background preloader

Linguistique

Facebook Twitter

Whistle Prononciation en Anglais. Dictionnaire : qu’est-ce qui justifie l’entrée de nouveaux mots. Comme chaque année, la presse nous livre les listes de nouveaux mots qui font leur entrée au dictionnaire (@lerobert_com et @Larousse_Fr).

Dictionnaire : qu’est-ce qui justifie l’entrée de nouveaux mots

Mais quels sont les critères qui président à cette sélection par ces éminents lexicographes ? Si l’on en croit le HuffintonPost, ils sont au nombre de deux : « être populaire et souvent repris dans les médias et être en rapport avec l’actualité sans risque de disparaître rapidement ». Des critères pour la lexicographie Des critères qui semblent de prime abord éminemment subjectifs. Et c’est effectivement souvent le cas. Grâce à Google Books, pourtant, la lexicographie pourrait devenir un peu plus une science. Dans leur très stimulant livre, Michel et Aiden consacrent tout un chapitre à une approche scientifique de la lexicographie. Notre langue ne cesse de s’enrichir Les chercheurs peuvent désormais mieux établir la naissance, l’évolution voir la disparition des mots. Non seulement notre langue change, mais elle grandit.Pourquoi ? Hubert Guillaud.

De l’influence de la technologie sur la littérature. Avec La mécanique du texte qui vient de paraître chez Publie.net, Thierry Crouzet publie un intéressant essai sur les rapports de l’auteur au numérique.

De l’influence de la technologie sur la littérature

Dictionnaire des synonymes. Dictionnaire Electronique des Synonymes (DES) Tapez l'unité lexicale recherchée puis cliquez sur Valider ou tapez sur Entrée Rechercher : prendre en compte définition.

dictionnaire des synonymes

Leet speak. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « NOW IS THE TIME » en leet speak.

Leet speak

Le Leet speak (en leet speak : 1337 5|*34|<), de l'anglais « elite speak » (littéralement, « langage de l'élite »), est un système d'écriture utilisant les caractères alphanumériques ASCII d'une manière peu compréhensible pour le néophyte (appelé noob et déclinaisons) pour s'en démarquer. Le principe est d'utiliser des caractères graphiquement voisins des caractères usuels, par exemple « 5 » au lieu de « S », « 7 » au lieu de « T » et, pour les extrémistes, « |_| » au lieu de « U » ou « |< » au lieu de « K », sans respect de l'orthographe ou des majuscules. Non, on ne mémorise pas moins bien sur Kindle que sur papier !

La question de savoir si la lecture numérique est différente de la lecture papier agite depuis de nombreuses années chercheurs et commentateurs.

Non, on ne mémorise pas moins bien sur Kindle que sur papier !

Aux cris d’orfraie des Cassandre répondent ceux de leurs contempteurs, comme le soulignait déjà le dossier que je consacrais au sujet en 2009. Récemment, une étude a fait le tour de la presse internationale (Guardian, New York Times, Rue89…) et j’étais un peu énervé de la synthèse qui en était faite, qui semblait un nouveau pavé dans la mare du sempiternel débat autour de l’électronique et du papier… En fait, le constat qu’on mémorise moins bien au format numérique qu’au format papier me semble si éloigné de la réalité des pratiques et des constats des experts (« Quand on observe de près les effets des écrans sur le cerveau, on constate que le support informatique ne change pas grand-chose à la lecture » dit Stanislas Dehaene), que j’ai voulu en savoir plus.

Qu’est-ce que cela signifie ? Quelque chose d’assez simple et d’assez logique en fait. Publier à l’ère des Big Data. Via un anodin tweet à l’occasion de la Foire de Francfort, le cyberlibraire et fournisseur de supports de lecture électronique Kobo a publié un passionnant livre blanc (.pdf) sur les Big Data appliquées au monde de l’édition.

Publier à l’ère des Big Data

Kobo y explique que l’analyse des données va devenir la base de la compétition, de la productivité et de l’innovation, même dans le monde de l’édition. Pourquoi ? Parce que les données vont permettre de connaître l’engagement des clients avec le livre. Elles vont permettre de savoir quels livres électroniques n’ont pas été ouverts, lesquels ont été lus jusqu’au dernier mot, à quelle vitesse… On pourrait croire que ces informations ne concernent pas les éditeurs, puisque pour eux, l’important est que le livre soit vendu. Et bien Kobo fait brillamment la démonstration du contraire. Connaître l’engagement des lecteurs avec les auteurs (et pas seulement les ventes), va permettre aux éditeurs de savoir sur quels auteurs, sur quelles franchises investir.

Hubert Guillaud. Wattpad : le Youtube de l’écriture. La publication en français de la traduction du bestseller d’Anna Todd, After (qui est l’un des plus gros tirages de la rentrée 2015 avec 180 000 exemplaires, rappellent Les Inrocks), a offert une belle visibilité au phénomène Wattpad, puisque c’est sur cette plateforme que la jeune écrivaine américaine a commencé son livre qui a été parcouru par quelques 12 millions de personnes.

Wattpad : le Youtube de l’écriture

Wattpad (@wattpad) est une plateforme d’autopublication conçue pour le partage d’histoires sérialisées. En s’inscrivant sur la plateforme vous avez accès à des milliers de « livres » découpés en partie, pour beaucoup en cours d’écriture, permettant au lecteur de réagir à chaque paragraphe et de noter chaque partie. A chaque nouvel ajout aux livres auxquels vous vous abonnez, vous êtes invité à reprendre votre lecture et donner votre avis. Vos lectures deviennent autant de feuilletons auxquels vous vous abonnez.