background preloader

Mafia alimentaire

Facebook Twitter

Industrie agro-alimentaire= mafia. Il Venerdi – Mafia et aliments | La cuisinerie de Nini. Cette semaine, j’ai lu un article très intéressant intitulé A cena con i boss et écrit par Antonio Corbo dans le périodique italien, Il venerdì di Repubblica du 22 avril 2011, traitant liens entre mafia et nourriture. Au terme de sa démonstration, le journaliste souhaite nous montrer qu’en faisant les courses, on paye sans le savoir une somme aux organisations criminelles italiennes ( Camorra en Campanie, Cosa nostra en Sicile, ‘Ndrangheta en Calabre et Sacra corona unita dans les Pouilles).

Ces dernières sont présentes dans toutes les étapes de l’alimentaire : de la production au transport, de la distribution à la vente, en passant même par la production des cagettes. Grâce aux contrôles qu’elle exerce sur les fruits, les légumes, la viande, le poisson, le pain, la pizza, la mafia ferait un bénéfice d’environ 50 millards d’euros et de 70 milliards si l’on tient compte du café, des produits laitiers et du sucre. Like this: J'aime chargement… La mafia de l'agro-alimentaire. La Mafia de l’agroalimentaire. La Coordination Rurale 48 s’est réunie en Assemblée Générale à Laubert. L’occasion de faire le point avec Bernard Lannes sur les dossiers de l’actualité agricole. La mafia de l’agroalimentaireL’agriculture est mise à mal par la « mafia française de l'agro-alimentaire ». Les entreprises sont prêtes à tout au nom du profit. La fameuse viande de cheval trouvée dans les lasagnes était issue des abattages massifs de chevaux roumains souffrant d’anémie infectieuse et pour lesquels les éleveurs ont été indemnisés.

Ce minerais qui devait être détruit, s’est retrouvé dans la nourriture pour animaux de compagnie, et a ensuite été destinée à la consommation humaine pour augmenter encore le profit. Les éleveurs français sont directement concurrencés par l’importation massive de ces viandes à très bas prix, mais de qualité sanitaire plus que douteuse… Il est bien regrettable que ces vérités là ne soient jamais reprises par les médias. Nourriture contaminée, le nouveau business de la Camorra. Depuis plusieurs années, la mafia du sud de l'Italie se fait de l'argent dans la filiale agroalimentaire. Mais selon un mémo de WikiLeaks, le phénomène pourrait bien avoir pris une nouvelle dimension. La mafia napolitaine s’était déjà rendue célèbre avec l’affaire de la mozzarella di buffala contaminée en 2008.

Selon un mémo diplomatique publié par WikiLeaks, elle a trouvé un nouveau business : l’importation à bas coût d’aliments toxiques. La Camorra importe de la nourriture pleine de pesticides et de bactéries. Elle fait aussi des affaires avec du pain toxique. C’est J. Selon l’ancien consul américain de Naples, en Campanie, la Camorra s’enrichit par des “importations à bas coût”, de produits infestés de pesticides ou de bactéries. “Parfaite radiographie” Mais ce n’est pas tout. Des informations, selon le quotidien Il Messaggero, confirmées par don Luigi Merola, le curé de Forcella (quartier dominé par la Camorra à Naples) connu pour ses prises de position contre la mafia napolitaine. Le trafic alimentaire des mafias. Il y a 30 ans, l'Espagne faisait face à ce que le site du Courrier International décrit comme "l'intoxication alimentaire la plus grave de l'histoire de l'Europe moderne".

Même si la cause évoquée à l'époque - l'huile frelatée - est aujourd'hui mise en doute, ce drame sanitaire a ouvert les yeux du monde sur les dangers de la nourriture viciée. Force est de constater que la lutte contre les trafics alimentaires est aujourd'hui encore nécessaire. Le marché de l'agroalimentaire et les trafics Le marché de l'agroalimentaire pèse 4 000 milliards de dollars, selon le Codex Alimentarius. Ce congrès résulte de l'initiative de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp). Une troisième menace inquiète encore plus l’Oclaesp: les mafias. La mafia italienne diversifie ses activités Les trafics mafieux dans le secteur alimentaire remontent déjà à quelques années. La mafia de l'Est: alerte sur la viande. Mafia(s) et souveraineté. | Séminaire des membres de l'Ecole française de Rome. Statue de G. Falcone et P. Borselino. Tribunal de Palerme Interroger le concept de souveraineté à partir de la mafia — ou plutôt des mafias — est à la fois une fausse évidence et un paradoxe : la force du couple mafia/Italie présente en effet le risque d’un enracinement de la réflexion dans la réalité italienne au détriment d’une portée plus générale du questionnement mais la péninsule peut être aussi envisagée comme un observatoire privilégié pour aborder la problématique plus vaste du concept de souveraineté aujourd’hui, et plus spécifiquement dans le rapport à l’état.

Parmi les différentes facettes de cette relation, quelques axes peuvent être privilégiés dans le cadre du séminaire autour d’une ou deux questions centrales : en quoi les organisations mafieuse mettent-elles en cause les principes mêmes de la souveraineté, notamment la détention de l’autorité suprême, c’est-à-dire d’un pouvoir absolu dont tous dépendent, et inconditionné, c’est à dire indépendant de qui que ce soit ? OCC : le contrôle de qualité des aliments pour lutter contre la mafia dans les postes frontaliers - OCC - Office Congolais de Contrôle - RDC. Selon le Chef d’Agence, Théophile Selubanzi Tekadiomona, ledit lot a été consigné et déclaré impropre à la consommation 32 jours auparavant. Introduites en RDC par le poste frontalier de Lufu dans le territoire de Songololo, ces marchandises en provenance de l’Angola ont été produites en Argentine, Russie, Turquie pour le farine et, aux Etats-Unis pour les haricots. Cette importante opération de destruction des marchandises placée sous les auspices du Procureur Général Près le Tribunal de Grande Instance de Mbanza - Ngungu était une suite d’activités qui ont durée une journée entière.

D’abord, les marchandises suspectées ont été transportées de Lufu à Lukala où elles devraient être entreposés jusqu’à la fin de la procédure. Est-ce à cause d’éventuelles pressions qui pourraient être exercées sur les agents frontaliers ? La reconnaissance des aliments impropres à la consommation. L_empoisonnement_alimentaire_263. La Confédération paysanne a lancé la campagne Envie de paysans pour faire prendre conscience à l'ensemble des populations des enjeux et peser sur les orientations L’Aspro-PNPP (ASsociation pour la PROmotion des Produits Naturels Peu Préoccupants) regroupe des associations, des journalistes, des écrivains, des chercheurs, des entreprises, des agriculteurs, des jardiniers, de simples consommateurs, des collectivités locales.

Pour tous, la préservation de notre environnement est une impérieuse nécessité Après le bœuf au cheval et le retour des farines animales dans l’alimentation des poissons d’élevage, maintenant, Au Pays basque, un apiculteur a trouvé une solution bien plus naturelle que le dioxyde de soufre pour défendre ses ruches. La poule l'arme d'un apiculteur contre le frelon asiatique Adopter des poules, vous réduirez les déchets. Leur devise est l’extermination des petits producteurs. OGM. Tableau des Aliments - Site officiel de la Mafia de Stéréopoly.

718 tonnes de blé, sion et maïs détournés par la mafia à Msila - La sécurité alimentaire algérienne frappée en plein coeur. Après avoir touché à toutes les formes de criminalité, les réseaux de malfrats se sont, cette fois, attaqués à la sécurité alimentaire du pays. C’est le cas à Msila où les gendarmes viennent d’alerter le wali du détournement de 718 tonnes de produits de base (blé, sion et maïs…). La Gendarmerie nationale (GN) de Msila vient d’adresser une correspondance très importante dans laquelle elle alerte le wali en personne sur une nouvelle forme de criminalité, à savoir le détournement des moissons de produits de base, notamment de blé, le sion et le maïs, et ce vers des destinations inconnues. C’est-ce qu’a dévoilé, jeudi passé, le colonel Mohamed Boussaid, commandant du groupement de la GN de Msila. C’est là une affaire d’Etat, car c’est la sécurité alimentaire algérienne qui est désormais en jeu. Cela dit, les réseaux de trafic, tous genres confondus, ne reculent devant rien.

Aujourd’hui, ils s’en prennent à l’économie nationale. Qui est derrière ces réseaux ? «. S. Fraude alimentaire. L’huile d’olive mieux que la cocaïne. Rédigé par Jean-Marie, le 15 jan 2015, à 15 h 41 min L’huile d’olive ne serait pas aussi pure que l’image qu’on en a. Le marché qu’elle représente est si juteux qu’il attire aigrefins et mafias. Une enquête italienne est très inquiétante : 4 bouteilles d’huile d’olive extra-vierge « italienne » sur 5 sont en réalité coupées avec de l’huile étrangère (1) ?

C’est notre carton rouge de la semaine. La fraude porterait donc sur des quantités énormes car le marché pèse 5 milliards d’euros par an. Huile d’olive : vers une production australienne ? De l’huile bas de gamme en provenance du Maroc, de Grèce, d’Espagne, du Maroc et de Tunisie se trouvait mélangée à de l’huile “de qualité” italienne. L’huile d’olive est “vierge extra” lorsqu’elle est issue d’une 1ère pression à froid par procédés physiques sans traitement chimique. L’Italie réussit grâce aux filières de fraude “bien huilée” à faire un tour de passe-passe monumental : elle exporte plus d’huile d’olive qu’elle n’en produit !

De la graisse de boeuf dans la pâtisserie industrielle française : Le beurre " made in Mafia ", un goût de scandale. Si tu bouffes ce beurre-là, tu vas être malade jusqu'à Noël... " Cet avertissement en forme de boutade était lancé en mars dernier par le gérant d'un groupe alimentaire italien à son client français. Il n'a pourtant rien de comique. Consignée dans les écoutes téléphoniques de la Police judiciaire française, cette conversation est l'une des pièces d'un nouveau scandale alimentaire touchant les consommateurs français, une affaire qui risque d'aggraver encore la psychose alimentaire, en pleine crise de la vache folle. Entre 1997 et 1999, plusieurs grands groupes alimentaires français ont acheté des quantités importantes de beurre frelaté à des sociétés italiennes contrôlées par un clan de la Camorra, équivalent napolitain de la Mafia.

Pas moins de 16 000 tonnes de ce beurre très particulier, mélangé à du suif de boeuf, à des carcasses animales, à des produits chimiques et même à des hydrocarbures, ont été vendues, surtout en France, mais également en Italie et en Belgique. Italie France.