background preloader

Mémoires européennes DU GOULAG

Mémoires européennes DU GOULAG
From 1939 to 1953, nearly one million people were deported to the Gulag from the European territories annexed by the USSR at the start of the Second World War and those that came under Soviet influence after the War: some to work camps but most as forced settlers in villages in Siberia and Central Asia. An international team of researchers has collected 160 statements from former deportees, photographs of their lives, documents from private and public archives and films. Many of these witnesses had never spoken out before. In these statements and these documents, the Museum invites you to explore a neglected chapter of the history of Europe.

http://museum.gulagmemories.eu/

Related:  2. L'URSS de Lénine à StalineLes totalitarismesRussie URSSStalinismeurss staline

Les années trente en URSS La période de la fin des années trente en URSS est appelée Grande Terreur. Ces années de violence et de purges se déroulent dans un contexte où Staline cherche à définitivement contrôler le parti dans une situation internationale grosse de périls. La grande purge va toucher en profondeur l'encadrement du parti, les cadres de l'industrie, le corps des officiers, les élites culturelles... La culture sous le Troisième Reich Dès 1933, Joseph Goebbels, ministre nazi de la Propagande et de l'instruction publique, s'employa à mettre en conformité les arts et la culture avec les buts du nazisme. Les Juifs et les personnes considérées comme politiquement ou artistiquement suspectes furent exclues des organisations culturelles. Les travaux d'écrivains allemands de premier plan, comme Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger ou Alfred Kerr, furent brûlés en mai 1933 lors d'un autodafé public à Berlin. Créée en septembre 1933, la Chambre de la culture du Reich supervisait et régulait toutes les facettes de la culture allemande.

La Grande Terreur des années 1937-1938 Notes Les habitants des régions frontalières étaient de ce fait particulièrement vulnérables. Archives centrales de la Sécurité d’État (TSA FSB), 3/4/16/6. Évoquons, à ce titre, deux ouvrages parus très récemment : Nicolas Werth, L’Ivrogne et la marchande de fleurs : autopsie d’un meurtre de masse, 1937-1938, Paris, Tallandier, 2009 ; Marc Junge, Guennadii Bordiougov et Rolf Binner (dir.), Vertikal’ bol’chovo terrora : istoria operatsii po prikazu NKVD n° 00447, Moscou, Airo-XXI, 2008. Dans l’ensemble de ce dossier, les noms russes sont francisés dans le corps du texte mais non dans les notes infrapaginales. Nicolas Werth, L’Île aux cannibales, 1933 : une déportation-abandon en Sibérie, Paris, Perrin, 2008.

Héros du travail socialiste Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Médaille de Héros du travail socialiste Le titre de Héros du Travail Socialiste (en russe : Герой Социалистического Труда) est une distinction qui était décernée dans les pays communistes comme l'URSS, la Roumanie ou la RDA. Elle était la plus haute distinction récompensant des travaux exceptionnels pour l'économie nationale ou la culture. Il conférait un statut identique au titre de Héros de l'Union soviétique qui était attribué pour des actions héroïques, mais qui contrairement à ce dernier, ne pouvait pas récompenser des citoyens étrangers. Histoire de l'URSS sous Staline Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « bon article ». L’URSS sous Staline est un État souvent présenté comme l'un des principaux exemples de totalitarisme[note 1], modelé par un dirigeant qui disposait de la totalité des pouvoirs et se fit entourer d'un intense culte de la personnalité. L’avènement de Joseph Staline, le secrétaire général (ou Guensek) du Parti communiste pan-soviétique des bolcheviks, entre 1927 et 1929, marque le lancement d’une transformation brutale et radicale de la société soviétique.

Goulag Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ne doit pas être confondu avec Koulak. Le Goulag est l’organisme central gérant les camps de travail forcé en Union soviétique. Les principaux camps du Goulag entre 1923 et 1961, selon les travaux de la fondation russe Memorial Le terme Goulag est un acronyme formé d'après le russe Главное управление лагерей, Glavnoïé oupravlénié laguéreï, qui signifie « Administration principale des camps ». Elle a été créée en juillet 1934 lors de la réorganisation de la Guépéou et de son rattachement au NKVD, nouvellement créé.

Les Jeux Olympiques de Berlin, 1936 INTRODUCTION Pendant deux semaines en août 1936, la dictature nazie d'Adolf Hitler dissimula son caractère raciste et militariste pendant qu'elle accueillait les Jeux olympiques d'été. Mettant entre parenthèses son programme antisémite et ses plans d'expansion territoriale, le régime utilisa les Jeux olympiques pour fournir aux spectateurs et aux journalistes étrangers une fausse image d'une Allemagne pacifique et tolérante. En rejetant la proposition de boycott des Jeux olympiques de 1936, les Etats-Unis et d'autres démocraties occidentales manquèrent l'occasion d'adopter une position qui (certains observateurs l'ont affirmé à l'époque) aurait pu faire réfléchir Hitler et renforcer la résistance internationale à la tyrannie nazie.

Tchernobyl Seen Through a Drone Durant une semaine, le réalisateur Danny Cooke s’est rendu à Pripyat, ville la plus touchée par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, pour y réaliser cette stupéfiante vidéo. Grâce à un drone survolant la ville fantôme, on découvre des images déroutantes, où des fleurs semblent éclore parmi les structures décrépites et les lieux totalement abandonnés. À découvrir en vidéo. Un héros soviétique : Alexeï Stakhanov Dimanche 21 septembre 7 21 /09 /Sep 21:29 J’ai évoqué en cours avec mes TL, la figure d’Alexeï Grigorievitch Stakhanov, symbole de l’ouvrier soviétique repoussant au nom du communisme les limites du travail humain. Dans les années 30, Alexeï travaille dans les mines de charbon de Kadiyivka dans le bassin du Donbass en Ukraine. Le 31 août 1935, muni de son perforateur (marteau piqueur portatif), il extrait 102 tonnes de combustible lors d’un concours de productivité organisé par les jeunesses communistes ("Komsomols").

Les crimes de masse sous Staline (1930-1953) - Encyclopédie des violences de masse Les déportations massives de paysans dans le cadre de la « liquidation des koulaks en tant que classe » (1930-1932)**** Le lancement de la collectivisation forcée des campagnes, décidé au Plenum du Comité central du Parti communiste de novembre 1929, s’accompagne de la « liquidation des koulaks en tant que classe » ou « dékoulakisation ». Cette campagne a un double objectif : « extraire » (tel est le terme employé dans les instructions confidentielles) les éléments susceptibles d’opposer une résistance active à la collectivisation forcée des campagnes et « coloniser » les vastes espaces inhospitaliers de la Sibérie, du Grand Nord, de l’Oural et du Kazakhstan. Le premier objectif répond à la vision, clairement exprimée par les bolcheviks dès leur arrivée au pouvoir, selon laquelle la société paysanne, traversée d’antagonismes de classe, recèle des « éléments capitalistes » (koulaks ) irrémédiablement hostiles au régime.

Joseph STALINE né le 18 décembre 1878 à Gori (Géorgie) mort le 5 mars 1953 à Moscou (URSS) Secrétaire Général du Parti Communiste d’URSS (1922-1953) De son vrai nom : Iossif Vissarionovitch Djougachvili. La propagande nazie "La propagande vise à imposer une doctrine à tout un peuple… la propagande agit sur l’opinion publique à partir d’une idée et la rend mûre pour la victoire de cette idée." C’est ce qu’écrivait Adolf Hitler dans son livre Mein Kampf (1924), prônant pour la première fois l’utilisation de la propagande pour diffuser les thèmes du national-socialisme – notamment le racisme, l’antisémitisme et l’antibolchevisme. Après l'arrivée au pouvoir du parti nazi en 1933, Hitler fonda un ministère de la Culture et de la Propagande du Reich dirigé par Joseph Goebbels.

Related:  Thème 3: Le siècle des totalitarismeshistoire