background preloader

Chômage

Facebook Twitter

Chômeuses, Chômeurs, vous avez des droits (Sales chômeurs profiteurs!) Mais que font les syndicats ? La Ligue des Droits de l'Homme ? Références :> 428981610550611 En complément:"Le contrat de travail est un contrat par lequel une personne, le travailleur, s'engage, contre rémunération, à mettre son travail au service d'une autre personne, l'employeur, et à l'exercer sous l'autorité de celle-ci.(...)Les prestations de travail doivent être exécutées sous l'autorité d'une autre personne.

L'autorité est également un élément essentiel du contrat de travail.(...)La possibilité juridique d'exercer la direction et la surveillance sur le travailleur est un élément suffisant pour conclure à l'existence d'un contrat de travail. Il n'est pas nécessaire que cette possibilité soit exercée effectivement ou exercée de manière permanente. Plus.google. Le chômage wallon, commune par commune | les documents de la rédac. L’inégalité géographique des Wallons face à l’emploi est démontrée par une étude du Forem. Comme le montre la carte ci-dessous, le Hainaut reste toujours, et de loin (avec le bassin liégeois), la province wallonne où la demande d’emploi reste la plus forte, depuis les grands centres urbains jusqu’à des régions plus rurales comme la « Botte ».

Quelques chiffres à retenir14,2%. L’indicateur de demande d’emploi en Wallonie pour octobre 2013. Ce pourcentage rassemble les demandeurs d’emploi, les demandeurs d’allocation et les jeunes en stage d’insertion. 16,4%. 11.000. 7,2%. Choisissez une commune ou la vue d’ensemble pour visualiser les chiffres commune par commune. Quelques précisions:Le terme “chômeur” utilisé dans la carte concerne plus précisément les demandeurs d’emploi demandeurs d’allocations et les jeunes en stage d’insertion. Cette entrée a été publiée dans Non classé. Actiris + RTBF = je veux ce joooooob ! NEWS ! Le mardi 2 juillet en fin de journée, la RTBF, Actiris et la société Ebuco ont décidé de suspendre l’émission.

Nous espérons que face à la situation de crise du marché de l’emploi et au durcissement des politiques « chômage », incompréhensible dans ce contexte, tant Actiris que la RTBF réfléchiront à un concept d’émission qui rende compte de la réalité, des drames humains et professionnels que cette situation engendre, de la désaffiliation progressive des travailleurs envers un modèle de protection sociale qui n’est plus vécu comme « protecteur », mais comme destructeur de dignité et d’estime de soi. L’association professionnelle des métiers de la création s’est posé quelques questions sur une initiative que le terrain – unanimement indigné – a commenté abondamment sur les réseaux.

Voici le courrier que nous avons envoyé à Actiris et à la RTBF: Objet : Je veux ce joooooob ! Monsieur le Directeur général, Monsieur l’Administrateur général, Le casting sera-t-il rémunéré ? Le chômage atteint des sommets dans la zone euro. Actiris se lance dans la télé réalité | Philippe Jadin. Si vous avez la chance d’être inscrit chez Actiris comme demandeur d’emploi, vous avez sans doute reçu le mail reproduit ci-dessous : La RTBF lance un appel à candidature pour sa nouvelle émission sur l'emploi : Je veux ce Joooooob! Vous ne cessez de postuler mais les portes se ferment systématiquement ? Alors ceci est pour vous !

Aujourd'hui, envoyer un CV est souvent loin d'être suffisant pour se faire engager. Cette nouvelle émission s’intéressera au destin de deux candidats qui doivent relever un défi de taille pour séduire et convaincre un futur employeur. Nous recherchons donc avant tout des personnalités : hommes et femmes, de tout âge, dans tous les secteurs d’activité. Si vous correspondez à ce profil, contactez-nous à l'adresse suivante jvcj@ebuco.be Actiris, au coeur de l'emploi Actiris, aidé par la RTBF et une boite privée, se lance dans la télé-réalité et fait un casting de candidats chômeurs qui cherchent désespérément un emploi. Ou encore : Updates : L'Europe et les politiques actives de l'emploi. La réponse des gouvernements européens à la crise européenne actuelle n’est qu’une fuite en avant portée par les logiques qui nous ont conduits dans l’impasse. Pour répondre à la crise, la Commission européenne exhorte les pays à engager des réformes du marché du travail.

Pourtant, l’Europe n’a pas de compétences directes en matière d’emploi. Nous verrons comment ont évolué les relations entre les politiques de l’emploi et l’Europe. En particulier, l’évolution de l’analyse du chômage qui irrigue les orientations de l’Europe et sa conception de la modernisation de la protection sociale. Pour la Commission, une protection sociale « moderne » doit outiller les individus afin qu’ils puissent accéder au marché et en particulier au marché du travail. C’est le sens des politiques actives de l’emploi et plus généralement des politiques sociales. Il s’agit d’une définition bien particulière des politiques sociales. Lire la suite sur scribd, ou en fichier joint. Chômage : «Comment Di Rupo fabrique des pauvres par milliers» - Politique économique. "On nous avait annoncé une réforme du chômage, c'est aujourd'hui la fabrication organisée de milliers de nouveaux pauvres et une précarisation accrue des emplois qui se profilent", dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB, sur le site Internet du parti de gauche.

Le Parti du travail a fait ses comptes : "50.000 chefs de ménage perdront 12,5 % de leur allocation, 50.000 isolés perdront 17,5 %", tandis que "25.000 cohabitants perdront 41,5 % pour tomber à 484 euros par mois". Dans le même temps, "le gouvernement continue de protéger les riches : 88.000 millionnaires en Belgique ne doivent toujours pas payer d'impôt sur la fortune. " A cela s'ajoute un nouveau facteur, précise le porte-parole : "La rapidité de la dégressivité des allocations de chômage dépendra de la carrière antérieure. Ainsi, si la mesure épargne les personnes ayant 20 ans de carrière, elle touchera ceux que la crise frappe déjà particulièrement fort : ceux qui n'ont pas d'emploi ou de contrats stables.

" Trends.be. Salaire de la prostitution au travail. Sébastien nous a contactés via notre page "Alertez-nous" pour dénoncer la difficulté actuelle à décrocher un emploi. "Trouver du travail actuellement relève de la prostitution", lance cet habitant de Charleroi. Au chômage depuis le mois de novembre, l’homme de 38 ans scrute attentivement les offres d’emploi dans le domaine de la communication. Lorsqu’il décroche un entretien, il est cependant très surpris par certaines questions posées par l’employeur. Ce n’est pas la première fois que Sébastien est sans emploi, mais contrairement aux précédentes périodes de recherche d'un travail, il affirme devoir subir des demandes inacceptables.

"Je n’avais jamais entendu ça de ma vie. On vous pose des questions du genre : ‘Avez-vous droit à un plan Activa? Etes-vous handicapé? "Un temps plein payé comme un 4/5e temps" Selon lui, les capacités et compétences des candidats passent au second plan pour les employeurs. "Je suis furieux qu'on culpabilise à présent le citoyen" Chiffre du non emploi. Le Forem se défend au sujet de son helpdesk «marocain»: «C’était le meilleur rapport qualité prix» Le député Ecolo Manu Disabato a dénoncé lundi au parlement wallon le risque de dumping social dû au fait que la société Econocom, qui a décroché il y a plusieurs années le marché public du helpdesk du Forem, réalise une partie de ses prestations au Maroc, où elle dispose d’une filiale. Interpellé, le ministre de l’Emploi André Antoine (cdH) a reconnu la nécessité d’inclure des normes sociales dans les marchés publics.

L’opposition MR est sur la même longueur d’onde, mais le chef de groupe Willy Borsus estime qu’André Antoine aurait dû le faire plus tôt, au risque de passer pour le « ministre du Chômage wallon ». Le Forem, lui, réfute poser problème et rappelle avoir respecté la loi sur les marchés publics. « Nous avons attribué le marché à une société, belge, qui a proposé l’offre économiquement la plus intéressante, c’est-à-dire le meilleur rapport entre le prix et la qualité des services. Gestion scrupuleuse.