background preloader

La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli - Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli - Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)
Related:  Linguistique

Antoine Culioli, un homme dans le langage (2005) Mercredi 8 juin Après-midi: ACCUEIL DES PARTICIPANTS Soirée: Présentation du Centre, du colloque et des participants Jeudi 9 juin Matin: Dominique DUCARD: Seuils, passages, sauts Pierre BOUDON: Problèmes de la quantification discursive Jean-Pierre DESCLÉS: Linguistique des opérations et des marqueurs d'opérations Jean-Blaise GRIZE: Métalinguistique et/ou métalogique Après-midi: Jean-Jacques FRANCKEL & Daniel LEBAUD: Reformulation et glose: problèmes de méthodologie Sarah de VOGÜÉ: Le concept d’invariant et sa fonction dans la description et l’explication des faits linguistiques Saburo AOKI: Déférence, idéophones, prédicats subjectifs Stéphane ROBERT: Réflexions sur le rôle et les limites de la forme schématique Vendredi 10 juin Matin: Michaël SOUBBOTNIK: Dire l'ordinaire Charles MALAMOUD: La notion de "frontière" dans l'Inde d'expression sanscrite Sophie FISHER: Une démarche pionnière: le BCG Après-midi: Eric GILBERT: Réflexions sur la représentation des relations d'ordre spatial.

La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli | controappuntoblog.org La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli La Théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli. Journée d’études organisée conjointement par le Cercle d’Étudiant Pour l’Étude du Langage (CEPEL) et l’UFR d’Études du monde anglophone de l’Université Toulouse II-Le Mirail, 17 avril 2000. Ouverture et présentation assurée par une étudiante et par la présidente du CEPEL ; modération par M. Jacques Durand, professeur de linguistique anglaise à l’Université Toulouse II-Le Mirail. Antoine Culioli explique la manière dont il appréhende et manie certains concepts qu’il utilise dans ses recherches théoriques sur la communication, notamment au regard de certains courants linguistiques (référentialisme, représentationnalisme…). Théorie des opérations énonciatives : définitions, terminologie, explications Rédacteurs Traduction anglaise Coordination et relecture

Culioli et la littérature (Colloque 2016) - Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique (CRPHLL) Colloque organisé par le Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique (CRPHLL) et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) 13-14 octobre 2016 Appel à communications Dans le cadre d’un projet à long terme qui vise à « Relire les concepts linguistiques »pour étudier et évaluer, à l’aune des recherches contemporaines, la pertinence et l’impact deconcepts qui ont fait date dans les études littéraires, nous consacrerons ce troisième colloqueà Antoine Culioli. Si l’intérêt pour la littérature, avéré dans leurs écrits, justifiait les ouvrages précédentsconsacrés à Ferdinand de Saussure1 et à Émile Benveniste2 , Antoine Culioli n’a jamaisconsidéré la littérature comme un champ d’étude privilégié. Même s’il ajoutait : Or, Antoine Culioli cherche à fonder les bases d’une linguistique nouvelle, moinsformaliste que les approches purement syntaxiques, plus scientifique, et peut-être plustâtonnante que les théories énonciatives qui explorent la polyphonie.

List of constructed languages This list of notable constructed languages is in alphabetical order, and divided into auxiliary, engineered, and artistic (including fictional) languages, and their respective subgenres. Auxiliary languages[edit] International auxiliary languages are languages constructed to provide communication among all human beings, or a significant portion, without necessarily replacing native languages. Controlled languages[edit] Controlled languages are natural languages that have in some way been altered to make them simpler, easier to use, or more acceptable in certain circumstances, such as when a person does not speak the original language well. Visual languages[edit] Visual languages use symbols or movements in place of the spoken word. Engineered languages[edit] Human-usable[edit] Knowledge representation[edit] Artistic/fictional languages[edit] Languages used in fiction[edit] J. (see also Languages constructed by J. Other literature[edit] Comic books[edit] Film and television[edit] Music[edit] Furbish

Théorie des opérations énonciatives : définitions, terminologie, explications Théorie des opérations énonciatives : définitions, terminologie, explications English definitions of key terms in the Theory of Enunciative Operations Rédacteurs Jean Chuquet, Professeur à l'Université de Poitiers Eric Gilbert, Professeur à l'Université de Caen Hélène Chuquet, Professeur à l'Université de Poitiers Traduction anglaise Ronald Flintham, Maître de Conférences à l'Université Paris 7 Hélène Chuquet, Professeur à l'Université de Poitiers Coordination et relecture Janine Bouscaren, Professeur honoraire, Université Paris 7 Construit à partir d’une NOTION, le domaine notionnel permet de structurer la CLASSE D'OCCURRENCES qui est associée à cette dernière. Dans ce modèle inspiré de la topologie, l’extérieur représente donc l’ALTÉRITÉ forte (vraiment pas, rien à voir, tout autre) et la frontière l’ ALTÉRITÉ faible (pas vraiment, à peine, tout juste). Références : Culioli 1991, “Structuration d’une notion et typologie lexicale. Citations : Représentant linguistique d’opération langagiÈre.

Capsule outil: La voix et l'appareil de phonation Capsule outil: La voix et l'appareil de phonation Parler sa langue maternelle se fait tellement inconsciemment et sans effort que l'on ne se rend pas compte, outre les processus cognitifs hypercomplexes qui sous-tendent la parole, comment le simple fait d'articuler correctement des mots découle d'une mécanique d'une grande précision. L'appareil vocal humain peut être comparé à la fois à un instrument de musique à vent et à corde. Il comprend une source de vent, les poumons; une structure qui vibre, les cordes vocales dans le larynx; et une série de caisses de résonance que forme le pharynx, la bouche et les fosses nasales. D'un blanc nacré, les cordes vocales sont attachées horizontalement entre le cartilage thyroïde (la " pomme d'Adam " chez l'homme) situé à l'avant et les cartilages aryténoïdes situés à l'arrière. En faisant bouger ces cartilages lorsqu'on parle, on modifie la longueur et la position des cordes vocales. L'appareil phonatoire humain essentiel à la parole ?

Aspects de la théorie d'Antoine Culioli CULIOLI A., FUCUS C, PÊCHEUX M., 1970. « Considérations théoriques à propos du traitement formel du langage », Documents de linguistique quantitative, a° 7, Centre de Linguistique quantitative de la faculté des sciences de l'Université de Paris, CULIOLI A., 1971. « A propos d'opérations intervenant dans le traitement formel des langues naturelles », in Mathématiques et Sciences humaines, T. 34, Paris, Gauthier Villars, p. 7-15. CULIOLI A., 1973. « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications, 20, Seuil, p. 83-91. CULIOLI A., 1974. « A propos des énoncés exclamatifs », in Langue Française, 22, Larousse, p. 6-15. CULIOLI A., 1975. « Notes sur détermination et quantification : définition des opérations d'extraction et de fléchage », in Projet interdisciplinaire de traitement formel et automatique des langues et du langage, D.R.L.

Langage et évolution : nouvelles hypothèses En croisant de nombreuses données issues de différentes disciplines, il est désormais possible d'élaborer des scénarios sur l'émergence du langage, les raisons de son apparition, et même d'imaginer quelle langue ont parlée les premiers hommes. La question de l'origine du langage, fort prisée des philosophes des Lumières, devint centrale pour nombre de savants du xixe siècle : les théories se mirent à pulluler et chacun y allait de son hypothèse plus ou moins fantaisiste... Le philologue Friedrich Max Müller s'était d'ailleurs plu à classer toutes ces théories en leur donnant des noms péjoratifs (1) : ainsi la théorie « bow-bow », selon laquelle les onomatopées étaient à l'origine du langage ; ou encore la théorie « pooh-pooh », qui supposait que le langage dérivait des cris d'alerte chez les animaux. Il a fallu attendre la fin du xxe siècle pour que ce sujet sorte du ghetto dans lequel elle avait été plongée pendant un siècle. Quand le langage est-il apparu ? L'hypothèse de M. NOTES 1 P.

Antoine Culioli, professeur de linguistique à l’université Paris 7 de 1971 à 1992 Antoine Culioli, professeur de linguistique à l’université Paris 7 de 1971 à 1992 Entretien paru en mai 1990 dans le numéro spécial « Paris 7 a 20 ans » du journal de l'université 7 à dire (pages 9-11). Directeur de publication : Nadine Forest Conception réalisation : Gabriel Culioli Pourriez-vous nous dire l’atmosphère de l’enseignement supérieur à la veille de mai 1968 ? Il me semble important d'insister sur deux aspects. Bien entendu, c’était lié à l’impossibilité d’innover. Tout cela représentait pour moi et pour bien d’autres une absence d’oxygène et un verrou insupportable. Monsieur Alliot nous disait qu’après 1968 la tendance des universitaires a été de recréer les anciennes facultés au détriment de la pluridisciplinarité ? Un certain nombre d’entre nous ne se retrouvait pas dans les projets de découpage de l’ancienne Sorbonne. Comment étiez-vous perçu par les autres universitaires ? Nous étions animés d’une volonté d’aller de l’avant avec juste ce qu’il fallait d’insolence.

La variation La variation, c'est-à-dire le fait qu'une même unité apparaisse selon des formes différentes, est un phénomène qui existe dans toutes les langues. Mais ce phénomène est peut-être encore plus net dans le domaine des créoles, langues orales, qui en outre ne sont encore que très peu instrumentalisées, standardisées, dotées de manuels d'enseignement, qui, nécessairement, finissent par engendrer une certaine "unité" linguistique, en constituant pour ceux qui s'y réfèrent, une certaine "pression normative". Aussi, lorsque l'on prend en considération un créole, on peut très vite constater qu'un même "mot" sera prononcé différemment par des locuteurs différents, parfois résidant seulement dans la commune voisine ; qu'une forme grammaticale bien attestée ici, peut apparaître sous la forme d'une variante, là ; qu'un élément de lexique chargé de désigner un objet ou un concept, devra être différent ailleurs pour désigner à peu près le même objet ou le même concet.

Fonctionnalisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme fonctionnalisme désigne des théories différentes selon les disciplines. Le fonctionnalisme en anthropologie[modifier | modifier le code] Il a été initié par Bronislaw Malinowski et Radcliffe-Brown. Ce courant s'oppose à l'évolutionnisme et au diffusionnisme. Malinowski veut ce courant de pensée au confluent de trois disciplines, pour une étude de l'homme tridimensionnelle et totale. Appliqué à la sociologie politique, sa pertinence est défendue par Almond et Powell qui ont démontré à l'aide de moyens d'investigations scientifiques que pour être pleinement légitimé, c'est-à-dire véritablement fonctionnel, le gouvernement doit rester structurellement en phase avec la culture politique de la société qu'il régit. Les prémisses du fonctionnalisme apparaissent avec Émile Durkheim et Herbert Spencer. Edward Evan Evans-Pritchard (1902-1973) succède à A.R. Le fonctionnalisme en sociologie[modifier | modifier le code]

Commutation (linguistique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La méthode dite de commutation a été inventée par les phonologues. C'est l'un des outils fondamental du fonctionnalisme d'André Martinet. Si les deux sons se révèlent des unités non distinctives d'unités significatives, alors ce ne sont pas des phonèmes, mais seulement des variantes (allophones) d'un même phonème. Un exemple est fourni par le phonème /r/ en français peut servir de bon exemple. La phonologie n'ayant pas besoin de viser à une aussi grande précision que la phonétique, elle n'utilise pas autant de symboles que cette dernière et suit souvent des notations qui sont propres à l'étude de chaque langue. De plus, si l'on peut décrire phonétiquement les sons comme ils se présentent, à la suite, il faut, en phonologie, respecter la règle un signe = un phonème. /waɪˈt͡ʃuːz/ why choose? /waɪtˈʃuːz/ white shoes Portail de la linguistique

Related: