background preloader

Un tableur pour les scores de travaux en « îlots bonifiés 

Tous ensemble ? La pratique de l’enseignement mixte ou hybride (dans l’espace de la classe et dans l’espace numérique) fait réfléchir à la spécificité des activités ne pouvant avoir lieu que dans la salle de classe. La question est : que pouvons-nous faire à plusieurs dans une salle de classe et que nous ne pourrions pas faire ailleurs ? Peut-on vraiment travailler en groupe ? Une première réponse est bien entendu le face-à-face pédagogique entre un enseignant et un groupe. Une seconde réponse est la possibilité de travaux de groupes. J’avais […] commencé ma carrière en mettant les élèves par îlots de quatre […]. La question est bien : « Où est-ce qu’on nous apprend à travailler en groupe ? Je propose ici un petit enrichissement numérique de la méthode de travail en « îlots bonifiés ». Une méthode : le travail en « îlots bonifiés » Il est possible de s’appuyer sur des dispositifs vertueux pour mieux travailler en groupes (même si aucun ne doit être fétichisé comme une panacée). WordPress:

https://profjourde.wordpress.com/2016/01/08/un-tableur-pour-les-scores-de-travaux-en-ilots-bonifies/

Related:  Gestions du travail en groupesApprendre a apprendreEvaluation par QCM : intérêts, limites et mise en oeuvre

Les rôles des élèves dans le travail de groupe Poursuivant mes lectures sur les ouvrages traitant de la coopération en classe, je partage une idée de base du travail coopératif : la distribution de roles spécifiques à chaque élève lors de ces phases. Il existe 6 roles de base et une multitude d'autres roles qui doivent etre inventés en fonction de la tache coopérative à réaliser. J'ai créé mes propres cartes "roles de base" que chaque élève se voit attribué au début d'un travail coopératif. C'est sous la forme de cartes à plastifier. Il faut bien présenter chaque role avant de demander à l'élève de l'exécuter et au début il faut faire systématiquement un temps de retour pour aider les élèves à progresser dans leur role. Edgar Morin : "Il faut enseigner ce qu'est être humain" Edgar Morin, sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au CNRS, plaide pour une prise en compte de la complexité dans l'enseignement. Il intervient au WISE, sommet mondial pour l'innovation dans l'éducation, qui se tient du 29 au 31 octobre à Doha, au Qatar. Quelle est la mission des enseignants du XXIe siècle ? Edgar Morin : La mission essentielle de l'enseignement est de nous préparer à vivre !

Astolfi : L’erreur, un outil pour enseigner " Qu’y a-t-il de commun entre une expression algébrique, l’expression d’un gène et une expression familière ? Entre une fonction digestive, une fonction affine et une fonction grammaticale ? Entre l’expansion du groupe nominal et celle des Trente Glorieuses ? Entre un pronom réfléchi, un rayon réfléchi et un élève réfléchi ?" Voilà quelques raisons bien communes de commettre des erreurs en classe. Enseignement des Langues : Le "système des îlots bonifiés", de fausses bonnes solutions à de vrais problèmes. Nous avions depuis le départ de fortes réserves et critiques à formuler à l'encontre de ce « système ». Ce qui nous incite aujourd'hui à les rendre publiques, c'est que nous constatons que sa diffusion est de plus en plus souvent relayée par l'institution scolaire elle-même, avec des présentations sur des sites académiques (nous y reviendrons plus avant) ainsi que l'intégration de formations à ce « système » dans des plans académiques de formation, et que sa conceptrice se sert de cette diffusion institutionnelle comme argument de promotion. Nous ne prétendons nullement donner des leçons ou faire des reproches à ces enseignants qui considèrent avoir enfin trouvé un « système » efficace pour résoudre les problèmes de discipline et de désintérêt pour l'apprentissage qui sont leur lot quotidien, particulièrement en collège, et qui les empêchent d'exercer correctement et sereinement leur métier.

Synthèse de modèles pédagogiques Quelques articles précédents présentent notre approche de l’enseignement/apprentissage, chacun abordant une facette spécifique. Il me semble intéressant de présenter ici une synthèse permettant de faire le lien entre ces différents billets. L’axe fédérateur de notre réflexion s’appuie sur le modèle pragmatique de Marcel Lebrun qui propose la structuration d’une pédagogie active autour de 5 piliers : Informations, Motivation, Activité, Interactions, Production.

Théorie de la motivation Viau Nous avons l’habitude d’entendre que tel élève n’est pas motivé, qu’il ne veut pas travailler etc. … Mais savons nous exactement ce que signifie « être motivé » ? En réalité, ce concept simple à décrire à première vue, cache une certaine complexité : la motivation à l’école est le fruit de divers facteurs que les théories actuelles nous permettent de mieux comprendre. En tant que futur enseignant, il semble indispensable de faire référence à ces théories afin d’adapter au mieux son action pédagogique en classe et motiver au mieux les élèves à apprendre. 1. Qu’est ce qu’est la motivation ?

Fiches de rôles en ilots, une proposition pour la coopération Voici mes fiches de rôles pour les ilots. Je les voulais en noir et blanc et modifiable pour les adapter aux différents projets. ilots origines Mais je ne peux décemment commencer ce billet sans préciser mes sources ! Je suis venu aux ilots après avoir poussé jusqu’à sa limite mon système ancestral de travail de groupe, c’est à dire sans aucune structure, et donc, ça ne marchait pas trop. Ou plutôt, ça marchait mais je voyais bien que tout le monde n’était pas concerné.

 Les trois voies de l’individu sociologique. Danilo Martuccelli a L’individu se trouve projeté sur le devant de la scène sociologique. Mais cette indéniable nouveauté doit être replacée dans une profonde continuité historique. En effet, la sociologie dispose, depuis ses origines, de trois grandes stratégies intellectuelles d’étude de l’individu : la socialisation, la subjectivation et l’individuation. Chacune de ces trois grandes orientations d’étude est organisée autour d’une problématique spécifique et centrale.

Antibi : la constante macabre André Antibi poursuit ses efforts pour dénoncer les injustices persistantes des évaluations scolaires qui restent avant tout sélectives. Le correspondant du CRAP-Cahiers pédagogiques en Belgique nous propose un écho de son intervention lors d’un colloque sur la réussite scolaire à Bruxelles. Le 21 janvier 2010, nous avons eu le plaisir d’entendre André Antibi, professeur à l’université Paul Sabatier de Toulouse et auteur du livre La constante macabre (éd. Math’aurore, 2003). Comment en sortir ? 13 trucs de gestion de classe qui instaurent le respect. Quand vient le temps de gérer sa classe, on a souvent l’habitude d’instaurer un système d’émulation ou des règles et de supporter toutes ces règles par des punitions. Très vite, on apprend que ça fonctionne (du moins partiellement !), mais ça a le vicieux défaut de devoir demander une vigilance constante de la part de l’adulte en plus de miner considérablement l’apprentissage de l’autonomie de la part des élèves. De plus, ça réduit les comportements qu’on veut voir disparaître, sans toutefois les enrayer définitivement. Résultat : On s’épuise et on s’endort en réfléchissant sur comment on pourra mieux contrôler le lendemain… Il y a d’autres voies ( ?), moins visibles et surtout moins bruyantes (faisant partie du gain de l’autonomie de la pédagogie 3.0),mais combien plus payantes sur le long terme!

DE "L'APPRENDRE" A "L'APPRENDRE A APPRENDRE" : existe-t-il des lois d'apprentissage ? 22 Mars 2012 Rédigé par PedagoForm et publié depuis Overblog « Comment m’y prendre pour qu’ils s’approprient cette nouvelle notion, ce nouveau geste professionnel, de la manière la plus efficiente possible ?»... questionnement incessant du formateur, de l'intervenant, dans la préparation de sa formation. Comment apprendre à apprendre ? en déstructurant-restructurant ses connaissances en agissant en résolvant des problèmes en petits groupes en échangeant au sein d’un groupe en ayant un projet d’apprentissage en prenant du plaisir dans un climat de confiance en maîtrisant ses propres stratégies d’apprentissage

Le blog et actualités André de Peretti était un homme aux multiples facettes et aux immenses ressources. Né à Rabat – dans un pays auquel il restera toujours profondément attaché –, polytechnicien et docteur ès lettres, sous-lieutenant d’artillerie fait prisonnier dans la poche de Dunkerque en 1940 et député à la Libération, auteur dramatique (une de ses pièces a même été jouée à la Comédie française) et poète (plusieurs de ses textes ont été mis en musique), farouche militant pour l’indépendance du Maroc et haut fonctionnaire, consultant auprès de l’ONU et créateur d’une association de psychosociologie (l’ARIP), formateur hors pair et auteur prolifique, compagnon de François Mauriac, d’Emmanuel Mounier ou Max Pagès, infatigable militant pédagogique jusqu’au bout, il aura eu – et, sans aucun doute, continuera à avoir – une influence considérable sur de très nombreux enseignants, formateurs et chercheurs en pédagogie. Il est difficile de résumer son travail, tant il fut riche. Philippe Meirieu Philippe Meirieu

#JHeuresNumériques écriture collaborative by vosnico on Genial.ly Proposer un document collaboratif en ligne pour tout préparer "Ensemble" (ENT, Framapad, Googledoc...).,Taux d'utilisation des documents collaboratifs,Du coté des élèves utilsateurs,Du coté des élèves rédacteurs,95%,80%,Ils témoignent...,L'écriture colaborativeEn TP de sciences,Du coté professeur,Et ça marche ?,20%,Pour préparer les travaux pratiques, il est possible de proposer aux élèves de collaborer en amont des séances pour rédiger ensemble et à distance des propositions de protocoles.,Le sens de la démarche...,@vosnico1,L'intérêt est de permettre aux élèves de s’entraider pour ne jamais rester bloqué dans la préparation de la tâche.

Le QCM : Méthode d’évaluation efficace ? Depuis longtemps utilisée dans les pays anglo-saxons, l’évaluation par Questionnaire à Choix Multiple (QCM) se développe de plus en plus. L’une des raisons étant la rapidité de correction dans le cas d’évaluations répétées, ou lorsque le nombre d’apprenants est important. Peut-on tout évaluer par QCM ? L’évaluation par QCM se prête particulièrement bien au test de connaissances « brutes » ou de notions apprises par cœur. On évalue alors la capacité de mémorisation et de restitution de l’apprenant. Le QCM peut aussi être utilisé dans l’évaluation des savoir-faire qui demandent de la technicité (habitude et automatisation, ou procédure), comme par exemple les conversions.

Related: