background preloader

Actualités articles 2 Linguistique

Facebook Twitter

L'approche socio-pragmatique en sciences du langage. Les sons de voix étrangères. Mis à jour le 23 avril 2012 L'essentiel est déjà dit par Ferdinand de Saussure, au début du XXe siècle, dans le Cours de linguistique générale, Deuxième partie (Linguistique synchronique), Chapitre IV (La valeur linguistique), §3 (La valeur linguistique considérée dans son aspect matériel): «[…] Ces signes agissent donc, non pas par leur valeur intrinsèque, mais par leur position relative.

Les sons de voix étrangères

D'ailleurs il est impossible que le son, élément matériel, appartienne par lui-même à la langue. Il n'est pour elle qu'une chose secondaire, une matière qu'elle met en œuvre. Toutes les valeurs conventionnelles présentent ce caractère de ne pas se confondre avec l'élément tangible qui leur sert de support. Roman Jakobson cite au moins deux fois cette formule de Saussure. Pourquoi « la langue » n'existe-t-elle plus ?

Un homme de parole (le sujet du langage) Pour finir la série, après avoir survolé l'histoire de l'humanisation du monde et de sa transformation matérielle, il s'agit de comprendre en quoi précisément le langage narratif a pu tout changer de notre vécu au point de nous séparer des autres animaux.

Un homme de parole (le sujet du langage)

Il n'y a pas de nature humaine, ce qui fait l'homme, c'est la culture qui s'oppose à la nature par construction, la raison qui nous détache du biologique, la civilisation qui réprime nos instincts, l'histoire qui prend le relais de l'évolution. La métaphore et le linguiste. Outiller la linguistique : de l'emprunt de techniques aux rencontres de savoirs. Y a-t-il une linguistique de l'oral ?

Linguistes et ‘talistes' peuvent coopérer : repérage et analyse des gloses. Traduction et linguistique : sur quelques malentendus. The Linguistic Relativity Hypothesis. Many linguists, including Noam Chomsky, contend that language in the sense we ordinary think of it, in the sense that people in Germany speak German, is a historical or social or political notion, rather than a scientific one.

The Linguistic Relativity Hypothesis

For example, German and Dutch are much closer to one another than various dialects of Chinese are. But the rough, commonsense divisions between languages will suffice for our purposes. There are around 5000 languages in use today, and each is quite different from many of the others. Differences are especially pronounced between languages of different families, e.g., between Indo-European languages like English and Hindi and Ancient Greek, on the one hand, and non-Indo-European languages like Hopi and Chinese and Swahili, on the other. Many thinkers have urged that large differences in language lead to large differences in experience and thought. A Preliminary Statement of the Hypothesis Interesting versions of the linguistic relativity hypothesis embody two claims: La structure en réseaux du langage. Seule l'espèce humaine emploie un système de communication symbolique capable de transmettre une information complexe.

La structure en réseaux du langage

Certains animaux semblent avoir maîtrisé quelques éléments rudimentaires d'un tel système, mais leur mode de commmunication est beaucoup moins développé que notre langage. La pensée est-elle contenue dans le langage? Les langues du monde : un même débit d'information (Pellegrino, F., Coupé, C. & Marsico, E.) © Pour la Science - n°420 - Octobre 2012 Linguistique mots, eux-mêmes formés de séquences desons élémentaires nommés phonèmes, quisont propres à chaque langue.

Les langues du monde : un même débit d'information (Pellegrino, F., Coupé, C. & Marsico, E.)

Les pho-nèmes comprennent des consonnes, desvoyelles et parfois des diphtongues (desvoyelles complexes dont le timbre se modi-fie en cours de prononciation, tel [ei] dansle mot anglais. Ce que le langage nous fait penser. La question de la relativité linguistique a cessé de constituer un champ de bataille (où les opinions contradictoires étaient souvent basées sur une approche naïve des langues rares ou exotiques).

Ce que le langage nous fait penser

Elle représente désormais un véritable creuset pour la recherche, rassemblant des chercheurs issus de disciplines variées : linguistes, mais aussi anthropologues, psycholinguistes, psychologues, neurologues. Le symposium de 1991, qui s’est donné pour tâche de Repenser la relativité linguistique (intitulé du symposium et titre de l’ouvrage collectif qui en est issu, édité par le sociolinguiste John J. Gumperz et l’anthropolinguiste Stephen C. Levinson en 1996), a été un tournant. L'oubli de la langue et l'« invention » de l'écriture chinoise en Europe. Les universaux et la relativité linguistique. Séminaire du Jeudi 6 décembre 2012 Les anthropologues pratiquant l'ethnoscience ou la Nouvelle Ethnographie des années 1960 ont entrepris d'étudier les terminologies indigènes en reprenant la distinction aristotélicienne entre les termes individuels (noms propres) et les termes universels (universaux), sans entrer dans la controverse métaphysique entre réalistes et nominalistes.

Les universaux et la relativité linguistique

Ils s'efforçaient de recenser les catégories de pensée et de langue indigènes susceptibles d'être reconnues, au terme de leurs enquêtes ethnographiques et comparatives, comme des universaux, à travers la diversité des modes de pensée et la variabilité des langues. Les termes universels — les universaux — sont par définition des catégories de pensée et de langue, autrement dit, des mots clés dans une terminologie.

Mais les catégories ou les mots clés d'une terminologie particulière dans une langue ou une aire culturelle particulière ne sont pas nécessairement des universaux.