background preloader

EPR de Flamanville

Facebook Twitter

Manche : il déposent un recours devant le conseil d'État contre l'EPR de Flamanville. Mardi 23 mai 2017, deux associations ont déposé un recours devant le Conseil d'Etat pour excès de pouvoir dans le dossier de l'EPR de Flamanville (Manche).

Manche : il déposent un recours devant le conseil d'État contre l'EPR de Flamanville

Le jeudi 23 mars 2017, l'Etat avait autorisé le chantier de l'EPR de Flamanville pour trois années de plus que le délai initial de 10 ans. Une décision que contestent aujourd'hui deux associations, le Crilan (Comité de Réflexion, d'Information et de Lutte Anti-Nucléaire) et Notre Affaire à Tous. Elles ont déposé, mardi 23 mai 2017, un recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d'Etat. La requête s'appuie sur deux points de la loi du 13 juin 2006, relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire: • Le fait que la loi impose un délai pour un tel chantier et que celui-ci n'a pas été respecté. . • La loi indique aussi que, en cas de modification "notable" ou "substantielle", le décret d'autorisation devient alors caduc. Le Conseil d'Etat doit maintenant déterminer quand il examinera ce recours. Pourquoi les écolos veulent débrancher Flamanville - Challenges.fr.

Le feuilleton du nucléaire aura émaillé tout le quinquennat de François Hollande.

Pourquoi les écolos veulent débrancher Flamanville - Challenges.fr

Il y a bien sûr le serpent de mer de la fermeture programmée de Fessenheim. Une promesse du candidat PS faite en 2011 pour complaire aux écologistes. La plus ancienne centrale française devait mettre la clé sous la porte en 2016. On sait aujourd’hui, que ce ne sera pas avant 2019. Ses deux réacteurs pourraient même poursuivre leur activité jusqu’en 2021 et 2023. Un dossier brûlant. Pétition adressée au président de l’ASN : ne validez pas la cuve défectueuse de l’EPR ! Texte de la pétition qui sera envoyée au président de l’ASN À M.

Pétition adressée au président de l’ASN : ne validez pas la cuve défectueuse de l’EPR !

Pierre-Franck Chevet, Président de l’Autorité de sûreté nucléaire Monsieur, Scandale de la cuve de l’EPR : comment faire confiance à une autorité de contrôle qui n’agit pas ?
 Le chantier doit être abandonné immédiatement et définitivement. Communiqué du 1er avril 2017 Comme le prouvent des documents révélés le 31 mars 2017 par France Info, l’Autorité de sûreté nucléaire avait eu connaissance dès 2005 de graves problèmes à l’usine de Creusot Forges, où devait être fabriquée la cuve de l’EPR de Flamanville.

Scandale de la cuve de l’EPR : comment faire confiance à une autorité de contrôle qui n’agit pas ?
 Le chantier doit être abandonné immédiatement et définitivement


Pourquoi l’ASN n’est-elle pas intervenue plus tôt ? Alors que le président de l’ASN s’était dit « effondré » par ce qu’il avait constaté dans l’usine en 2006, pourquoi le gendarme du nucléaire n’a-t-il pas interdit la production, sachant que les aciers ne pouvaient pas être aux normes ? Alors que la cuve est censée ne surtout pas rompre, pourquoi l’ASN, malgré ses suspicions, a-t-elle laissé fabriquer un élément dont elle pressentait bien qu’il comporterait des défauts ? Scandale de la forge du Creusot : Areva et EDF alertées dès 2005. Jamais l'industrie nucléaire française n'avait connu un tel scandale.

Scandale de la forge du Creusot : Areva et EDF alertées dès 2005

Et cette affaire remet en cause toute la chaîne de contrôle d'une filière, déjà ébranlée par la catastrophe de Fukushima. La forge du Creusot a fourni des pièces non conformes à la réglementation à plusieurs centrales. Parmi elles, la cuve de l'EPR de Flamanville, qui attend toujours d'être validée par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Pourtant, deux documents obtenus par France Inter, et plusieurs témoignages démontrent qu'EDF et Areva avaient été alertées dès 2005 des dysfonctionnements de cette usine. Malgré cela, les deux industriels ont continué à lui confier des fabrications sensibles. EPR de Flamanville : le fiasco industriel. L’explosion atomique des délais et des coûts En 2003, tandis que le réacteur EPR à Flamanville était encore à l’état de projet et estimé à environ 3 milliards d’euros, le directeur de la division ingénierie nucléaire d’EDF, Bernard Salha, déclarait : "Il n’y a pas ou peu de risque de dépassement budgétaire car tous les grands contrats ont déjà été (...)

EPR de Flamanville : le fiasco industriel

La cuve - Une défectuosité majeure au cœur de l’EPR Une anomalie "très sérieuse" selon le président de l’ASN Le 7 avril 2015, l’Autorité de Sûreté Nucléaire annonçait la découverte de défauts de fabrication sur la cuve du réacteur EPR de Flamanville . Ce sont le couvercle et le fond de la cuve, forgées dans l’usine Areva/Saint-Marcel du Creusot, qui sont en (...) Travail dissimulé à l’EPR de Flamanville : Bouygues TP condamné en appel. La fraude concerne le détachement de 460 salariés polonais et roumains sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville.

Travail dissimulé à l’EPR de Flamanville : Bouygues TP condamné en appel

Dans l’affaire des travailleurs européens irrégulièrement détachés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche), la justice a légèrement alourdi, lundi 20 mars, en appel l’amende infligée à Bouygues TP, filiale de travaux publics du géant français de la construction. Bouygues TP devra payer 29 950 euros d’amende.

C’est un peu plus que ce à quoi elle avait été condamnée en juillet 2015 par le tribunal correctionnel de Cherbourg (25 000 euros). Mais cela ne lui interdit pas l’accès au marché public, car c’est inférieur à 30 000 euros, a précisé lundi le président de la cour d’appel de Caen, Henri Ody. Non à l’EPR, non au rafistolage des réacteurs. Arrêt du nucléaire. Le titre de ce dossier, ce sont les mots d’ordre de la manifestation qui se tiendra le 1er octobre à Flamanville dans la Manche.

Non à l’EPR, non au rafistolage des réacteurs. Arrêt du nucléaire

Ce rendez-vous est très important : il doit constituer une première démonstration de force pour exiger à la fois l’abandon pur et simple de l’EPR en construction à Flamanville et la fermeture des centrales, à commencer par Fessenheim. Centrales nucléaires : recours contre un assouplissement des règles de sécurité. "La loi européenne dit que les Etats ont une obligation de résultats en matière de sécurité nucléaire", explique Julien Bayou, membre fondateur de l’association et porte-parole d’EELV.

Centrales nucléaires : recours contre un assouplissement des règles de sécurité

"Or, en France, un arrêté passé entre Noël et Nouvel An offre des dérogations en matière de sécurité. En gros, si la sécurité des centrales françaises ne correspond pas aux exigences essentielles de l’UE, on peut s’arranger : l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) peut passer l’éponge. " Selon l’association, cette disposition vise en particulier l’EPR de Flamanville dans la Manche, dont la cuve a été jugée non-conforme par l’ASN récemment. "Cela ressemble vraiment à un cadeau", dit Julien Bayou. "L’EPR, c’est un fiasco : le coût a été multiplié par trois, les délais s’allongent, la cuve a des problèmes de sécurité…. "En gros, si la sécurité des centrales françaises ne correspond pas aux exigences essentielles de l’UE, on peut s’arranger" (Julien Bayou) Communiqué de presse : Avec le nucléaire, les milliards valsent... Et les français trinquent.

Chacun en a pris l'habitude, dans un projet nucléaire, il ne faut pas confondre le prix « avant » et le prix « après ».

Communiqué de presse : Avec le nucléaire, les milliards valsent... Et les français trinquent

Ainsi, l'EPR de Flamanville a commencé à 3 milliards d'euros (2007), il en est à près de 10 milliards (2015) et n’est toujours pas fini...Le scénario se répète avec le projet d'enfouissement des déchets hautement radioactifs à vie longue à Bure : le projet Cigéo, programmé sur plus d'un siècle d'exploitation (140 ans!) Et porté par l'ANDRA, futur exploitant. Pourtant, en 2013, il y a eu un débat public sur Cigéo. Enfin un débat public sans chiffrage du projet, donc un débat public que la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) aurait dû logiquement refuser... Malheureusement, les règles ne sont pas respectées quand il s’agit de nucléaire. Bouygues condamné à 25.000 euros d'amende pour travail dissimulé. CHERBOURG, Manche (Reuters) - Le groupe Bouygues a été condamné mardi par le tribunal de Cherbourg (Manche) à 25.000 euros d'amende pour avoir recouru à l'emploi de travailleurs dissimulés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville.

Quatre autres sociétés, Atlanco, Elco, Quille Constructions, une filiale de Bouygues, et Welbond Armatures ont été condamnées pour le même motif par le tribunal correctionnel de Cherbourg à des amendes allant de 5.000 à 70.000 euros. Le procureur du tribunal avait requis en mars dernier une amende de 150.000 euros à l'encontre de Bouygues TP pour l'emploi illégal de quelque 460 ouvriers polonais et roumains à Flamanville entre 2008 et 2012.

Considérés comme travailleurs clandestins au moment des faits, ils ne le seraient plus au regard de la législation actuelle, ce dont a tenu compte le tribunal dans son délibéré, a dit à la presse le procureur de la république Eric Bouillard. (Pierre-henri Allain, édité par Yves Clarisse) EPR de Flamanville, nouvelles anomalies repérées. EPR Flamanville: de nouvelles et graves anomalies au cœur du réacteur. Les écologistes veulent une commission d'enquête sur l'EPR. PARIS (Reuters) - Le groupe écologiste de l'Assemblée nationale a demandé lundi la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les réacteurs nucléaires de troisième génération (EPR) après le revers enregistré par Areva en Finlande. Le consortium finlandais Fennovoima a exclu ce week-end le français Areva d'un appel d'offres pour la construction d'un nouveau réacteur nucléaire, deux semaines après un nouveau retard constaté sur le chantier de construction par Areva d'un premier EPR dans le sud de la Finlande.

"L'EPR vient de connaître un nouvel échec en Finlande", déclare lundi dans un communiqué le député Denis Baupin. L'élu écologiste de Paris ajoute que sur le site de l'EPR de Flamanville, en France, "le marasme est total". "Dérive du calendrier, avec un quasi-doublement du temps de travaux prévu, dérive budgétaire avec un coût final estimé à 8,5 milliards d'euros, soit une multiplication par 2,5 du coût annoncé à l'origine", précise-t-il.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse. EPR : le coup de grâce. La semaine dernière, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a annoncé avoir été informée par Areva d’une anomalie de la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur EPR en construction à Flamanville. Areva et EDF se sont empressés de déclarer que de nouveaux tests allaient être réalisés sur cet acier, et que les travaux du chantier se poursuivaient.

Les résultats des tests devraient être connus en octobre prochain. Pétition cyberaction nucléaire, EPR. [ 1 325 participations ] cyberaction mise en ligne le lundi 27 avril 2015 Proposée par Cyberacteurs Elle sera envoyée à Marie-Noëlle Battistel | à votre député | à vos sénateurs Elle prendra fin le : mardi 30 juin 2015. Nucléaire : le jour où l’EPR expirera. Réacteur nucléaire EPR : 10 milliards d’euros… ça suffit ! – Agir pour l'Environnement. Nucléaire: l'EPR, ou la folle histoire d'un acharnement. L’EPR de Flamanville ne démarre pas en 2017. Le gendarme du nucléaire met sous haute surveillance l'EPR de Flamanville.

Il y en a des euros pour cette f... énergie ! – alwen

Travail illégal: Bouygues voit sa défense taillée en pièces. L’EPR, le réacteur aux trous normands atomiques. L'EPR de Flamanville plus cher que l'éolien terrestre ! C'est Greenpeace qui l'affirme. Après l'alourdissement de 2,5 milliards d'euros de la facture de l'EPR en construction à Flamanville, qui s'établit désormais à 8,5 milliards, ce réacteur n'est pas compétitif avec ... l'éolien terrestre.