background preloader

Chronologie et évolution humaine

Chronologie et évolution humaine

http://palladia.pagesperso-orange.fr/prehistoire/chronologie_et_evolution_humaine.htm

Related:  Histoire Sec. 2

Voilà à quoi pourraient ressembler les humains dans 3000 ans selon un chercheur Matthew Skinner, paléoanthropologue de l'Université du Kent, au Royaume-Uni, a dressé une liste non exhaustive des scénarios auxquels l’espèce humaine pourrait être confrontée. Il s'est également penché sur les conséquences qu'ils pourraient avoir sur la morphologie de chaque individu. Si l’espèce humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui est le fruit d’une évolution complexe, celle-ci n’est pas prête de s’arrêter là. Les changement environnementaux ont au fil du temps amené nos ancêtres à changer d’apparence et il est tout à fait légitime de penser que nos successeurs arboreront des caractéristiques quelque peu différentes des nôtres. Il est cependant difficile d’imaginer à quoi ressemblera l’humain du futur, celui qui peuplera la Terre ou même d’autres planètes d’ici 3.000 ans. Le nombre de scénarios est infini et pour cause, il est à ce jour impossible de prédire les événements qui affecteront l’espèce, l’obligeant à s’adapter pour survivre.

Qui mangeait qui il y a 500 millions d’années Ils sont partout. Dans les airs, dans les mers, sur terre. Qui ? Les arthropodes. Insectes, mille-pattes, crustacés, arachnides, ils ont connu un succès remarquable dans l'histoire du vivant et ce depuis l'apparition des premiers animaux. Pour nous en convaincre et comprendre ce succès, retournons 500 millions d'années en arrière. Sorties d'Afrique, les premières Il faut veiller, quand on parle de sortie d'Afrique aux temps paléolithiques (ou Out of Africa), à évacuer l'image d'un homme marchant seul, une sorte d'aventurier à la recherche de nouveaux territoires. Pour qu'une migration soit féconde il faut un petit groupe d'hommes et de femmes. Ils ne sont pas forcément dans une logique de découverte, mais ils déplacent leurs campements au fur et à mesure de leurs besoins. Bien entendu, ils ne se rendent pas compte qu'ils « sortent » d'Afrique, ils suivent peut-être tout simplement des troupeaux...

préhistoire de l'humanité Nous ne savons pas encore à quel moment précis de l'histoire générale de la Terre ni en quel lieu du monde est apparue la première humanité. Et l'on ne voit pas où, ni quand, cette retentissante découverte s'accomplira. Il ne faudrait pas inférer de cette carence que nous ne savons rien de nos origines. Le savoir-faire du forgeron : un patrimoine immatériel à préserver Art de vivre Le savoir-faire du forgeron : un patrimoine immatériel à préserver Le mercredi 7 septembre 2016 « Nous ce qu'on veut, c'est remettre en valeur les Forges de Montréal comme étant un site important de l'histoire de Montréal » Mathieu Collette est maître forgeron et se porte à la défense des Forges de Montréal, alors que le site est menacé d'expulsion par la Ville de Montréal. Jean-François Nadeau et Annie Desrochers sont allés visiter ce lieu chargé d'histoire.

Des spermatozoïdes vieux de 17 millions d'années découverts en Australie Ce sont « les spermatozoïdes fossilisés les plus anciens jamais découverts », selon le paléontologue Mike Archer, de l'université de Nouvelle-Galles du Sud. Trouvés sur un site préhistorique dans le nord de l'Australie, ils appartenaient à des crustacés qui vivaient il y a quelque 17 millions d'années. Ils étaient enroulés à l'intérieur des organes reproducteurs de ces ostracodes, des crustacés d'eau douce ou d'eau marine microscopiques. Les spermatozoïdes, géants par rapport à l'animal qui les produisait, ont été découverts sur le site de Riversleigh, dans le nord de l'Etat australien du Queensland, un site préhistorique de 100 kilomètres carrés classé au Patrimoine mondial de l'humanité, qui regorge de fossiles anciens, dont une espèce de kangourous carnivores ou d'ornithorynques munis de dents. Une étude au microscope a révélé que les fossiles contenaient des organes internes parfaitement préservés, dont les organes sexuels.

Il y a un million d’années, nos ancêtres utilisaient le feu Comment mesurer les températures maximales auxquelles ont été exposés des objets retrouvés calcinés. Ici les fragments d'os exhumés de la grotte Wonderwerk. Pour les échantillons A, C et D, la spectrométrie infrarouge montre deux bandes d'absorption caractéristiques d'une température supérieure à 400 °C. Les fragments B et E, eux, n'ont pas été cuits ou alors à des températures inférieures à 400 °C. © Francesco Berna et al. Homme préhistorique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Échelle en milliers d'années Les âges des espèces marquées * sont estimés. - Les traits verticaux symbolisent les possibles lignées (hypothèse « splitter », dite de l'origine unique) (1) ou Homo sapiens archaïque ancien Sources : [1] - [2] - [3] - [4] Portail de la préhistoire

Un cerveau de 17 000 ans pour étudier les troubles du langage Des archéologues ont découvert les ossements, vieux de 17 000 ans, en 2011, dans une grotte de la région de Calabre, dans le sud de l'Italie. Les restes de celui qu'ils ont baptisé Romito 9 étaient particulièrement bien conservés et entourés d'éléments de décoration élaborés comme des coquillages. Ces attentions particulières accordées à la dépouille, combinées au jeune âge du spécimen, font en sorte que les ossements de Romito 9 sont dans un état de conservation exceptionnel, selon Fabio Macciardi, un neuroscientifique de l'Université de Californie Irvine. « C'est un spécimen unique en son genre, il n'y a aucun autre échantillon venant de la même période qui est en aussi bon état », a-t-il expliqué. Romito 9 en bonne compagnie

Un minéral de 4,4 milliards d’années révèle un nouveau pan de l’histoire de la Terre La découverte d'un minéral vieux de 4.4 milliards d'années en Australie précise le scénario au cours duquel notre planète est devenue habitable. Crédits : JOHN VALLEY, UNIVERSITY OF WISCONSIN-MADISON Grâce à l'analyse d'un fragment de zircon vieux de 4.4 milliards d'années découvert en Australie, le scénario au cours duquel notre planète est devenue habitable se précise peu à peu. L'analyse d'un minuscule fragment de zircon (le zircon est le plus ancien minéral terrestre connu) découvert en Australie vient de lever un peu plus le voile sur la prime enfance de notre planète. Que révèle ce fragment de zircon ? Ce minéral, dont les analyses ont montré qu'il a cristallisé il y a 4.374 milliards d'années (ce qui en fait le plus vieux matériau terrestre connu à ce jour), montre tout d'abord que la croûte terrestre s'est formée 160 millions d'années seulement après la formation de notre système solaire.

Nous étions là il y a 800 millions d'années Avec la publication en 2002 de son Histoire secrète de l’espèce humaine, co-écrite avec le docteur Richard Thompson, le chercheur Michael Cremo a bouleversé le monde de la paléontologie. Lors de cette interview accordée en 1995 à la journaliste Laura Lee, il explique comment il en est arrivé à la certitude que le modèle de la préhistoire humaine sur lequel nous nous reposons depuis deux cents ans est totalement erroné. Laura Lee : Laissez-moi vous parler de quelques-unes de plus extraordinaires découvertes archéologiques faites à travers le monde.

Nos ancêtres chassaient le mammouth dans l'Arctique il y a 45 000 ans Cette découverte voudrait dire que nos ancêtres étaient présents dans cette région au nord du cercle polaire il y a environ 45 000 ans. Les plus anciennes traces d'occupation humaine dont nous disposions à une latitude aussi nordique remontaient à 35 000 ans. La découverte est rapportée dans la revue scientifique Science. Les os des côtes, de la défense droite et des mandibules du mammouth laineux mâle comportent des blessures inhabituelles, probablement causées par des pointes de lance très aiguisées.

Voici un des premiers poissons ayant existé Metaspriggina walcotti est un des poissons les plus primitifs connus qui évoluait au Cambrien, il y a environ 505 millions d'années. C'est également un maillon essentiel qui fait le lien entre les espèces sans mâchoires et celles qui en sont dotées. Il est beaucoup moins évolué que Romundina, un poisson vieux de 415 millions d'années, le premier à posséder une véritable face. Une centaine de spécimens retrouvés

Origine de la vie : la thèse des sources hydrothermales se renforce Un exemple des sources hydrothermales découvertes au fond des océans, souvent proches des dorsales océaniques à des milliers de mètres de profondeur. Des organismes vivent là, dans une eau acide et très chaude, jusqu'à plus de 100 °C. Ces écosystèmes sans lumière fonctionnent grâce à l'énergie de la chimiosynthèse, exploitant par exemple le soufre ou l'hydrogène. La photographie a été prise au fond de l'océan Pacifique, sur l'arc volcanique des Mariannes. © Pacific Ring of Fire 2004 Expedition, NOAA Office of Ocean Exploration, Bob Embley, NOAA PMEL, Chief Scientist Origine de la vie : la thèse des sources hydrothermales se renforce - 2 Photos La découverte par Charles Darwin de la théorie de l’évolution puis celle de l’ADN, et enfin les développements récents de la biologie moléculaire et de la génétique nous approchent de la solution de l’une des énigmes les plus fondamentales de l’univers, celle de l’origine de la vie.

Related: