression la plus évidente de la satire dans le graphisme, la peinture, la statuaire »[1]. La caricature est un élément indispensable de la presse dans une société démocratique puisqu’en exagérant les traits d’une personne, elle représente un instrument efficace de la critique de la vie politique. La caricature dans la presse joue donc un rôle social très important dans chaque pay démocratique. Ce genre humoristique est basé sur les exagérations qui ne seraient pas autorisées dans le cadre d’une simple présentation de l’information dans la presse. Deuxièmement, il y un élément moral. Après Charlie : la liberté d’expression à l’épreuve de ses caricatures.

Liberté.

Après Charlie : la liberté d’expression à l’épreuve de ses caricatures

Mot sacré au pays de Voltaire et de la République. Un principe qui n’est pourtant pas à l’abri des attitudes paradoxales, voire des lectures caricaturales, comme le montrent les diverses réactions en France et à l’étranger devant la parution du dernier numéro de Charlie Hebdo, en une duquel le prophète Mohamed est à nouveau représenté. “Les caricatures, dans l’histoire de la République, ont toujours bénéficié d’une grande tolérance” Plasticages, menaces… La presse française a régulièrement été confrontée à des intimidations, mais jamais à une telle attaque explique l'historien Christian Delporte.

“Les caricatures, dans l’histoire de la République, ont toujours bénéficié d’une grande tolérance”

Avec un bilan à ce jour de 12 morts et 11 blessés, l'attaque à l'arme automatique contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier, est un coup porté à la presse française d'une gravité sans précédent. Haro sur la caricature. Les marges d’expression de la caricature et du dessin de presse se réduisent chaque jour un peu plus et aucun sujet ne semble épargné.

Haro sur la caricature

Dernier exemple en date, suite à la parution d’un dessin de Gerald Scarfe (en illustration) qui commentait les élections en Israël, la rédaction du Sunday Times qui l’avait publié a présenté ses « excuses sans réserve » au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Alors que le dessin ne fait que critiquer la politique du chef de gouvernement et n’est en aucun cas antisémite (aucun signe religieux n’est visible et la légende précise « Est-ce que le cimentage de la Paix continue ?») , le rédacteur en chef Martin Ivens a rencontré la communauté juive britannique et déclaré « Le Sunday Times exècre l’antisémitisme et n’entreprendrait jamais de blesser le peuple juif, ou tout autre groupe ethnique ou religieux ». En France, il faut rappeler que Charlie Hebdo est toujours l’objet de poursuites pour des dessins sur Mahomet et sur Marine Le Pen.

PHOTO. La Une de "Fluide Glacial" sur le "Péril jaune" choque un journal chinois. MÉDIAS - Un journal de la presse officielle chinoise a dénoncé lundi "l'indécence" de la dernière couverture du magazine satirique français Fluide Glacial évoquant le "péril jaune", dans un contexte de critiques sur la liberté d'expression et le mouvement "Je suis Charlie".

PHOTO. La Une de "Fluide Glacial" sur le "Péril jaune" choque un journal chinois

Dans son dernier numéro, Fluide Glacial a publié en première page un dessin titré "Péril jaune, et si c'était déjà trop tard? ", où un Français caricatural conduit dans une rue de Paris un pousse-pousse, dans lequel sont assis un Chinois et une jolie blonde visiblement charmée. Proposé par Ministère de l'Education Nationale "Peut-être que ce magazine cherche à attirer l'attention du monde entier, en suivant l'exemple de Charlie Hebdo", a jugé le quotidien Global Times. Analyse de l'attitude des Français face à la publication des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo. Les Français apparaissent très partagés quant à la publication de ces caricatures.

Analyse de l'attitude des Français face à la publication des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo

Interrogés par l’Ifop pour Sud Ouest Dimanche, 51% des sondés considèrent que la presse est libre et que le journal Charlie Hebdo n’avait pas à se censurer et pouvait publier ces caricatures. A l’inverse, 47% jugent que la publication risquerait de provoquer de nouvelles tensions dans le contexte actuel et n’aurait pas dû avoir lieu. Cliquer sur le graphique pour agrandir Dans le détail, la question suscite de multiples controverses selon le segment sociodémographique étudié. Se font jour des premiers clivages selon le sexe et l’âge des personnes interrogées, les femmes (51% contre 42% des hommes) et les personnes les plus âgées (48% des 35 ans et plus et même 55% des 65 ans et plus contre 46% des jeunes de moins de 35 ans) manifestant davantage d’inquiétudes vis-à-vis des conséquences que pourraient avoir ces publications.