background preloader

Transmédia (1/2) : la convergence des contenus

Transmédia (1/2) : la convergence des contenus
On a longtemps pensé la convergence numérique comme la « fusion » d’appareils jusque-là très différents : le téléphone, la télévision, l’ordinateur et la chaîne hi-fi ne faisant plus qu’un, fédérés par l’internet. Même si, au final, on a plus souvent constaté une divergence qu’une convergence : la multiplicité des terminaux induisant une multiplicité d’usages. La connexion de tout avec tout conduit plutôt à une complexification qu’à une rationalisation, expliquait déjà Daniel Kaplan en 2006. La convergence des outils et des technologies conduit-elle à la convergence des contenus ou à leur divergence ? C’est peut-être ainsi qu’on pourrait résumer l’enjeu qui sous-tend la question du transmédia, sujet coeur des Masterclass internationales du Transmédia qui se tenaient à Marseille la semaine dernière. Trans-, multi-, pluri- médias : concevoir pour tous les écrans Pour Eric Viennot, auteur de jeux et directeur de Lexis Numérique, le transmédia, « c’est un film dont vous êtes le héros ».

http://www.internetactu.net/2011/05/18/transmedia-12-la-convergence-des-contenus/

Related:  Stratégie TransmédiasPrépa OralRéflexions

Transmédia (2/2) : le marketing de l’attention La convergence des outils et des technologies conduit-elle à la convergence des contenus ou à leur divergence ? C’est peut-être ainsi qu’on pourrait résumer l’enjeu qui sous-tend la question du transmédia, sujet coeur des Masterclass internationales du Transmédia qui se tenaient à Marseille la semaine dernière. Après avoir observé ce qu’est le transmédia, intéressons-nous à ces enjeux. Médias : complémentarités ou concurrences ? Publi-info : Consommation, comportement, télévision : quelles sont les... Ce jeudi 2 avril à l’Archipel, M6 Publicité a partagé avec ses partenaires et annonceurs les résultats de la huitième édition de son étude consacrée aux tendances. Cette étude, réalisée par les équipes marketing du Groupe M6 (régie publicitaire, programmes, veille internationale…), en partenariat avec le cabinet Peclers Paris, est un outil de décryptage et de prospective des nouvelles tendances de société. Chaque année, le Groupe M6 se nourrit de cette expertise pour développer et proposer des programmes en phase avec les attentes des téléspectateurs. Afin de nourrir des réflexions marketing communes, M6 Publicité partage avec ses annonceurs et partenaires les résultats de cette étude pour établir un dialogue autour des nombreux exemples cités, véritable sources d’inspiration et d’idées créatives. Les principaux enseignements de 2015 Le contexte dans lequel vivent les Français, sur fond de crise économique et de révolution technologique, se maintient en 2015.

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab « La participation des amateurs dans l’univers numérique » Compte-rendu du colloque Digital Life Lab (Institut Télécom) “La participation des amateurs dans l’univers numérique” La Cantine, Paris, 18 mars 2011. par Francesca Musiani La prolifération des plateformes participatives sur Internet suscite une implication toujours plus grande des amateurs dans la production ou la réappropriation de contenus médiatiques qui circulent et s’échangent sur le Web (textes, photos, vidéos, fichiers musicaux, logiciels, etc.) 2011 - les français fidèles aux médias classiques INFO LE FIGARO - L'étude «Media in life» de Médiamétrie démontre que les jeunes qui quittent le domicile familial augmentent leur consommation de télévision, radio et presse. Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie. Les Français sont de plus en plus «médiavores», et les médias classiques continuent d'offrir une belle résistance face à la montée inexorable des médias numériques. Selon l'étude annuelle «Media in life» réalisée par l'institut Médiamétrie, sur les habitudes de consommation des médias, le nombre de contacts quotidiens en moyenne sur la semaine avec les différents médias ne cesse d'augmenter. En 2008, le Français moyen avait 38,6 contacts par jour avec un média. Aujourd'hui, il en a 41.

Storytell your music » OWNImusic, Réflexion, initiative, pratiques Le transmedia optimise le storytelling d'un artiste. Bien que cette affirmation paraisse évidente, les nouvelles technologies permettent de décupler l'effet de la démarche comme le montrent les différentes études. Olivier GODEST est responsable de la communication et des formations pour le Transmedia Lab. Il rejoint le groupe Orange et l’équipe du Transmedia Lab en 2009 et y développe une expertise sur le développement de projets transmedia (multi-supports) en s’appuyant notamment sur les nouvelles opportunités entre les producteurs de contenus et les marques. Ana Vasile a travaillé au département création d’une agence de publicité avant de devenir assistante du responsable de la communication et des formations pour le Transmedia Lab. Elle rejoint l’équipe du Transmedia Lab en 2011 et participe plus particulièrement au développement d’une nouvelle politique éditoriale et à la rédaction d’articles pour le blog.

Le transmédia : entre narration augmentée et logiques immersives Les industries de la télévision et du cinéma se sont emparées des stratégies de production transmédias, en y voyant un moyen de promouvoir leurs contenus narratifs et d’attirer plus de publics vers leur franchise. Dans un environnement de plus en plus concurrentiel et connecté, la stratégie transmédias représente un moyen de lancer une franchise ou de fidéliser un public à un univers. La promotion de franchise grâce aux stratégies transmédias, même si elle place ce phénomène dans une perspective marketing, n’est pas sans intérêt. L’avantage de partir d’une franchise est que la narration et les personnages sont déjà posés ; le but est alors de proposer des éléments narratifs complémentaires sur plusieurs médias, numériques ou non.

Ca sert à quoi un growth hacker ? Tout droit venu de la Silicon Valley, le growth hacking est LE buzz word en vogue dans toutes les start-ups. Booster la croissance de l'entreprise avec des tactiques de "Sioux" alliant marketing, développement web et analytics : telle est, en résumé, la mission du growth hacker. Quelles sont les qualités d'un bon “pirate de la croissance” ? Comment les nouveaux géants de la net économie (Air B'nB, DropBox, Über) ont-ils exploité le growth hacking pour s'imposer en un temps record ? Le point sur ce métier du web encore émergent.

Narration transmedia : le nouvel horizon des créateurs d'univers ? Voici quelques réflexions sur la notion d’univers narratif transmedia. Plus qu’un nouveau vocable, il nous semble que ce processus relativement récent permet d’unifier, dans le cadre de la création de nouvelles œuvres (série, BD, héros, jeux…), de nombreux usages qui, superposés au cours du temps, sont venus se fracasser et se contredire sur le mur des nouvelles technologies et de la crise de la consommation. Remettre la qualité de l’univers narratif au centre de la promotion et de la technologie, en intégrant le “consommateur”, ses habitudes diverses et son implication plus ou moins forte dans cet univers nous semble être un cadre à la fois réaliste et enthousiasmant pour imaginer les mondes de demain. N’hésitez pas à commenter, réagir et proposer d’autres pistes et d’autres exemples pour creuser ensemble cette thématique. Fragmentation du temps et de l’espace : une culture sans la culture ?

76% des français ont une activité média en déplacement Radio, téléphone mobile, presse, musique, vidéo, jeux vidéo, Internet… Sur cent Français (13 ans et plus), environ 76 pratiquaient une activité média ou multimédia en déplacement (voiture ou transports en commun) en 2011, révèle l’étude «Media in Life» menée par Médiamétrie et dévoilée en exclusivité par 20Minutes. En 2008, ils étaient un peu plus de 73 à le faire. Cette progression est plus marquée lorsque l’on se penche uniquement sur les déplacements en voiture: 76% des Français avaient une activité média ou multimédia en voiture en 2008. L’an dernier, ils étaient 80%. «Chez les jeunes on est même passé de 74% à 84%», a précisé Jamila Yahia Messaoud, directrice du département cinéma et comportement média de Médiamétrie, à 20 Minutes. Du côté des transports en commun, 63% des individus avaient au moins un contact avec des activités média ou multimédia en 2008.

Moine-reporter: le bénévolat comme business model L'Association des journalistes suisses s'est inquiétée : des reporters pourraient ne pas être rémunérés. En réaction, Guillaume Denchoz veut prétendre à un journalisme bénévole de qualité, si pratiqué en parallèle d'une activité salarié. Mon invité du jour est suisse et aime l’art du contrepied (rien à voir je sais ;). Alors que les blogueurs réclament salaire au même titre que les journalistes envers et contre l’économie de la gratitude – Guillaume Henchoz, plus connu des pratiquants de Twitter sous le pseudonyme de @Chacaille défend lui l’idée que l’on peut pratiquer le journalisme comme un art monastique et bénévole, en parallèle -et non en marge- d’une activité salariée. Cela ne plaira pas forcément aux professionnels de la profession repliés dans un corporatisme qui n’a pas vu venir, avec l’internet, la révolution de l’information par tous et pour tous. Mais Guillaume a la foi communicative et l’enthousiasme des moines-soldats.

Culture fan, culture geek Les geeks étaient à l'honneur mercredi 28 lors des deux conférences animées par Mélanie Bourdaa, maître de conférence de l'Université Bordeaux III, qui ont eu lieu à l'IUT Michel de Montaigne autour du Transmedia. Pour cette après-midi d'étude, plus d'une centaine de passionnés s'étaient inscrits à l'évènement. Ils ont pu assister à une rétrospective de l'histoire du geek, présentée par David Peyron et à la mise en perspective de l'univers du fan avec l'émergence du crossmedia exposer par Sébastien François. Qu'est ce que la culture geek ? D'où vient-elle? Où va t-elle ?

Sémiotique, numérique et communication 1Nous voudrions, dans cette contribution, considérer avec sérieux le fait que nos interactions distales sont aujourd’hui presque toutes médiatisées par un dialogue homme-machine informatisé, au même titre que nos interactions en face-à-face sont médiatisées par le langage. La communication humaine est médiatisée par une communication machinique informatisée, qui influe sur elle de façon profonde. Cette prise de conscience a des conséquences considérables sur le fonctionnement du sémiotique, et, partant, de la sémiosis sociale que la sémiotique, pour sa part appliquée aux phénomènes communicationnels, s’attelle à décrire. Aussi tenterons-nous d’éclairer les tenants et les aboutissants de cette médiation numérique. 1 Nous retiendrons le sens que F.

Related:  TRANSMEDIAusages du Webinnovmetiertransmedia