background preloader

Histoire du « Nouvel ordre mondial », par Pierre Hillard

Histoire du « Nouvel ordre mondial », par Pierre Hillard
Réunis à Londres, le 2 avril 2009, autour de la reine Elizabeth II, les chefs d’Etat et de gouvernement des 20 plus grandes puissances du monde ont envisagé de créer un directoire économique mondial. Avec la ratification du Traité de Lisbonne par les 27 Etats européens, l’élection d’Herman van Rompuy à la présidence du Conseil européen et de Catherine Ashton comme Haut-représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, le 19 novembre 2009, marque un tournant décisif dans les ambitions mondialistes. L’Union européenne (l’UE) se voit dotée progressivement d’un visage politique et d’un « numéro de téléphone » pour reprendre l’expression d’Henry Kissinger. En effet, l’Union européenne n’est qu’une composante d’un vaste programme conduisant à l’émergence de blocs continentaux dotés chacun d’une monnaie, d’une citoyenneté, d’un parlement unique, etc ; l’ensemble de ces blocs étant appelé à constituer une gouvernance mondiale. Cecil Rhodes (1853-1902) [26] Related:  Complot/Manipulation/subversif

Master of the Universe Après une vie au service de banques d’investissement allemandes, Rainer Voss, la cinquantaine, a décidé de parler. Depuis des locaux désaffectés du quartier des affaires de Francfort, il décrit par le menu le monde qu’il a fini par quitter : son ascension dans les années 1980, la libéralisation à outrance, la dérégulation et les "innovations financières" qui ont pu offrir à ceux qui en maîtrisaient les arcanes la sensation d’être les maîtres de l’univers. Les acteurs du secteur, brassant quotidiennement des millions d’euros, se sont peu à peu éloignés du monde réel, tandis que la finance se déconnectait des réalités économiques et sociales. Secte

« Espaces métropolitains » : une stratégie vers une « gouvernance mondiale » Le maire (PS) de Paris Bertrand delanoë est élu président de « Cités et gouvernements locaux unis » (CGLU), lors du second congrès mondial de l’organisation (Corée du Sud, 1er novembre 2007). Les villes et les collectivités locales sont un enjeu incontournable pour la stratégie des mondialistes. L’objectif étant d’aboutir à une gouvernance mondiale, ils planifient de décomposer à tous les niveaux les États-nations en prétendant renforcer les communes [institutions locales]. Ainsi, un véritable maillage sur le terrain permet l’instauration de nouvelles structures au plus bas niveau (le local) qui s’emboîteront dans des organismes politiques régionaux, puis continentaux, pour enfin aboutir à un « sas » unique, un gouvernement mondial (le global). Cette architecture a pour objectif de contourner l’autorité politique des États. L’« autonomie » locale contrôlée par Bruxelles Tout en perdurant, ces trois organismes ont donné naissance à CGLU en 2004 à Paris et dont le siège est à Barcelone.

OPÉRATION CORREA 1re partie : Les ânes ont soif - C-P Productions Accueil > OPÉRATION CORREA 1re partie : Les ânes ont soif Appel à dons Un film de Pierre Carles avec la collaboration de Nina Faure et Aurore Van Opstal L’Equateur dirigé depuis 2007 par le président de gauche Rafael Correa propose des solutions originales à la crise économique, sociale et environnementale. Bande annonce - par Audrey Bertrand Soutenez le projet Vous pouvez faire un don via votre compte Paypal, ou par carte bancaire, ou par chèque à l’ordre de C-P Productions à cette adresse : C-P Productions, 9, rue du Jeu de Ballon, 34000 Montpellier. Total des dons reçus : Un grand merci aux 1436 donateurs qui nous ont permis de réunir les 50 000 euros avec lesquels nous allons pouvoir réaliser le deuxième épisode d’« Opération Correa » ( titre provisoire : « Le miracle équatorien ? Si vous souhaitez nous aider à préparer le tournage de l’épisode 2, qui aura lieu fin mai, l’appel à dons reste ouvert. A bientôt !

La Fondation Bertelsmann au service d’un marché transatlantique et d’une gouvernance mondiale La chancelière fédérale Angela Merkel présidant une remise de prix à la Fondation Bertelsmann (2007). La création d’un grand marché transatlantique pour 2015 est la grande ambition des dirigeants européens et états-uniens. Après la visite du Président Obama en Europe, lors du sommet UE/États-Unis, le Parlement européen en a profité pour adopter une résolution le 26 mars 2009 appelant à réussir ce marché transatlantique. Il est même appelé à un « renforcement de la coordination entre les institutions monétaires européennes et américaines » [1]. En fait, ces affirmations ne sont que la suite logique des travaux en amont de la Fondation Bertelsmann. L’ambition est d’aboutir à un seul marché unique transatlantique dont les conséquences concerneront les Français et tous les peuples d’Europe. Vers un vaste marché euro-américain Les travaux pilotés par la Fondation Bertelsmann vont très loin. Cet ouvrage est recommandé par la librairie du Réseau Voltaire. [3] Ibid., p. 34. [4] Ibid., p. 53.

Nouvelle étude: les « conspirationnistes  sont sains; les suiveurs des gouvernements sont fous, hostiles | «GLOBAL RELAY NETWORK Le Kosovo et la géopolitique des Balkans L’indépendance du Kosovo, le 17 février 2008, marque un tournant dans les Balkans. Une forêt de drapeaux albanais, états-uniens et anglais claquait dans les rues de la nouvelle capitale, Pristina. Ça et là, un « Danke Deutschland » (« merci l’Allemagne ») décorait les frontons de plusieurs bâtiments rappelant le rôle incontournable de Berlin dans la naissance du nouvel État. La reconnaissance de la dernière province de la fédération yougoslave semble clore le démantèlement de ce pays commencé au début de la décennie 1990. En fait, la destruction de cette fédération entre dans un vaste plan de recomposition territoriale et économique des Balkans en liaison avec la Mer noire et le Proche-Orient. La Yougoslavie doit être détruite La destruction de ce pays est due à l’Allemagne. Le prélude à la sécession de la Slovénie et de la Croatie commença en 1987 quand l’État yougoslave se trouva au bord de la faillite dans l’incapacité d’honorer ses dettes. Les Balkans, zone de transit [3] Ibid

Le silence des pandas (ce que le WWF ne dit pas) Le WWF est considéré comme la plus grande organisation de protection de l’environnement au monde. C’est avec une confiance presque aveugle que sont accueillis ses projets verts. Le WWF fait appel à la conscience des donateurs par des campagnes qui secouent : tout le monde doit participer lorsqu’il s’agit de sauver des espèces animales menacées, les climats ou les forêts humides. Il y a 50 ans — le 11 septembre 1961 — le WWF fut fondé. Aujourd’hui, le WWF est le lobby en faveur de l’environnement le plus influent au monde. Wilfried Huismann suit tout au long de son voyage, la trace des dons. Partout dans le monde, le WWF passe des partenariats avec de grosses entreprises de l’énergie et de l’agrobusiness. Ce film documentaire veut élucider les mystères du WWF. Une coproduction de la West Deutsche Rundfunk et de la Südwest Rundfunk Extrait d’un article à propos du WWF et des saumons: Le WWF et Marine Harvest, le roi du saumon

Un relais des États-Unis en France : la French American Foundation | Corruption Lors de sa visite aux États-Unis, Nicolas Sarkozy prononça un discours, le 12 septembre 2006, à la French American Foundation (FAF, la « Fondation franco-américaine »). Rappelant la nécessité de « rebâtir la relation transatlantique (…) et de favoriser la constitution d’une Europe politique forte et influente sur la scène internationale » [1], le prétendant à l’Élysée a dû ravir par ces propos les dirigeants de cette Fondation largement méconnue. L’étude de celle-ci est pourtant profitable afin de mieux saisir les liens ô combien étroits qui lient les élites franco-américaines. La FAF doit son origine aux actions de trois éminents États-Uniens [2] : James G. Dans les années 1970, les trois hommes mirent en commun leurs réseaux [5] français dans le monde politique, économique, ainsi que dans la presse et le milieu universitaire. Il fut décidé que la French American Foundation aurait un siège à New-York et l’autre à Paris. Pour commencer, John D. [1] [21] Ibid., p. 6.

CauseToujours | Rhizome Subversif Alternatif – "Cette société appartient au passé, il ne tient qu'à nous de construire le présent !"

Related: