background preloader

La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli - Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli - Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/la_theorie_des_operations_enonciatives_antoine_culioli.7883

Related:  Antoine Culioliles théories de l’énonciation linguisteLinguistique

Antoine Culioli, un homme dans le langage (2005) Mercredi 8 juin Après-midi: ACCUEIL DES PARTICIPANTS Soirée: Présentation du Centre, du colloque et des participants Jeudi 9 juin Matin: Dominique DUCARD: Seuils, passages, sauts Pierre BOUDON: Problèmes de la quantification discursive Jean-Pierre DESCLÉS: Linguistique des opérations et des marqueurs d'opérations Jean-Blaise GRIZE: Métalinguistique et/ou métalogique Après-midi: Jean-Jacques FRANCKEL & Daniel LEBAUD: Reformulation et glose: problèmes de méthodologie Sarah de VOGÜÉ: Le concept d’invariant et sa fonction dans la description et l’explication des faits linguistiques Saburo AOKI: Déférence, idéophones, prédicats subjectifs Stéphane ROBERT: Réflexions sur le rôle et les limites de la forme schématique Vendredi 10 juin Matin: Michaël SOUBBOTNIK: Dire l'ordinaire Charles MALAMOUD: La notion de "frontière" dans l'Inde d'expression sanscrite Sophie FISHER: Une démarche pionnière: le BCG Après-midi: Eric GILBERT: Réflexions sur la représentation des relations d'ordre spatial.

Benveniste et le paradigme de l'énonciation B. Andrieu, « Le langage entre chair <Leib> et corps <Körper »>, in :Recherches sur la philosophie et le langage N.15, 1993. M.Arrivé, « Y-a-t-il en glossématique une théorie de l'énonciation ? Langue Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Définition : langue et langage[modifier | modifier le code] Langue et dialecte[modifier | modifier le code] Il n'existe pas de critère strictement linguistique permettant de distinguer une langue d'un dialecte. Langue naturelle et langue construite[modifier | modifier le code] On appelle langue naturelle, une langue qui s'est formée au cours du temps par la pratique de ses locuteurs, à partir d'états de langues antérieurs et/ou d'emprunts à d'autres langues.

Culioli et la littérature (Colloque 2016) - Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique (CRPHLL) Colloque organisé par le Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique (CRPHLL) et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) 13-14 octobre 2016 ÉNONCIATION, linguistique Accueil - Contact - Mentions légales Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis © 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

Théorie des opérations énonciatives : définitions, terminologie, explications Théorie des opérations énonciatives : définitions, terminologie, explications English definitions of key terms in the Theory of Enunciative Operations Rédacteurs Jean Chuquet, Professeur à l'Université de Poitiers Eric Gilbert, Professeur à l'Université de Caen Hélène Chuquet, Professeur à l'Université de Poitiers Traduction anglaise

Petit traité de la bêtise contemporaine Pour tous ceux qui sentent l'emprise grandissante du discours bête et qui cherchent à comprendre comment il fonctionne pour mieux y échapper, voici un texte philosophique qui procède d'une déambulation dans la ville, comme autrefois Socrate dans la Cité, en s'arrêtant dans certains endroits sensibles et en commentant à vif certains problèmes liés aux discours qui se profèrent et aux paroles qui s'échangent. Le lecteur se trouve donc embarqué dans une aventure : voir ce qu'il ne voyait pas, entendre ce qu'il n'entendait pas et comprendre ce qu'il ne comprenait pas. Il se rend compte alors que, s'il y a une parole qui rend bête, il y en a aussi une autre qui rend intelligent. Celle-ci est porteuse de mémoire collective, ce qu'on désigne communément par culture.

Langage et communication Les langues ne sont pas tout à fait un produit de la nature dans le sens qu'un enfant ne peut pas acquérir une langue sans être plongé préalablement dans un bain linguistique spécifique ; mais les langues ne sont pas non plus un produit de la culture car on ne peut pas changer le système d'une langue par décret. Les langues naturelles sont appelées ainsi car elles n'ont pas été inventées par les humains, contrairement aux langues artificielles que sont les langues fabriquées par les utopistes comme l'esperanto ou le langage informatique. Toutes les langues possèdent une grammaire, c'est à dire un système de règles, même celles qui n'ont pas de code écrit. Tout locuteur d'une langue a une connaissance intuitive de ses règles. La linguistique est un sous-ensemble de la sémiologie, la science qui étudie les signes. Le signe 1 :

Aspects de la théorie d'Antoine Culioli CULIOLI A., FUCUS C, PÊCHEUX M., 1970. « Considérations théoriques à propos du traitement formel du langage », Documents de linguistique quantitative, a° 7, Centre de Linguistique quantitative de la faculté des sciences de l'Université de Paris, CULIOLI A., 1971. « A propos d'opérations intervenant dans le traitement formel des langues naturelles », in Mathématiques et Sciences humaines, T. 34, Paris, Gauthier Villars, p. 7-15. CULIOLI A., 1973. « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications, 20, Seuil, p. 83-91. CULIOLI A., 1974. « A propos des énoncés exclamatifs », in Langue Française, 22, Larousse, p. 6-15. CULIOLI A., 1975. « Notes sur détermination et quantification : définition des opérations d'extraction et de fléchage », in Projet interdisciplinaire de traitement formel et automatique des langues et du langage, D.R.L.

Énonciation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En linguistique, l’énonciation est l'acte individuel de production d'un énoncé, adressé à un destinataire, dans certaines circonstances. Dans toute communication, aussi bien orale qu'écrite, on trouve à la fois un énoncé et une énonciation. L'énoncé est le résultat linguistique, c'est-à-dire, la parole prononcée ou le texte écrit, tandis que l'énonciation est l'acte linguistique par lequel des éléments de langage sont orientés et rendus spécifiquement signifiants par l'énonciateur (et son co-énonciateur, qui n'est pas un simple destinataire) en vue de produire ledit énoncé : on dit généralement que l'énoncé est le « dit », tandis que l'énonciation est le « dire ». Pour résumer, « c'est l'énonciation qui fait l'énoncé ». L'énonciation en revanche, est beaucoup moins matérielle, et partant, beaucoup plus difficile à cerner et à transcrire.

Enquête sur les origines du langage : mais quelle est l'histoire de ces mots basiques qui se prononcent de la même manière dans presque toutes les langues ? Un groupe de chercheurs a démontré que beaucoup de mots qui veulent dire la même chose dans différentes langues ont le même son.L'exemple le plus frappant est le son "i", qui est très souvent utilisé dans différentes langues pour désigner quelque chose de "petit”.Cette nouvelle étude renforce l'idée qu'une partie de l'origine de la création des langues est onomatopéique et mimétique. Atlantico : Pouvez-vous décrire un peu plus en détails sur les tenants et les aboutissants de cette nouvelle étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences (voir ici)? Philippe Blanchet : En préambule, il me semble important de préciser que la démarche de ces chercheurs, qui ont comparé le sens et les sons des mots propres à 240 langues différentes, s'inscrit dans une longue lignée de travaux allant dans le même sens. Par exemple, ils avancent que le mot "rouge" commence très fréquemment par un "r", quelque soit la langue parlée. atlantico sur facebook notre compte twitter Je m'abonne

Antoine Culioli, professeur de linguistique à l’université Paris 7 de 1971 à 1992 Antoine Culioli, professeur de linguistique à l’université Paris 7 de 1971 à 1992 Entretien paru en mai 1990 dans le numéro spécial « Paris 7 a 20 ans » du journal de l'université 7 à dire (pages 9-11). Directeur de publication : Nadine Forest Conception réalisation : Gabriel Culioli Pourriez-vous nous dire l’atmosphère de l’enseignement supérieur à la veille de mai 1968 ? Il me semble important d'insister sur deux aspects.

Related: