background preloader

OC_Histoire_Droits de l'homme

Facebook Twitter

Déclaration universelle des dh - Humanrights.ch. Les différentes catégories des droits humains - Humanrights.ch. L'évolution des droits de l'homme. Depuis le 18ème siècle, une évolution sensible voir très sensible s’est produite.

L'évolution des droits de l'homme

Dimension d’ordre matérielle : Les droits proclamés sont aujourd'hui plus nombreux. Dimension formelle : Les déclarations formelles se sont multipliées, nationales et internationales voir supranationales. Assez paradoxalement, les droits de 1789, le noyau dur des droits et des libertés de la 1ère génération ont été complétés de façons substantielles. Il est difficile de distinguer à quel moment se sont produites ces critiques et de voir quelles extensions ont suivis. Les catégories et les générations de droits fondamentaux.

Pierre Manent : la loi naturelle. Antigone (Sophocle) Loi et droit naturels : les sources antiques. Dans notre Dossier sur la Loi naturelle, un retour sur les fondements philosophiques de cette notion s’imposait.

Loi et droit naturels : les sources antiques

Nous le devons à Françoise Monfrin qui nous a fait l’amitié de nous confier une contribution, Loi et droits naturels : les sources antiques,où cette fine connaisseuse de la pensée gréco-romaine a mis le meilleur de sa science. À cause de son étendue, nous avons pris le parti de la publier à la fois in extenso et sous forme de résumé rédigé par l’auteure elle-même. Gageons que la lecture du résumé, tant elle est stimulante, donnera aux lecteurs pressés le goût de découvrir dans son intégralité cette véritable somme !

O O o. - Le droit naturel. "Une partie du droit politique est d'origine naturelle, l'autre fondée sur la loi.

- Le droit naturel

Ce qui est d'origine naturelle est ce qui, en tous lieux, a le même effet et ne dépend pas de nos diverses opinions ; quant à ce qui est fondé sur la loi, que les origines en aient été telles ou telles, peu importe ; ce qui importe c'est de le constater, une fois les lois établies [...] Ainsi, les prescriptions de justice qui ne sont pas fondées sur la nature mais sur les conventions entre les hommes, ne sont pas semblables partout, non plus que les formes de gouvernement, quoiqu'il n'y en ait qu'une seule qui se montre partout en accord avec la nature, à savoir la meilleure. " Aristote, Éthique de Nicomaque, livre V, chapitre VII, tr. fr. J. Voilquin, GF, 1966. Le cylindre de Cyrus. Aristote, père du Droit naturel. Si les individus ont recours à la force du gouvernement, c’est pour protéger ce qui leur appartient : leur vie, leur liberté et leurs biens.

Aristote, père du Droit naturel

Le politique ne dispose pas de la propriété des individus, il est à leur service. Par Damien Theillier En cette période de débat électoraux, de slogans et de petites phrases, il nous paraît salutaire de rappeler, avec les penseurs du Droit naturel, que la politique n’est pas le tout de la vie en société. Elle n’est ni un commencement, ni une fin. Avant la politique, il y a des individus qui s’associent pour rechercher leur subsistance en même temps que leur bonheur.

Or c’est précisément ce qu’affirme la théorie du Droit naturel, formulée d’abord par Aristote. Alain Sériaux, auteur d’un Que Sais-je sur le sujet [1], rappelle que « le terme relativement récent de « droit » n’appartient pas au vocabulaire des Anciens. Ainsi Aristote distingue entre un juste naturel et un juste positif ou conventionnel : —-Sur le web.

Vous aimez cet article ? Cicéron et la loi naturelle - Extraits du "Traité des lois" MarcusTullius Cicero, Extraits du « Traité des lois » (vers 52 avant J.C.)

Cicéron et la loi naturelle - Extraits du "Traité des lois"

Traduction Appuhn ( avec l’aimable autorisation des éd. Garnier-Flammarion ) Numéros IV et s. ATTICUS - Maintenant, Marcus, dis-nous ce que tu penses du droit civil. MARCUS - Ce que j’en pense ? ATTICUS - Puisque tu me demandes ce que j’attends, voici : après nous avoir donné un traité sur la meilleure forme de République, tu dois, ce me semble, pour être conséquent, écrire aussi sur les lois.

ATTICUS - Je t’entendrai avec plaisir. MARCUS - Qu’en dit Quintus ? La loi naturelle selon Ambroise de Milan - B. Maes. Loi naturelle, droit naturel, droit positif. Dans la pensée catholique « officielle » – celle des souverains pontifes et des évêques en communion avec eux -, la loi naturelle, le droit naturel, voire les droits naturels, ont toujours occupé une place enviable, réaffirmée, voici encore peu, avec vigueur dans l’Encyclique Veritatis Splendor du 6 août 1993.

Loi naturelle, droit naturel, droit positif

Certes, l’Église romaine n’a jamais pris parti en faveur de telle ou telle philosophie qui rendrait, mais à sa manière, pleinement raison de l’emploi de telles notions. « Aucune forme historique de philosophie ne peut légitimement prétendre comprendre toute la vérité, ni être l’explication totale de l’être humain, du monde et de la relation de l’homme avec Dieu », rappelait Jean-Paul II dans l’Encyclique Fides et Ratio du 14 septembre 1998 (n. 51). D’abord, les Écritures elles-mêmes se réfèrent en divers lieux et de façon assez nette à l’idée d’un ordre naturel objectif que les hommes n’ont ni fait ni même inventé et auquel ils doivent plutôt se soumettre.

Grotius et le « droit des gens » Sa réflexion approfondie sur le droit naturel fait de Hugo Grotius l’un des penseurs qui ouvre la voie à la philosophie libérale moderne Vous aimez cet article ?

Grotius et le « droit des gens »

Partagez le ! Hugo Grotius est un philosophe de la liberté important. Sa réflexion approfondie sur le droit naturel en fait un des penseurs qui ouvre la voie à la philosophie libérale moderne. Article publié en collaboration avec l’aleps. Jean Bodin et l’absolutisme politique. Jean Bodin, l’un des premiers théoriciens de l’absolutisme politique, nous surprend parfois avec des accents presque libéraux Vous aimez cet article ?

Jean Bodin et l’absolutisme politique

Partagez le ! Jean Bodin, l’un des premiers théoriciens de l’absolutisme politique, nous surprend parfois avec des accents presque libéraux. Article publié en collaboration avec l’aleps. Comment la Glorieuse Révolution a-t-elle favorisé l'essor économique de l'Angleterre ? [QdH#17] John Locke ou la résistance à l’oppression (vidéo) Corentin de Salle nous explique l’importance de l’enseignement du philosophe John Locke pour comprendre la résistance à l’oppression et son importance pour la liberté.

John Locke ou la résistance à l’oppression (vidéo)

Vous aimez cet article ? Partagez le ! Historique des droits de l'homme. Introduction à l'Etat de Nature - Philosophie Politique [1] L'Etat de Nature selon Hobbes - Philosophie Politique [2] L'Etat de Nature selon Locke - Philosophie Politique [3] Comparaison des philosophies de Hobbes et Locke - Philosophie Politique [4] L'Etat de Nature selon Rousseau - Philosophie Politique [5] Le Coup de Phil' #7 - Le Contrat Social de Rousseau. (ROUSSEAU) Peut-on fonder l'Etat sur un ordre naturel comme celui de la famille ?, Jean-Marie FREY. La société et l'Etat. Synthèse: Les théories du contrat social. Les théories du contrat social Hobbes, Locke et Rousseau 1.

La société et l'Etat. Synthèse: Les théories du contrat social

Les origines de la doctrine contractuelle Le contrat social est une solution proposée au problème de la justification de la société civile, et non la description d’un type de gouvernement particulier. L’idée de contrat est empruntée au domaine juridique. Du latin "societas", le mot société désigne initialement un contrat par lequel des individus mettent en commun des biens et des activités et tel que les associés s'engagent à partager toute perte ou tout bénéfice qui découlerait de cette association.

La conception contractuelle de l'Etat est le produit d’une culture qui définit l’être humain comme un être rationnel, c’est-à-dire non seulement raisonnable, donc intelligent et moral, mais aussi intéressé, donc capable de calcul. Les théories du contrat social sont donc liées à une idéologie individualiste et utilitariste de la nature humaine : Les individus préexistent à la société qu’ils fondent d’un commun accord. 2. Déclaration des droits de l'homme et du citoyen 1789. Untitled - DDHC_livret.pdf. Mémoire et histoire - La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. La Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789 La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 aout 1789, rédigée au début de la Révolution française, pose les bases juridiques de la nouvelle société française.

Ses rédacteurs, empreints des idées des philosophes des « Lumières », affirment les droits et libertés dont doit disposer tout être humain dès sa naissance, consacrant ainsi solennellement la disparition des inégalités de l'Ancien régime. Ce texte, universellement connu, est un pilier de notre système juridique, politique et social. Le contexte historique. Décryptage Symboles De La Déclaration des Droits de L'Homme. Introd DroitsHomme. La Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948. (19) Histoire des droits de l'homme. Stéphane Hessel raconte la déclaration universelle des droits de l'Homme (11 décembre 2010) Droits de l’homme et loi naturelle. Gilles Deleuze sur les droits de l'homme. Le droit naturel : contrainte ou construction ? Renouvellement de la question à l'égard des droits de l'homme. À différentes époques, certains principes censés relever du (ou d’un) droit naturel ont été conçus ou présentés comme étant absolument contraignants, c'est-à-dire au-delà de la capacité des hommes d'être modifiés ou abolis (mais avec néanmoins parfois la possibilité d'en dispenser, ce qui mériterait une comparaison avec la pratique des observations et expériences dans les sciences « naturelles »).

Si à l'heure actuelle, les anciennes formes de droit naturel semblent largement abandonnées, les sciences sociales ayant pris la relève, l'émergence des droits de l'homme tend paradoxalement à créer ou développer une nouvelle normativité supérieure au droit positif constitutionnel, législatif ou jurisprudentiel, dont le fondement impliquerait que ces droits seraient hors de portée de toute volonté humaine qui viserait à les restreindre ou à les supprimer. La loi de la nature (l’Âge d’or, première époque), H. Wierix (ante 1580).