background preloader

T7C16 - Les explications principales du chômage

Facebook Twitter

- Le chômage et le taux de chômage.
- La flexibilité du marché du travail.
- Le chômage structurel et conjoncturel.




Le problème majeur sur le marché du travail est le chômage, causé par un déséquilibre entre l’offre et la demande de travail. Les causes de ce dernier font l’objet d’interprétations multiples. Parmi celles-ci, on se limite à distinguer :
- une approche en termes d’insuffisante flexibilité du marché du travail : contraintes qui pèsent sur la fixation des salaires et alourdissent le coût du travail (salaire minimum légal, charges sociales), législation protectrice de l’emploi ;
- une approche en termes d’insuffisance de la demande et de l’activité économique ;
- une approche en termes d’inadéquation entre les qualifications offertes par les individus et celles recherchées par les entreprises. Définition et mesure du chômage.

Définition et mesure du chômage. Causes et formes du chômage. Dessine-moi l'éco : Y a-t-il un remède au chômage ? Le marché du travail. 1. Le chômage ne baissera pas tout seul - juin 2015. L'économie française a rebondi au premier trimestre 2015.

1. Le chômage ne baissera pas tout seul - juin 2015

Une bonne nouvelle, mais cette reprise reste fragile et ses effets sur l'emploi risquent d'être limités. 2. Le chômage ne baissera pas tout seul (introduction au dossier) juin 2015. La croissance au premier trimestre 2015 a réservé une bonne surprise, en grimpant à 0,6 %.

2. Le chômage ne baissera pas tout seul (introduction au dossier) juin 2015

Cette forte hausse du PIB français - en rythme annuel, cela représente une croissance de 2,4 % - vient en effet interrompre une période de stagnation quasi complète qui durait depuis le milieu de 2013. Est-ce le signe que nous arrivons enfin au bout du tunnel et que le chômage va se mettre à baisser ? Rien n'est moins sûr à ce stade, et même si la croissance devait perdurer, elle ne suffirait pas à faire redescendre rapidement le chômage en dessous de son niveau d'avant-crise. Ce rebond est cependant d'autant plus marquant que beaucoup de nos voisins n'ont pas connu le même sort. L'économie allemande en particulier a fortement ralenti. Il faut raison garder S'il est permis de se réjouir de cette bonne nouvelle pour l'économie française, il faut néanmoins raison garder. De plus, le moteur de cette bonne performance reste avant tout la consommation des ménages. 3.Le papy-boom ne va pas tout régler juin 2015.

Les départs à la retraite des générations nombreuses du baby-boom atteindront bientôt un niveau inégalé.

3.Le papy-boom ne va pas tout régler juin 2015

Mais cela ne devrait pas suffire à faire revenir le plein-emploi. Le papy-boom est là… mais ses effets ne se font guère sentir pour l'instant sur le marché du travail. Les générations nombreuses du baby-boom, nées entre 1945 et 1972, partent pourtant progressivement à la retraite et ce phénomène est appelé à s'amplifier jusqu'en 2040. Ces fins de carrière nombreuses vont-elles enfin permettre au chômage de baisser en France ? Oui, mais seulement dans une mesure limitée, selon une étude de France Stratégie et de la Dares (voir "En savoir plus"). Un effet retardé Du coup, le taux d'emploi des 55-64 ans, qui n'était que de 38,2 % en 2008 en France, a bondi à 47,1 % en 2014. Trois scénarios possibles "La démographie française reste soutenue", rappelle cependant Cécile Jolly, de France Stratégie. 4.Et si on reparlait réduction du temps de travail ? juin 2015. Il faudrait de nouveau utiliser le levier du temps de travail, mais en prenant le dossier sous un autre angle que la durée hebdomadaire.

4.Et si on reparlait réduction du temps de travail ? juin 2015

Même si elle devait perdurer et permettre de stabiliser le chômage, la reprise actuelle n'est pas de nature à le faire redescendre suffisamment rapidement. Et sauf retour - peu probable et au fond pas vraiment souhaitable pour des raisons environnementales - à un taux de croissance très élevé, même les effets prolongés du papy-boom n'y suffiront pas d'ici à 2022, selon les projections de France Stratégie . Un tel niveau de chômage menace pourtant la cohésion sociale et territoriale du pays, mais aussi la démocratie, au vu des scores très élevés atteints par l'extrême droite. Il constitue de plus un formidable gâchis économique, puisqu'il signifie que plusieurs millions de personnes ne contribuent plus à la création de richesses. Ce qui implique que d'autres subviennent à leurs besoins. 350 000 emplois Un coût surmontable. Déchiffrage - Chômage, l'éternel retour ?, en VOD. Réalisateurs : Jacques Goldstein en collaboration avec Anne KunvariProducteurs : ARTE France, Les Films d’Ici 2, Alternatives économiquesPrésentatrice : Émilie Aubry Déchiffrage met en lumière et en débat les grands enjeux de l’économie avec les moyens du documentaire et la longue-vue du journal Alternatives économiques.

Déchiffrage - Chômage, l'éternel retour ?, en VOD

Un deuxième numéro consacré à la question du chômage. L’Europe compte aujourd’hui plus de 26 millions de chômeurs. Ce record signe un triple échec : économique, social et politique. Mais il remet aussi sur le devant de la scène de vieilles interrogations. Marché du travail : face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques. 1929 - la crise, en VOD. Chômage des jeunes : un plan pour rien? Après un sommet européen spécial, en fin de semaine dernière, l'Europe a annoncé son grand plan de lutte contre le chômage des jeunes. 8 milliards d'euros, peut-être plus ultérieurement, dont 600 millions pour la France.

Chômage des jeunes : un plan pour rien?

Il est exact, comme l'indique le graphique ci-dessus, que le chômage des jeunes augmente très fortement et atteint des niveaux très élevés, près de 60% en Espagne et en Grèce, 26,5% en France. Mais les annonces européennes donneront-elles des résultats? Voici quatre raisons d'en douter. 1 Il n'y a pas de problème de chômage des jeunes en Europe Cela peut surprendre, mais c'est pourtant le cas : il faut se méfier des chiffres extrêmement élevés de chômage des jeunes, qui donnent immanquablement lieu à des annonces du genre "plus de la moitié des jeunes espagnols au chômage" ou autres "un jeune français sur quatre au chômage". En somme, l'Europe a un problème de chômage en général, pas un problème de chômage des jeunes.

Les enjeux de l’assurance-chômage. Les discussions entre partenaires sociaux ont commencé, pour définir les règles de l'indemnisation du chômage pour les trois années à venir. Le contexte n'est guère favorable: chômage élevé et depuis longtemps, régime endetté et déficitaire, positions inconciliables entre syndicats de salariés qui ne veulent pas diminuer l'indemnisation, employeurs qui ne veulent pas augmenter les cotisations, Etat qui a prévu de réduire le déficit de 300 millions cette année tout en refusant la moindre réflexion sur le régime des intermittents du spectacle, annoncent des négociations qui n'iront pas très loin.

Chômage: faut-il réduire le coût du SMIC? Les économistes David Thesmar et Augustin Landier multiplient ces derniers temps chroniques et éditoriaux pour populariser leur récente note de l'Institut Montaigne consacrée au chômage en France.

Chômage: faut-il réduire le coût du SMIC?

Leur argument est le suivant : l'essentiel du chômage en France est concentré sur les peu qualifiés. Pour les activités rémunérées au niveau du SMIC, le chômage est élevé, par contre on atteint très vite le quasi-plein emploi pour les salariés qualifiés (voir graphique ci-dessus). La France présente un considérable déficit d'emplois dans des activités comme l'hôtellerie-restauration ou le commerce, gros pourvoyeurs d'emplois pour les peu qualifiés dans les autres pays. En cause selon les auteurs, le salaire minimum, qui a augmenté très vite au cours des 20 dernières années : La première chose que cela inspire, c'est que cela ne nous rajeunit pas. Et si l'on peut reprocher beaucoup de choses aux politiques sur l'emploi, on ne peut pas dire qu'ils ont été sourds à ces arguments. Pourquoi pas. Document de la semaine.

Plus d'info.

Document de la semaine

DisplayPublication. Dr CAC - Pourquoi le chômage aime les jeunes ?