background preloader

Gaspillage alimentaire

Facebook Twitter

J’ai les bons réflexes au restaurant. Pourquoi ?

J’ai les bons réflexes au restaurant

Un établissement de restauration collective servant 500 clients jette en moyenne entre 15 et 20 tonnes de nourriture par an, soit l'équivalent de 30 000 à 40 000 €. En adoptant les bons réflexes, je peux contribuer à réduire ce gaspillage inutile d'aliments et d'argent. Comment ? > Au self-service et en restauration collective, je me sers ou je demande une assiette plus ou moins copieuse selon mon appétit. > Au restaurant, je demande au serveur si les portions sont importantes avant de me décider pour un menu complet. En cas de doute, j'attends avant de commander un dessert.

> En cas de restes, je demande s'il est possible de les emporter à condition, bien sûr, de pouvoir les consommer rapidement. > Je n'hésite pas à partager avec les autres convives si je me rends compte que mon assiette est trop garnie. Visiter le site gourmetbag.fr En bref Au restaurant, comme à la maison, j'adopte les bons réflexes pour limiter le gaspillage. Reduire gaspillage alimentaire restau collec 8887. Ouverture de Wefood, supermarché danois de produits périmés. La princesse Marie participait à l'inauguration du magasin Wefood à Copenhague. - Mikkel Østergaard/WEFOOD/CC BY SA 3.0 A l'heure où la France jette environ 1,5 million de tonnes de déchets alimentaires par an, une loi, promulguée le 11 février, oblige désormais les enseignes de la grande distribution à donner leurs invendus aux associations caritatives.

Ouverture de Wefood, supermarché danois de produits périmés

Mais le Danemark, où près de 700 000 tonnes d'aliments sont jetées chaque année, va plus loin dans la lutte contre le gâchis. Un supermarché d'un nouveau genre vient d'ouvrir ses portes. Chez Wefood, on ne vend que de la nourriture périmée, ou dont les emballages sont défectueux, pour des prix de 30 % à 50 % inférieurs à ceux pratiqués dans un supermarché normal. Le magasin a passé plusieurs accords avec des enseignes de la grande distribution alimentaire, qui le fournissent en invendus de pain, viande, denrées non-périssables, fruits et légumes. Un supermarché d'invendus tout juste périmés existe aux Etat-Unis, dans le Massachussets. EPARC et Banques Alimentaires. Mise en oeuvre Année principale de réalisation Planning / Déroulement A la fin de chaque repas les fruits, yaourts, fromages ou gâteaux emballés non consommés sont récupérés.

EPARC et Banques Alimentaires

Les enfants savent qu'ils ne seront pas jetés mais rangés en chambre froide pour être servis à d’autres personnes par le biais de la Banque Alimentaire. En effet le personnel de restauration (serveuses) et les surveillants (employés par la ville d’Angers qui prennent en charge les enfants après la classe et les encadrent le temps du repas et de la récréation) expliquent régulièrement le principe de la collecte et sensibilisent les élèves au gaspillage alimentaire en tenant compte des âges, des écoles et des modes de services. Ensuite le personnel de la restauration stocke quotidiennement ce surplus de produits en chambre froide (voir photo), afin qu’ils soient collectés chaque semaine par le camion de la banque alimentaire. Moyens humains Moyens financiers Pas de moyens financiers en particulier Moyens techniques.

Contre le gaspillage, acheter "moche" mais acheter moins cher. Il n'y a pas de petites économies.

Contre le gaspillage, acheter "moche" mais acheter moins cher

"Les fêtes approchant, et en période de crise, les français vont pouvoir acheter de délicieux marrons glacés, au rabais", se réjouit Serge Clavel, propriétaire d'une confiserie, à Carpentras. Car si cet artisan enregistre chaque année entre 15 et 20% de pertes liées à la forme "hors-norme" de ses confiseries, aujourd'hui, il va pouvoir tirer une marge sur ses "gueules cassées". Après les fruits et légumes moches, les baguettes, saucisses, confiseries ou fromages informes débarquent ainsi chez les artisans. Boulangers, bouchers ou charcutiers se lancent dans l'initiative : proposer à des prix minis des produits pas tout à fait comme les autres, mais comestibles. L'objectif ? Tout le monde est content Si le goût n'en est pas moins savoureux, la forme de ces aliments les conduit en grande partie directement à la poubelle.

Environs 15% des produits artisanaux sont jetés, juste parce qu'ils ne ressemblent pas à la 'norme'". Produits français au rabais.