background preloader

L’oligarchie anglo-saxonne & ses princes

L’oligarchie anglo-saxonne & ses princes
Réunis à Londres, le 2 avril 2009, autour de la reine Elizabeth II, les chefs d’Etat et de gouvernement des 20 plus grandes puissances du monde ont envisagé de créer un directoire économique mondial. Avec la ratification du Traité de Lisbonne par les 27 Etats européens, l’élection d’Herman van Rompuy à la présidence du Conseil européen et de Catherine Ashton comme Haut-représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, le 19 novembre 2009, marque un tournant décisif dans les ambitions mondialistes. L’Union européenne (l’UE) se voit dotée progressivement d’un visage politique et d’un « numéro de téléphone » pour reprendre l’expression d’Henry Kissinger. Certes, de nouveaux réglages — une forme de rodage — s’avèrent nécessaires afin de véritablement asseoir cette union régionale. En effet, des rivalités continuent à perdurer entre le président du Conseil européen, le président de la Commission européenne et la présidence tournante de six mois. Related:  Killer's businessesComplot/Manipulation/subversif

ÇA SENT LE SAPIN ! Quatre banques, dont la française BNP Paribas, ont soumis un « testament » aux autorités américaines détaillant comment elles souhaitent être réorganisées ou démantelées en cas de faillite. La banque centrale américaine (Fed) et un régulateur du secteur, la FDIC (Compagnie fédérale d’assurance des dépôts bancaires) ont annoncé mardi dans un communiqué commun qu’ils entamaient l’examen de ces testaments. Ils ont publié sur leur site internet la partie publique des documents soumis qui, sans surprise, ne donne pas d’informations très détaillées sur les mesures envisagées. Outre BNP Paribas, les banques ayant soumis un plan mardi sont l’américaine Wells Fargo et les britanniques Royal Bank of Scotland et HSBC. Neuf autres institutions financières avaient déjà soumis leur propre testament l’année dernière : les américaines Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, JPMorgan Chase et Morgan Stanley, la britannique Barclays, les suisses Credit Suisse et UBS et l’allemande Deutsche Bank.

Facebook, Twitter, Youtube et Google : nouvelles armes de la politique extérieure américaine au Maroc et dans le Monde arabe. L'ascension de Barack Obama qui l'a mené à la présidence des États-Unis en 2009 s'est jouée sur l'impopularité grandissante des deux guerres (Irak et Afghanistan) dans lesquelles le pays était engagé. Aux premiers jours de la mandature d'Obama, et conformément à son programme de candidat, le président demande au Pentagone - ministère de la Défense - de lui proposer des plans de désengagement progressif des conflits irakiens et afghans, et au State Department - le Département d’État , centre névralgique de la diplomatie américaine - de réfléchir à une alternative crédible et innovante pour poursuivre les agendas américains (lutte contre le terrorisme et démocratie au Moyen-Orient) à moindres couts (soft power). "America's image and influence had declined in recent years and the United States have to move from exporting fear to inspiring optimism and hope" comme le résumait Joseph S. Nye, théoricien du Soft Power. L'anecdote est connue de tous. L'événement aurait pu en rester là.

« Espaces métropolitains » : une stratégie vers une « gouvernance mondiale » Le maire (PS) de Paris Bertrand delanoë est élu président de « Cités et gouvernements locaux unis » (CGLU), lors du second congrès mondial de l’organisation (Corée du Sud, 1er novembre 2007). Les villes et les collectivités locales sont un enjeu incontournable pour la stratégie des mondialistes. L’objectif étant d’aboutir à une gouvernance mondiale, ils planifient de décomposer à tous les niveaux les États-nations en prétendant renforcer les communes [institutions locales]. En fait, le CGLU résulte de la fusion de trois instituts mondialistes traitant des problèmes locaux : l’Union internationale des autorités locales (sigle anglais IULA), la Fédération mondiale des cités unies (FMCU) et Métropolis. L’« autonomie » locale contrôlée par Bruxelles Tout en perdurant, ces trois organismes ont donné naissance à CGLU en 2004 à Paris et dont le siège est à Barcelone. Dictat d’un « institut planétaire » Le CCRE ne constitue qu’une section de CGLU.

Master of the Universe Après une vie au service de banques d’investissement allemandes, Rainer Voss, la cinquantaine, a décidé de parler. Depuis des locaux désaffectés du quartier des affaires de Francfort, il décrit par le menu le monde qu’il a fini par quitter : son ascension dans les années 1980, la libéralisation à outrance, la dérégulation et les "innovations financières" qui ont pu offrir à ceux qui en maîtrisaient les arcanes la sensation d’être les maîtres de l’univers. Les acteurs du secteur, brassant quotidiennement des millions d’euros, se sont peu à peu éloignés du monde réel, tandis que la finance se déconnectait des réalités économiques et sociales. Secte

Rupert Murdoch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Murdoch. Rupert Murdoch Rupert Murdoch en 2011. Biographie[modifier | modifier le code] Né le à Cruden Farm, une ferme baptisée d'après Cruden Bay, un village de l'Aberdeenshire dont sont originaires ses grands-parents, et située à 30 milles (48,28032 km) au sud de Melbourne, Keith Rupert Murdoch est le deuxième enfant d'une famille de quatre enfants. En 1985, Rupert Murdoch devient citoyen des États-Unis pour des raisons d’affaires (la législation de l'époque ne permettait qu'aux citoyens américains de posséder une station de télévision). Murdoch possède un véritable empire médiatique d'ampleur globale, qui a crû dans les années 1980 et 1990, comprenant de nombreux sites Internet - IGN Entertainment, AskMen, Rotten Tomatoes - un grand nombre de journaux, dont le New York Post aux États-Unis et The Times au Royaume-Uni. Vie privée[modifier | modifier le code] Murdoch a été marié trois fois. Australie Royaume-Uni

Fonds Monétaire International -- Accueil EN DIRECTConférence de presse : Moniteur des finances publiques La zone euro a besoin d’une union budgétaire La zone euro connaît une reprise vigoureuse, mais l’architecture qui sous-tend l’union monétaire de l’Europe demeure inachevée et laisse la région exposée à de futures crises financières. Un rêve différé : inégalités et pauvreté intergénérationnelles en Europe La jeunesse européenne est accablée par la pauvreté, le chômage et une protection sociale inadéquate. Cinq choses à savoir sur les inégalités Les inégalités au sein des pays se creusent ; résoudre ce problème constitue non seulement un impératif moral, mais aussi une condition pour pérenniser la croissance L’exercice d’équilibriste du Canada Entretien avec le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau. Le point idéal actuel n’est pas la « nouvelle norme » L’économie mondiale prend de la vitesse. Perspectives de l'économie mondiale Mise à jour - Janvier 2018 Un filet de sécurité Pour prévenir les crises Opportunités pour tous

La Fondation Bertelsmann au service d’un marché transatlantique et d’une gouvernance mondiale La chancelière fédérale Angela Merkel présidant une remise de prix à la Fondation Bertelsmann (2007). La création d’un grand marché transatlantique pour 2015 est la grande ambition des dirigeants européens et états-uniens. Après la visite du Président Obama en Europe, lors du sommet UE/États-Unis, le Parlement européen en a profité pour adopter une résolution le 26 mars 2009 appelant à réussir ce marché transatlantique. Il est même appelé à un « renforcement de la coordination entre les institutions monétaires européennes et américaines » [1]. Vers un vaste marché euro-américain Les travaux pilotés par la Fondation Bertelsmann vont très loin. Cette volonté de favoriser ce bloc économique euro-américain est le moyen d’assurer la stabilité économique mondiale selon ces experts. Cet ouvrage est recommandé par la librairie du Réseau Voltaire. En effet, avec la création de la monnaie unique européenne, le dollar côtoie une unité monétaire représentant un pôle économique important. [13] Cf.

OPÉRATION CORREA 1re partie : Les ânes ont soif - C-P Productions Accueil > OPÉRATION CORREA 1re partie : Les ânes ont soif Appel à dons Un film de Pierre Carles avec la collaboration de Nina Faure et Aurore Van Opstal L’Equateur dirigé depuis 2007 par le président de gauche Rafael Correa propose des solutions originales à la crise économique, sociale et environnementale. Pierre Carles et son équipe s’apprêtent à prendre leur poncho et leur sac à dos pour aller voir à quoi ressemble le « miracle équatorien » boudé et ignoré par la presse française. La version longue de la 1° partie de ce feuilleton documentaire sort au cinéma le 15 avril 2015, accompagné de « On mal à la dette », un court-métrage de Pierre Carles sur la dette illégitime. Bande annonce - par Audrey Bertrand Soutenez le projet Vous pouvez faire un don via votre compte Paypal, ou par carte bancaire, ou par chèque à l’ordre de C-P Productions à cette adresse : C-P Productions, 9, rue du Jeu de Ballon, 34000 Montpellier. Total des dons reçus : A bientôt !

Alliance médiatique judéo- wahabite C’est une alliance nouvelle qui vient de naître et elle ne laissera personne indifférent. Le géant des médias News Corporation a décidé d’investir 70 millions de dollars pour acquérir 9,09% du capital de Rotana du milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal. News Corp prend une participation de 9% dans le groupe Rotana. Le prince Al-Walid a souligné que l’accord allait apporter à Rotana l’expertise de News Corp dans les domaines de la télévision, de la production cinématographique, de la technologie et des nouveaux médias. « Cette transaction va au delà des finances. Le Financial Times a qualifié cette acquisition de « la plus significative faite par News Corp au Moyen-Orient ». Murdoch possède un véritable empire médiatique d’ampleur globale, comprenant de nombreux sites Internet – IGN Entertainment, AskMen, Rotten Tomatoes – un grand nombre de journaux, dont le New York Post aux États-Unis et The Times au Royaume-Uni. Ftouh Souhail, Tunis

Related: